Mairie du 1er arrondissement de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mairie du 1er arrondissement
Mairie de Paris I.jpg

Façade de la mairie du 1er arrondissement.

Présentation
Architecte
Construction
1858-1860
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Commune
Adresse
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 1er arrondissement de Paris
voir sur la carte du 1er arrondissement de Paris
Red pog.svg

La mairie du 1er arrondissement de Paris est le bâtiment qui héberge les services municipaux du 1er arrondissement de Paris, en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le bâtiment est située sur la place du Louvre, en retrait du tracé de la rue du Louvre, à côté de l'église Saint-Germain-l'Auxerrois dont elle est le pendant, et face à la colonnade du Louvre de Claude Perrault.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bâtiment a été conçu par l'architecte Jacques Hittorff et édifié entre 1858 et 1863[1].

Il a été voulu comme le pendant de la façade de l'église Saint-Germain-l'Auxerrois (dont il reprend notamment la rosace et le porche) qui se trouve à proximité, et qu'il flanque de constructions semblables aux immeubles de cette époque.

Entre les deux, Théodore Ballu fait construire un beffroi de style gothique flamboyant - que l'on prend souvent pour le clocher de l'église - relié de part et d'autre aux deux édifices par deux portes du même style donnant accès au square qui les sépare.

Description[modifier | modifier le code]

La mairie avec son campanile vus depuis le palais du Louvre.

Le bâtiment présente une architecture éclectique mais largement inspirée par le style gothique de l'église à laquelle sa façade répond.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires du baron Haussmann, Georges Eugène Haussmann, Publié par Victor-Havard, Paris, 1893 - tome III - p. 500 et 501