Football en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le football en France est le sport le plus populaire et dont la pratique est la plus répandue.

Importé d'Angleterre à la fin du XIXe siècle sous le nom de football association, le football gagne d'abord la région parisienne et le nord du pays (notamment le Nord et la Normandie où sont créés les premiers clubs en région). Le sud est alors davantage acquis au concurrent du football, le football rugby.

Née en 1919 de fédérations concurrentes, la Fédération française de football compte aujourd'hui environ 18 000 clubs de football et deux millions de licenciés. Elle organise les compétitions nationales et les matchs internationaux de l'équipe de France, qui a remporté la Coupe du monde de football en 1998 et le Championnat d'Europe en 1984 et 2000.

Le pays compte deux divisions de championnat professionnel (Ligue 1 et de Ligue 2), organisé par la Ligue de football professionnel (LFP), ainsi que deux compétitions à élimination directe : la Coupe de France, ouverte à tous les clubs, et la Coupe de la Ligue, réservée aux équipes professionnelles.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le football est géré en France par la Fédération française de football (FFF) fondée le 7 avril 1919 à la suite de la fusion de plusieurs fédérations. Elle regroupe 2 143 688 licenciés (2006) pour 18 194 clubs (2004).

Fondée en 1944, la Ligue de football professionnel (LFP) gère sous le contrôle de la fédération les championnats masculins de Ligue 1 et de Ligue 2 et la Coupe de la Ligue. Des commissions de la FFF gèrent les autres compétitions comme la Coupe de France, les championnats masculins du National, du CFA et du CFA2, le Championnat de France de football féminin (Division 1, Division 2 et Division 3) ainsi que la Coupe de France de football féminin. La FFF via son Département Jeunes gère aussi les championnats de France de Jeunes (Championnat National 18 ans, Championnat National 16 ans et Championnat Fédéral 14 ans) ainsi que la Coupe Gambardella Crédit Agricole (Coupe de France des 18 ans).

L'équipe de France de football et l'équipe de France de football féminin représentent la France dans les compétitions internationales.

Championnats masculins[modifier | modifier le code]

Forme actuelle[modifier | modifier le code]

Structure pyramidale du football en France
Niveau Championnat
1 Ligue 1 (L1)
20 clubs
Entré  2 montées Remplacé 2 descentes
2 Ligue 2 (L2)
20 clubs
Entré  2 montées Remplacé 2 descentes
3 National (N)
18 clubs
Entré  4 montées Remplacé 4 descentes
4 Championnat de France amateur (CFA)
4 groupes de 16 clubs (64 clubs)
Entré  12 montées Remplacé 12 descentes
5 Championnat de France amateur 2 (CFA 2)
8 groupes de 14 clubs (112 clubs)
Entré  24 montées Remplacé 24 descentes
6 Division d'Honneur (DH)
22 groupes de 12 ou 14 clubs répartis par Ligues régionales
7-18 Autres niveaux de Ligues régionales et de Districts départementaux.
Les noms et la hiérarchie des championnats diffèrent selon les Ligues et les Districts.
  •      Championnat national professionnel
  •      Championnat national professionnel et amateur
  •      Championnat national amateur
  •      Championnat régional ou départemental amateur

Évolution[modifier | modifier le code]

Pyramide professionnelle (1932-1970)[modifier | modifier le code]
Hiérarchie du football masculin professionnel de 1932 à 1970
Période Niveau I Niveau II Niveau III
1932-1933 Division 1 (variable puis 18 ou 20[1])
1933-1936 Division 2 (variable[2])
1936-1937 Division 3 (10)
1937-1970
  •      Championnat national professionnel
Pyramide amateur (1919-1970)[modifier | modifier le code]
Hiérarchie du football masculin amateur de 1919 à 1970
Période Niveau I Niveau II Niveau III+
1919-1948 Divisions d'Honneur[3],[4] Autres niveaux de Ligues et de Districts
1948-1970 CFA (48 à 72[5]) Divisions d'Honneur Autres niveaux
  •      Championnat national amateur
  •      Championnat régional ou départemental amateur
Pyramide unique (depuis 1970)[modifier | modifier le code]
Hiérarchie du football masculin depuis 1970
Période Niveau I Niveau II Niveau III Niveau IV Niveau V Niveau VI Niveau VII+
1970-1971 Division 1 (18 ou 20) Division 2 (3*16 puis 2*18[6]) CFA Divisions d'Honneur Autres niveaux de Ligues et de Districts
1971-1978 Division 3 (6x16[7])
1978-1993 Division 4 (8x14) Divisions d'Honneur Autres niveaux de Ligues et de Districts
1993-1997 Division 2 (22 puis 20[8]) National 1 (2x18) National 2 (4x18) National 3 (8x14) Divisions d'Honneur Autres niveaux de Ligues et de Districts
1997-2002 National (20 puis 18) CFA (4x18 puis 4x16) CFA 2 (8x16 puis 8x14)
depuis 2002 Ligue 1 (20) Ligue 2 (20)
  •      Championnat national professionnel
  •      Championnat national professionnel et amateur
  •      Championnat national amateur
  •      Championnat régional ou départemental amateur

Championnats féminins[modifier | modifier le code]

Évolution de la hiérarchie des championnats de football féminin[9]
De À Niveau I Niveau II Niveau III Niveau IV
1918 1932 Championnat FSFSF
1974-1975 1981-1982 Division 1 Division d'honneur
1982-1983 1985-1986 Division 2 Division d'honneur
1986-1987 1991-1992 Division d'honneur
1992-1993 2001-2002 Nationale 1A Nationale 1B Division d'honneur
2002-2003 2009-2010 Division 1 Division 2 Division 3 Division d'honneur
2010-2011 ... Division d'honneur

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du football français.

Le football est d'abord importé en France au nord d'une ligne Caen-Paris-Laon. Il devient dans cette zone l'un des jeux préférés des écoliers et lycéens dès les années 1880. La première compétition française est mise en place à Paris en 1894.

Numéros d'affiliation des clubs de football[modifier | modifier le code]

Depuis la création de la Fédération française de football en 1919, les clubs de football reçoivent un numéro d'affiliation. Les clubs existants en 1919 s'affiliant à la FFF, quelques centaines, font alors partir de la série 1 et reçoivent un numéro par ordre d'arrivée des dossiers. Les clubs créés après cette date viennent ensuite s'ajouter chronologiquement. Il y ainsi environ 2000 clubs affiliés en octobre 1921 et environ 4800 en décembre 1925. En parallèle, la FFF crée une série 2 pour les clubs scolaires et universitaires, débutée en 1921 et arrêtée en 1936, une série 3 pour les clubs corporatifs, débutée en 1925 et arrêtée en 1947, et une série 4 pour les clubs de la zone non occupée lors de la Seconde Guerre mondiale, débutée en 1941 et arrêtée en 1944[10].

En 1947, la FFF revoit toute sa numérotation. En effet, de nombreux clubs ont cessés d'exister, ce qui fait que les numéros d'affiliation approchent les 19000 mais plus de la moitié sont devenus vacants. Elle créé alors une série 5 dans laquelle sont reversés les clubs de la série 1, les numéros étant réattribués dans l'ordre de ceux la série 1. La FFF s'occupe des 2000 premiers numéros, laissant la nouvelle attribution des numéros suivants aux Ligues régionales. Ainsi, ces 2000 anciens numéros n'en forment plus que 549 nouveaux. Le détail des numéros d'affiliation par Ligue est donnée dans le tableau ci-après. Le premier club affilié avec la nouvelle numérotation porte alors le 8401. En plus de cette série 5, la FFF crée une série 6 pour les clubs corporatifs, dont la renumérotation opère de la même manière. En 2008, la numérotation spécifique de la série 6 s'arrête et se greffe à celle de la série 5. Il existe de plus une série 7 pour les clubs féminins et une série 8 pour les sports-loisirs, dont la numérotation suit celle de la série 5[10].

Actuellement, un numéro d'affiliation se compose d'un chiffre un six chiffres : le premier est le numéro de série (5 pour les clubs libres, 6 pour les clubs corporatifs, 7 pour les clubs féminins et 8 pour les sports-loisirs), suivi du numéro d'affiliation (entre 1 et 5 chiffres). Pour la série principale, la 5, Les 556 premiers numéros correspondent à des clubs créés avant octobre 1921 et les 8400 premiers correspondent à des clubs créés avant mars 1947[10].

En cas de fusion entre deux ou plusieurs clubs, le plus petit numéro d'affiliation était généralement conservé pour la nouvelle entité. Cela n'est plus vrai depuis les années 1990, où un nouveau numéro d'affiliation est généralement donnée par la FFF. Ce système peut aboutir sur des situations cocasses, de nombreux clubs issus de fusion jouant avec des numéros d'affiliation de clubs fondés de nombreuses années avant la date officielle de création du club. De même, en cas de refondation d'un club à la suite d'une liquidation judiciaire, un nouveau numéro n'est pas systématiquement attribué.

Premiers numéro d'affiliation de la FFF
Club Remarques
1 Stade roubaisien fusionne en 1964 avec le Racing Club de Roubaix pour former le Racing Stade de Roubaix, disparait en 1990 (fusion)
2 Red Star Football Club fondé sous le nom Red Star Club Français, multiples changements de noms
3 Association sportive française Association sportive Le Perreux francilienne depuis 1988
4 Club athlétique de Vitry
5 Union sportive et athlétique de Clichy
6 Association sportive de Curan disparu en 2009
Numéro d'affiliation des clubs de Ligue 1 (saison 2014-2015)
Club Date Remarque
247 Paris Saint-Germain FC 1970 issu d'une fusion de deux clubs ; numéro du Stade Saint-Germain, fondé en 1904
91 AS Monaco FC 1919 intégré en 1924 à la structure omnisport Association sportive de Monaco
54 LOSC Lille 1944 issu d'une fusion de deux clubs ; numéro d'un des deux clubs fusionnés
225 AS Saint-Étienne 1919 fondée sous le nom Amicale des employés de la Société des magasins Casino, devient AS Saint-Étienne en 1933
80 Olympique lyonnais 1950 issu de la section football du Lyon olympique universitaire, fondée en 1896
83 Olympique de Marseille 1899
211 FC Girondins de Bordeaux 1919 fondée sous le nom Girondins Guyenne Sport
1913 FC Lorient 1926
24391 Toulouse FC 1970 fondée sous le nom Union Sportive Toulouse
8009 SC Bastia 1905
42397 Stade de Reims 1931 issu de la section football de la Société Sportive du Parc Pommery, fondée en 1910 ; numéro issu de la refondation du club en 1992
15 Stade rennais 1901
1904 FC Nantes 1943 issu d'une fusion de cinq clubs ; numéro de Saint-Pierre de Nantes, fondé en 1922
53251 Évian Thonon Gaillard FC 2007 issu d'une fusion de deux clubs ; fondée sous le nom Olympique Croix-de-Savoie
99 Montpellier HSC 1919 fondée sous le nom Stade olympique montpelliérain
126 EA Guingamp 1912
208 OGC Nice 1908 section football du club omnisports Gymnastes amateurs club de Nice, fondé en 1904
154 FC Metz 1919 fondé sous le nom Cercle athlétique messin
369 RC Lens 1906
75 SM Caen 1913 issu d'une fusion de deux clubs

Stades[modifier | modifier le code]

Le plus grand stade français de football est depuis janvier 1998 le Stade de France avec quelque 80 000 places assises. C'est un stade national qui n'héberge pas de club. Le plus grand stade accueillant un club est le Stade Vélodrome (67 354 places), antre de l'Olympique de Marseille, suivi du Grand Stade Lille Métropole (50 157 places), puis du Parc des Princes (48 712 places), puis du stade de Gerland (43 051 places) et du stade Félix-Bollaert (42 000 places).

Médias[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Football et télévision.

Football et racisme en France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Racisme dans le football.

Les rencontres de football sont parfois le lieu de comportements et attitudes racistes provenant des supporters et/ou des joueurs. On peut citer par exemple le cas du joueur marocain Abdeslam Ouaddou qui est victime d'attaques verbales à caractère raciste d'un supporter du FC Metz lors du match contre le Valenciennes FC le [11]. Le supporter est condamné à trois mois de prison avec sursis et trois ans et demi d'interdiction de stade[12].

Le , le footballeur amateur Maxence Cavalcante évoluant en deuxième division départementale à Lagnieu devient le premier footballeur français condamné pour insulte raciste sur un terrain. Lors d'un match opposant Lagnieu à Roussillon, le joueur de Lagnieu traite un adversaire de « sale nègre » et « sale singe ». À la suite de cela l'arbitre arrête le match ce qui est très rare. Suspendu, Maxence Cavalcante est condamné à quatre mois de prison avec sursis et 1 500 euros d'amende pour insultes racistes. Il s'agit là d'un jugement historique en France puisque pour la première fois, la justice condamne un footballeur pour racisme[13],[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 2*10 clubs en 1932-1933, 14 en 1933-1934, 16 à partir de 1934-1935, 18 ou 20 à partir de 1945-1946, puis 20 clubs à partir de 1970-1971 et 18 à partir de 1997-1998.
  2. 25 clubs en deux groupes en 1933-1934, puis de 16 à 19 en un groupe, 25 clubs répartis en cinq groupes en 1937-1938 et un groupe de 23 en 1938-1939. En 1945-1946 il y deux groupes de 14 équipes, puis à partir de 1946-1947 un seul groupe de taille variable avec entre 16 et 22 clubs.
  3. Entre les saisons 1926-1927 et 1928-1929, les clubs champions régionaux disputent en fin de saison le Championnat de France amateur.
  4. Entre les saisons 1934-1935 et 1947-1948, les clubs champions régionaux disputent en fin de saison le Championnat de France amateur.
  5. De 4*12 (à partir de 1948-1949), à 5x12 ou 14 (à partir de 1952-1953), à 6*12 (à partir de 1963-1964) et 5*14 (à partir de 1967-1968).
  6. 3*16 clubs à partir de 1970-1971 puis 2*18 à partir de 1972-1973.
  7. Sauf en 1970-1971 (6x12 ou 13) et 1971-1972 (6x14 ou 15).
  8. 22 clubs à partir de 1993-1994 puis 20 à partir de 1998-1999.
  9. « Championnats de France Féminin, D1 et D2 », sur fff.fr,‎ 1er juillet 2009 (consulté le 26 juillet 2010)
  10. a, b et c « Numéro d'affiliation à la FFF », sur footballenfrance.fr, Association des historiens du football français
  11. AFP, « Trois ans d'IDS requis », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 6 août 2009)
  12. AFP, « Le supporter condamné », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 6 août 2009)
  13. Mustapha Kessous, « Un joueur de football condamné pour la première fois pour racisme », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 6 août 2009)
  14. Olivier Bertrand Belley, « Joueur raciste : six mois avec sursis requis », sur www.liberation.fr, Libération,‎ (consulté le 6 août 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]