Émeutes de Watts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Émeute de Watts

Les émeutes de Watts sont des émeutes ayant eu lieu du 11 au 17 août 1965 dans le quartier de Watts à Los Angeles.

Elles font suite à une altercation entre trois membres d'une famille noire et les forces policières dans Watts, un quartier majoritairement noir de Los Angeles.

De fait, malgré le Civil Rights Act de 1964, qui déclare illégale la ségrégation raciale aux Etats-Unis, une véritable politique de lutte contre les discriminations raciales n'est pas mise en place immédiatement. Dans ce contexte explosif, le mécontentement gronde, notamment dans les villes, où les Noirs se révoltent face aux discriminations en termes de logement, d'emploi, de pauvreté et dénoncent le harcèlement des forces de l'ordre. Rappelons qu'en 1965, des lois interdisaient encore aux Noirs de s'installer dans certains quartiers.

Les émeutes de Watts, particulièrement violentes, durent pendant six jours avec le slogan "Burn, Baby Burn !". Des barricades sont élevées, des magasins, des entrepôts et des bus sont brûlés, les forces de l'ordre sont bombardées de cocktails Molotov et de briques et l'armée impose un couvre-feu.


Les émeutes font 34 morts, environ 1 100 blessés, 4 000 arrestations[1], 977 bâtiments détruits ou endommagés[2] et 35 millions de dollars de dégâts.

Au cours des années qui suivent, d'autres grandes villes (Cleveland, San Francisco, Chicago, Newark, etc.), seront déchirées par des émeutes dont les tensions raciales sont également le détonateur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.454
  2. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.95