Joseph Hyacinthe François-de-Paule de Rigaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph Hyacinthe François-de-Paule de Rigaud
Comte de Vaudreuil2.jpg

Portrait du comte de Vaudreuil
par Élisabeth-Louise Vigée-Le Brun, 1784.

Fonction
Pair de France
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Religion
Distinctions
Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit (d)
Chevalier de l'ordre de Saint-MichelVoir et modifier les données sur Wikidata

Joseph-Hyacinthe-François de Paule de Rigaud, comte de Vaudreuil, né à Saint-Domingue le 2 mars 1740 et mort à Paris au palais du Louvre le 17 janvier 1817, est un courtisan français.

Lieutenant-général, Grand Fauconnier de France, chevalier des ordres du roi, Pair de France, gouverneur du Louvre, membre libre de l’Académie des beaux-arts, il est connu pour avoir été l’ami du comte d’Artois, ainsi que le possible amant de la proche amie de la reine Gabrielle de Polignac[1] et de la portraitiste Élisabeth Vigée-Lebrun.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Joseph-Hyacinte de Rigaud, comte de Vaudreuil, gouverneur de la partie française de l’île de Saint-Domingue de 1753 à 1757, il fait la guerre de sept ans comme aide de camp du prince de Soubise, et comme officier supérieur de la gendarmerie. Il parvient ensuite au grade de lieutenant général, est nommé grand fauconnier de France, et a beaucoup de succès à la cour.

En 1782, il accompagne le comte d’Artois au siège de Gibraltar.

Proche de la reine dont il est l’un des favoris, il profite des largesses de la souveraine, mais après le 14 juillet 1789, il quitte la France avec ce prince, se rend avec lui à Turin, et l’accompagne ensuite, durant l’exil, dans différentes contrées, soutenant fidèlement le futur Charles X et veillant avec soin sur Louise de Polastron, le grand amour du comte d’Artois, jusqu’à son retour, en 1814. Il est alors nommé pair de France et gouverneur du Louvre, et il meurt dans cette charge en janvier 1817.

Louis XVIII fait déposer le cœur du comte de Vaudreuil dans la chapelle Saint-Landry de l'église Saint-Germain-l'Auxerrois de Paris et son corps est inhumé dans la sépulture familiale au cimetière du Calvaire (Paris).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Correspondance intime du comte de Vaudreuil et du comte d'Artois pendant l'émigration (1789-1815)[2], avec introduction, notes et appendices par M. Léonce Pingaud, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1889 ; Pergamon press[3], cop. 1990

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La nature exacte de sa relation avec la duchesse de Polignac est toujours contestée. De nombreux historiens ont suggéré que les deux étaient amoureux (voir Antonia Fraser, Marie-Antoinette), d'autres ont soutenu que Vaudreuil a été épris d’elle, mais qu’elle ne lui a pas rendu son affection (voir Évelyne Lever, Marie-Antoinette : la dernière reine, coll. « Découvertes Gallimard / Histoire », (no 402)).
  2. Notice bibliographique sur le catalogue général de la BnF.
  3. Livre consultable sur gallica.bnf.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]