Schœneck (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schœneck.
Schœneck
Image illustrative de l'article Schœneck (Moselle)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Forbach
Canton Stiring-Wendel
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Forbach Porte de France
Maire
Mandat
Alain Becker
2014-2020
Code postal 57350
Code commune 57638
Démographie
Gentilé Schœneckois
Population
municipale
2 782 hab. (2011)
Densité 685 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 14″ N 6° 55′ 29″ E / 49.2206, 6.9247 ()49° 13′ 14″ Nord 6° 55′ 29″ Est / 49.2206, 6.9247 ()  
Altitude Min. 207 m – Max. 281 m
Superficie 4,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Schœneck

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Schœneck

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Schœneck

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Schœneck

Schœneck est une commune française de l'Aire urbaine de Sarrebruck-Forbach située dans le département de la Moselle en région Lorraine. Elle est localisée dans la région naturelle du Warndt et dans le bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Schœneck se situe en Moselle, à proximité de Forbach. L'essentiel du territoire communal jouxte la frontière allemande, avec notamment le village de Gersweiler. Une partie du ban est isolé et se situe le long de la commune de Stiring-Wendel : le quartier Stéphanie.

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Du germanique schön "beau" + eck "coin" / "pointe"[1].
  • Anciennes dénominations: Schonheck, Chonec, Xoneck, Xoneken (1350-1450 & XIV-XVe siècle); Schön Ecken (XVIIIe siècle); Schneken (1751); Schneck (1756); Schnecken (1779); Schoeneke (1793)[2]; Schœnecken et Schoenecken (XIXe siècle)[3].
  • En francique lorrain : Schëneck. En allemand : Schöneck.

Sobriquets[modifier | modifier le code]

  • Anciens sobriquets désignant les habitants[4]: Die Schenecker Piffekepp (les têtes de pipes de Schoeneck).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La première exploitation minière française a eu lieu à Schœneck.
  • Dépendait de l'ancienne province de Lorraine.
  • En 1618, simple ferme de la seigneurie de Forbach.
  • En 1777, il y avait une verrerie qui a cessé d'exister en 1882.
  • Développement au XIXe siècle avec l'exploitation de la houille en 1847 ; cité industrielle.
  • Commune indépendante de 1789 à 1812, annexée à Forbach jusqu'en 1927, redevenue indépendante depuis à la suite d'un référendum.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977   Paul Fellinger sans parti  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 782 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1931 1936 1946 1954 1962 1968
381 172 179 1 536 1 458 1 385 2 545 2 374 2 128
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
2 422 2 541 2 375 2 761 2 745 2 740 2 782 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Un bistrot réputé était situé à quelques mètres à vol d'oiseau de la frontière allemande, donnant sur Gersweiler, ce bistrot était le « Café des Sports », notamment propriétaire la famille Koenig, qui aujourd’hui y demeure.
  • Établissements scolaires "Maternelle et École Élémentaire La Forêt" où un peu plus de 130 élèves sont scolarisés chaque année.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église néo-gothique de 1860 détruite par la guerre
  • Nouvelle église Saint-Joseph 1962.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Lycée général et technologique : le lycée Condorcet. Les filières sont le BTS (électronique et informatique), le bac S (SI et SVT) et le BEP électronique. Il proposera aussi prochainement le bac STI2D.
  • Des travaux de rénovation des routes et de certains bâtiments ont été engendrés au courant 2008-2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Bulletin des lois de la République Française
  4. Cercle "Die Furbacher" - Histoire locale de Forbach n°62 - 2008
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011