Ham-sous-Varsberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ham.
Ham-sous-Varsberg
L'église Saint-Lambert et le château
L'église Saint-Lambert et le château
Blason de Ham-sous-Varsberg
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Boulay-Moselle
Canton Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes du Warndt
Maire
Mandat
Valentin Beck
2014-2020
Code postal 57880
Code commune 57288
Démographie
Population
municipale
2 784 hab. (2011)
Densité 426 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 54″ N 6° 38′ 54″ E / 49.1816666667, 6.6483333333349° 10′ 54″ Nord 6° 38′ 54″ Est / 49.1816666667, 6.64833333333  
Altitude Min. 213 m – Max. 332 m
Superficie 6,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Ham-sous-Varsberg

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Ham-sous-Varsberg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ham-sous-Varsberg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ham-sous-Varsberg

Ham-sous-Varsberg est une commune française située dans le département de la Moselle et la région Lorraine. Elle est localisée dans la région naturelle du Warndt et dans le bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La chapelle et l’église
Croix de chemin dans la forêt

Le cours d’eau de la Bisten traverse la commune. Prenant sa source sur le ban du village de Boucheporn, la rivière traverse ensuite Bisten-en-Lorraine et Varsberg avant de se diriger vers Ham et sa roselière, dans laquelle elle reçoit les eaux du ruisseau de Guerting. La Bisten prend alors la direction de la ville de Creutzwald et de sa voisine allemande Überherrn.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Hams et Hamps (1181), Hams soub Warnesperch (1231), Ham soub Warnesperch (1283), Hamen (1594), Ham sub Varsperg (1606), Hamm (XVIIIe siècle), Han (1756), Ham devant Boulay (1779), Ham (1793 & 1801), Ham unter Varsberg (1871-1918), Hamm unter Warsberg (1940–1944).
  • En francique lorrain: Homm.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une occupation ancienne sur le territoire de la commune est attestée par la découverte d’une nécropole romaine. Au Moyen Âge, la région est le berceau de la puissante seigneurie de Warsberg, dès le XIe siècle. Deux châteaux perchés permettaient de contrôler les vallées du Warndt. Le sire de Warsberg ayant soutenu Antoine de Vaudémont contre René d’Anjou lors de la bataille de Bulgnéville, René dévaste alors les deux châteaux.

Le vieux Warsberg, situé sur l’actuel ban du village voisin de Varsberg, n’est pas relevé. Devenu un repaire de brigands, il est détruit sur ordre de l’évêque Conrad II Bayer de Boppard. Le nouveau Warsberg est reconstruit pour sa part et demeure à la famille de Varsberg jusqu’en 1834, quand les sires de Varsberg se retirent en Autriche. Le château est alors vendu à Stoffels qui le restaure très mal ; il souffrira ensuite beaucoup de la guerre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 mars 1995 Joseph Albrecht    
mars 1995 mars 2008 Guido Boutter DVD  
mars 2008 22 mars 2009 (DCD) Armand Gambs    
23 mars 2009 23 mai 2009 1er adjoint Valentin Beck (par intérim)    
24 mai 2009   Valentin Beck    
Les données manquantes sont à compléter.
Le château du nouveau Varsberg
Le collège Bergpfad

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 784 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871 1875
467 530 992 851 900 872 871 772 841
1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926
833 796 775 775 805 871 955 898 1 005
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
1 603 1 545 1 649 2 523 2 115 2 303 2 549 2 762 2 801
1999 2006 2011 - - - - - -
2 707 2 732 2 784 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le premier château, qualifié de Vieux château en 1258.Il se trouvait sur une colline allongée dite Geisberg, appelé aussi le petit Wernesperg ne subsiste plus qu’une tour en ruine.
  • Le deuxième château de Varsberg appelé aussi le grand Wernesperg surplombe tous les environs. Il présente quelques éléments d’origine datant des XIIIe siècle et XVe siècles, mais principalement de la restauration effectuée au cours du XIXe siècle, tels que les tours rondes, les fossés et le puits creusé dans le roc. La chapelle néo-gothique du château date de 1881 et abrite les sépultures de la famille Stoffels.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

LOEW Michel, prêtre diocésain ( ° 1848 - + après 1919 ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011