Carpe (poisson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carpe.
carpe
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « carpe » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

Carpe commune.

Taxons concernés

Dans la famille des Cyprinidae :
dans les genres :


Dans la famille des Lutjanidae :
dans le genre :


Dans la famille des Lethrinidae :
dans le genre :


Dans la famille des Haemulidae :
dans le genre :


etc. (voir liste des carpes)

Le terme carpe est un nom vernaculaire utilisé pour désigner le plus fréquemment[1] des poissons d'eau douce de la famille des Cyprinidae. Ce nom est ambigu car il peut signifier génériquement l'ensemble de la famille, voire l'ensemble de l'ordre[2]. En France, en Belgique et au Canada, « carpe » associe plus particulièrement la carpe commune[3]. Il n'en est pas de même dans d'autres pays francophones où il décrit aussi d'autres espèces parmi les perciformes comme des Kuhliidae, des Anostomidae, des Cichlidae (des tilapias), et même des poissons de mer, des Lutjanidae aux Seychelles et en Afrique de l'Ouest dont les « carpes rouges »[4].

Contrairement à de nombreux autres noms vernaculaires de poissons commercialisables, en France en 2010, le terme « carpe » n'est pas protégé[5] ; les commerçants ne sont donc pas tenus de vendre une espèce précise.

Le terme dériverait d'une langue européenne orientale probablement par l'intermédiaire du gotique carpa[6].

Plusieurs de ces espèces ont été domestiquées.

Listes d'espèces appelées « carpe »[modifier | modifier le code]

Note: Certains noms peuvent figurer en double pour faciliter les recherches.

Auxquelles il faut ajouter les carpes indiennes du genre Catla.

Carpiculture[modifier | modifier le code]

L'élevage de la carpe est appelé « carpiculture » ou « cypriniculture ». En termes de quantité, il vient largement en tête parmi toutes les espèces de poissons élevées en pisciculture : en 2006 les quatre espèces les plus couramment élevées sont la carpe argentée (4,4 millions de tonnes), la carpe amour (4,0 millions de tonnes), la carpe commune (3,2 millions de tonnes) et la carpe à grosse tête (2,4 millions de tonnes). La 5e espèce de la liste est aussi un cyprinidé : le carassin commun pour 2,2 millions de tonnes ; le rohu et la catla viennent en septième et huitième positions (1,3 million de tonnes chacun)[9]. C'est aussi le second en France en 2003[10].

La carpe en France[modifier | modifier le code]

La carpe (Cyprinus Carpio) a été introduite en France par les Romains lors de l’occupation de la Gaule. Elle a ensuite fait l’objet d’une pisciculture intensive par les moines du Moyen Âge, à des fins gastronomiques et parce que leur élevage donnait un meilleur rendement qu'une surface égale de terres - ce d'autant plus que les étangs étaient construits sur les terres les plus pauvres[11]. Petit à petit, la carpe a été introduite dans les différentes eaux du pays.

Symbolique[modifier | modifier le code]

Dans la culture chinoise, la carpe qui toujours tente de remonter le courant des fleuves, représente la persévérance mais aussi la réussite au niveau social et aux examens. Notamment, les salles d'étude des garçons dans les maisons chinoises étaient décorées d'une peinture de carpe.

Dans les expressions courantes on trouve « muet comme une carpe », « saut de carpe ».
Elle a donné son nom à un outil : la langue-de-carpe, utilisé par plusieurs corps de métiers passés et présents (dentistes[12], menuisiers-charpentiers[13], arquebusiers[14]...) ; et à un champignon, le meunier[15].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Calendrier républicain[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Compte tenu des effectifs de locuteurs francophones dans les parties du monde concernées
  2. (en)« Cypriniformes », sur FishBase
  3. (fr)« Utilisation du terme « carpe » », sur FishBase
  4. « carpe rouge »
  5. Etiquetage des produits de la mer et d'eau douce, DGCCRF
  6. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Carpe » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  7. Nom vernaculaire français d'après Dictionary of Common (Vernacular) Names sur Nomen.at
  8. Grondeur métis sur inpn.mnhn.fr.
  9. Avenas, Pierre, Walter, Henriette (2011). La fabuleuse histoire du nom des poissons. R. Laffont, Paris.
  10. Ranson S. (2003). L'alimentation de la carpe (cyprius carpio) dans son biotope et en élevage (Doctoral dissertation, École vétérinaire de Maisons-Alfort)
  11. D'où viennent les carpes ? sur portail-peche.com.
  12. Langue-de-carpe du dentiste, également appelée trivelin, dans loutilenmaintroyes.fr.
  13. Claude-Marie Gattel. Langue-de-carpe du menuisier-charpentier, sur bateliers-du-cher.net.
  14. Langue de carpe pour arquebusiers. Dans Dictionnaire universel de la langue française. 1838.
  15. Champignon Langue de carpe sur mycologia34.
  16. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 26.