Amaury-Duval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec son père, l’historien et diplomate Amaury Duval (1760–1838)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duval.
Amaury-Duval
Amaury-Duval by Deveria.jpg

Portrait d'Amaury-Duval par Eugène Devéria, musée Rolin, Autun.

Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Mouvement
Œuvres réputées

Amaury-Duval, pseudonyme d'Eugène-Emmanuel-Amaury Pineu[1]-Duval, né à Montrouge le , mort à Paris le , est un peintre français.

Il est le fils du diplomate et historien Amaury Duval et le neveu de l’auteur dramatique Alexandre Duval.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amaury-Duval est l'un des premiers élèves à être admis dans l'atelier de Jean Auguste Dominique Ingres.

En 1829, il fait partie de la commission d'artistes et de savant désignée par Charles X pour aller en Grèce lors de l'Expédition de Morée, comme dessinateur dans la section archéologie.

Il débute au Salon de 1833 avec plusieurs portraits dont La Dame verte[2] et son Autoportrait, conservé au musée des beaux-arts de Rennes.

En 1834, il expose son Berger grec découvrant un bas-relief antique.

De 1834 à 1836, il effectue un long voyage en Italie, à Florence puis à Rome et à Naples où il découvre avec bonheur l'art de la Renaissance italienne.

De retour en France, il participe aux commandes de décorations d'églises menées par l'État sous Louis-Philippe puis Napoléon III : la chapelle Sainte Philomène à l'église Saint-Merry (1840–44), la chapelle de la vierge à Saint-Germain-l'Auxerrois, à Paris (1844–46) puis l'église paroissiale de Saint-Germain-en-Laye (1849–56).

Réception critique[modifier | modifier le code]

On retrouve dans la peinture d’Amaury-Duval la forte influence d’Ingres.

Baudelaire critique l'école d'Ingres et la peinture d’Amaury-Duval :

« En général, MM. Flandrin, Amaury-Duval et Lehmann, ont cette excellente qualité, que leur modelé est vrai et fin. Le morceau y est bien conçu, exécuté facilement et tout d’une haleine; mais leurs portraits sont souvent entachés d’une afféterie prétentieuse et maladroite. Leur goût immodéré pour la distinction leur joue à chaque instant de mauvais tours. On sait avec quelle admirable bonhomie ils recherchent les tons distingués, c’est-à-dire des tons qui, s’ils étaient intenses, hurleraient comme le diable et l’eau bénite, comme le marbre et le vinaigre ; mais comme ils sont excessivement pâlis et pris à une dose homéopathique, l’effet en est plutôt surprenant que douloureux : c’est là le grand triomphe ! »

[réf. nécessaire]

L'opinion de Baudelaire ne doit évidemment pas être prise au pied de la lettre. Ce n'est qu'un point de vue, subjectif et discutable. La génération romantique et post-romantique détestait Ingres et son école et louait Delacroix (Baudelaire est parfois dithyrambique à son endroit). Il fallut attendre tard dans le XXe siècle pour voir Ingres, génie majeur, réhabilité, notamment par Picasso - et encore une réputation parfois péjorative n'a-t-elle pas tout à fait disparu. Évidemment, ses élèves (Hippolyte Flandrin, Amaury Duval, Joseph Guichard et d'autres) ne se situaient pas tout à fait à la hauteur du maître. Le talent d'Amaury Duval est toutefois bien réel.[interprétation personnelle] Maurice Denis le qualifie de « délicieux et tendre artiste ».[réf. nécessaire]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Madame de Loynes, musée d'Orsay, Paris.

Publication[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Ou Pineux.
  2. Œuvre non localisée.
  3. Peintes sur le plâtre frais, « a fresco ».
  4. Plaquette réalisée par la paroisse, Église Saint-Germain. Histoire et Patrimoine, vers 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]