Jouars-Pontchartrain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jouars-Pontchartrain
La mairie.
La mairie.
Blason de Jouars-Pontchartrain
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Canton Montfort-l'Amaury
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Yvelines
Maire
Mandat
Hervé Lemoine
2014-2020
Code postal 78760
Code commune 78321
Démographie
Gentilé Chartripontains
Population
municipale
5 297 hab. (2011)
Densité 549 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 14″ N 1° 54′ 08″ E / 48.803889, 1.90222248° 48′ 14″ Nord 1° 54′ 08″ Est / 48.803889, 1.902222  
Altitude Min. 67 m – Max. 171 m
Superficie 9,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Jouars-Pontchartrain

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Jouars-Pontchartrain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jouars-Pontchartrain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jouars-Pontchartrain
Liens
Site web mairie-jouarspontchartrain.fr

Jouars-Pontchartrain est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Jouars-Pontchartrain dans les Yvelines
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Jouars-Pontchartrain se situe à 35 km à l'Ouest de Paris, à 18 km à l'Ouest de Versailles et 22 km de Rambouillet, sur un contrefort qui délimite l'extrémité Ouest de la plaine de Versailles et au pied duquel commence la plaine de Montfort-l'Amaury.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Son territoire est irrigué par la Mauldre dont le cours orienté Sud-Nord suit la limite Est de a commune et reçoit dans le parc du château le ru d'Élancourt, dont une dérivation alimente son étang. Ce ru, orienté Est-Ouest, est grossi un peu en amont par le ru de Maurepas qui le rejoint à Chennevières.

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

La commune est composée de six hameaux :

  • Pontchartrain, au Nord du territoire communal, cœur de la commune, où se trouvent, autour de la mairie, de l'église Saint-Lin et de l'hôpital Saint-Louis, la majorité des commerces de proximité et la plus grande partie de l'habitat ;
  • Chennevières, au Sud-Est de Pontchartrain et y attenant, hameau résidentiel et ancien ;
  • la Richarderie, à l'Est de Chennevières et y attenant, hameau mi-résidentiel mi-rural ;
  • Jouars, à l'écart au Sud de Pontchartrain, qui possède une église et comporte que quelques habitations et exploitations rurales ;
  • Ergal, à l'extrême Est et en limite du territoire communal, attenant au hameau de Launay de la commune d'Élancourt, mi-résidentiel mi-rural ;
  • les Mousseaux, au Sud de Jouars, en limite du territoire communal et attenant au hameau de Villeneuve (Parc aux Loups) de la commune de Maurepas, mi-résidentiel mi-rural avec quelques petites entreprises artisanales ;
  • la Dauberie, étendue résidentielle très arborée, en limite de Saint-Rémy-l'Honoré.

Ces deux derniers hameaux forment une sorte d'enclave entre les territoires communaux de Maurepas, Coignières, Saint-Rémy-l'Honoré et Le Tremblay-sur-Mauldre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villiers-Saint-Fréderic Neauphle-le-Château Plaisir Rose des vents
Le Tremblay-sur-Mauldre N Plaisir
O    Jouars-Pontchartrain    E
S
Le Tremblay-sur-Mauldre Maurepas Élancourt

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La RD 15 à la sortie de Pontchartrain.
La RD 15 à la sortie de Pontchartrain, vers Jouars, prés du site de de Diodurum.

La desserte routière est principalement assurée par la route nationale 12 qui a été déviée en 2003, évitant le bourg principal de Pontchartrain. La déviation, à caractéristiques autoroutières passe en tunnel sous Chennevières et en tranchée au sud du bourg et du château. L'ancien tracé a été déclassé en route départementale 912.

La commune est également traversée :

L' avenue du Château qui relie la RD 15 à la RD 912 (ex-RN 12) est numérotée RD 25.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Villiers - Neauphle - Pontchartrain qui est située à 3 km sur la commune de Villiers-Saint-Fréderic.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

  • les lignes 5, 7, 10, 14, 18, 118, 218 et 318 de la société de transport Hourtoule ;
  • les lignes 11 et 67 de la société de transport Transdev Houdan ;
  • la ligne 78 qui est exploitée par les sociétés de transports Transdev Houdan et Hourtoule.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jouars[modifier | modifier le code]

La localité est mentionnée sous les formes Joreium, Jorreyum, Jotrum en 1351 [1].

Le nom de Jouars est issu, par évolution phonétique romane, de Diodurum « le bourg divin », nom de la cité gallo-romaine qui se trouvait un peu plus au sud de l'agglomération actuelle, au bord de la Mauldre.

Pontchartrain[modifier | modifier le code]

La nom de la localité est attesté sous la forme latinisée [apud] Pontem Carnutensis en 1156 - 1157[2]

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en Pont-, suivi de l'adjectif chartrain signifiant « de (la route de) Chartres »[3]. Il s'agit d'un ancien lieu-dit correspondant à un pont sur la Mauldre sur la voie qui dans l'antiquité et au Moyen Âge reliait Paris à Chartres. On trouve deux autres Pontchartrain, un sur la commune de Brézolles (Eure-et-Loir, Decidam de Pontecharten au XIIe siècle et un sur la commune de Saint-Mard-de-Reno (Orne, apud Pontem Chartem en 1226). Ce type toponymique est le reflet de l'importance de la cité épiscopale de Chartres au Moyen Âge.

À moins que l'adjectif chartain[réf. nécessaire] ne se rapporte directement à la tribu gauloise des Carnutes, qui occupaient la région de Chartres et à laquelle ils ont donné leur nom. Aussi le nom de Pontchartrain indique-t-il toujours une limite entre les Carnutes et d'autres tribus gauloises: Pontchartrain, à Jouars, marquait donc la frontière entre les Carnutes et les Parisii[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Lin à Pontchartrain.
L'église Saint-Lin à Pontchartrain.
Le monument aux morts.
Le monument aux morts.

Le territoire de Jouars-Pontchartrain est habité depuis la plus haute antiquité. Des vestiges datant du néolithique ont été trouvés à l'occasion du chantier de la déviation de la RN 12.

Le site de la ferme d'Ithe, situé au bord de la Mauldre et à l'ouest du hameau de Jouars, mais sur le territoire communal du Tremblay-sur-Mauldre, correspond à une ancienne agglomération gallo-romaine du nom de Diodurum ou Divo durum [5]. Par la suite, l'agglomération se développa plus haut le long de la route venant de Neauphle-le-Château, avant de décliner durablement à partir du VIe siècle.

Le développement du bourg de Pontchartrain est lié à la déviation au XVIIe siècle de la route de Paris à Dreux qui passait auparavant par Neauphle-le-Château, qui fut décidée par le comte de Maurepas, alors propriétaire du château et avait pour but de faciliter le trafic en évitant la montée dangereuse vers la butte de Neauphle.

Par la suite, le bourg prospéra en fonction de la circulation sur cette route importante du royaume.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1840 1846 Louis François Advielle    
1846 1848 Louis Martin    
1848 1860 Louis Nicolas Durvis    
1860 1860 (2 mois) Pierre-Antoine Hemard    
1860 1870 Alfonse Lignereux    
1870 1870 (2 mois) Louis-François Pascal    
1870 1871 Jean-Baptiste Cottin    
1871 1885 Jean-Stanislas Barrier    
1885 1892 Joseph Durvis    
1892 1892 (5 mois) François Broquet    
1892 1896 Joseph Durvis    
1896 1900 Hippolyte Magrimaux    
1900 1912 Joseph Durvis    
1912 1925 Paul Pascal    
1925 1926 Louis-Eugène Thomas    
1926 1929 Lucien Hennon    
1929 1945 Alphonse Durvis    
1945 1959 Pierre Pascal    
1959 1995 Jean-Louis Fanost    
1995 2014 Marie-Laure Roquelle    
2014 en cours Hervé Lemoine    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 297 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 286 1 331 1 199 1 243 1 304 1 445 1 490 1 543 1 507
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 486 1 509 1 526 1 419 1 419 1 323 1 345 1 407 1 389
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 350 1 365 1 226 1 157 1 363 1 245 1 298 1 363 1 540
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 753 2 159 2 549 3 774 4 282 4 569 4 932 5 047 5 239
2011 - - - - - - - -
5 297 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,7 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 21,4 %, plus de 60 ans = 19,7 %) ;
  • 51,2 % de femmes (0 à 14 ans = 18,1 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 21,1 %, 45 à 59 ans = 20,7 %, plus de 60 ans = 25,6 %).
Pyramide des âges à Jouars-Pontchartrain en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
2,9 
4,8 
75 à 89 ans
9,2 
14,5 
60 à 74 ans
13,5 
21,4 
45 à 59 ans
20,7 
21,0 
30 à 44 ans
21,1 
16,3 
15 à 29 ans
14,6 
21,7 
0 à 14 ans
18,1 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède[10] :

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin dans le hameau de Jouars.
L'église Saint-Martin dans le hameau de Jouars.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Auguste Dreyfus, financier, industriel et collectionneur d'art, acquit, restaura et agrandit le château à la fin du XIXe siècle;
  • Robert Dalban, comédien, est inhumé dans le cimetière communal;
  • Alain Poiré, producteur de cinéma, est inhumé à ses côtés.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Jouars-Pontchartrain

Les armes de Jouars-Pontchartrain se blasonnent ainsi :

De sinople au pont d'or au chef de gueules semé de quartefeuilles d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Longnon, Pouillé de la Province de Sens (1904), p. 120, p. 158,
  2. Ernest Nègre Toponymie générale de la France ( t. 2, Formations non-romanes, Vol. 2, (1996), p. 1371. (lire en ligne) [1]
  3. Ernest Nègre, op. cit.
  4. Marianne Mulon, Noms de lieux d'Île-de-France, Bonneton, 1997, p. 196.
  5. Olivier Blin, « Diodurum : l’agglomération antique de Jouars-Pontchartrain », Inrap,‎ 2005 (consulté le 8 octobre 2009)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à Jouars-Pontchartrain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 juin 2011).
  9. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 juin 2011).
  10. Site officiel de l'inspection académique des Yvelines.