Maya Angelou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maya Angelou

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Maya Angelou récitant son poème On the Pulse of Morning lors du discours inaugural du président Bill Clinton en janvier 1993.

Activités poète, acteur, danseur, producteur de cinéma, producteur de télévision, dramaturge, réalisateur, professeur, scénariste, écrivain, auteur
Naissance 4 avril 1928
Saint-Louis
Décès 28 mai 2014
Winston-Salem

Œuvres principales

Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage, Q7091461

Maya Angelou, de son vrai nom Marguerite Johnson[1], née le 4 avril 1928 à Saint-Louis, Missouri, et morte le 28 mai 2014 (à 86 ans) dans sa maison de Winston-Salem, Caroline du Nord[2], est une poétesse, écrivain, actrice et militante Afro-Américaine. Figure importante du mouvement américain pour les droits civiques, elle est devenue une figure emblématique de la vie artistique et politique aux États-Unis[3] où ses livres sont au programme des écoles[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît à Saint-Louis dans le Missouri et encore bébé part avec ses parents et son frère aîné en Californie. Mais comme de nombreuses familles noires ayant émigré au nord ou à l'ouest, les parents font face à la pauvreté et ne peuvent subvenir aux besoins de leurs enfants. Ils sont envoyés chez leur grand-mère paternelle à Stamps dans l'Arkansas, un état du Sud où sévit la ségrégation. Elle grandit et fréquente l'école primaire de Stamps où son père, Bailey Johnson, vient les visiter de temps en temps. À l'âge de sept ans, elle retourne, en compagnie de son frère, à Saint-Louis chez sa mère Vivian Baxter. Elle est violée par le compagnon de celle-ci. Après le procès, elle cesse de parler et elle est renvoyée à Stamps chez sa grand-mère. Grâce à l'aide de Mrs Flowers qui lui fait découvrir la littérature, elle retrouve peu à peu confiance en elle et ainsi, l'usage de la parole. Elle retourne plus tard en Californie où, bonne élève, sa mère l'inscrit dans une école privée, première noire à la fréquenter[1],[4].

Avant ses 20 ans, Maya Angelou a travaillé comme cuisinière, danseuse et chanteuse en Californie et a élevé seule son fils Guy. À la fin de sa vingtaine, elle part s'installer à New York, dans le quartier d'Harlem.

Maya Angelou au York College en février 2013.

Bien qu'ils ne soient pas officiellement marié, Maya Angelou suit le Sud-africain Vusumzi Make, compagnon de lutte de Nelson Mandela jusqu'en Égypte[5]. Après la fin de cette union, elle s'installe au Ghana avec son fils Guy[3] où elle côtoie Malcom X[1]. Elle rentre aux États-Unis en 1965 pour travailler avec lui lorsque celui-ci est assassiné[1]. Elle est ensuite la coordinatrice de la section new-yorkaise de l'organisation de Martin Luther King[3]. Elle va se mettre à écrire après l'assassinat de ce dernier (Martin Luther King est abattu alors qu'elle fête son quarantième anniversaire)[1], poussée par l'écrivain de Harlem James Baldwin.

Elle a beaucoup voyagé et parle anglais, français[1], espagnol, italien et arabe.

Depuis 1981, elle vit à Winston-Salem en Caroline du Nord où elle tient la chaire d'études américaines à l'université de Wake Forest[1]. Elle possède également une résidence à Harlem, et participa en tant qu'oratrice à la Million Man March de 1995.

Maya Angelou est connue pour ses œuvres autobiographiques I Know Why the Caged Bird Sings (1969) et All God's Children Need Traveling Shoes (1986). Son recueil de poèmes Just Give Me a Cool Drink of Water Fore I Die (1971) a été proposé pour le prix Pulitzer. En 1993, Maya Angelou a lu son poème On the Pulse of Morning à la demande de Bill Clinton lors de son discours inaugural. De plus, en 2008, comme de nombreux leaders afro-américains historiques elle a apporté son soutien à Hillary Clinton lors des primaires du Parti démocrate pour l'élection présidentielle américaine avant de se ranger du côté de Barack Obama.

Elle a influencé de nombreuses personnalités noires américaines, dont la journaliste Oprah Winfrey qui fait souvent référence à elle.

Le 28 mai 2014, Maya meurt des suites d’une longue maladie, après avoir été trouvée inconsciente dans sa maison de Wintson-Salem en Caroline du Nord, quelques jours après avoir annulé une apparition au Beacon Awards de Houston où elle devait être honorée. Elle avait 86 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses premiers ouvrages traduits en français ont été publiés en 2008 par l'éditeur canadien Les Allusifs avec Tant que je serai noire (septembre 2008) et Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage (novembre 2008).

Littérature[modifier | modifier le code]

Autobiographies[modifier | modifier le code]

  • I Know Why the Caged Bird Sings, 1969 - Je sais pourquoi l'oiseau chante en cage
  • Gather Together in My Name, 1974
  • Singin' and Swingin' and Gettin' Merry Like Christmas, 1976
  • The Heart of a Woman, 1981. - Tant que je serai noire, Les Allusifs, 2008
  • All God's Children Need Traveling Shoes, 1986. - Un billet d'avion pour l'Afrique, Les Allusifs, 2011
  • A Song Flung Up To Heaven, 2002
  • The Collected Autobiographies of Maya Angelou, 2004
  • Lady B, Buchet/Chastel, 2014

Poésies[modifier | modifier le code]

  • Just Give Me a Cool Drink of Water 'Fore I Diiie, 1971
  • Oh Pray My Wings are Gonna Fit Me Well, 1975
  • Still I Rise, 1978
  • Shaker, Why Don't You Sing, 1983
  • Now Sheba Sings the Song, 1987
  • I Shall Not Be Moved, 1990
  • Life doesn't frighten me, 1991
  • On the Pulse of Morning', 1993[6]
  • The Complete Collected Poems of Maya Angelou, 1994
  • Phenomenal Woman: Four Poems for Women, 1995
  • A Brave and Startling Truth, 1995
  • From a Black Woman to a Black Man, 1995
  • Amazing Peace, 2005
  • Mother, a Cradle to Hold Me, 2006
  • Celebrations, Rituals of Peace and Prayer, 2006
  • Poetry for Young People, 2007
  • We Had Him, hommage à Michael Jackson, 2009

Essais[modifier | modifier le code]

  • Lessons in Living, 1993
  • Wouldn't Take Nothing for My Journey Now, 1993
  • Even the Stars Look Lonesome, 1997
  • Hallelujah! The Welcome Table, 2004
  • Mother: A Cradle to Hold Me, 2006
  • Letter to My Daughter, 2008

Livres pour enfants[modifier | modifier le code]

  • Mrs. Flowers: A Moment of Friendship (sélection de I Know Why the Caged Bird Sings), illustré par Etienne Delessert, 1986
  • Life Doesn't Frighten Me (poème), édité par Sara Jane Boyers, illustré par Jean-Michel Basquiat, 1993
  • Soul Looks Back in Wonder (avec d'autres auteurs), illustré par Tom Feelings, 1993
  • My Painted House, My Friendly Chicken and Me, photographies de Margaret Courtney-Clarke, 1994
  • Kofi and His Magic, photographies de Margaret Courtney-Clarke, 1996
  • Maya's World séries, illustré par Lizzy Rockwell, 2004

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Cabaret for Freedom (revue), avec Godfrey Cambridge, produit au Village Gate Theatre, New York, 1960
  • The Least of These (drame en deux actes), produit à Los Angeles, 1966
  • The Best of These (drame), 1966
  • The Clawing Within (drame en deux actes), 1966
  • Gettin' up Stayed on My Mind, 1967
  • Adjoa Amissah (comédie musicale en deux actes), 1967
  • Sophocles, Ajax (drame en deux actes), produit au Mark Taper Forum (Los Angeles), 1974
  • And Still I Rise (comédie musicale en un acte), produit à Oakland (Californie), 1976
  • Theatrical Vignette (pièce en un acte), 1983
  • King, (paroles d'Alistair Beaton), livret de Lonne Elder III, musique de Richard Blackford, produit à Londres, 1990

Scénarios[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]
  • Georgia, Georgia, 1972
  • All Day Long, 1974
  • Poetic Justice (auteur de poèmes), 1993
  • The Black Candle (auteur de poèmes), 2008
Télévision[modifier | modifier le code]
  • Black, Blues, Black (series of ten one-hour PBS programs), 1968
  • Assignment America (series of six one-half-hour PBS programs), 1975
  • The Legacy, 1976
  • The Inheritors, 1976
  • I Know Why the Caged Bird Sings, 1979
  • Sister, Sister, 1982
  • Trying to Make It Home, 1988
  • Maya Angelou's America: A Journey of the Heart (also host), 1988
  • Brewster Place, 1990-1991
  • Angelou on Burns, 1996

Réalisation[modifier | modifier le code]

  • All Day Long, 1974
  • Down in the Delta, 1998[7]
  • And Still I Rise, 1976
  • Moon on a Rainbow Shawl, 1988

Actrice[modifier | modifier le code]

Films et pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

Émissions de télévision[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Musique de films[modifier | modifier le code]

  • Miss Calypso, 1957
  • For Love of Ivy, 1968
  • Georgia, Georgia, 1972
  • All Day Long, 1974

Albums parlés[modifier | modifier le code]

  • The Poetry of Maya Angelou, 1969
  • An Evening with Maya Angelou, 1975
  • I Know Why the Caged Bird Sings (with filmstrip and teacher's guide), 1978
  • Women in Business, 1981
  • Making Magic in the World, 1988
  • On the Pulse of Morning, 1993
  • Wouldn't Take Nothing for My Journey Now, 1993
  • Phenomenal Woman, 1995
  • Been Found, 1996
  • Celebrations, 2007

Hommage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Maya Angelou, 80 ans d'Amérique - Corine Lesnes, Le Monde, 25 octobre 2008
  2. La poétesse américaine Maya Angelou est morte - Le Monde, 28 mai 2014
  3. a, b et c « Maya Angelou, l'icône du combat contre le racisme », La Tribune, 26 septembre 2008, page 33
  4. Maya Angelou, Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage, Les Allusifs, 2008 (ISBN 978-2-922868-82-1)
  5. Maya Angelou, Tant que je serai noire, Les Allusifs, 2008 (ISBN 978-2-922868-75-3)
  6. Maya Angelou, « On the Pulse of Morning », Electronic Text Center, University of Virginia Library,‎ 2007-05-28
  7. (en) Dana Kennedy, « Holiday Films; A Poet, at 70, ventures into the unknown », The New York Times,‎ 15 novembre 1998
  8. « Maya Angelou », Muppet Wiki,‎ 2007-09-28
  9. (en) Martha Waggoner, « Maya Angelou to host show on XM Radio », Fox News,‎ 13 sept. 2006 (consulté le 28 sept. 2007)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]