Serémange-Erzange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sérémange-Erzange
Église paroissiale Saint-Joseph.
Église paroissiale Saint-Joseph.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Ouest
Canton Hayange
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Val de Fensch
Maire
Mandat
Serge Jurczak
2014-2020
Code postal 57290
Code commune 57647
Démographie
Gentilé Sérémangeois et Erzangeois
Population
municipale
4 203 hab. (2011)
Densité 1 121 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 19′ 17″ N 6° 05′ 28″ E / 49.3213888889, 6.0911111111149° 19′ 17″ Nord 6° 05′ 28″ Est / 49.3213888889, 6.09111111111  
Altitude Min. 169 m – Max. 301 m
Superficie 3,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Sérémange-Erzange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Sérémange-Erzange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sérémange-Erzange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sérémange-Erzange
Liens
Site web mairie-seremange-erzange.fr

Serémange-Erzange est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située dans la vallée de la Fensch à 9,5 km au sud-ouest de Thionville[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Serémange-Erzange
Hayange Serémange-Erzange Florange
Fameck

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Fensch, un affluent de la Moselle.

Voies de communication et transmports[modifier | modifier le code]

Serémange est desservie par le réseau Citéline et par le réseau interurbain de la Moselle(TIM).

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Schremingen pendant l'annexion allemande. C'est ensuite Le 1er janvier 1931 que la commune prit le nom de Serémange-Erzange à la suite de l'absorption de la commune d'Erzange.
  • Seremange[2] , [3] , [4]: Sismereng, Sismerenga et Sismerengas (848), Sckramange et Skrémange (1686), Scheremange et Schrémange (XVIIIe siècle), Seremange (1790), Schrémange (XIXe siècle). Schreméngen et Schremeng en francique lorrain.
  • Erzange: Erisinga (875)[5], Eresengis (875), Herisinges (962), Erisengis (973), Erskange (1686), Erzange (1793). Ersingen en allemand[2]. Ierséngen en francique lorrain.
  • Suzange: Susengis (875), Suzinges (962), Susanges (1221), Zusange (1686), Susingen (?). Süsingen en allemand[2]. Siséngen en francique lorrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le hameau de Serémange placé en bordure de la voie romaine Daspich-Fontoy est nommément désigné pour la première fois en 848 sous le nom de Sismerenga. À cette époque Serémange était une filiale de l’église de Florange.

Serémange-Erzange est cité au IXe siècle, sous le nom Sismerenga-Erezengis. Elle dépendait de l’abbaye messine de Sainte-Glossinde.

Cité en 1620 comme hameau de Florange.

Les hameaux de Suzange et d’Erzange apparaissent en tant qu’annexes de la paroisse de Hayange. Les trois hameaux dépendront très tôt de la seigneurie de Florange dont ils partageront pendant de longs siècles les hasardeuses destinées. Vers la fin du XVIIe siècle, le nom de Serémange s’orthographie Skremange et Schremange au XVIIe siècle.

C’est en 1790 que les communes de Serémange et d’Erzange furent créées ; jusque-là elles n’avaient été que de simples annexes rattachées, la première à Florange, et la seconde à Hayange. La fusion entre Serémange et Erzange eut lieu le 1er janvier 1931. Serémange compte 221 habitants en 1802.

En 1817, Serémange, village de l’ancienne province des Trois-Évêchés sur la Fensch avait pour annexe le hameau de Suzange. À cette époque il y avait 141 habitants répartis dans 30 maisons. À Erzange il y avait 106 habitants répartis dans 11 maisons.

Le destin de la cité s’est vu lié depuis le XVIIe siècle avec celui de la sidérurgie avec l’arrivée des de Wendel, les premiers maîtres de forge. La forge de Suzange, dont les vestiges subsistent encore aujourd’hui sur les bords de la Fensch symbolise ce passé de labeur de la ville. En 1930 fusion entre Serémange et Erzange En 1962, Serémange-Erzange compte 5 886 habitants. La population tend actuellement à se stabiliser autour de 4 100 habitants. Un des grands bouleversements qu’eut à subir la ville fut sans conteste l’installation dans les années 1950 des usines de Sollac qui allaient modifier considérablement la structure économique de la vallée et l’environnement de la commune par la destruction du village de Suzange en 1963.

Aujourd’hui la commune de Serémange-Erzange, qui s’est dotée au fil des ans de tous les équipements sociaux et culturels indispensables pour faire face aux besoins et nécessités de sa population, garde le souci constant de maintenir au sein de la vallée de la Fensch durement touchée par la crise de la sidérurgie, un équilibre démographique et économique qui lui permettra de poursuivre harmonieusement sa destinée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Communauté d'Agglomération du Val de Fensh[modifier | modifier le code]

La Ville de Serémange-Erzange et 9 autres communes (Algrange, Fameck, Florange, Hayange, Knutange, Neufchef, Nilvange, Ranguevaux et Uckange, soit près de 70 000 habitants) constituent la Communauté d'Agglomération du Val de Fensh CAVF, entité homogène et cohérente.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
1931 1946 Nicolas Scharff    
1946 mars 1971 Lucien Houlle    
mars 1971 mars 1977 Pierre Schoeffer    
mars 1977 mars 1983 Bernard Cayetanot    
mars 1983 30 avril 2013 (démission) Jean-Jacques Renaud PS  
30 avril 2013 mars 2014 Michèle Wax[7] (maire par intérim) PS  
mars 2014 en cours Serge Jurczak PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 203 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
383 111 144 143 270 243 400 451 468
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
460 522 671 697 785 1 196 1 323 1 409 1 792
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 996 4 078 3 853 3 838 5 810 5 853 4 976 4 613 4 547
1990 1999 2004 2006 2009 2011 - - -
4 143 4 035 4 025 4 056 4 182 4 203 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

  • Fensch Vallée Handball (fusion du Handball Club de Serémange-Erzange HBCSE, qui a évolué en Championnat de France de National 3, et du Florange Olympic Club Handball)[10]
  • Football: Renaissance Sportive Serémange-Erzange RSSE, créée en 1927[11].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • église paroissiale Saint-Joseph de 1874.
  • calvaires (dont un du XVIe siècle).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adrien Printz, écrivain.

Héraldique[modifier | modifier le code]

En langage héraldique, le blason de la Ville de Serémange-Erzange est constitué « d’argent à la croix engrelée de gueules, à la bordure d’or, en sautoir deux marteaux de sable brochant le tout ».

Les deux marteaux « en sautoir » sable (noir), évoquent la métallurgie, activité dominante du passé proche de la région.

La « croix engrelée de gueules » (croix rouge) est la Croix de Lenoncourt, une famille de seigneurs et d’évêques puissants de la région, dont le blason était « d’argent à la croix engrelée de gueules ».

La « bordure d’or » qui symbolise le voile que prit sainte Glossinde en rentrant au couvent, rappelle que le territoire de la commune appartenait à l’abbaye des bénédictines de Sainte-Glossinde de Metz.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.viamichelin.fr
  2. a, b et c Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. mairie-seremange-erzange.fr
  4. Bulletin des lois de la République Française - Partie supplémentaire (1872)
  5. Mémoires de L'Academie Imperiale de Metz XLV Annee:1863-1864
  6. http://www.mairie-seremange-erzange.fr/iso_album/bulletin_47.pdf
  7. http://www.mairie-seremange-erzange.fr/iso_album/cr_2013-04-30.pdf
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  10. [1]
  11. [rsse.footeo.com]