Harlem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

40° 48′ 32.52″ N 73° 56′ 54.14″ O / 40.8090333, -73.9483722 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Harlem (homonymie).
Localisation de Harlem dans Manhattan
L'Hotel Theresa, au cœur d'un quartier de Harlem de plus en plus dynamique

Harlem est un quartier de l'arrondissement de Manhattan à New York, aux États-Unis. Il se situe entre le nord de la 96e rue et Washington Heights. Toutefois, l'espace est officieusement délimité par la 110e rue au sud et par la 155e rue au nord. Harlem a joué un rôle majeur tout au long de l'histoire de New York : au début du XXe siècle, le mouvement de la Renaissance de Harlem fit de New York le principal foyer de la culture afro-américaine ; par la suite, le quartier devint l'un des centres de la lutte pour l'égalité des droits civiques, étant donné que Harlem a longtemps été et demeure encore aujourd'hui un lieu où se concentrent les Afro-américains. Après plusieurs décennies de crise et de délabrement, Harlem se transforme aujourd'hui en un quartier dynamique et attrayant, alors qu'il était considéré comme un ghetto où la criminalité était élevée il y a encore quelques années. Le fait que Bill Clinton ait choisi d'y installer ses bureaux traduit bien cette mutation urbaine et montre la volonté d'en faire l'un des centres attractifs de New York.

Situation et limites[modifier | modifier le code]

Les limites de Harlem aujourd’hui, ainsi que les principaux monuments.

Le quartier de Harlem se situe dans le nord de l’île de Manhattan, entre la Harlem River, l’East River et l’Hudson River. Le secteur central et occidental commence au sud avec la 110e rue et va jusqu’à la 155e rue au nord. Le district de East Harlem débute quant à lui un peu plus au sud, au niveau de la 96e rue. Les autres quartiers voisins de Harlem sont Morningside Heights à l’ouest et Washington Heights au nord. Le plus grand parc de la ville, reconnu comme le « poumon de Manhattan », Central Park se situe au sud du quartier, dont il marque la limite. Les limites de Harlem n'ont pas toujours été semblables à celles d'aujourd'hui étant donné que le quartier a évolué au cours de l’histoire.

Bien que formant un quartier à part entière, Harlem regroupe un certain nombre de secteurs plus petits. Également, Harlem est subdivisé en trois secteurs, West Harlem, Central Harlem et East Harlem avec pour référence la Cinquième avenue, qui sépare d'une manière générale l'île de Manhattan en une partie est et une partie ouest.

Le secteur de West Harlem s'étend à l’ouest de St. Nicholas Avenue et au nord de la 123e Rue. Il rassemble plusieurs quartiers : Hamilton Heights, autour de Hamilton Grange, Manhattanville, au nord de Morningside Heights. Les Heights désignent les hauteurs de Harlem comme Sugar Hill, un quartier où résidait la bourgeoisie dans les années 1920.

Central Harlem correspond à l'espace situé entre St. Nicholas Avenue et la Cinquième Avenue. Il regroupe les districts de Mount Morris, qui s’étend à l’ouest de Marcus Garvey Park, Strivers' Row, centre autour de la 139e Rue, Sugar Hill situé plus au nord, et Astor Row, autour de la 130e Rue.

Enfin, East Harlem se trouve entre la Cinquième Avenue et les berges de l'East River, avec pour principal quartier Spanish Harlem, au sud de la 116e Rue. Comme son nom l'indique, le quartier accueille une majorité d'Hispaniques, essentiellement des Portoricains.

Histoire : des origines aux Roaring Twenties[modifier | modifier le code]

Les débuts de Harlem[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de New York.
En 1765, Harlem était une petite bourgade rurale non loin de New York.


À l'époque précolombienne, l’île de Manhattan était occupée par les Amérindiens Lenapes (appelés aussi « Delaware ») qui vivaient de l’agriculture, de la pêche et de la chasse. Dès le XVIIe siècle, ces tribus pratiquèrent le commerce des fourrures avec les Européens. Le capitaine Henry Hudson, qui naviguait pour le compte des Provinces-Unies, appareilla au nord de Manhattan le 11 septembre 1609. Le premier établissement hollandais fut construit dans le sud de l’île : celle-ci fut achetée aux Amérindiens par Peter Minuit en 1626, pour la somme de 24 dollars.

Le village de Harlem fut fondé en 1658 par le gouverneur Peter Stuyvesant qui l'appela Nieuw Haarlem d'après le nom de la ville néerlandaise de Haarlem[1]. La piste indienne qui menait aux prairies de Harlem fut alors réaménagée par les esclaves noirs de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales ; elle fut intégrée à la route postale reliant New York à Boston. Les Britanniques renommèrent l’endroit « Harlem » quand ils s'emparèrent de New York en 1664.

Hamilton Grange, de nos jours

À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, Harlem présentait un caractère champêtre : ainsi, l’homme politique Alexander Hamilton (1757-1804) y possédait un grand domaine. Sa demeure se trouve toujours dans le quartier, auquel on a attribué son nom : Hamilton Heights. D’autres grandes familles possédaient des terres dans ce secteur du nord de Manhattan comme les Delancey, les Bleeker, les Riker ou encore les Beekman[2].

Le 16 septembre 1776, pendant la guerre d'indépendance, la bataille de Harlem Heights opposa les forces britanniques aux insurgés américains. Il s'agissait en fait d'une escarmouche à l'issue incertaine, qui fit environ soixante-dix victimes dans chaque camp.

Harlem garda son aspect rural durant la première moitié du XIXe siècle. En 1820, on recensait 91 familles, une église, une école et une bibliothèque[3]. Le village était relié à New York par un service de bateaux à vapeur qui naviguaient sur l’East River. En 1831, la première ligne de tramway à traction hippomobile reliait le centre de New York à Harlem ; elle était complétée par une ligne de chemin de fer en 1837. Cependant, à partir du milieu du XIXe siècle, le village entra dans une phase de déclin : les grands domaines agricoles furent abandonnés et Harlem vit l’arrivée de squatters irlandais pauvres[3].

Harlem, un quartier résidentiel et bourgeois[modifier | modifier le code]

Astor Row (1880-1883). Maisons bourgeoises de Harlem

En 1873, Harlem fut rattaché à la municipalité de New York ; cette annexion s'accompagna d'une première vague de constructions à caractère spéculatif[4]. L’arrivée du métro aérien à partir de 1880 renforça les relations avec le centre-ville situé plus au sud et provoqua surtout l’urbanisation rapide de Harlem. Les promoteurs et les spéculateurs firent construire des logements et misèrent sur le succès de ce quartier. De belles demeures, les fameuses brownstones, furent bâties dans le secteur de Marcus Garvey Park et accueillirent les membres de la bourgeoisie new-yorkaise. Les Graham Court Apartments furent érigés en 1898-1901 sur la Septième Avenue. Harlem se dota également d’équipements sportifs (Polo Grounds[5]) et culturels (Harlem Opera House). L'architecte paysagiste Frederick Law Olmsted, à qui les New-Yorkais doivent l'aménagement du Central Park, conçut les jardins de Riverbank State Park qui longent l'Hudson River et la Riverside Drive.

Cependant, les retards dans la construction du métro et l’offre abondante de logements firent baisser les prix de l’immobilier à partir des années 1890. De nouveaux migrants juifs venus d’Europe de l’Est affluèrent à Harlem, même si certains propriétaires tentèrent d’empêcher leur installation. D’autres migrants européens, des Italiens, des Irlandais et des Finnois, vinrent habiter dans les tenements du quartier dès la fin du XIXe siècle. Le secteur d'East Harlem commença à se paupériser dès le début du XXe siècle[6].

Arrivée de la population afro-américaine[modifier | modifier le code]

Strivers Row, Harlem

Face aux lynchages qui s'intensifiaient dans le Sud des États-Unis et face aux discriminations et à la mécanisation de l’agriculture, plusieurs milliers d’Afro-américains[7] migrèrent vers les villes industrielles du Middle West et du Nord-Est[8].

Vers 1880, la communauté noire était encore peu nombreuse et vivait autour de la 125e Rue ou dans les immeubles délabrés de la 130e Rue Ouest. L’arrivée massive des Afro-américains tenait à plusieurs facteurs : le krach immobilier de 1904-1905 provoqua une baisse importante des loyers. Dans le reste de la ville, les Noirs subirent le racisme (émeutes de Tenderloin en 1900[9] et de San Juan Hill en 1905), la dégradation de leurs conditions de vie et cherchèrent à partir. Le promoteur immobilier afro-américain Phillip Payton Jr. encouragea l’installation de familles noires à Harlem. La construction de la Pennsylvania Station chassa par ailleurs les Noirs de l’ouest de Manhattan (Tenderloin[2]). Lors des deux premières décennies du XXe siècle, nombre d'Afro-américains les rejoignirent, quittant les quartiers de Upper West Side ou de Hell's Kitchen.

La Renaissance de Harlem[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Renaissance de Harlem.
Quelques représentants de la Renaissance de Harlem

La Renaissance de Harlem est un mouvement de renouveau de la culture afro-américaine dans l’entre-deux-guerres, dont le berceau et le principal foyer est Harlem. Cette effervescence s’étendit à plusieurs domaines de la création artistique, allant de la photographie à la musique en passant par la peinture. Mais c’est surtout la littérature qui constituait l’élément le plus remarquable de cet épanouissement. Soutenue par des mécènes et une génération d’écrivains talentueux, la Renaissance de Harlem marqua un tournant majeur dans la littérature noire américaine qui connut une certaine reconnaissance et un plus grand succès, y compris parmi les lecteurs blancs.

Avec la Renaissance de Harlem, les œuvres se multiplièrent dans tous les domaines, se diversifièrent et se diffusèrent plus largement. Harlem devint le centre renommé de ce nouveau dynamisme, si bien que l'on utilise l’expression « Renaissance de Harlem », en référence à la renaissance de la littéraire irlandaise[10] du XIXe siècle.

Dans les premières décennies du XXe siècle, de nouveaux artistes et intellectuels afro-américains affluèrent vers la « Grosse Pomme »[11] et la plupart s’établirent ou travaillèrent à Harlem : l’activiste Marcus Garvey en 1918, le musicien Duke Ellington en 1923 ou encore Louis Armstrong en 1924-1925 en sont les acteurs les plus connus. Harlem devint un foyer de création artistique majeur avec l’installation de peintres, de sculpteurs (Richmond Barthé en 1929) et de photographes (James Van Der Zee en 1932).

Le temps de la prohibition[modifier | modifier le code]

La Renaissance de Harlem est synonyme de « nuits folles » et de « plaisirs divers »[12]. Parmi les hauts lieux du jazz, on trouvait des salles comme le Cotton Club, le Small's Paradise, l'Apollo Theater ou le club de swing le Savoy Ballroom. Les années 1920 furent également marquées par la prohibition, avec l’ouverture des speakeasies, ces établissements de vente et de consommation de boissons alcoolisées, et des bootleggers, les contrebandiers d’alcool. De nombreux bars et clubs réservés aux Blancs étaient alors contrôlés par les mafias juive et italienne. Le truand « Dutch » Schultz contrôlait notamment la production et la distribution de spiritueux dans le quartier.

Plutôt que d'entrer en compétition avec les réseaux établis, les gangs afro-américains se concentrèrent sur le jeu clandestin. Ils inventèrent une sorte de loterie, le bolito, qui pouvait être jouée illégalement dans une multitude d'endroits de Harlem. Les dirigeants de ces entreprises, enrichis par ces paris illicites, acquirent un certain pouvoir financier. Ils s'intéressèrent alors à d'autres projets plus honnêtes, en prêtant notamment à leur tour de l'argent à ceux qui, souhaitant investir, n'étaient pas capables de les distinguer d'autres instituts plus légaux. L'une des premières dirigeantes de ces entreprises était une femme, Stephanie St. Clair.

Avec la Grande Dépression de 1929, le commerce illicite, tout comme celui qui était légal, devinrent moins rémunérateurs. La mafia blanche chercha alors à prendre le contrôle de la loterie, qu'elle avait auparavant ignorée. Après une guerre des gangs brutale, Dutch Schultz prit le contrôle de toutes ces opérations de racket à Harlem, jusqu'à son assassinat en 1935. La popularité du bolito s'évanouit avec l'apparition de la loterie de l'État de New York, qui rapportait davantage et avait le gros avantage d'être légale. Il subsista toutefois une frange de la population qui préférait les parties illicites.

Harlem et la population noire : luttes, crises puis renouveau[modifier | modifier le code]

L'activisme noir : des origines à la Seconde Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

L'implantation des premiers mouvements[modifier | modifier le code]

Drapeau rouge, noir et vert de l'UNIA, qui devint par la suite un symbole de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis.

Peu de temps après l'arrivée des populations noires dans le quartier la communauté devint connue sous le nom de « cœur spirituel de la protestation et du mouvement noir »[13],[14]. La NAACP (National Association for the Advancement of Colored People), mouvement pour la promotion des droits civiques des minorités, s'implanta à Harlem en 1910. Elle fut suivie en 1916 par l'Universal Negro Improvement Association de l'Universal Negro Improvement Association and African Communities League dirigée par Marcus Garvey. Le groupe de la NAACP devint rapidement le plus grand du pays. L'activiste Asa Philip Randolph vécut à Harlem, où il publia le magazine radical The Messenger (Le Messager) à partir de 1917. C'est également depuis Harlem qu'il organisa le syndicat de la Brotherhood of Sleeping Car Porters. Un autre militant de la cause noire, William Edward Burghardt Du Bois vécut et publia à Harlem dans les années 1920, tout comme James Weldon Johnson.

Le krach de 1929 et ses conséquences[modifier | modifier le code]

Immeuble à l'abandon, Harlem

Le krach de Wall Street en 1929 fut l'élément déclencheur d'une grave crise économique qui toucha tous les États-Unis, avant de s'étendre à de nombreux pays du monde. La Grande Dépression toucha Harlem de plein fouet. Le chômage augmenta et la population, grossie par l'arrivée de nouveaux migrants venus du Sud, s’entassa dans des logements qui tombaient en ruine. Dans les années 1930, Harlem rassemblait 350 000 personnes, soit une densité de 233 habitants pour un demi hectare, alors que la densité moyenne était de 133 dans le reste de Manhattan[15]. Au début des années 1930, la moitié des habitants de Harlem bénéficiait du programme d'aide sociale[16]. La tuberculose et la prostitution se développaient rapidement dans le quartier. Sous le mandat du maire Fiorello LaGuardia (1934-1945), les autorités municipales détruisirent plusieurs tenements et taudis pour laisser la place à de grands ensembles d'immeubles : ainsi les Harlem River Houses proposaient des logements à loyers modérés. Un tiers de la surface totale d'East Harlem fut rasée puis reconstruite sous la direction de l'urbaniste Robert Moses[17]. La rénovation urbaine se poursuivit dans les années 1950 ; elle concernait aussi d'autres quartiers du nord de New York tels que Manhattantown, Morningside Heights et l'Upper West Side et donna lieu à de nombreuses expulsions de Noirs et de Portoricains. Ces derniers finirent par se concentrer à East Harlem et au nord de la 125e Rue.

C'est avec cette Grande Dépression naissante que le véritable activisme noir débuta dans le quartier, avec le slogan « N'achetez pas là où vous ne pouvez pas travailler »[18]. Ce fut la dernière campagne visant à forcer les détaillants de la 125e rue à engager des noirs qui atteint son objectif. En juin 1934, des boycotts furent organisés par la Citizens' League for Fair Play[19] contre le grand magasin Blumstein's situé sur la 125e Rue. Le magasin accepta d'embaucher des Afro-américains. Les protestations des Harlémites continuèrent, sous la conduite de personnalités comme le religieux et futur membre du Congrès Adam Clayton Powell Jr.. Ce dernier chercha à changer les pratiques d'embauche dans d'autres magasins et à généraliser l'emploi des noirs, et des membres de groupes protestataires[20]. Le personnage du « Père divin » (Divine Father) déplaça la contestation sociale dans la sphère du religieux[21]. Le « Père Divin » s’était installé à Harlem dans les années 1930. Les membres de son mouvement achetèrent des hôtels dans la ville pour accueillir les plus démunis, pendant la Grande Dépression. Après les émeutes de 1935 et de 1943, le mouvement devint de plus en plus politique en s'opposant à la ségrégation raciale. En 1940, il organisa une pétition en faveur d'une loi anti-lynchage qui recueillit 250 000 signatures.

Au niveau culturel la Grande Dépression n'eut pas de conséquences désastreuses sur Harlem. Malgré le départ de la plupart des écrivains, la création littéraire se poursuivit, notamment sous l'impulsion de Ralph Ellison (1913-1994) et de Richard Wright (1908-1960). L'American Negro Theater fut créé le 5 juin 1940 par l'écrivain Abram Hill et l'acteur Frederick O'Neal. Sidney Poitier et Harry Belafonte fréquentèrent son école. Dans les années 1940, des jam sessions furent organisées au Cecil Hotel[22]. Le Minton's Playhouse était le nom du club qui se trouvait au premier étage de l’hôtel ; il fut actif de 1938 à 1970 et accueillit les plus grands noms du jazz de l'époque : Thelonious Monk, Charlie Parker ou encore Dizzy Gillespie. Ces derniers lancèrent le bebop au milieu des années 1940.

Nouvelles tendances et influence croissante[modifier | modifier le code]

Adam Clayton Powell Jr., figure emblématique de l'activisme noir de Harlem.

Les idées communistes trouvèrent un écho favorable à Harlem dès les années 1930, et continuèrent à exercer une influence notable dans les années 1940. Le 19 mars 1935, des émeutes se déclenchèrent sous l'égide des mouvements activistes, à la suite d’une rumeur selon laquelle un policier avait tué un jeune Noir. Elles mobilisèrent près de 10 000 personnes[23] qui s’en prirent aux magasins des Blancs. Il fallut l’intervention de plusieurs centaines de policiers pour rétablir l’ordre. Quatre Noirs furent tués et 195 personnes blessées[16]. Les dégâts furent importants et les classes moyennes commencèrent en conséquence à fuir le quartier. On dénombra 600 magasins pillés. La même année, la politique de Harlem fut marquée par un mouvement internationaliste de contestation contre l'invasion de l'Éthiopie par les troupes italiennes, avec des manifestations de grande ampleur, des pétitions et même un appel à la Société des Nations[24]. Cet internationalisme continua par intermittence, avec notamment des manifestations importantes en faveur de la nationalisation du canal de Suez par Nasser en 1956[25], symbole de l'émancipation du Tiers-Monde.

Les habitants noirs de Harlem prirent de l'influence dans les institutions municipales, notamment à partir de 1941 avec l'élection de Adam Clayton Powell Jr. au New York City Council[26]. Il fut ensuite facilement élu au Congrès après la mise en place d'un district électoral du Congrès à Harlem en 1944. Il laissa son siège au New York City Council à un autre Harlémite, Benjamin J. Davis. Mais le poids politique de Harlem se réduit par la suite étant donné qu'Adam Clayton Powell Jr. passait son temps à Washington, D.C. ou dans sa maison de vacances aux Bahamas et que Davis fut emprisonné en 1951[27]. En 1943, un deuxième mouvement d'émeutes, déclenché par l'agression d'un soldat noir par un policier blanc, se termina par le pillage de centaines de magasins et la mort de six personnes.

1946-1969 : Le Civil Rights Movement[modifier | modifier le code]

La situation au lendemain de la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Scène de rue, Harlem en 1943

Si le pays sortit de la crise économique après la Seconde Guerre mondiale, on ne peut en dire autant de Harlem. Le quartier se replia progressivement sur lui-même, s'isolant du reste de Manhattan, et acquit une mauvaise réputation : Harlem devint un ghetto. Le paysage urbain se dégrada peu à peu, les maisons se délabrèrent, les immeubles et les commerces furent abandonnés, plusieurs secteurs restant en friches. Les Harlémites furent ainsi davantage confrontés aux difficultés que les autres New-Yorkais : ils furent frappés par un fort taux de chômage, vécurent dans un contexte de violence, de drogue, d’insalubrité et de pauvreté généralisée. Le taux de mortalité infantile et d’échec scolaire dépassa celui du reste de la ville. En 1964, le pourcentage de toxicomanes vivant à Harlem était dix fois plus élevé que la moyenne de New York, et douze fois plus que pour l'ensemble des États-Unis. Sur une estimation de 30 000 toxicomanes new-yorkais, 15 000 à 20 000 habitaient alors à Harlem. Le taux de criminalité était six fois plus élevé que la moyenne de la métropole. La moitié des enfants vivait dans des familles monoparentales ou seuls, situation qui contribua à la montée de la délinquance. Les associations, les Églises, les sectes et les gangs remplacèrent progressivement les autorités publiques sur le terrain. Pourtant, l'activisme noir se développa lui aussi, permettant à la population et au quartier de se relever progressivement.

Contestations et violence : les habitants s'organisent[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1950 et au début des années 1960, Harlem fut secouée par le mouvement des « grèves des loyers », menées par l'activiste local Jesse Gray, le « Congrès de l'égalité raciale[28] », la Harlem Youth Opportunities Unlimited (HAYROU) et d'autres groupes. Ces groupes voulaient contraindre les propriétaires à améliorer la qualité des logements, en les amenant à prendre des mesures contre les rats et les cafards, à fournir du chauffage pendant l'hiver, et à maintenir les loyers à des niveaux acceptables. Selon le Metropolitan Council on Housing[29], au milieu des années 1960, environ 25 % des propriétaires prélevaient un loyer supérieur à celui qui était fixé par la loi[30].

Plusieurs groupes se mobilisèrent à Harlem pendant les années 1960, pour réclamer de meilleures écoles, des emplois mieux payés et des logements salubres. Certains étaient pacifiques alors que d'autres prônaient la violence. Au début des années 1960, le Congress of Racial Equality (CORE) possédait ses bureaux sur la 125e Rue et servait de médiateurs entre la communauté et la ville, surtout en période de troubles sociaux. Ils firent pression pour que les civilian review boards entendent leurs plaintes contre les abus de la police, demande qui fut finalement satisfaite. Adam Clayton Powell Jr. devint président du House Committee of Education and Labor[31] au début des années 1960, et utilisa cette position pour assigner des fonds fédéraux à divers projets de développement[32].

L'influence du mouvement de protestation non violent du sud fut étouffé à Harlem. Martin Luther King était pourtant le leader noir le plus respecté de Harlem[33],[34] mais au moins vingt groupes de nationalistes noirs opéraient aussi à New York. Le plus important d'entre eux était de loin Nation of Islam, dont le Septième Temple fut dirigé par Malcolm X, entre 1952 et 1963. Bien que ce dernier fût assassiné au théâtre Audubon Ballroom (Washington Heights) le 21 février 1965, Harlem demeura l'un des principaux centres de la Nation of Islam.

Drapeau de La Nation de l’Islam, l'un des mouvements noirs les plus importants à Harlem dans les années 1960.

Les plus grands projets de travaux publics de Harlem pendant ces années furent les logements sociaux, avec une concentration principalement dans East Harlem[35]. Dans l'ensemble, les structures existantes furent démolies et remplacées par des propriétés conçues et gérées par la ville qui devaient, en théorie, proposer un environnement plus sûr et agréable que ceux proposés par les propriétaires privés. En fin de compte, les protestations de la communauté ralentirent la construction de nouveaux projets.

À partir du milieu du XXe siècle, le faible niveau des écoles locales fut une source d'inquiétude. Au cours des années 1960, environ 75 % des étudiants n'avaient pas le niveau approprié en lecture, et 80 % n'avaient pas le niveau en mathématiques. En 1964, les résidents de Harlem organisèrent deux boycott pour attirer l'attention sur ce problème : dans Central Harlem, 92 % des élèves restèrent chez eux[36]. En 1977, Isiah Robinson, présidente du New York City Board of Education aurait déclaré que la « qualité de l'éducation avait dégénéré à un niveau digne de celui d'une prison ». C'est dans ce contexte troublé que la troisième vague d'émeutes eut lieu, en juillet 1964, après la mort d'un jeune noir de quinze ans dans une fusillade, dans laquelle un policier blanc était impliqué. Une personne perdit la vie, plus de cent furent blessées, et des centaines furent arrêtées. Les dommages matériels et les pillages se multiplièrent à cette occasion.

Consécutivement aux émeutes de 1964, le gouvernement fédéral finança un programme pilote baptisé Project Uplift[37] grâce auquel des milliers de jeunes Harlémites obtinrent des emplois pour l'été 1965. Le projet fut initié par un rapport du HAYROU intitulé « La jeunesse dans le ghetto »[38] et le HAYROU fut chargé de le mettre en œuvre, avec l'aide de la National Urban League et près de cent petites organisations communautaires[39]. En 1966, le Black Panther Party organisa une assemblée à Harlem, en faisant campagne contre la violence. Lors d'une manifestation du Student Nonviolent Coordinating Committee, un conférencier des Black Panther, Max Stanford, déclara que les États-Unis pourraient « se faire mettre à genoux par un chiffon et de l'essence dans une bouteille », c'est-à-dire un cocktail Molotov[40]. En 1968, Harlem connut de nouvelles émeutes suite à l'assassinat de Martin Luther King Jr.. Deux personnes moururent, l'une poignardée à mort dans la foule, l'autre piégée dans un bâtiment en feu. Le maire de l'époque, John Lindsay essaya de calmer les émeutiers en marchant sur Lenox Avenue sous un « déluge de briques »[41].

1970-1989 : Harlem s'enfonce dans la crise[modifier | modifier le code]

Une situation calamiteuse[modifier | modifier le code]

À cause de certaines mesures, les années 1970 furent l'une des pires périodes de l'histoire de Harlem. Nombre de ses habitants, en mesure d'échapper à la pauvreté, quittèrent le quartier à la recherche d'un lieu plus sûr, de meilleures écoles et logements. Ceux qui restèrent étaient les plus pauvres et les moins instruits, ils n'avaient que peu d'opportunités de trouver un meilleur emploi. Bien que le gouvernement fédéral ait investi 100 millions de dollars sur dix ans dans les domaines de la santé, de l'éducation, de la sécurité, de la propreté, les efforts restaient insuffisants[42]. Dans l'esprit de la population blanche de l'époque ce processus d'appauvrissement commençait dès l'installation d'une famille noire ou portoricaine. Dès lors, la valeur immobilière allait décroissante. L'immeuble, puis la rue se vidait alors progressivement de ses habitants, des familles plus pauvres prenant leur place. Bien que taxés, les loyers demeuraient très élevés, surtout lorsqu'ils étaient grevés d'une taxe sur la couleur de la peau imposée par le propriétaire. Le bâtiment devenant de moins en moins rentable, on négligeait son entretien et ses réparations jusqu'à l'abandonner purement et simplement. Dès lors la détérioration allait croissante : le chauffage, puis l'eau, enfin l'électricité étaient coupés[43].

L'un des rares immeubles condamnés qui subsistent à Harlem. Cependant, au plus profond de la crise des années 1970 et 1980, les taudis étaient très nombreux.

Les statistiques de cette période reflètent la dégradation du quartier. En 1968, la mortalité infantile atteignit un taux de 37 pour 1000, contre 23,1 pour mille pour l'ensemble de New York. Lors des huit années suivantes, la mortalité infantile pour la ville passa à 19, alors que celle de Harlem culmina à 42,8, c'est-à-dire plus du double. Les statistiques sur la santé, la drogue ou l'éducation montrent une tendance similaire pour les années 1970. Les départs devinrent si nombreux entre 1976 et 1978, que Central Harlem perdit presque un tiers de sa population et East Harlem environ 27 %[42]. À l'époque, certaines rues sont tout simplement barrées tant les détritus et les gravats en bloquent l'accès[43]. L'économie du quartier se détériore rapidement et les magasins ferment et, selon des estimations publiées en 1971, 60 % des revenus proviennent d'activités illégales[44].

Le quartier le plus défavorisé de Harlem était la Bradhurst section, située entre le Adam Clayton Powell Jr. Boulevard et Edgecombe, de la 139e rue jusqu'à la 155e. En 1991, le New York Times en dira : « Depuis 1970, l'exode des résidents a laissé sur place les pauvres, les chômeurs, les gens peu instruits. Presque deux tiers des foyers ont un revenu inférieur à 10 000 $ par année. Cette communauté a l'un des taux de criminalité les plus élevés de la ville, des ordures éparpillées, des terrains vagues et des immeubles désaffectés dont beaucoup sont murés, tout cela contribue à donner un sentiment de danger et de désolation[45]. »

La réaction de la ville[modifier | modifier le code]

Les mesures prises pour remédier à cette situation débutent par la rénovation de la 125e Rue, le long du cœur économique du Black Harlem[46]. À la fin des années 1970, il ne reste que quelques commerces pauvres et marginaux[47]. On dessine les plans d'un Harlem International Trade Center, qui aurait couvert le bloc entier compris entre la 125e et la 126e Rue, de Lenox Avenue au boulevard Adam Clayton Powell Jr., y compris un centre d'échanges avec le tiers monde. Un centre commercial est prévu à l'ouest entre Frederick Douglass Boulevard et St. Nicholas. Cependant, ce projet est lié à un financement de 30 millions de $ de la part du gouvernement fédéral[46], et à cause de l'élection de Ronald Reagan à la présidence des États-Unis, il n'y avait aucune chance qu'il soit accepté[47].

La ville lança, dans les années 1960, la construction une gigantesque usine de retraitement des eaux usées, sur l'Hudson River dans West Harlem. Mais le projet suscita l'opposition des résidents qui se battirent contre l'implantation de la North River Wastewater Treatment Plant[48]. Un compromis fut finalement trouvé qui prévoyait l'aménagement d'un parc d'État comprenant des installations sportives et de détente, sur le toit de la station. Le Riverbank State Park fut ouvert au public en 1993 (l'usine ayant été achevée quelques années plus tôt)[49].

Vers 1980, la ville de New York possédait environ 60 % du parc résidentiel de Harlem[50] ; elle commença à vendre ses propriétés au public dès 1985. En réalité, seule une faible proportion fut vendue à cette époque, quelques scandales interrompirent aussi momentanément ces ventes.

Depuis les années 90 : la seconde Renaissance de Harlem[modifier | modifier le code]

La gentrification[modifier | modifier le code]

La 125e rue, un axe moderne de Harlem avec ses nombreux commerces et ses peintures murales très colorées.

Depuis la fin du XXe siècle, Harlem a connu d'importants changements, à la fois dans sa structure sociale, dans ses conditions de vie mais aussi dans son paysage urbain. Ces bouleversements s'inscrivent dans la revitalisation récente de Manhattan.

La gentrification (embourgeoisement) désigne la réoccupation des centres des villes par les classes aisées après rénovations et réhabilitations[51]. Ce mouvement est d'abord parti du sud de Manhattan dans les années 1980 pour gagner les quartiers situés plus au nord dans les années 2000[52]. Entre 1990 et 2000, le revenu moyen des Harlémites a progressé. L'augmentation la plus rapide fut mesurée dans Central Harlem et dans East Harlem[52]. La composition ethnique s'est également modifiée avec l'arrivée de résidents blancs. Avec la pénurie de logements et les embouteillages, Harlem apparut de plus en plus comme un quartier intéressant pour les classes moyennes. La liaison en métro vers Midtown et Downtown, ainsi que des loyers moins élevés qu'ailleurs étaient autant d'atouts pour cette partie de Manhattan, pourtant méprisée depuis toujours.

La réhabilitation des brownstones de Harlem participe à la gentrification du quartier

Mais la gentrification de Harlem n'a été rendue possible que par la création d'emplois et une réhabilitation de certains secteurs : financées par des fonds privés ou publics, les rénovations des brownstones ont été réalisées sur Strivers Row, Hamilton Heights, Mount Morris Park et Audubon Terrace. La revitalisation de Harlem passa par une volonté politique de la municipalité et même un certain engagement de l’état fédéral. Par exemple, en 1996, la New York Empowerment Zone fut créée afin de stimuler l’économie du nord de Manhattan et du Bronx. Des fonds publics fédéraux furent distribués et des réductions de taxe consenties pour encourager les investissements à Harlem[53]. Au niveau régional, le New York State Empire Zones Program encouragea le développement économique d'East Harlem par des incitations fiscales[54].

Les étapes du renouveau[modifier | modifier le code]

La municipalité de New York mit en place une politique visant à permettre l'accession à la propriété des habitants de Harlem. L'objectif à long terme était d'améliorer les conditions de vie de la communauté. Dans la plupart des cas, la ville finançait la rénovation du bien immobilier avant de le vendre (par tirage au sort) en dessous des prix du marché[55]. Mais le programme fut rapidement rattrapé par les scandales : les gens se portaient acquéreurs des immeubles auprès de la ville, puis les revendaient aux Églises et autres associations caritatives en majorant le prix, ensuite les églises et les associations souscrivaient un emprunt immobilier, sous la protection de l'article fédéral 203(k), et achetaient le bien. L'acquéreur originel réalisait ainsi un bénéfice important alors que l'Église ou l'association faillait au remboursement de l'emprunt immobilier (obtenant, on le suppose, un pot-de-vin de la part d'un promoteur immobilier)[56],[57]. Les logements désaffectés furent laissés à l'abandon. Environ un tiers des propriétés vendues par la ville était des immeubles où vivaient toujours des locataires et qui furent à leur tour abandonnés. Ces ruines, et les restrictions sur les emprunts immobiliers dégradèrent le marché immobilier dans cette zone, pour de longues années.

Centre commercial de la 125e rue, symbole de la modernité du quartier.

De 1987 à 1990, la ville s'engagea dans de grands travaux de réhabilitation du quartier : elle retira les longues voies de tramway inutilisées sur la 125e Rue, posa de nouvelles canalisations d'eau ainsi que de nouveaux égouts, installa de nouveaux trottoirs, feux de circulation, éclairages publics et planta des arbres. Deux ans plus tard, de grandes chaînes de magasins ouvrirent des boutiques sur la 125e Rue pour la première fois : The Body Shop implanta un magasin à l'intersection entre la Cinquième avenue et la 125e Rue, alors que l'entreprise de crème glacée Ben & Jerry's ouvrit une enseigne et employa d'anciens sans-abri[58]. Mais le développement de Harlem explosa quelques années plus tard grâce à l'Upper Manhattan Empowerment Zone qui apporta 300 millions de dollars en fonds de développement et 250 millions de dollars en déduction d'impôts[59]. La baisse de la criminalité joua également en faveur du quartier : aujourd'hui, Harlem est à nouveau un quartier sûr dans la journée[60] et il est possible de se promener sur les grands axes la nuit en toute sécurité. Ce succès est lié en partie à l'action du maire de la ville, Rudolph Giuliani, entre 1993 et 1998, qui mit en place la « tolérance zéro », prôna l'intégration des minorités ethniques dans les forces de l'ordre ainsi qu'un travail concerté des diverses institutions municipales, en particulier des écoles.

Des projets de centres commerciaux, de cinémas et de musées furent proposés. Cependant, ces derniers faillirent être abandonnés en 1995 suite aux émeutes de Freddy's Fashion Mart qui firent huit morts. Ces émeutes ne ressemblaient pas à celles qui avaient précédé, et furent organisées par des activistes noirs contre les gérants de magasins juifs de la 125e Rue[61]. Cinq ans plus tard, la réhabilitation de la 125e Rue reprit, avec la construction d'un Starbucks, soutenue par le basketteur Magic Johnson, originaire du quartier. Le premier centre commercial du quartier depuis plus de trente ans, Harlem USA, sortit également de terre durant cette période, tout comme un multiplexe, en 2000, puis le Studio Museum in Harlem, en 2001. La même année, l'ancien Président Bill Clinton ouvrit son bureau dans le quartier. En 2002, un autre centre commercial, le Harlem Center fut achevé sur Lenox Avenue[62].

Économie[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

Depuis le milieu des années 1990, Harlem attire de nouveau les investissements et les grands projets économiques. Cependant, même si ce renouveau économique crée des emplois, il ne touche pas toutes les couches de la population du quartier. Le taux de chômage reste à des niveaux supérieurs à la moyenne nationale : à Central Harlem, il demeure stable depuis les années 1990 et s'établit à environ 9 % de la population active.

Plusieurs centres commerciaux ont vu le jour depuis les années 1990 : East Harlem a vu s'implanter une grande surface de la chaîne Pathmark en 1997. Elle permit la création de 200 emplois dans la vente et proposa de nombreux services (pharmacie, banque, etc.). Ce supermarché, le premier construit à Harlem, fut suivi par d'autres projets : Renaissance Plaza (immeuble résidentiel et de magasins sur Lenox Avenue et la 116e Rue), Harlem Center (qui comprend un magasin Office Depot et des bureaux aux étages), Gotham Plaza, East River Plaza, etc.

Le centre commercial « Harlem USA » est l'un des principaux symboles de la Renaissance du quartier : il réunit des boutiques (HMV, Old Navy, Modell's, etc.) et un cinéma. On y trouve le Hue Man Bookstore, un libraire spécialisé dans la littérature afro-américaine. D'autres grandes enseignes s'y sont récemment installées comme les cafés Starbucks ou une boutique Disney Store sur la 125e Rue[63]. Les petits commerçants du quartier se plaignent de cette nouvelle concurrence, et certains estiment qu'elle dénature Harlem, mais parallèlement, l'émergence de ces grands centres est aussi l'une des raisons de l'attrait des New-Yorkais pour le quartier.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Enseigne de l'Apollo Theater, un lieu de concert fréquenté par les touristes

Il y a encore une dizaine d'années, Harlem était un quartier peu fréquentable, de jour comme de nuit. Au pic de la crise des années 1970, la peur inspirée par le quartier était telle que les chauffeurs de taxi blancs craignaient de s'y rendre de peur de se faire agresser. Ainsi, dans le film Taxi Driver de Martin Scorsese qui présente certaines aspects sordides du New York de cette période, Travis Bickle (interprété par Robert De Niro) se fait jeter des pierres sur son taxi par de jeunes noirs.

Cependant, depuis la seconde Renaissance du quartier, les choses ont évolué. En effet, sans être devenu un quartier totalement sûr la nuit, Harlem constitue aujourd'hui un lieu touristique important de Manhattan, en raison de la diversité de ses bâtiments et lieux de divertissement qui ont marqué l'histoire de la ville. Ce quartier représente, en dépit des difficultés rencontrées par les populations afro-américaines, une des facettes du Melting Pot, que certains touristes viennent rechercher dans Big Apple.

Harlem cherche à attirer de nouveaux visiteurs en mettant en valeur son patrimoine : certains clubs de jazz ont été rénovés comme l'Apollo Theater pour un coût total de 65 millions de dollars[64]. L’Apollo Theater reçoit la visite de 1,3 million de personnes chaque année[65].

Harlem fait désormais partie des itinéraires empruntés par les cars de touristes qui viennent assister à des concerts de gospel le dimanche matin. La municipalité encourage le développement économique de la 125e rue, dont elle souhaite faire l’artère principale et la vitrine de Harlem[64].

Pour répondre à cette nouvelle demande touristique, un hôtel Marriott est en construction. Connu sous le nom de « Harlem Park », le projet prévoit aussi des commerces et des logements. L'immeuble devrait être le plus haut de Harlem avec 40 étages, et créer près de 900 emplois[66].

Population[modifier | modifier le code]

Scène de rue, Harlem, 2006

On distingue trois secteurs dans Harlem : East Harlem (qui est surnommé Spanish Harlem), West Harlem, Central Harlem. D'après le recensement de 2000, Harlem compte 259 200 habitants, dont 108 100 pour East Harlem et 151 100 pour Central Harlem[67]. Les Harlémites représentent 16,8 % de la population de l’île de Manhattan.

La population de Harlem est relativement jeune (27 % de moins de 18 ans[67]). Le seuil de pauvreté est plus élevé que pour le reste de New York (36,7 % de la population). East Harlem est plus touché par la pauvreté, l’obésité et l’analphabétisme que Central Harlem. La composition ethnique est aussi différente entre les deux secteurs : East Harlem est le quartier latino (les Hispaniques représentent plus de la moitié de la population) alors que Central Harlem abrite une importante communauté noire (67 % des habitants). Aujourd’hui il existe des tensions entre hispaniques et noirs à cause de la concurrence sur le territoire[68].

La gentrification récente de Harlem s’accompagne d’une lente modification ethnique : la part des Blancs non hispaniques progresse, même s’ils restent minoritaires (autour de 8 % du total).

Population Harlem 2000 (2).png
Population Harlem 2000 (1).png


La communauté asiatique croît rapidement mais ne représente pour l'instant que 3 % de la population totale. Enfin, depuis l’ouverture à l’immigration des années 1960, de nouveaux migrants s'installent à Harlem : des Africains, notamment des Sénégalais (Little Senegal autour de la 116e rue[69]), qui gardent souvent leurs traditions et leur langue.

Toutes les religions sont représentées à Harlem, mais le quartier est connu comme l'un des foyers du christianisme et de l'islam noirs. On compte près de 400 églises dans Harlem[70] contrôlées par divers courants protestants (Église baptiste, Méthodisme (African Methodist Episcopal Church), Église épiscopale. Beaucoup de petites congrégations officient dans des immeubles ou des brownstones du quartier. L'Église baptiste d'Abyssinie est quant à elle une organisation très influente à Harlem, et possède un important patrimoine immobilier. Elle se fait l'avocat des classes noires les plus défavorisées. Les Mormons ont établi une chapelle sur la 128e Rue en 2005. Le quartier est le centre du mouvement islamiste noir des États-Unis (Nation of Islam). Malcolm X vécut à Harlem. Enfin, le judaïsme est présent dans plusieurs synagogues comme The Old Broadway Synagogue, le Temple Healing from Heaven et le Temple of Joy. Un courant juif afro-américain, appelé Commandment Keepers se réunit dans la synagogue de la 123e Rue Ouest.

Transport[modifier | modifier le code]

Bus de la ligne M3, circulant sur Madison Avenue, à Harlem.

Le quartier de Harlem étant situé sur l'île de Manhattan, il est très bien desservi par les transports en commun, qu'il s'agisse du bus ou du métro. Cela s'explique également par le fait que c'est par Harlem que toutes les lignes de métro qui se rendent dans le borough du Bronx transitent.

Les lignes de métro passant par Harlem sont ainsi :

  • Les lignes de l'IND Eighth Avenue Line
    • Ligne 1 : de Cathedral Parkway à la 157e rue
    • Ligne 2 : de 110e Rue Central Park North à la 135e rue
    • Ligne 3 : de 110e Rue Central Park Nord au terminus à Harlem 148e Rue ;

En ce qui concerne le bus, Harlem est également desservi par différentes lignes. D'ouest en est, on retrouve ainsi les lignes : M1, M2, M3, M4, M5, M7, M10, M11, M15, M18, M60, M100, M101, M102, M104, M116. Le M correspond ici aux lignes circulant sur Manhattan.

Culture et arts à Harlem[modifier | modifier le code]

Haut lieu de la culture afro-américaine aux États-Unis, Harlem offre une variété d'institutions, d'œuvres, d'ateliers d'artistes et de musées qui soutiennent l'activisme des minorités ethniques.

Musées, institutions culturelles et enseignement[modifier | modifier le code]

Le Studio Museum in Harlem est le seul musée afro-américain reconnu par l'Association des Musées Américains. Situé au 144 West de la 125e Rue, il est ouvert depuis 1967 ; ses collections comprennent des objets et des peintures représentatifs de la culture afro-américaine. Des conférences sont organisées dans l'auditorium. Fondé en 1923, le Museum of the City of New York retrace l'histoire de la ville à travers une collection variée d'objets et d'œuvres d'art. Il se trouve dans le secteur de Spanish Harlem, en bordure de Central Park[71]. Audubon Terrace regroupe un ensemble de musées et d'institutions culturelles installés au nord-est de Harlem : depuis 1904, The Hispanic Society of America rassemble de nombreuses œuvres et livres rares de la culture hispanique. Les pièces majeures du musée sont les tableaux de Diego Velázquez, Francisco Goya, El Greco et Joaquín Sorolla y Bastida, ainsi qu'une première édition de Don Quichotte. The American Academy of Arts and Letters est une institution littéraire qui prend depuis 1904 l'Académie française pour modèle. Le Schomburg Center for Research in Black Culture est un centre de documentation situé sur le boulevard Malcom X qui conserve plus de cinq millions de documents. Baptisée en l'honneur de l'écrivain et historien Arturo Alfonso Schomburg (1874-1938), les fonds sont constitués de sa collection personnelle et de diverses acquisitions qui témoignent de la Renaissance de Harlem.

Vue sur le Shepard Hall, City College of New York, Harlem

Le musée du Barrio fut créé par des activistes et des artistes portoricains et se consacre à la culture latino-américaine.

Harlem compte une grande institution universitaire : le campus du City College of New York (CCNY) se trouve à Harlem, alors que celui de l'université Columbia se trouve dans le quartier voisin de Morningside Heights. Le CCNY est situé depuis le début du XXe siècle le long de Convent Avenue, entre la 130e rue et la 141e rue. Fondé en 1847, il fut le premier établissement supérieur public et gratuit des États-Unis. La plupart de ses bâtiments, construits dans un style néogothique, sont l'œuvre de l'architecte George Browne Post, et plusieurs d'entre eux ont reçu la distinction de landmarks[72].

Patrimoine historique et architectural[modifier | modifier le code]

Plus de 700 bâtiments sont classés comme patrimoine historique et architectural à Harlem[73].

Le quartier est un résumé de l’histoire de l’architecture new-yorkaise. Le plus ancien bâtiment est la demeure d'Alexander Hamilton, construite en 1802 dans le style fédéral. Deux ensembles de brownstones de la fin du XIXe siècle subsistent à Strivers' Row et Astor Row. Le quartier historique de Mount Morris Park concentre des immeubles de styles néo-roman, néogrec et Queen Anne. Dans les premières années du XXe siècle, les bâtiments du campus du City College of New York ont été construits en néogothique et sont l'œuvre de l'architecte George Browne Post. Avec le dynamisme du quartier dans l'Entre-Deux-Guerres, de grands ensembles résidentiels sont bâtis tels que les Dunbar Apartments (1926) ou les Harlem River Houses (1937). Le Claremont Theater Building, dessiné par Gaetano Ajello et ouvert en 1914, adopte quant à lui le style néo-renaissance.

Harlem est également réputé pour ses nombreux édifices cultuels qui illustrent une importante diversité d'architecture. Les plus connues sont de style néogothique : Mother Zion Church (1925), Abyssinian Baptist Church (1923). D'autres sont marquées par un certain éclectisme : All Saints Roman Catholic church (dessinée par James Renwick Jr en 1872), St. Thomas the Apostle church (1907).

Enfin, les clubs de jazz (Apollo Theater, Minton's Playhouse), les maisons des musiciens ou d’écrivains (Langston Hughes) constituent autant de lieux de pèlerinage pour les passionnés de jazz et de littérature.

Littérature[modifier | modifier le code]

James Baldwin en 1955

Harlem a inspiré de nombreux écrivains noirs, américains et étrangers. Bien sûr les auteurs de la Renaissance de Harlem prennent souvent pour cadre le quartier : le romancier Claude McKay (1889-1948) est l'auteur du best-seller Home to Harlem (1928). Son autobiographie intitulée Harlem : Negro Polis paraît en 1940. Chester Himes (1909-1984) décrit la misère et la dégradation du quartier dans ses romans policiers, dont La Reine des pommes, (1958) pour lequel il obtient le Grand prix de littérature policière. L'œuvre de James Baldwin (1924-1987) est marquée par son expérience individuelle de la misère de Harlem et le thème de la discrimination est récurrent dans Harlem Quartet. Dans Notes of a Native Son, publié en 1955, il évoque les émeutes d'août 1943. Langston Hughes (1902-1967), dans L'ingénu de Harlem (1961), met en scène un Noir américain venu s'installer à Harlem pour échapper au racisme du Sud. Ralph Ellison (1913-1994) écrit Homme invisible, pour qui chantes-tu ? et décrit Harlem dans les années 1940. L'homme invisible figure le Noir américain, qui cherche sa place dans la société de l'époque. Ce roman remporta en 1953 le National Book Award.

La condition noire de Harlem inspira aussi le théâtre : Don't You Want to Be Free? (1938) est une œuvre écrite par Langston Hughes qui fut jouée au Harlem Suitcase Theatre. La pièce The River Niger de Joe Walker évoque la vie de famille à Harlem dans les années 1970. Elle fut jouée sur Broadway par la Negro Ensemble Company, une compagnie de théâtre new-yorkaise, et remporta le Tony Award de la meilleure pièce, avant de faire une tournée dans tout le pays.

Enfin, en 1938, Orson Welles dirigea la pièce de William Shakespeare Macbeth avec une troupe d'acteurs noirs au Lafayette Theater de Harlem.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de films tournés à Harlem.

Le cinéma a adapté de nombreuses œuvres littéraires de la Renaissance de Harlem : par exemple, celle de Chester Himes, Cotton Comes to Harlem réalisé par Ossie Davis en 1970. D'autres retracent la période d'apogée du quartier dans les années 1920 : Francis Ford Coppola, Cotton Club (1984), Eddie Murphy, Les Nuits de Harlem (1989) ou Rodney Evans, Brother to Brother (2004). Avec Harlem Story (The Cool World, 1963), la cinéaste Shirley Clarke évoque, sous la forme semi-documentaire, le destin d'un bande d’adolescents noirs. Rachid Bouchareb dans son film Little Senegal (2001) met en scène un Sénégalais qui part aux États-Unis pour retrouver les descendants de ses ancêtres. Il se retrouve dans le quartier de Harlem où vit la communauté africaine, Little Senegal.

Photographie[modifier | modifier le code]

En 1966, un groupe de jeunes photographes noirs (Louis Draper, Ernest Dunkley, James Mannas, Herbert Randall, Beuford Smith, Shawn Walker, Calvin Wilson), effectuent un reportage dans Harlem. Quelques-unes de leurs images sont publiées dans le numéro de juillet 1966 de la revue Caméra. Ils sont membres du Kamoinge Workshop, un collectif de photographes afro-américains fondé à New York en 1963.

Le photographe américain Bruce Davidson a contribué à faire connaître la vie des habitants de Harlem grâce à une série de photographies prises entre 1966 et 1968 et intitulée 100e Rue. Cette série donna lieu par la suite à une exposition au MoMA et la publication d'un livre qui devint une référence pour l'histoire de la photographie américaine[74]. En 1969, l'exposition « Harlem in my mind » se tient au Metropolitan Museum of Art et réussit à attirer de nombreux Afro-américains dans le musée[75].

Musique[modifier | modifier le code]

Depuis la Renaissance de Harlem dans l'Entre-deux-guerres, le quartier n'a jamais cessé d'être l'un des principaux foyers de création musicale aux États-Unis. Harlem est ainsi le berceau du hard bop à la fin des années 1950, un mouvement musical qui contestait la suprématie des musiciens blancs. La salsa est née dans le Spanish Harlem au sein de la communauté hispanique. Le gospel est présent dans les églises du quartier ; les Boys Choir of Harlem sont un groupe fondé en 1968.

Plusieurs titres rendent hommage à Harlem : ainsi sur l’album de Claude Nougaro consacré à la « grosse pomme », Nougayork, ou sur celui de U2, Rattle and Hum (Angel of Harlem en mémoire de Billie Hollyday) ; Cyndia Williams a chanté Harlem Blues. Sam Allen, pianiste américain (1909-1963) est venu en Europe dans les années 1930 et accompagnait la Revue du Cotton Club au Moulin Rouge.

Teyana Taylor, la protégée de Pharell Williams reconnue par l'émission de MTV nommée My super sweet 16 est une chanteuse afro-américaine de hip-hop, danseuse et icône de mode, notamment grâce à son look skatteur. Elle est née à Harlem en 1991. Kelis est une chanteuse de RnB elle aussi née à Harlem en 1979.

Le rappeur américain "Big L" est né à Harlem en 1974 et mort en 1999 ( dans le même quartier ) ainsi que le rappeur américain "ASAP Rocky" qui y est né en 1988, on peut retrouver le nom de son quartier d'origine dans certains de ses textes.

Le Harlem shake est une danse qui fait le buzz sur internet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Frank Hercules, « To Live In Harlem », dans National Geographic, février 1977, p.178
  2. a et b (en) « Harlem history » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 1997. Consulté le 20/06/2007
  3. a et b Martin Duberman, « Harlem, the Village That Became a Ghetto », dans New York, N.Y.: An American Heritage History of the Nation's Greatest City, 1968, ASIN:B000LAN790
  4. Catherine Pouzolet, New York. Construction historique d'une métropole, Paris, Ellipses, 1999, (ISBN 2729859519 et 9782729859510), p.33
  5. qui devinrent plus tard le stade de l’équipe de baseball des New York Giants
  6. Catherine Pouzolet, New York. Construction historique d'une métropole, Paris, Ellipses, 1999, (ISBN 2729859519 et 9782729859510), p.47
  7. 200 000 départs entre 1890 et 1910, d'après Pap Ndiaye, « États-Unis : un siècle de ségrégation » dans L'Histoire, n°306, février 2006, p.50 ; 50 000 en 1914 d’après Hélène Harter, L'Amérique, Paris, Le Cavalier bleu, 2001, p.53
  8. Jacques Binoche, Histoire des États-Unis, Paris, Ellipses, 2003, p.128
  9. Alphonso Pinkney & Roger Woock, Poverty and Politics in Harlem, College & University Press Services, Inc., 1970, p.26
  10. Rachel Ertel, article « États-Unis. Littérature afro-américaine » dans Encyclopaedia Universalis, tome 8, 2002, p.833
  11. Surnom de New York
  12. Y. Berger, Dictionnaire amoureux de l’Amérique, 2003, p.260
  13. The spiritual home of the Negro protest movement
  14. "New York's Racial Unrest: Mounting Negro Anger Swells Protests," Layhmond Robinson, The New York Times, August 12, 1963, p.1
  15. Howard Zinn, Frédéric Cotton (trad.), Une histoire populaire des États-Unis, de 1492 à nos jours, Paris, Agone, 2002, (ISBN 2910846792), p.457
  16. a et b I. Richet, « Harlem, l'amertume et l'espoir », 1995, p.207
  17. Catherine Pouzolet, New York. Construction historique d'une métropole, Paris, Ellipses, 1999, (ISBN 2729859519 et 9782729859510), p.103
  18. Don't Buy Where You Can't Work.
  19. Ligue des citoyens en faveur d'un jeu équitable.
  20. Fact Not Fiction In Harlem, John H. Johnson, St. Martin's Church, 1980., p.52+
  21. Roger Bastide, article « Afro-américaines (religions) » dans Encyclopaedia Universalis, tome 1, 2002, p.552
  22. Hôtel aujourd'hui disparu qui se trouvait sur la 118e Rue Ouest ; lire Céline Curiol, New York, éditions Autrement, Paris, 2003, p.178
  23. Howard Zinn, Frédéric Cotton (trad.), Une histoire populaire des États-Unis, de 1492 à nos jours, Paris, Agone, 2002, (ISBN 2910846792), p.458
  24. « Africa-Conscious Harlem », in Harlem U.S.A., John Henrick Clarke, ed. 1971, p.50
  25. « Africa-Conscious Harlem », in Harlem U.S.A., John Henrick Clarke, ed. 1971, p.51
  26. City Council of New York
  27. « Four Men of Harlem -- The Movers and the Shakers », in Harlem, U.S.A., John Henrik Clarke, 1971 edition, p.262
  28. Congress of Racial Equality
  29. Conseil métropolitain du logement
  30. "Harlem Stirs, 1966, p.27
  31. Organisme du Congrès délégué à l'éducation et au travail. Il s'agit de l'un des comités les plus importants et les plus influents de l'assemblée.
  32. "Four Men of Harlem -- The Movers and the Shakers," in Harlem, U.S.A., John Henrik Clarke, 1971 edition, p.264
  33. Poverty and Politics in Harlem, Alphnso Pinkney & Roger Woock, College & University Press Services, Inc., 1970, p.41
  34. Poverty and Politics in Harlem, Alphonso Pinkney & Roger Woock, College & University Press Services, Inc., 1970, p.99
  35. "A Landmark Struggle,"
  36. "Harlem Stirs, 1966, p.104
  37. On pourrait traduire par « projet d'amélioration des conditions de vie »
  38. Youth in the Ghetto
  39. Poverty and Politics in Harlem, Alphnso Pinkney & Roger Woock, College & University Press Services, Inc., 1970
  40. "Black Panthers Open Harlem Drive," Amsterdam News, 3 septembre 1966.
  41. The Ungovernable City, John Lindsay and His Struggle to Save New York, Vincent J. Cannato, p.211
  42. a et b Harlem's Dreams Have Died in Last Decade, Leaders Say, New York Times, 1er mars 1978, p.A1
  43. a et b Encyclopédie le Million Grange Batelière 1973
  44. The Black Mafia Moves Into the Numbers Racket, Fred J. Cook, New York Times, 4 avril 1971
  45. "Harlem Battles Over Development Project," Shipp, E. R., in New York Times. New York, N.Y.: 31 juillet 1991. pg. B.1
  46. a et b "Harlem Pins Revival Hopes on New Plans for 125th Street," New York Times, 20 mai 1979
  47. a et b New York 2000: Architecture and Urbanism from the Bicentennial to the Millennium, Robert A. M. Stern, David Fishman, Jacob Tilove, 2006. p.1007
  48. Station d'épuration de la North River
  49. New York 2000: Architecture and Urbanism from the Bicentennial to the Millennium, Robert A. M. Stern, David Fishman, Jacob Tilove, 2006. p.1039
  50. New York 2000: Architecture and Urbanism from the Bicentennial to the Millennium, Robert A. M. Stern, David Fishman, Jacob Tilove, 2006. p.1015
  51. Roger Brunet (dir.), Les mots de la géographie, Paris, Reclus-La Documentation française, 1993, (ISBN 2110030364), p.233
  52. a et b (en), [PDF] Institute for Children and Poverty, « The Cost of Good Intentions : Gentrification and Homelessness in Upper Manhattan », [lire en ligne], mars 2006,
  53. (en) « NY EMPOWERMENT ZONE », New York City Economic Development Corporation
  54. (en) « EMPIRE ZONE », New York City Economic Development Corporation
  55. New York 2000: Architecture and Urbanism from the Bicentennial to the Millennium, Robert A. M. Stern, David Fishman, Jacob Tilove, 2006. p.1016
  56. "Harlem Tenants Fear Displacement After 203(k) Scandal"
  57. "SRO Limbo: After Arrests in the HUD Scandal, Will Its Victims Lose Their Homes?" Andrew Friedman, Village Voice, January 16 - 22, 2002
  58. New York 2000: Architecture and Urbanism from the Bicentennial to the Millennium, Robert A. M. Stern, David Fishman, Jacob Tilove, 2006. p.1009
  59. New York 2000: Architecture and Urbanism from the Bicentennial to the Millennium, Robert A. M. Stern, David Fishman, Jacob Tilove, 2006. p.1011
  60. Nicole Bacharan, Faut-il avoir peur de l’Amérique ? , Paris, éditions du Seuil, 2005, ISBN 2-02-079950-2, p.76
  61. "'Freddy's Not Dead'," Peter Noel, Village Voice, December 23, 1998
  62. New York 2000: Architecture and Urbanism from the Bicentennial to the Millennium, Robert A. M. Stern, David Fishman, Jacob Tilove, 2006. p.1013
  63. Philippe Coste, « Harlem, New-look » dans L’Express du 04/12/2003, [lire en ligne]
  64. a et b (en) New York City Economic Development Corporation, « Current Projects »,‎ 2007 (consulté le 20/06/2007)
  65. (en) « The Apollo : A historical landmark »,‎ 2007 (consulté le 28/04/2007)
  66. (en) Frank Lombardi, « Harlem Marriott is a go »,‎ 2004 (consulté le 29/05/2007)
  67. a et b (en) [PDF] Community Health Profiles, New York City Department of Health and Mental Hygiene, 2e édition, 2006, Central Harlem et East Harlem
  68. Laurent Vermeersch, article « États-Unis. Société et espace » dans Encyclopaedia Universalis, tome 8, 2002, p.766
  69. Céline Curiol, New York, éditions Autrement, Paris, 2003, p.177
  70. Tessa Souter, « The New Heyday of Harlem, » dans The Independent on Sunday, 08/06/1997
  71. Son adresse est 1220 Fifth Avenue, entre la 103e et 104e Rue Est ; Site web officiel
  72. Aux États-Unis, les landmarks désignent des éléments remarquables du patrimoine.
  73. (en) Lisa Selin Davis, « Harlem's Cathedrals »,‎ 2004 (consulté le 16/06/2007)
  74. Frédérique Fanchette, « Le Harlem de Davidson », dans Libération du 20 /01/ 2007, [lire en ligne]
  75. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.412-413

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages et revues en français 
  • Yves Berger, Dictionnaire amoureux de l’Amérique, Paris, Plon, 2003, (ISBN 2259194044 et 978-2259194044), article « Harlem », pp. 257-269 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Françoise Clary, Toomer J., Cane, la Renaissance de Harlem, Ellipses, Paris, 1997, (ISBN 2729857583).
  • Céline Curiol, New York, éditions Autrement, Paris, 2003, (ISBN 2746703408 et 9782746703407) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sylvie Kandé, Christine Tully-Sitchet et Marième 0. Daff (dossier coordonné par), « New York noire » dans Africultures, n°44, janvier 2002.
  • Isabelle Richet (dir.), Harlem 1900-1935, Paris, éditions Autrement, série Mémoires, 1993, (ISBN 2862604410 et 978-2862604411).
  • Isabelle Richet, « Harlem, l'amertume et l'espoir », dans André Kaspi (dir.), New York, 1940-1950, Paris, Autrement, 1995, (ISBN 2862605255), pp. 206-213 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François Weil, Histoire de New York, Paris, Fayard, 2005, (ISBN 2213618569)
Ouvrages et revues en anglais 
  • The Manhattan African-American History & Culture Guide, Museum of the City of New York.
  • Aberjhani, Sandra L. West, Clement Alexander Price, Encyclopedia of the Harlem Renaissance (Facts on File Library of American History), Checkmark Books, 2003, (ISBN 0816045402 et 9780816045402) : 370 articles dans l’ordre alphabétique, photographies, graphiques, cartes.
  • Sara Blair, Harlem Crossroads, Princeton, Princeton University Press, 2007, (ISBN 0691130876)
  • Herb Boyd, The Harlem Reader : A Celebration of New York's Most Famous Neighborhood, from the Renaissance Years to the 21st Century, Three Rivers Press, 2003, (ISBN 1400046815 et 9781400046812) : la culture afro-américaine à travers les grandes personnalités de Harlem.
  • Mary Schmidt Campbell, Harlem Renaissance: Art of Black America, Harry N. Abrams, 1994, (ISBN 0810981289 et 9780810981287)
  • Andrew S. Dolkart, Gretchen S. Sorin, Touring Historic Harlem: Four Walks in Northern Manhattan, New York Landmarks Conservancy, 1997, (ISBN 0964706113 et 978-0964706118)
  • Fabre, Geneviève et Michel Feith, eds. Temples for Tomorrow : Looking Back at the Harlem Renaissance, Bloomington : Indiana University Press, 2001
  • George Hutchinson, The Harlem Renaissance in Black and White, Belknap Press, New Ed edition, 1997, (ISBN 0674372638 et 9780674372634)
  • David Levering Lewis, When Harlem Was in Vogue, Penguin, 1997, (ISBN 0140263349 et 9780140263343) : histoire et culture de Harlem entre 1905 et 1935.
  • David J. Maurrasse, Listening to Harlem: Gentrification, Community, and Business, Routledge, 2006, (ISBN 0415933064 et 9780415933063) : Ouvrage sur la gentrification de Harlem.
  • Gilbert Osofsky, Harlem: The Making of a Ghetto. Negro New York, 1890-1930, Ivan R. Dee, Publisher, 1963, 1996, (ISBN 1566631041 et 9781566631044)
  • Alphonso Pinkney et Roger Woock, Poverty and Politics in Harlem, College & University Press Services, Inc., 1970
  • Roderick N. Shade, Jorge S. Arango, Star Jones, Peter Madero, Harlem Style: Designing for the New Urban Aesthetic, Stewart, Tabori and Chang, 2002, (ISBN 1584790911 et 9781584790914) ; sur le design
  • Russell Sharman, The Tenants of East Harlem, University of California Press, 2006, (ISBN 0520247477 et 9780520247475) : dresse le portrait du quartier à travers sept témoignages d’habitants venant d’horizons divers, immigration, etc.
  • Monique M. Taylor, Harlem between Heaven and Hell, University of Minnesota Press, 2002, (ISBN 0816640521 et 9780816640522) : sur la gentrification actuelle de Harlem.
  • Lloyd A. Williams, Voza W. Rivers, Forever Harlem : Celebrating America's Most Diverse Community, Spotlight Press, 2006, (ISBN 1596702060 et 9781596702066)
  • This Was Harlem - A Cultural Portrait, 1900-1950

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 5 août 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.