Retable flamand (église Saint-Germain-l'Auxerrois de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Retable flamand
F1727 Paris Ier eglise St-Germain-Auxerrois retable flamand rwk.jpg
Retable flamand de la chapelle Notre-Dame-de-la-Compassion de l'église Saint-Germain l'Auxerrois de Paris.
Artiste
Inconnu
Date
Premier quart du XVIe siècle.
Type
Technique
Bois de chêne verni ; haut relief ciselé dans la matière.
Dimensions (H × L)
3,3 × 2,9 mètres
Mouvement
Propriétaire
Propriété de la commune.
Localisation
Commentaire
Église de Belgique ? ; don du comte de Montalivet à la paroisse (1839).
Protection
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 1er arrondissement de Paris
voir sur la carte du 1er arrondissement de Paris
Red pog.svg

Le retable flamand de l’église Saint-Germain-l'Auxerrois de Paris s'y trouve dans la chapelle Notre-Dame-de-la-Compassion, une chapelle latérale du côté nord. Il représente des scènes de la vie et de la Passion du Christ. Datant du XVIe siècle, il est classé monument historique au titre objet depuis 1905.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce retable relève de l’école flamande et plus particulièrement d’un atelier d’Anvers[2]. Il date du début du XVIe siècle et, d'après M. de Guilhermy, provient d'une église de Belgique. L'écrivain et critique d'art, Joris-Karl Huysmans, précise que ce retable a fait partie de la collection dispersée de M. de Bruges-Duménil [3]. Quoi qu'il en soit, en 1839, il est donné par le comte de Montalivet, alors ministre de l’Intérieur, à sa paroisse et est peut-être exposé dans la chapelle de la Bonne-Mort avant de trouver sa place actuelle.

Cet objet mobilier est classé monument historique depuis le [1].

Description[modifier | modifier le code]

Organisation du retable en différentes scènes.

Il s’agit d’un meuble de 3,3 m de haut et de 2,9 m de large en chêne composé de motifs en haut-relief. Le retable est divisé en trois panneaux verticaux où sont ciselées les principales scènes de la Passion. Ces reliefs sont séparés par des pieds-droits chargés de clochetons, d'aiguilles, de fleurons, de statuettes à travers lesquels circulent des branchages ronceux et feuillus. Il se compose au final de huit panneaux, cinq sur une rangée inférieure et trois sur la rangée supérieure[4].

On trouve donc, en commençant par le bas : Jessé entouré des prophètes Jacob, Isaïe, Daniel et Michée qui ont annoncé l’avènement du Messie (scène 1), un Mariage de la Vierge (scène 2), une Nativité (scène 3), une Adoration des mages (scène 4), une Présentation de Jésus au Temple (scène 5) ; dans la rangée du haut, Jésus chargé de sa croix accompagné de la Vierge, de saint Jean, de Véronique et du Juif errant (scène 6), une Vierge évanouie entourée de saint Jean, de Madeleine et du Juif errant devant le crucifie (scène 7) et pour finir, une Descente de croix (scène 8)[2].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Retable de la chapelle Notre-Dame-de-la-Compassion », notice no PM75000125, base Palissy, ministère français de la Culture.
  2. a et b Fiche descriptive du retable dans l'église
  3. Joris-Karl Huysmans - Trois Églises (seconde partie de son œuvre), sur Wikisource
  4. Fiche Palissy PM75000125.