Nilvange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nilvange
Église Saint-Jacques
Église Saint-Jacques
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Ouest
Canton Algrange
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Val de Fensch
Maire
Mandat
Moreno Brizzi
2014-2020
Code postal 57240
Code commune 57508
Démographie
Population
municipale
4 913 hab. (2011)
Densité 1 748 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 34″ N 6° 03′ 03″ E / 49.3428, 6.0508 ()49° 20′ 34″ Nord 6° 03′ 03″ Est / 49.3428, 6.0508 ()  
Altitude Min. 193 m – Max. 376 m
Superficie 2,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Nilvange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Nilvange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nilvange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nilvange
Liens
Site web http://www.mairie-nilvange.fr

Nilvange est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Nilvange est une commune située dans l’Est de la France, en Lorraine, plus précisément dans le département de la Moselle. Elle a surtout été connue pour la sidérurgie qui existait dans la vallée de la Fensch, étant limitrophe de Hayange, berceau du fer et fief de la famille de Wendel.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • 821: Nilfinga, 875: Nilvengis, 1292: Nilvinges, 1473: Nielfingen, 1495: Nylffingen, 1537: Nilving, 1567-68: Nilfingen, 1756: Nivange, 1871-1918: Nilvingen.
  • En allemand: Nilwingen[1], en francique lorrain: Nilwéngen et Nilwéng.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dépendait de l’ancienne province de Lorraine, seigneurie de Florange. Faisait partie de la paroisse de Hayange jusqu’en 1860. En 1817, Nilvange, village de l’ancienne province des Trois-Évêchés sur la Fensch. À cette époque il y avait 123 habitants répartis dans dix-sept maisons.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 mars 2001 Victor Madelaine PS Conseiller général
mars 2001   René Gori PS Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 913 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
121 85 104 163 185 189 296 310 273
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
452 620 805 736 789 3 267 4 359 5 795 6 256
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
7 490 8 450 7 593 7 257 8 021 9 337 8 136 7 018 5 944
1990 1999 2005 2006 2010 2011 - - -
5 583 5 286 5 052 5 019 4 839 4 913 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Découverte d’un vase en terre signé « Vanero ».
  • Maison de maître, demeure des directeurs successifs de la Société Métallurgique de Knutange, construit au début du XXe siècle, entouré d’un jardin à l’anglaise dans l'esprit de ceux de la fin du siècle précédent.
  • Parc du Château, classé jardin de France.
  • Pigeonnier.
  • Pelouse calcaire protégée par le Conservatoire d'espaces naturels de Lorraine.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église (première église) construite en 1908, détruite en 1914.
  • Église Saint-Jacques de 1925 (deuxième église): statue de saint Jacques du XVe siècle.
  • Temple protestant réformé, rue Joffre construit entre 1909 et 1910.
  • Église orthodoxe russe de la Sainte-Trinité – Saint-Nicolas, rue de Verdun, construite pour les ouvriers d'origines russe et ukrainiennne, installée en 1946 en remplacement de l'ancienne qui se trouvait depuis 1925 dans la rue des Vosges. Sur le toit se trouve une croix orthodoxe. Elle est desservie par l’archiprêtre mitré Serge Poukh de l'Église orthodoxe russe hors frontières, aujourd'hui rattachée au Patriarcat de Moscou.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Weis, joueur professionnel de basket-ball.
  • Vincent Warnier, organiste.
  • Jean-Pierre Conter, international de basket.
  • Jean-Marc Conter, international de basket.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011