Dampierre-en-Yvelines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dampierre-en-Yvelines
Mairie
Mairie
Blason de Dampierre-en-Yvelines
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Canton Chevreuse
Intercommunalité Haute Vallée de Chevreuse
Maire
Mandat
Nicolas Thieffry[1]
2008-2014
Code postal 78720
Code commune 78193
Démographie
Gentilé Dampierrois
Population
municipale
1 110 hab. (2011)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 24″ N 1° 59′ 15″ E / 48.7067, 1.9875 ()48° 42′ 24″ Nord 1° 59′ 15″ Est / 48.7067, 1.9875 ()  
Altitude Min. 85 m – Max. 178 m
Superficie 11,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Dampierre-en-Yvelines

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Dampierre-en-Yvelines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dampierre-en-Yvelines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dampierre-en-Yvelines
Liens
Site web Dampierre-en-Yvelines.fr

Dampierre-en-Yvelines est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Dampierre-en-Yvelines dans les Yvelines
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

Elle est composée de plusieurs parties :

  • le village de Dampierre, situé près du château, le long du ru des Vaux de Cernay ;
  • le village de Maincourt-sur-Yvette, situé le long de l’Yvette ;
  • les hameaux de Champ Romery et du Mousseau, situés sur le plateau ;
  • le hameau de Fourcherolles, situé au fond d’un vallon, le vallon de Valence.

Dans le village de Maincourt se trouve un sentier-découverte des marais.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

L'axe de circulation principal qui traverse la commune est la route départementale 91 qui mène au nord à Saint-Quentin-en-Yvelines et Versailles et au sud à Cernay-la-Ville. La route qui vient de Chevreuse, à l'est, est la route départementale 58 qui poursuit son tracé vers le nord-est, vers Lévis-Saint-Nom et au-delà Élancourt.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Les gares SNCF les plus proches sont la gare de La Verrière et la gare de Saint-Rémy-lès-Chevreuse

Bus[modifier | modifier le code]

Les bus de la Savac desservent Dampierre du lundi au samedi. Les horaires des bus sont consultables sur le site web de la Savac.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom « Dampierre » a deux origines plausibles :

  • domus Petri, « la maison de Pierre »', en raison de l’église Saint-Pierre qui y est construite ;
  • damna petra, « pierre damnée ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIII°siècle; Amauri de CHEVREUSE (fils de Guy, sgr.de Chevreuse) est Seigneur de Dampierre. Au XIV°siècle; Simon, Ansel, Jean de CHEVREUSE sont seigneurs de Dampierre. Vers la fin du XIV°s; Nicole d'ARCIES, Dame(héritière) de Dampierre, transmet par mariage la seigneurie de Dampierre à Simon de La FONTAINE. Au XV°siècle; Jacqueline de La FONTAINE, Dame de Dampierre, transmet par mariage la seigneurie à Enguerrand de THUMERY. Au XVI°siècle; Robert de THUMERY vend Dampierre à Jean DUVAL/du VAL. Puis Dampierre est racheté par Charles de LORRAINE, archevêque de Reims. Les terres, fiefs, et domaines de: Dampierre, Beauvrain, et Maurepas, sont unis au duché de Chevreuse [2]. Le Duché de Chevreuse appartint à Henri de LORRAINE-GUISE(+1588) dit "Le Balafré" . Au XVII°siècle; Marie de ROHAN, duchesse de Chevreuse, veuve de Claude de LORRAINE-GUISE(+1657); cède le duché de Chevreuse à son fils Louis-Charles d'ALBERT, Duc de Luynes (issu d'un premier mariage). Vers la fin du XVII°s; l'ançien château ayant été rasé; Charles-Honoré d'ALBERT de LUYNES, Duc de Chevreuse, petit-fils de Marie de ROHAN, fit construire l'actuel château de Dampierre[3],[4],[5] Le duc de Luynes fut propriétaire du château de Dampierre, et le décora à grands frais.

Par l'arrêté préfectoral du , Journal officiel du et effet au 1er juillet 1974, la commune de Maincourt-sur-Yvette est rattachée à la commune de Dampierre par fusion-association et la nouvelle commune s'appelle Dampierre-en-Yvelines. Le code Insee de la commune de Maincourt était 78357.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 110 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
687 578 559 620 605 658 698 745 747
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
730 669 653 626 641 644 666 677 676
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
680 660 664 595 596 587 502 467 552
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
591 601 740 999 1 030 1 051 1 128 1 162 1 125
2011 - - - - - - - -
1 110 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,2 %, 15 à 29 ans = 18,8 %, 30 à 44 ans = 17 %, 45 à 59 ans = 24,6 %, plus de 60 ans = 20,5 %) ;
  • 51,3 % de femmes (0 à 14 ans = 18,4 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 20,3 %, 45 à 59 ans = 24,3 %, plus de 60 ans = 21,5 %).
Pyramide des âges à Dampierre-en-Yvelines en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,6 
4,2 
75 à 89 ans
5,5 
15,9 
60 à 74 ans
14,4 
24,6 
45 à 59 ans
24,3 
17,0 
30 à 44 ans
20,3 
18,8 
15 à 29 ans
15,6 
19,2 
0 à 14 ans
18,4 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le 4 mars 2012, Dampierre-en-Yvelines est la ville-départ de la course cycliste Paris-Nice 2012.

Économie[modifier | modifier le code]

Les principales activités sont le tourisme (hôtellerie, restauration) et le commerce de proximité. Trois agriculteurs sont installés sur le territoire communal.

Culture ocale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dans la salle de musique du château est exposée l’Âge d’Or, une fresque peinte par Ingres.

À l'initiative d'Honoré de Luynes qui habitait le château voisin, le transept méridional fut aménagé en 1862 en nécropole pour les membres de sa famille et descendants de la famille des Luynes. On y trouve un beau sarcophage de sa seconde épouse Adèle-Amys du Ponceau.

La seigneurie de Valence fut accordé en janvier 1510, par Dom Pierre Pichonnat, abbé de Saint-Denis-en-France, qui baille à vie à Adam de Baillon, notaire et secrétaire du roy, le fief de Valence. Ce bail est fait moyennant 36 livres. Une autre version plus ancienne datant de 1502 était établie pour 12 livres.

  • La Maison de Fer est située sur le plateau au-dessus du village de Dampierre. C’est un prototype de petite maison démontable dû à l'ingénieur Duclos (brevet SGDG 1890) ; fabriquée en fer, elle était destinée à être utilisée comme habitation coloniale. Cet exemplaire a servi de billetterie lors de l’Exposition universelle de 1889 à Paris, avant d'être remonté à Dampierre. Entourée d'un jardin et restaurée, elle sert désormais de gîte d'étape pour randonneurs.

Dampierre et le cinéma[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Dampierre-en-Yveline

Les armes de Dampierre-en-Yvelines se blasonnent ainsi :

parti, au premier d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent, au second aussi d'or au lion de gueules couronné d'or, le tout surmonté d'un chef de France ancien.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]