Spicheren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Spicheren
Monument commémoratif de la bataille de Forbach-Spicheren
Monument commémoratif de la bataille de Forbach-Spicheren
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Forbach
Canton Stiring-Wendel
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Forbach Porte de France
Maire
Mandat
Jean-Charles Giovanelli
2014-2020
Code postal 57350
Code commune 57659
Démographie
Population
municipale
3 207 hab. (2011)
Densité 395 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 33″ N 6° 58′ 09″ E / 49.1925, 6.9692 ()49° 11′ 33″ Nord 6° 58′ 09″ Est / 49.1925, 6.9692 ()  
Altitude Min. 220 m – Max. 357 m
Superficie 8,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Spicheren

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Spicheren

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Spicheren

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Spicheren

Spicheren est une commune française de l'agglomération de Forbach, située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village de 3 500 habitants situé en Moselle-Est, à la frontière franco-allemande, Spicheren du haut de ses 300 m, domine, vers l’Ouest, la cuvette du Warndt traversée par les axes routiers et ferroviaires qui relient Metz à l’Allemagne via Forbach, et, vers le Nord, sa grande voisine, la ville de Sarrebruck.

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Spicher (1376), Speichern (1577), Speicher (1594), Sfeicher (1631), Speichern (1648), Speicheren (XVIIIe siècle), Spicheren (1793), Speicheren (1801), Spikeren (carte Cassini), Spicheren (carte de l'État-major), Spickeren[1], Spichern (1871-1918).
  • En francique lorrain: Spischere.

Sobriquets[modifier | modifier le code]

  • Anciens sobriquets désignant les habitants[2]: Molleskepp et Spicherer Mollé (les têtes de taureau), Die Stifbään (les jambes raides).

Histoire[modifier | modifier le code]

Cité pour la première fois dans un document de 1259, le nom de Spicheren dérive du latin spicarium, c’est-à-dire grenier à grains, d’où la présence de deux épis de blé sur le blason de la Commune. L’épée, qui sépare les deux épis, évoque la bataille franco-allemande du 6 août 1870, marquée par la retraite du 2e Corps français commandé par le général Frossard, laquelle ouvrit aux Prussiens la route de Metz et de Paris.

  • L'ancien hameau de Bilster se situait sur la commune de Spicheren, il est cité dans un arpentage de 1756.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 1995 Mars 2008 Léon Dietsch SE professeur
Mars 2008 Mars 2014 Jean Jung SE Conseiller sortant
Mars 2014 en cours Jean-Charles Giovanelli SE Conseiller sortant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 207 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
594 636 610 697 864 798 887 932 876
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
868 876 798 842 844 895 954 1 026 1 024
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 108 1 114 1 088 1 158 1 272 2 202 2 355 2 414 2 593
1990 1999 2006 2008 2011 - - - -
3 008 3 287 3 255 3 244 3 207 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Spicheren Ehrenmal 1.JPG
  • Caverne et squelettes d'animaux du paléolithique découverts en 1926.
  • Croix de Spicheren sur le champ de bataille de 1870. Cinq imposants monuments commémoratifs
  • Monument à la mémoire des victimes du camp de concentration de la Brême d'Or.
  • Sur les hauteurs de Spicheren, on trouve la grande croix de 15 mètres du Souvenir français, ainsi que le monument de l'Europe (trois pierres venant des carrières des trois contrées environnantes) érigé en 1993 pour célébrer la suppression des frontières.
  • Mais aussi un char américain M-24 Chaffee qui a participé à la libération de la région en 1944.
  • Spicheren a également une réserve naturelle volontaire: l'ancienne carrière de pierres calcaires de la Kreutzeck, abandonnée en 1944 et où la nature a progressivement repris ses droits. Elle renferme maintenant une douzaine d'espèces d'orchidées sauvages. Des sentiers de randonnée y ont été aménagés par le C.P.N (Connaître et Protéger la Nature), association gestionnaire de la réserve.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Laurent XVIIIe siècle, remaniée en 1830 et après 1870 et 1950.

Économie[modifier | modifier le code]

  • À Spicheren, est située une des deux sociétés nationalement connues dans la vente d'accessoires pour le tennis de table : Wack Sport, créée par Aurélien Wack.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  2. Cercle "Die Furbacher" - Histoire locale de Forbach n°62 - 2008
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011