Cernay-la-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cernay.
Cernay-la-Ville
Mairie
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Canton Chevreuse
Intercommunalité Aucune
Maire
Mandat
René Mémain[1]
2008-2014
Code postal 78720
Code commune 78128
Démographie
Gentilé Cernaysiens
Population
municipale
1 642 hab. (2011)
Densité 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 27″ N 1° 58′ 32″ E / 48.6741666667, 1.97555555556 ()48° 40′ 27″ Nord 1° 58′ 32″ Est / 48.6741666667, 1.97555555556 ()  
Altitude Min. 111 m – Max. 178 m
Superficie 9,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Cernay-la-Ville

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Cernay-la-Ville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cernay-la-Ville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cernay-la-Ville
Liens
Site web Cernay-la-Ville.fr

Cernay-la-Ville est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur la D906 entre Rambouillet et Chevreuse, le village est inclus dans le Parc naturel régional de la haute vallée de Chevreuse et est à proximité de la limite nord-est de la forêt domaniale de Rambouillet. Il se trouve en limite nord-ouest du plateau qui surplombe les Vaux de Cernay, un peu avant le confluent du ruisseau de Prédecelle (ou Rouillon) et du Ru des Vaux, affluents de l'Yvette[2] Les communes voisines sont Senlisse au nord et nord-est, Choisel à l'est, Bullion au sud-est, La Celle-les-Bordes au sud et Auffargis à l'ouest.

Le village se trouve un peu à l'écart des réseaux ferroviaires, qui le contournent soit par le nord-ouest (ligne de Versailles à Chartres), soit par le sud-ouest (ligne de Palaiseau vers Voves). La commune est desservie par la ligne de bus 39.03, de la société de transport SAVAC.

Le centre du bourg est organisé autour de l'intersection entre la D906 et la route menant à Limours en direction du sud-est. Au nord de la commune, les forêts domaniales s'étendent sur les zones escarpées descendant jusqu'au Ru des Vaux. Au sud et à l'est, s'étendent des zones agricoles. La commune comprend un hameau, les Vaux de Cernay, situé en contrebas, à l'ouest.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Cernay est attesté au Haut Moyen Âge en 768 sous la forme Sarnetum[3].

Le mot doit en fait remonter au gaulois *Isarnacon, réduit à *Sarnacon. L'étymologie est possiblement similaire aux autres Cernay de France, comme par exemple Cernay-les-Reims (Marne, Sarnacum en 1103)[4]. On aurait donc une latinisation erronée par confusion de suffixe entre -acon (latinisé en -acum ou -acus dans les textes) et -etum, celui servant à former des collectifs d'arbres, car l'évolution phonétique a abouti indifféremment à -ay ou ey dans ces deux cas. Cette mauvaise latinisation de -acum en -etum, ou l'inverse, est souvent relevée pour d'autres toponymes dans la documentation.

*Sarnacon représenterait donc le gaulois isarnon « fer », suivi du suffixe -acon localisant, d'où le sens global de « lieu où il y a du fer ». Ce toponyme est parallèle à l'adjectif néobreton houarnek « ferreux, ferrugineux » issu du vieux breton *hoiarnoc, basé sur hoiarn « fer » équivalent du gallois haearn et au vieux cornique hoern, même sens, tous du proto-celtique *īsarno- (en brittonique le [s] initial est passé à [h] cf. gaulois *succo- « porc, groin de porc », irlandais socc « groin, soc de charrue » mais breton houc'h et cornique hoch « porc »)[5] et le suffixe -oc de même origine que le gaulois -acon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est probable que l'on y ait exploité ou travaillé le fer, dès l'époque de La Tène, comme l'indique le nom celtique de l'endroit.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours René Mémain    
1995 2001 Michel Trempu    
1983 1995 Jean Dionisi    
1977 1983 Alain Sarzotti    
1971 1977 Maurice Corin    
1965 1971 Robert Thibault    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 642 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
331 388 408 440 409 409 424 461 454
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
466 473 502 504 519 614 624 681 803
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
741 755 705 677 645 605 545 532 595
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
561 518 969 1 666 1 757 1 727 1 652 1 641 1 642
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,5 %, 15 à 29 ans = 13,9 %, 30 à 44 ans = 18,9 %, 45 à 59 ans = 26,8 %, plus de 60 ans = 19 %) ;
  • 51,2 % de femmes (0 à 14 ans = 21 %, 15 à 29 ans = 13,3 %, 30 à 44 ans = 20,5 %, 45 à 59 ans = 25 %, plus de 60 ans = 20,2 %).
Pyramide des âges à Cernay-la-Ville en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,8 
3,6 
75 à 89 ans
5,6 
15,1 
60 à 74 ans
13,8 
26,8 
45 à 59 ans
25,0 
18,9 
30 à 44 ans
20,5 
13,9 
15 à 29 ans
13,3 
21,5 
0 à 14 ans
21,0 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle ;
  • École élémentaire.

L'école est affiliée à l'USEP (Union sportive à l'école primaire) et permet aux élèves de participer à des rencontres inter-écoles (Bullion, Dampierre, La Celle-les-Bordes, Les Essarts-le-Roi, Auffargis et Le Perray-en-Yvelines).

Sports[modifier | modifier le code]

Association Sportive de Cernay-la-ville (ASC)

(football, tennis, VTT, musculation, pétanque)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Brice, le transept et la base du clocher sont du XIIIe siècle, la nef et le bas-côtés du XVIe siècle; la pierre tombale à 2 effigies du XVIe siècle, la statue de saint Brice en chêne du XIIIe siècle, le grand Christ de bois du XVIIe siècle.
  • Ancienne abbaye des Vaux de Cernay.

Activités festives[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

C'est dans l'abbaye des Vaux-de-Cernay que Jamel Debouzze s'est marié avec Melissa Theuriau.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les maires des Yvelines sur le site officiel de la préfecture.
  2. Géoportail : carte physique
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1978.
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  5. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux celtique continental, éditions Errance 2003, p. 191-192 sous isarnon et p. 284 sous succos.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à Cernay-la-Ville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 avril 2011)
  9. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 avril 2011)