Metzervisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Metzervisse
Église Saint-Jean-Baptiste.
Église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Est
Canton Metzervisse (Chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de l'Arc mosellan
Maire
Mandat
Pierre Heine
2014-2020
Code postal 57940
Code commune 57465
Démographie
Gentilé Metzervissois
Population
municipale
1 888 hab. (2011)
Densité 210 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 57″ N 6° 17′ 11″ E / 49.315833, 6.28638949° 18′ 57″ Nord 6° 17′ 11″ Est / 49.315833, 6.286389  
Altitude Min. 173 m – Max. 256 m
Superficie 8,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Metzervisse

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Metzervisse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Metzervisse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Metzervisse
Liens
Site web www.metervisse.fr

Metzervisse (prononcé [mɛːt.'sɛʁ.vis]) est une commune française située dans le département de la Moselle en Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Metzervisse se trouve près de Metz à environ vingt minutes et se situe aussi à l'est de la France.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Wiehs au Xe siècle (abbaye de Mettlach, déclaration de biens); Wies au XIe siècle; Vizes en 1241; Wiez en 1271; Wiss et Metzerweis en 1544; Metzerwies en 1572 (Berthollet histoire du Luxembourg); Visz en 1594 (coll. Saint Sauv.); Metzerwyes en 1685 (terr. De Metzeresche); Vüs en 1686 (abbaye de Villers); Vies en 1698 (terr. du ban.); Metzerwiese ou Visse au XVIIIe siècle (pouillé de M.); Metzervis en 1737 (terr. de Rentgen); Mezevize en 1762 (carte Lafosse)[1]; Metzervisse (1793); Metzerwise (1801)[2]; Metzerwiese (1871-1918); Metzerwiesen (1940–1944).
  • Le nom du village de Metzervisse apparaît en 874 pour la première fois dans un texte sous le nom latin de Villa Wis Metzervisse et a, à l’origine, la même forme que trois autres villages du pays thionvillois : Waldwis, Gawis et Altwis. La forme la plus ancienne est Wis. Ce toponyme trouve son origine dans le latin Vicus, nom qui se traduit par bourg ou bourgade, village ou quartier en français. Metzervisse tire donc son origine de l’époque gallo-romaine. Nous savons alors grâce à la toponymie que Metzervisse était déjà une localité à cette époque. La première fois que le préfixe Metzer- apparaît en 1454 n’est qu’un qualificatif tardif servant à distinguer la localité des autres WIS. Mais pourquoi a-t-on choisi Metzer qui veut dire « de Metz » et « Messin »[3] alors que Metzervisse n’a jamais fait partie du pays messin ? Une explication existe sur ce qualificatif, à la fin du XIIIe siècle, les seigneurs de Rodemack possèdent une seigneurie à Wis (Metzervisse), mais aussi à deux autres Wis. Donc pour différencier les trois Wis, ils avaient besoin de rajouter des préfixes. Comme notre Wis était situé le plus au sud de Metz, ils le nommèrent Metzervisse, le village au sud de Metz. Ernest Nègre voit dans Wis l’allemand Wiese qui signifie « pré » ou « prairie »[3]. Cette interprétation ne paraît pas acceptable à beaucoup de spécialistes du village[Lesquels ?] car traduire Metzervisse par « la prairie de Metz » n’aurait aucun sens. Pourtant, beaucoup d'habitants admettent cette proposition. Mais, la proposition la plus vraisemblable est bien celle où Metzervisse signifierait « Village appartenant à la seigneurie de Rodemack le plus au sud de Metz ».[pourquoi ?]
  • Une toponymie originale[Laquelle ?] verrait aussi dans le nom de Metzervisse, la proposition de « Prairie des Carnages » avec l'influence germanique ancienne qui nous donne Metzger et auparavant même, Metzer. Conservant le Wis du Villa Wis de 874 qui trouve aisément son origine dans l'allemand Wiese.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Fief luxembourgeois, partagé entre quatre seigneurs : Meilbourg, Distroff, Daundorf, Trèves.
  • Cédé à la France en 1659.
  • Dépendait en 1681 de la seigneurie de Meilberg.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 mars 2008 René Arnould SE  
mars 2008 mars 2020 Pierre Heine SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]


En 2011, la commune comptait 1 888 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
622 607 635 669 799 792 720 727 642
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
629 696 598 650 657 726 788 777 701
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
792 912 838 757 863 1 009 1 156 1 115 1 169
1990 1999 2004 2006 2009 2011 - - -
1 157 1 271 1 382 1 520 1 807 1 888 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.
Église Saint Jean Baptiste.
  • Passage de la voie romaine, vestiges gallo-romains, fragments de tuile.
  • Fours à chaux[5], [6].

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Une ancienne église est mentionnée pour la première fois en 1242. Sa date de construction est inconnue. Elle se trouvait derrière le lotissement « Les Champs Fleuris » au lieu-dit Freilangt. Il n’en reste aucune trace. Le village de Metzervisse entièrement détruit a été reconstruit après la guerre de Trente-Ans plus haut et plus loin de la Bibiche pour être moins vulnérable en cas de nouvelle guerre c’est pourquoi l’ancienne église se trouvait à 500 m des habitations les plus proches. Elle desservait les communes de Metzervisse, Stuckange, Distroff et aussi avant 1631, de Hechligen, village aujourd'hui disparu.

Église Saint-Jean-Baptiste[modifier | modifier le code]

Construite en 1778[7] en remplacement de l’ancienne église, l' église Saint-Jean-Baptiste a été bénie par Louis-Joseph de Montmorency-Laval, évêque de Metz, le 21 décembre de la même année.

Le clocher a été construit en 1866. La tribune intérieure a été érigée en 1867 et reçut un orgue un peu plus tard en 1884[8]. Celui-ci fut restauré en 1921 et surtout en 1962.

Il y avait trois cloches bénies le 21 avril 1861 par l'abbé Selen. Deux d'entre elles ont été fondues le 17 juillet 1917 pour faire des boulets de canon. En 1919 quatre nouvelles cloches sont installées. Malheureusement, une fois de plus, le 2 décembre 1943, trois d'entre elles seront de nouveau transformées en matériel de guerre. Trois nouvelles cloches seront donc commandées en 1948 et seront baptisées le 4 décembre 1949. Au bas de chacune d'elles on peut lire « Je remplace ma sœur enlevée par les allemands le 2 décembre 1942 ».

En 1868, la Vierge et les deux anges représentant l'Assomption sont installés dans la niche derrière le maître autel. Les premiers vitraux ont remplacé en 1899 les fenêtres en verre ordinaire. Certains durent être remplacés en 1947 à la suite de la guerre (huit au total).

C'est en 1925 que le carrelage actuel a été posé à la place du dallage genre pierre de taille existant.

En 1929, le Conseil de fabrique installa un souffleur électrique sur les orgues. Une rénovation complète des peintures fut exécutée en 1938. Un trou de 4 m², provoqué par un obus en 1944, a été refermé en 1948. L'intérieur de l'église fut à nouveau repeint en 1993.

C'est en 2000 que dix paroisses ainsi que quatre annexes autour de Metzervisse furent réunies pour former la Communauté de paroisse Saint Maximilien Kolbe. Elle fut inaugurée le 15 août 2001 à Distroff[9].

Patrimoine juif[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne synagogue, construite en 1748, située Grand-Rue[10].
  • Le Cimetière Israélite du XIXe siècle, situé route de Volstroff[11].
  • Le Mikvé

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France, Volume 2
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. « Notice no IA00038332 », base Mérimée, ministère français de la Culture Four à chaux
  6. « Notice no IA00038331 », base Mérimée, ministère français de la Culture Four à chaux
  7. « Notice no IA00038314 », base Mérimée, ministère français de la Culture Eglise Paroissiale Saint-Jean-Baptiste
  8. « Notice no IM57000902 », base Palissy, ministère français de la Culture Orgue église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
  9. Site de la paroisse de Metzervisse
  10. la communauté juive à Metzervisse
  11. « Notice no IA00038318 », base Mérimée, ministère français de la Culture Cimetière de Juifs