Château-Salins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château (homonymie) et Salins.
Château-Salins
Coutures
La sous-préfecture et la mairie
La sous-préfecture et la mairie
Blason de Château-SalinsCoutures
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle (sous-préfecture)
Arrondissement Château-Salins (chef-lieu)
Canton Château-Salins (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Saulnois
Maire
Mandat
Gaëtan Benimeddourene
2014-2020
Code postal 57170
Code commune 57132
Démographie
Gentilé Castelsalinois
Population
municipale
2 441 hab. (2011)
Densité 227 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 21″ N 6° 30′ 31″ E / 48.8225, 6.50861148° 49′ 21″ Nord 6° 30′ 31″ Est / 48.8225, 6.508611  
Altitude Min. 201 m – Max. 331 m
Superficie 10,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Château-Salins
Coutures

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Château-Salins
Coutures

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Château-Salins
Coutures

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Château-Salins
Coutures

Château-Salins est une commune française située dans le département de la Moselle.

La commune de Coutures lui est associée depuis 1975.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La ville Mosellane est située dans une plaine saline du Saulnois environ à mi-chemin mais à l'écart des deux métropoles Lorraines : au sud-est de Metz et au nord-est de Nancy.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Château-Salins était située à l'intersection de deux lignes :

  • Actuellement des lignes d'autocar permettent d'accéder à Nancy (TED 350), Metz et Dieuze (TIM 27), Morhange (TIM 26) et Sarrebourg (TIM 33).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Anciennement[5]: Castrum Sallum (1195), Chastel-Sallin (1346), Saltzburg (1347), Chastelsalin (1348), Saltzborren (1397), Saltzburch (XVe siècle), Castrum Salinense (1675), Salins-Libre (nom révolutionnaire)[6], en allemand : Salzburg (1915-1918), Salzburgen (1940-1944).

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune et la région naturelle qui l’entoure, le Saulnois, doivent leur nom à l’exploitation du sel qui y était autrefois pratiquée.

La cité est relativement récente. Le territoire sur lequel s’élèvera le château, et plus tard la ville, faisait partie des domaines de l’évêché de Metz. Le secteur était aussi un fief de Lorraine ; ainsi en 1277, le duc Ferry III de Lorraine associa le comte Thiébaut II de Bar à la moitié du fief d’Amelécourt et au tiers des salines de cette cité.

La légende dit que ce sont des pèlerins en route pour Saint-Nicolas-de-Port qui découvrirent une source salée. Vers 1340, la régente Élisabeth d’Autriche veuve du duc Ferry IV fait bâtir un château, pour protéger l’exploitation de cette source. Afin de pouvoir contrôler la bâtisse ducale, l’évêque Adhémar de Monteil fait aussi construire une forteresse, qu’il nomme Beaurepaire, à quelque distance de là[7].

En 1342 éclate un conflit entre Adhémar et le duc Raoul de Lorraine. La paix est signée en 1344 sous l’égide du comte du Luxembourg. Il est convenu que l’évêque paierait dix mille livres au duc de Lorraine, qui conservera sa forteresse de Château-Salins. Les conflits reprennent à la mort de Raoul en 1346. En 1347 le traité de paix conclut que le château construit par Élisabeth d’Autriche sera vendu à l’évêché ; en attendant que la somme soit réunie, les deux bâtisses seront mises en dépôt au profit de Marie de Blois, alors régente du duché. Quand Adhémar parvient à réunir la somme, la duchesse transige pour rendre les deux bâtisses. Cela entraîne un troisième conflit armé qui détruit totalement le château ducal. Il s’achève par une renonciation totale des prétentions du duché sur Château-Salins. Pourtant dès 1348, Adhémar donne son accord pour la reconstruction de ce château à laquelle il contribue par une indemnité de six mille florins[7].

La ville requerra rapidement de l'exploitation du sel une importance qui y fit établir un bailliage, lequel était régi par les coutumes de Lorraine et de Saint-Mihiel. Jusqu'en 1555, les ducs de Lorraine y entretinrent un prévôt de Marche, ayant une compagnie de cent hommes sous ses ordres, et dont la juridiction s'étendait des rives de la Meuse à celles du Rhin.

Une paroisse est constituée en 1715 ; auparavant les habitants dépendaient des paroisses d'Amelécourt et de Salonnes.

Après 1789, la commune prend le nom révolutionnaire de Salines libres. Elle retrouvera son nom actuel après la Révolution française.

Au XVIIe siècle le sel fabriqué à Château-Salins était exporté jusqu'au-delà du Rhin[7]. Les eaux de la source titraient à 13,5 ° de sel, et la saline produisait 9 000 tonnes par an[8]. L'exploitation de cette industrie a été abandonnée en 1826.

Une tour de Chappe a été en service entre 1798 et 1852. Elle servait de relais entre Delme et Vic-sur-Seille sur la ligne Paris-Strasbourg[9].

Entre 1800 et 1871, Château-Salins fut une sous-préfecture du département de la Meurthe. Elle possédait des faïenceries, des verreries, des tanneries, des moulins à plâtre, et était un important centre de production de toiles de chanvre.

Comme les autres communes de l'actuel département de la Moselle, la ville de Château-Salins est annexée à l’Empire allemand de 1871 à 1918. La commune devient une sous-préfecture du Bezirk Lothringen au sein du Reichsland Elsass-Lothringen. En 1894, une exploitation du sel plus moderne reprit au sud de la ville, pour s'arrêter définitivement en 1940. L'ancien site "Aux Salines" a été transformé depuis en base de plein air. Si Château-Salins est occupée par les troupes françaises dès le 17 août 1914[10], de jeunes Castelsalinois, déjà appelés sous les drapeaux, sont contraints de se battre sous l'uniforme allemand jusqu’à la fin des hostilités. En 1915, le nom de Château-Salins est germanisé en Salzburg. En 1918, Château-Salins redevient français, mais l'ancienne commune de la Meurthe reste dans le département de la Moselle.

La Seconde Guerre mondiale et le drame de l'Annexion marqueront longtemps les esprits. Lors de la seconde annexion allemande de la Moselle, la commune est baptisée, non pas Salzburg, mais Salzburgen. Elle redevient le siège d'un Landkreis du CdZ-Gebiet Lothringen, cette fois au sein du Gau Westmark. La ville est libérée le 17 novembre 1944[11], par la IIIe armée de Patton pendant la Campagne de Lorraine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Château-Salins était une prévôté sous l'ancien régime.

La petite commune de Coutures a été rattachée à Château-Salins en 1975, avec le statut de commune associée, et comptait 198 habitants en 1999.

La commune est le chef-lieu du canton de Château-Salins et la sous-préfecture de l'arrondissement de Château-Salins. Château-Salins fait partie de la communauté de communes du Saulnois, vaste ensemble qui regroupe les communes de l'arrondissement.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1977 Alphonse Peiffer   Enseignant
mars 1977 mars 1995 Gabriel Bronner   Agent d'assurances
mars 1995 mars 2008 Roland Trouilly   Principal de collège
mars 2008 en cours Gaëtan Benimeddourene UMP Fonctionnaire de police

Liste des maires de Coutures[modifier | modifier le code]

Maires délégués de la commune associée de Coutures:

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2001 Jean-Louis Kel    
mars 2001   Jacques Caromelle    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 441 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 791 2 110 2 610 2 851 2 727 2 621 2 418 2 527 2 394
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
2 242 2 335 2 149 2 060 2 174 2 091 2 029 2 084 2 217
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 392 2 402 1 950 1 915 1 820 1 850 1 565 1 927 2 174
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
2 246 2 479 2 461 2 437 2 470 2 569 2 543 2 422 2 441
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • château fort érigé par Élisabeth d'Autriche (1285-1352), duchesse régente de Lorraine pour protéger la source ; détruit en 1349 ; des parties importantes subsistèrent jusqu'au début du XIXe siècle ;
  • château fort érigé à 250 mètres du premier, par l'évêque de Metz Adhémar de Monteil ( 1327-1361 ). La rue du Beau-Repaire conservait encore au siècle dernier quelques ruines de la forteresse concurrente ;
  • saline, au centre-ville, fonctionna jusqu'en 1826 comme saline domaniale de l’État ;
  • vingt kilomètres de randonnés pédestres sont balisés, le départ se fait au sud du village à partir du gîte d'étape à l'emplacement des salines ducales et royales ;
  • étang aménagé ; activités de loisir (tennis, VTT, promenades) ;
  • Lycée agricole de Château-Salins érigé par Guillaume II d'Allemagne en 1913.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église néo-gothique Saint-Jean-Baptiste 1868/1893 : orgue du dix-huitième siècle transféré pendant la Révolution depuis l’abbaye des prémontrés de Salival ; actuellement, orgue néoclassique-néobaroque Haerpfer-Erman (1960)[13] ; statues ;
  • Église classique du XVIIIe siècle de Coutures.
  • Ancienne synagogue détruite, rue de Strasbourg, une plaque commémorative marque l'emplacement de l'ancienne synagogue, construite en 1845 et détruite au cours de la seconde guerre mondiale.

Activités[modifier | modifier le code]

  • Cinéma (Salle St Jean) [14]
  • Zone de Loisirs
  • Clubs sportifs : football, judo, gymnastique,handball
  • Bibliothèque municipale[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Château-Salins (Moselle).svg parti, en 1 d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent, et en 2 de gueules à la coquille d'argent.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vincent Hadot, Les Cités du sel, éditions Alan Sutton, 2007 (ISBN 9782849105658).
  • Gabriel et Robert Offroy, Château-Salins autrefois, éditions Pierron, Sarreguemines, 1984, 356 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://elsassbahn.free.fr/ligne10b11g.htm
  2. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/mersri_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=IA57001381
  3. http://christophe.lachenal.free.fr/francais/infos/gare_france/fr_gare_sarreguemines.htm
  4. http://christophe.lachenal.free.fr/francais/infos/gare_france/fr_gare_metz.htm
  5. Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Numéro 6,Volume 14 - Henri Lepage
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. a, b et c Histoire des villes de France, avec une introduction générale pour chaque province, Aristide Guilbert 1845
  8. Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe, E. Grosse 1836
  9. Ligne Paris- Metz - Strasbourg
  10. André Bellard :La bataille de Morhange 19-20 août 1914, ANM, 1967.
  11. Recensement préfectoral de 1994 sur les dates de libération
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  13. Les grandes orgues de l'église Saint-Jean-Baptiste de Château-Salins
  14. http://www.premiumorange.com/cine-chato/ Renseignements, séances du cinéma.
  15. Voir le site de la bibliothèque.
  16. Château-Salins et l’abbé Grégoire
  17. Site de l’artiste Wayne Sleeth