Ottange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ottange
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Ouest
Canton Fontoy
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-Haut Val d'Alzette
Maire
Mandat
Fabienne Menichetti
2014-2020
Code postal 57840
Code commune 57529
Démographie
Population
municipale
2 700 hab. (2011)
Densité 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 35″ N 6° 01′ 09″ E / 49.4431, 6.0192 ()49° 26′ 35″ Nord 6° 01′ 09″ Est / 49.4431, 6.0192 ()  
Altitude Min. 295 m – Max. 428 m
Superficie 15,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Ottange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Ottange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ottange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ottange

Ottange est une commune française située dans le département de la Moselle.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est composée d'Ottange et Nondkeil.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ottange est située à la frontière Luxembourgeoise, à vingt-cinq kilomètres de la capitale du Luxembourg, et cinquante kilomètres de Metz.

Les communes voisines d'Ottange et de Nondkeil qui lui est rattaché, sont Volmerange-les-Mines et Rochonvillers du côté français, et Rumelange du côté luxembourgeois. Une partie de la frontière franco-luxembourgeoise est matérialisée par la route départementale D59.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom d'homme Germanique Otto[1] + suffixe -ing: "domaine de Otto". Le -ing fut francisé en -ange.
  • Ancien noms[2],[3]: Ottingin (1051), Othinge (1056), Othinga (1093), Ottingen (1181 et 1235), Otanges (1256), Otingen (1260), Etingen (1450), Ottingen (XVIIIe siècle, pouillé de Trèves), Ottange (1793), Ottingen (1940–1944).
  • Œttingen en allemand[2]. Ëtteng & Otténg en francique luxembourgeois.
  • Nondkeil[2]: Keyle (1315), Nenkel (1605), Noncheil (1660), Nunkeil (1681), Nonkeil (1779), Nundkail (1802), Nundekel (1793). Nonchel & Nonkeel en francique luxembourgeois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cité en 1051 sous le nom Ottingin. Ottange dépendait de l’ancienne province du Barrois.

Du XIIIe au XVIIIe siècle, la seigneurie appartenait à la famille d’Eltz, puis d’Hunolstein. Christophe d’Eltz : y établit des hauts fourneaux en 1518. Paroisse de l’ancien archevêché de Trèves. Commune indépendante jusqu’en 1812, Nondkeil (Nonchel en luxembourgeois) est aujourd’hui rattachée à la commune de Ottange. En 1817, Ottange, village de l’ancienne province du barrois avait pour annexes les villages de Nondkeil et de Rochonvillers (Ruxweiler). À cette époque il y avait 537 habitants répartis dans 106 maisons. À Nondkeil, village de l’ancienne province du barrois il y avait 176 habitants répartis dans 36 maisons. À Rochonvillers, village de l’ancienne province des Trois-Évêchés. À cette époque il y avait 79 habitants répartis dans 52 maisons.

Sidérurgie[modifier | modifier le code]

Les hauts-fourneaux d’Ottange font partie des sites répertoriés les plus anciens. Au milieu du XIXe siècle, il semble que trois hauts-fourneaux y soient en activité. Au début du XXe siècle, la société de Rumelange exploite deux hauts-fourneaux à Ottange.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 mars 1989 Henri Klenne PCF  
mars 1989 mai 2010 ( démission ) Georges Oblet PS  
mai 2010   Fabienne Menichetti PS  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 700 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
492 447 500 1 106 1 072 1 111 1 264 1 463 1 647
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
1 815 1 680 1 914 1 764 1 790 2 310 2 409 3 276 2 437
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
3 538 4 181 3 474 2 781 3 290 3 563 3 180 2 852 2 621
1990 1999 2006 2007 2011 - - - -
2 482 2 590 2 674 2 685 2 700 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Willibrord d'Ottange.
Chapelle Nondkeil.
  • Église Saint-Willibrord 1757, remaniée XIXe siècle ; relique de sainte Lucie, sépulture des d’Hunolstein.
  • Croix Saint-Marc (campagne), croix Darata (village), croix Saint-Roch (forêt).
  • Chapelle de Nondkeil

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Cortesi, Ottange 2000 ans d’histoire, éditions Cœur d’Occident, 2005, 250 p.
  • Joël Nicolino, Glossaire de l’ancien patois d’Ottange suivi du patois de Fontoy par J.P. Leclère, 1998, 87 p.
  • Romain Wagner, Seigneurie de Volmerange, paroisse de Keybourg, Éditions Hemechtland a Sproch, 1986, 210 p.
  • Eugène Gaspard & Alain Simmer, Le Canton du Fer, 1978, 268 p.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2 - Ernest Nègre
  2. a, b et c Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. Das palatium von Thionville/Diedenhofen - Wolfgang Haubrichs, in Septuaginta quinque, Festschrift Heinz Mettke, Heidelberg (2000)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011