Saint-Jean-de-Beauregard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean et Beauregard.
Saint-Jean-de-Beauregard
L’hôtel de ville.
L’hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Montlhéry
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Limours
Maire
Mandat
François Frontera (DVD)
2008-2014
Code postal 91940
Code commune 91560
Démographie
Gentilé Bellinagardinois
Population
municipale
279 hab. (2011)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 11″ N 2° 10′ 03″ E / 48.6695938, 2.1675655 ()48° 40′ 11″ Nord 2° 10′ 03″ Est / 48.6695938, 2.1675655 ()  
Altitude Min. 100 m – Max. 169 m
Superficie 3,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Beauregard

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Beauregard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Beauregard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Beauregard
Liens
Site web mairie-saintjeandebeauregard.fr

Saint-Jean-de-Beauregard[1] (prononcé [sɛ̃ ʒɑ̃ ǝ boʁǝɡaʁ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située à vingt-cinq kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

Petit village agricole en périphérie de la ville nouvelle des Ulis, porte orientale du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse, doté d’un remarquable château de style Louis XIII classé au titre des monuments historiques, Saint-Jean-de-Beauregard et son domaine sont réputés localement pour leur fêtes des plantes de printemps et d’automne.

Ses habitants sont appelés les Bellinagardinois[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Saint-Jean-de-Beauregard en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 5,8 % 23,42
Espace urbain non construit 3,6 % 14,52
Espace rural 90,5 % 362,54
Source : Iaurif[3]

Saint-Jean-de-Beauregard est située au nord-ouest du département français de l’Essonne, dans ce qui était auparavant le pays Hurepoix, aujourd’hui devenu une région naturelle. La commune occupe un territoire de trois cent quatre-vingt dix-sept hectares. L’Institut national de l'information géographique et forestière attribue les coordonnées géographiques 48°39’51" Nord et 02°10’07" Est au point central de ce territoire[4]. Plus de 90 % de ce territoire a conservé un caractère rural avec de larges espaces de culture au centre et le bois de Saint-Jean au sud, pour partie intégré au domaine privé du château. Moins de 6 % relevaient de l’espace urbain construit, pour la majeure partie concentrée dans le hameau de Villeziers. Le sud du territoire est traversé par le cours de la rivière la Salmouille. Divers étangs et mares subsistent sur le plateau argileux typique du bassin parisien, soumis à un climat océanique dégradé. L’est du territoire est bordé par l’autoroute A10 et le nord traversé par la route départementale 35. Outre le hameau de Villeziers, le village groupe aussi ceux de la Gâtine, la Bergerie et la Grange aux Moines ainsi que plusieurs lieux-dits.

Saint-Jean-de-Beauregard est située à vingt-cinq kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[5], point zéro des routes de France, vingt kilomètres à l’ouest d’Évry[6], sept kilomètres au sud-ouest de Palaiseau[7], huit kilomètres à l’ouest de Montlhéry[8], dix kilomètres au nord-ouest d’Arpajon[9], dix-neuf kilomètres au nord-est de Dourdan[10], vingt-trois kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[11], vingt-quatre kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[12], vingt-six kilomètres au nord d’Étampes[13], trente-six kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[14].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le lavoir de Villeziers.

Le sud du territoire communal est traversé par le cours de la Salmouille, rivière affluente de l’Orge. Elle entre sur le domaine du château de Saint-Jean-de-Beauregard au sud-est du territoire puis passe en contrebas de la butte aux vaches avant de quitter le territoire lors de son passage sous les voies de l’autoroute A10 pour rejoindre Marcoussis. À proximité de ce cours d’eau se trouve la source dite de Saint Vandrille. Sur le plateau, un vaste étang subsiste au lieu-dit la Gâtine, il alimente le petit ruisseau de La Brosse qui rejoint plus bas la Salmouille. Un second étang a été aménagé à l’entrée du parc du château. Celui-ci est agrémenté de trois bassins d’agrément. Une mare se trouve au lieu-dit la Grange aux moines, et deux autres dans le centre du hameau de Villeziers dont l’une a été aménagée pour accueillir un lavoir.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est installé pour sa plus grande partie sur le plateau du Hurepoix. Il s’étage entre une altitude minimale de cent mètres au sud-est du territoire dans la vallée de la Salmouille et une altitude maximale de cent soixante-neuf mètres. Plusieurs repères géodésiques sont implantés dans la commune, dont un dans le hameau de Villeziers à une altitude de cent cinquante et un mètres[15]. Le sous-sol est caractéristique du bassin parisien, constitué de couches successives de sable, argile à meulière et marne[16].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Jean-de-Beauregard est limitrophe au nord-ouest, au nord et au nord-est de la ville nouvelle des Ulis, la route de la Folie Bessin matérialisant une partie de la frontière, à l’est, au sud-est et au sud se trouve Marcoussis, séparée pour partie par les voies de l’autoroute A10 et le cours de la Salmouille, au sud-ouest, la même rivière sert de limite au territoire de Janvry, à l’ouest se trouve le village de Gometz-le-Châtel. Avant la création des Ulis, le village était limitrophe au nord-ouest de Bures-sur-Yvette, au nord et au nord-est d’Orsay.

Rose des vents Les Ulis Les Ulis Les Ulis Rose des vents
Gometz-le-Châtel N Marcoussis
O    Saint-Jean-de-Beauregard    E
S
Janvry Marcoussis Marcoussis

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Saint-Jean-de-Beauregard est située en Île-de-France et bénéficie d’un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l’ensemble de l’année. En moyenne annuelle, la température s’établit à 10,8 °C, avec une maximale de 15,2 °C et une minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et -19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degré Celsius se fait sentir. L’ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an. Les précipitations sont également réparties sur l’année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Saint-Jean-de-Beauregard.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[17],[18].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Au sud-est de la commune passe le seul axe majeur du territoire, l’autoroute A10, pour la portion où elle assure la liaison entre la route nationale 104 venant du sud par Marcoussis et la route nationale 118 au nord depuis Les Ulis. Cet axe autoroutier majeur à cependant un faible impact sur l’environnement du village puisqu’il est encaissé en contrebas de celui-ci, dans la vallée de la Salmouille. Au nord du hameau de Villeziers se trouve les voies de la route départementale 35, aussi appelée localement route de Gometz, dans la portion faisant office de rocade sud des Ulis. Aucun réseau de transport en commun ne dessert le territoire communal. La gare d'Orsay-Ville desservie par la ligne B du RER d'Île-de-France est la plus proche du village. Situé dans l’axe des pistes, Saint-Jean-de-Beauregard est situé à quinze kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Orly. Le village est aussi situé à quarante-sept kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Jean-de-Beauregard est composé de plusieurs hameaux et lieux-dits dont le principal, centre du bourg, Villeziers, plus à l’est, l’enclave de la Gâtine et la Bergerie et au sud-est le groupement de ferme de la Grange aux Moines. Le sud-ouest du territoire est occupé par le domaine privé du château de Saint-Jean-de-Beauregard. Plusieurs lieux-dits subsistent dont la Grande Pièce, Gravigny au nord, les Pendants de Villeziers et la Pièce de Villemoisy à l’ouest, le bois de Saint-Jean, les Fonds de Saint-Vandrille et la Butte aux Vaches au sud. Une part importante du centre commercial Ulis 2 est implantée au nord du territoire communal.

Toponymie[modifier | modifier le code]

D’origine romano-franque montem falconis indique un relief rocheux, une butte, une nature sauvage, un nid de faucon. Au Moyen Âge le village s’appelait Montfaucon avant de devenir Saint-Jean de Montfaucon puis en 1610 Saint-Jean de Beauregard[19]. La commune fut créée en 1793 avec son nom actuel[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de la région de Saint-Jean-de-Beauregard au XVIIe siècle par Cassini.

La première mention du lieu, alors nommé Montfaucon date de 1142 lorsque le propriétaire terrien Hugues Bibens, dans une charte de Louis VII, donna cette terre à l’abbaye des Vaux-de-Cernay[21]. En 1183, une partie du bois de Montfaucon fut donné au prieuré de Longpont, l’imbrication des domaines donnant lieu à un échange en 1204 pour regrouper la totalité dans la propriété des Vaux-de-Cernay[21].

En 1226 existait déjà la grange aux Moines, propriété de l’abbaye des Vaux-de-Cernay[22]. En 1237, l’évêque de Paris Guillaume d'Auvergne accéda à la demande du chevalier Eudes de Montfaucon que les moines célèbrent l’office dans une chapelle à proximité de la maison seigneuriale, première étape à la constitution d’une paroisse[21]. Alors que la seigneurie était appelée Beauregard, la paroisse, détachée de Marcoussis au XIVe siècle fut d’abord consacrée à Saint Wandrille[21].

En 1550, la seigneurie de Montfaucon appartenait à Gabriel de Monteau, qui le vendit en 1576 à l’écuyer Charles de Tournebœuf, qui le laissa en 1580, par sa fille à Philippe Drapier. En 1587, la seigneurie de Montfaucon revenait à Jean Desrozier puis en 1606 à Nicolas Lelièvre. Celui-ci obtint quatre ans plus tard, par lettre patente de Louis XIII le changement de nom pour devenir Saint-Jean-de-Beauregard[21].

Le conseiller du roi François Dupoux acquit le domaine en 1612 et entama la construction d’un nouveau château sur les ruines du précédent[23] doté de communs, d’une orangerie, d’une pigeonnier et d’une glacière. En 1639, la seigneurie revint à un nommé Garnier, puis en 1653 au seigneur de Beaufort et en 1700 à Charles Doller[21]. En 1678, l’ancienne chapelle ruinée fut remplacée par une autre à proximité du château[24].

Au XVIIe siècle fut établie la ferme de Villeziers, disposant de près de quatre cent hectares de culture[25]. En 1760 le domaine fut acheté par François Montrenon, laissé en héritage en 1790 à la famille de Murinais[21].

De 1840 à 1864 fut installée par la comtesse de Murinais une école de filles dans une maison construite à cet effet[26]. En 1874 fut ouverte une école provisoire dans l’ancien presbytère[27]. Le village se dota d’une mairie-école en 1887[28] et d’un lavoir en 1889[29]. En 1899 fut reconstruite une nouvelle chapelle, complétée au XXe siècle par un porche[24].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L’évolution démographique de Saint-Jean-de-Beauregard est celle d’un village rural, relativement stable au fil des années. Le premier recensement des personnes, intervenu en 1793 a dénombré deux cent douze habitants dans la commune, chiffre porté à deux cent trente-quatre habitants en 1821 avant une forte chute en 1831 à seulement cent soixante-sept résidents, plus faible occupation de la commune à aujourd’hui. La progression reprit lentement pour atteindre le niveau originel en 1856, avant une période à l’évolution instable, passant à deux cent trente-quatre habitants en 1866 mais moins de deux cent résidents dix ans plus tard puis à nouveau deux cent trente en 1881 et jusqu’à deux cent trente-huit en 1891. La commune entra dans le XXe siècle avec un peu plus de deux cent habitants avant de connaître une nouvelle chute à partir de 1911 et plus encore en 1921 avec à peine cent quatre-vingts résidents, le cap des deux cent habitants n’étant franchi à nouveau qu’en 1962, début d’une croissance continue jusqu’à atteindre le pic démographique communal de deux cent quatre-vingt trois habitants en 1999 avant une nouvelle diminution lors des derniers recensements. L’immigration représente une part non négligeable de cette croissance démographique avec en 1999, 8,5 % de la population de nationalité étrangère[30].


En 2011, la commune comptait 279 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
212 212 214 234 167 187 180 190 201
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
211 204 234 215 199 230 222 238 227
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
211 223 196 180 190 198 177 189 192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
206 226 224 237 265 283 275 279 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2004[31])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges de Saint-Jean-de-Beauregard comparée à celle du département de l’Essonne montre une forte divergence dans la répartition de la population, à relativiser cependant par la densité de population bien inférieure dans la commune. Ainsi, la part d’habitants la plus représentée est celle des quarante-cinq à cinquante-neuf ans chez les hommes et les soixante à soixante-quatorze ans chez les femmes, alors qu’il s’agit des trente à quarante-quatre ans tous sexes confondus dans le reste du département. De même les jeunes de moins de quinze ans sont statistiquement très nettement moins représentés dans la commune que dans le reste du département. En 1999, les moins de vingt-cinq ans représentaient 32,2 % de la population totale de la commune[30].

Pyramide des âges à Saint-Jean-de-Beauregard en 2009 en pourcentages[32].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
1,4 
3,8 
75 à 89 ans
4,1 
21,1 
60 à 74 ans
23,3 
25,6 
45 à 59 ans
15,8 
16,5 
30 à 44 ans
17,8 
18,8 
15 à 29 ans
22,6 
14,3 
0 à 14 ans
15,1 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[33].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Jean-de-Beauregard est rattachée au canton de Montlhéry, représenté par le conseiller général Jérôme Cauët (PS), lui-même intégré à l’arrondissement de Palaiseau et à la quatrième circonscription de l'Essonne, représentée par le député Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP). Le maire actuel, François Frontera (DVD) préside un conseil municipal composé de onze élus, il est assisté dans ses fonctions par deux adjoints au maire[34]. L’Insee attribue à la commune le code 91 3 20 560[35]. La commune de Saint-Jean-de-Beauregard est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 105 608. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[36].

En 2011, la commune disposait d’un budget de 372 000 € dont 319 000 € de fonctionnement et 53 000 € d’investissement[37], financés pour 43,18 % par les impôts locaux[38] avec des taux d’imposition fixés à 6,23 % pour la taxe d'habitation, 9,13 % et 27,88 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti en 2010[39]. En 2011, la dette municipale cumulée s’élevait à 1 009 000 €[40]. En 2010, aucun logement social n’était implanté dans la commune[41] qui n’est cependant pas obligée par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.

La commune est membre fondateur de la communauté de communes du pays de Limours à laquelle elle a transféré les compétences de développement économique, d’aménagement du territoire, d’organisation des transports en commun, de gestion des lieux d’accueil des gens du voyage, des équipements sportifs et culturels et de la collecte et du traitement des ordures ménagères[42].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[43].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 en cours François Frontera DVD Exploitant de centre équestre[44]

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Au regard des derniers résultats des scrutins électoraux, les électeurs de Saint-Jean-de-Beauregard semblent privilégier un vote à droite pour les élections à portée nationale mais un vote à gauche pour les scrutins locaux. Ainsi, lors des dernières élections présidentielles, le candidat de la droite républicaine emportait largement les suffrages des Bellinagardinois, de même lors des élections législatives où les candidats de l’UMP sont réélu à chaque scrutin dans la commune. À l’inverse, lors des scrutins régionaux et départementaux, ce sont les candidats ou listes socialistes qui arrivent en tête dans la commune. Du fait de l’élection municipale selon la méthode plurinominale à deux tours, ce scrutin n’est de fait pas démonstratif de la tendance politique communale. En 1992, les électeurs de la commune avaient approuvé le traité de Maastricht à 51,02 %[45], ils approuvèrent à une plus forte majorité encore le traité de Rome en 2005.

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Enseignement[modifier | modifier le code]

L’école du Centre.

Les élèves de Saint-Jean-de-Beauregard sont rattachés à l’académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire de l’école élémentaire du Centre[61]. Les enfants scolarisés avant six ans sont orientés vers l’école maternelle de Mondétour dans la commune voisine d’Orsay. Les élèves plus âgés vont ensuite au collège des Goussons à Gif-sur-Yvette puis au lycée de l’Essouriau aux Ulis[62]. Hors périodes scolaires, les enfants sont pris en charge par le centre de loisirs intercommunal de Soucy à Fontenay-lès-Briis[63].

Santé[modifier | modifier le code]

Aucun établissement de santé n’est implanté sur le territoire communal. Aucun praticien de santé ne s’est installé dans la commune. Le centre hospitalier d’Orsay est le plus proche géographiquement.

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose d’aucune représentation du service public sur son territoire. Sa sécurité est assurée par la brigade de gendarmerie nationale de Gif-sur-Yvette et du centre de secours des Ulis[64]. Les justiciables de la commune sont rattachés au tribunal d’instance et au conseil de prud’hommes de Longjumeau, au tribunal de grande instance et de commerce d’Évry, tous dépendant de la cour d'appel de Paris[65].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Jean-de-Beauregard n’a développé aucune association de jumelage.

Vie quotidienne à Saint-Jean-de-Beauregard[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Une salle polyvalente a été aménagée à proximité de la mairie pour accueillir les manifestations et expositions.

Sports[modifier | modifier le code]

Le club omnisports de Saint-Jean-de-Beauregard gère le court de tennis et le boulodrome municipal.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Jean-Baptiste.

La paroisse catholique de Saint-Jean-de-Beauregard est rattachée au secteur pastoral de Limours et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l’église Saint-Jean-Baptiste[66].

Médias[modifier | modifier le code]

L’hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Jean-de-Beauregard est intégrée au bassin d'emploi d’Orsay, qui comptait en 1999 125 975 habitants, les résidents de la commune représentant 0,22 % de la population de la zone. Avec une partie du centre commercial Ulis 2 située sur le territoire municipal, l’activité économique est presque exclusivement orientée vers le commerce, même si une exploitation agricole est encore active sur plus de deux cent hectares du territoire. En 2011, trente-cinq entreprises étaient installées dans la commune totalisant quarante et un emplois en 2009. La commune comptait alors cent quarante-cinq personnes recensées dans la population active, obligeant plus 85 % d’entre eux à travailler dans une autre commune. Cependant, en 2009, le taux de chômage n’était que de 6,2 %[67].

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Jean-de-Beauregard disposent d’un niveau de vie relativement aisé, plus des deux tiers ayant un emploi fixe en entreprise ou dans la fonction publique et 22 % exerçant un emploi indépendant. Cependant, les revenus semblent s’éroder, passant en moyenne d’un revenu net imposable de 38 683 € en 2006 à 36 907 € en 2009[67], cependant toujours très supérieur à la moyenne nationale de 23 230 €. En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 25 274 €, ce qui plaçait la commune au 382e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au trente-cinquième rang départemental[68].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Saint-Jean-de-Beauregard - - - - - -
Zone d’emploi d’Orsay 0,2 % 3,7 % 36,2 % 26,2 % 21,4 % 12,3 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Saint-Jean-de-Beauregard - - - - - -
Zone d’emploi d’Orsay 1,0 % 13,4 % 3,8 % 18,1 % 30,5 % 5,4 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[67],[69],[70]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le domaine de Saint-Jean-de-Beauregard est labellisé « Jardin remarquable »[71]. Une partie de ce domaine est intégrée au vaste espace boisé s’étalant sur toute la portion sud et est du territoire communal, recensée au titre des espaces naturels sensibles[72].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le château de Beauregard construit entre 1610 et 1760 a été inscrit aux monuments historiques le , le et le [73],[74],[75],. Outre le château de style Louis XIII, le parc abrite des communs[76], une orangerie[77], un pigeonnier de 4 500 boulins[78], une glacière[79] et un potager fleuri de deux hectares à la manière du potager du roi de Versailles mariant fleurs et légumes.

Festivités[modifier | modifier le code]

Le domaine de Saint-Jean-de-Beauregard organisé chaque année au printemps la fête des plantes vivaces, à l’été la fête des artisans d’art et à l’automne la fête des plantes, fruits et légumes[80].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Jean-de-Beauregard.

La commune de Saint-Jean-de-Beauregard ne dispose pas de blason.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mic Chamblas Ploto, Le potager de Saint-Jean-de-Beauregard : L’art du potager fleuri, Maison rustique,‎ 1998 (ISBN 9782706617386)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Saint-Jean-de-Beauregard dans le Code officiel géographique sur le site de l’Insee. Consulté le 07/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 08/04/2009.
  3. Fiche communale d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le 16/11/2010.
  4. Fiche de Saint-Jean-de-Beauregard sur le site lion1906.com Consulté le 11/11/2012.
  5. Orthodromie entre Saint-Jean-de-Beauregard et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 11/11/2012.
  6. Orthodromie entre Saint-Jean-de-Beauregard et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 11/11/2012.
  7. Orthodromie entre Saint-Jean-de-Beauregard et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 11/11/2012.
  8. Orthodromie entre Saint-Jean-de-Beauregard et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 11/11/2012.
  9. Orthodromie entre Saint-Jean-de-Beauregard et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 11/11/2012.
  10. Orthodromie entre Saint-Jean-de-Beauregard et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 11/11/2012.
  11. Orthodromie entre Saint-Jean-de-Beauregard et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 11/11/2012.
  12. Orthodromie entre Saint-Jean-de-Beauregard et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 11/11/2012.
  13. Orthodromie entre Saint-Jean-de-Beauregard et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 11/11/2012.
  14. Orthodromie entre Saint-Jean-de-Beauregard et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 11/11/2012.
  15. Fiche de la borne géodésique K.A.M3-456 sur le site de l’Ign. Consulté le 10/11/2012.
  16. Fiche géologique de Saint-Jean-de-Beauregard sur le site du Brgm. Consulté le 10/11/2012.
  17. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  18. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  19. Présentation de Saint-Jean de Beauregard
  20. a et b Notice communale sur la base de données Cassini. Consulté le 23/03/2009.
  21. a, b, c, d, e, f et g Fiche de Saint-Jean-de-Beauregard sur le site topic-topos.com Consulté le 25/11/2012.
  22. Fiche de la grange aux Moines sur le site topic-topos.com Consulté le 25/11/2012.
  23. Fiche du château de Beauregard sur le site topic-topos.com Consulté le 25/11/2012.
  24. a et b Fiche de la chapelle de Beauregard sur le site topic-topos.com Consulté le 25/11/2012.
  25. Fiche de la ferme de Villeziers sur le site topic-topos.com Consulté le 25/11/2012.
  26. « Notice no IA91000097 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 25/11/2012.
  27. « Notice no IA91000095 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 25/11/2012.
  28. Fiche de la mairie-école sur le site topic-topos.com Consulté le 25/11/2012.
  29. « Notice no IA91000096 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 25/11/2012.
  30. a et b Tableaux statistiques de Saint-Jean-de-Beauregard sur le site officiel de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 11/11/2012.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  32. Pyramide des âges à Saint-Jean-de-Beauregard en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/08/2012.
  33. Pyramide des âges de l’Essonne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  34. Présentation du conseil municipal sur le site officiel de la commune de Saint-Jean-de-Beauregard. Consulté le 11/11/2012.
  35. Fiche communale sur le site de l’Insee. Consulté le 13/01/2010.
  36. Fiche entreprise de la commune de Saint-Jean-de-Beauregard sur le site verif.com Consulté le 21/04/2011.
  37. Compte communal simplifié sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 11/11/2012.
  38. Compte communal détaillé sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 11/11/2012.
  39. Taux de taxes locales à Saint-Jean-de-Beauregard sur le site taxe.com Consulté le 11/11/2012.
  40. Endettement communal sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 11/11/2012.
  41. Répartition du parc HLM par commune et par bailleur en Essonne sur le site de l’Aorif. Consulté le 11/11/2012.
  42. Présentation des compétences de la communauté de communes du pays de Limours sur le site officiel de l’intercommunalité. Consulté le 11/11/2012.
  43. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 09/06/2009.
  44. Fiche de la commune sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 12/05/2010.
  45. Résultats du référendum de 1992 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 18/11/2012.
  46. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  47. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  48. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/05/2012.
  49. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  50. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  51. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 23/06/2012.
  52. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  53. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  54. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  55. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 13/04/2010.
  56. Résultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  57. Résultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/04/2011.
  58. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  59. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 20/08/2009.
  60. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/08/2009.
  61. Liste des écoles du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 28/09/2010.
  62. Organisation scolaire sur le site officiel de la commune. Consulté le 18/11/2012.
  63. Présentation du centre de loisirs intercommunal sur le site officiel de la communauté de communes du Pays de Limours. Consulté le 18/11/2012.
  64. Organisation des forces d’incendie et de secours en Essonne sur le site du SDIS91. Consulté le 18/11/2012.
  65. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 18/11/2012.
  66. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 02/12/2009.
  67. a, b et c Rapport statistique communal sur le site de l’Insee. Consulté le 24/11/2012.
  68. Résumé statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 26/10/2009.
  69. %5CDL_ZE19901143.pdf Rapport statistique de la zone d’emploi d’Orsay sur le site de l’Insee. Consulté le 30/05/2010.
  70. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 05/07/2009.
  71. Fiche du domaine de Saint-Jean-de-Beauregard sur le site du comité des parcs et jardins de France. Consulté le 19/11/2012.
  72. Carte des espaces naturels sensibles de Saint-Jean-de-Beauregard sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 25/11/2012.
  73. « Notice no IA91000072 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 01/04/2010.
  74. « Notice no PA00088006 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 01/04/2010.
  75. « Notice no IA91000415 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 01/04/2010.
  76. Fiche des communs du domaine de Beauregard sur le site topic-topos.com Consulté le 25/11/2012.
  77. Fiche de l’orangerie du domaine de Beauregard sur le site topic-topos.com Consulté le 25/11/2012.
  78. Fiche du pigeonnier du château de Beauregard sur le site topic-topos.com Consulté le 25/11/2012.
  79. Fiche de la glacière du domaine de Beauregard sur le site topic-topos.com Consulté le 25/11/2012.
  80. Site officiel du domaine de Saint-Jean-de-Beauregard. Consulté le 25/11/2012.