Macheren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Macheren
La chapelle du Moulin Neuf.
La chapelle du Moulin Neuf.
Blason de Macheren
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Forbach
Canton Saint-Avold-2
Intercommunalité Communauté de communes du pays naborien
Maire
Mandat
Jean Meketyn
2014-2020
Code postal 57730
Code commune 57428
Démographie
Population
municipale
2 909 hab. (2011)
Densité 172 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 02″ N 6° 44′ 37″ E / 49.1006, 6.743649° 06′ 02″ Nord 6° 44′ 37″ Est / 49.1006, 6.7436  
Altitude Min. 217 m – Max. 332 m
Superficie 16,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Macheren

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Macheren

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Macheren

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Macheren

Macheren est une commune française située dans le département de la Moselle. Elle est localisée dans la région naturelle du Warndt et dans le bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Moulin-Neuf
  • Petit-Ebersviller
  • Lenzviller

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Macheren: Machera (1121), Makre (1289), Makara (1334), Macheren (1365), Macheren by Hombürg (1485), Maizière-lez-Hombourg (1490), Machern (1594), Macher (1595), Maikerne (1611), Makeren (1751)[1]. Toponymie similaire avec Macker (Cne de Helstroff).
  • Petit-Ebersviller: Ebersswilre (1220), Ebrechweiler (1356), Ebersweiler (1365), Eberswille (1395), Ebersvilr (1407), Ernestwilre (1428), Eberschweiler (1453), Ebeszwiller (1460), Eberzviler (1471), Eberschewiller (1485), Ermereswiller-hoff (1485), Eberswiller (1488), Eberstweiler (1534), Eibreschwiller (1575), Eberssweiller (1594), Ebrchvillers (1684), Ebersveiler (1751), Ebersviller-la-Petite (1779), Petit-Eberschwiller (carte Cassini), Petit-Eberswiller[1]. En francique lorrain: Kleen Ewerschwiller .
  • Lenzviller: Lensviller et Lentzwiller (1693), Lentzwiller (1698), Linsweiller (1756), Linsviller (carte Cassini), Leinswiller (carte de l'État-major), Lentzwiller-Hoff[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le nom de Macheren viendrait du latin maceria qui signifie ruine.
  • Dépendait de l’ancienne province de Lorraine, de la châtellenie de Hombourg.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1857   Pierre Schmitt    
mars 1983 mars 1995 Joseph Wurde    
mars 1995 mars 2001 André Wojciechowski UMP  
mars 2001 mars 2014 Bernard Trinkwell    
mars 2014   Jean Meketyn    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 909 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
481 328 374 603 799 719 694 681 619
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
572 565 521 500 532 567 590 625 621
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
659 625 667 615 679 1 044 1 842 1 756 2 063
1990 1999 2006 2011 - - - - -
2 786 2 809 2 946 2 909 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Thomas à Macheren, reconstruction de l’église 3e quart XVIIIe siècle à l’emplacement d’une chapelle détruite en 1758
  • Église paroissiale Saint-Étienne à Petit Ebersviller, reconstruite en 1752, à l’emplacement d’un édifice de 1676
  • Chapelle Notre-Dame-de-Lorette à Lenzviller, construite au XVIIe siècle ; agrandie ou reconstruite début XVIIIe siècle ; restaurée au XXe siècle
  • Église Saint-Jean-Bosco quartier Le Wenheck [quartier partagé avec la commune de Saint-Avold].
  • Chapelle à Moulin-Neuf, construite vers 1910 pour la famille Bour, à la suite d’un vœu, cet édifice abritait des statues anciennes qui ont hélas disparu : une statue de saint Florent, une autre de saint Benoit et une très belle Vierge à l'enfant.
  • Chapelle Heiligenbronn daté 1779, située dans un pré à l'écart de la route qui va de Moulin-Neuf à Petit-Ebersviller, avant le pont du chemin de fer. Construit sur un terrain en pente et entouré d'arbres, élevé à l’emplacement d’une source, aujourd'hui tarie, près de laquelle on a découvert des fragments de sculptures antiques (statue de la déesse Diane) ; abrité par un oratoire, dédié à saint Fiacre et à saint Fridolin. Remplace peut-être une chapelle plus ancienne. Aujourd'hui à l'abandon, la chapelle était autrefois lieu de pèlerinage car on prêtait des vertus médicales aux eaux de la "Sainte source" dite aussi "Bonne-Fontaine".
  • Oratoire de la Trinité XVIIIe siècle, à Moulin-Neuf.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011