Irene Morgan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Irene Morgan (épouse Kirkaldy), est une personnalité noire des États-Unis née le 9 avril 1917 et morte le 10 août 2007 à Gloucester, Virginie. Elle est connue pour avoir refusé de céder son siège à un blanc dans un bus Greyhound en juillet 1944, à l'instar de Rosa Parks onze ans plus tard. À l'âge de 27 ans, elle fut arrêtée et jetée en prison.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mère de deux enfants, vivant dans le comté de Gloucester (Virginie), elle était souffrante quand un dimanche soir, elle embarqua dans le bus pour Baltimore, où elle devait voir un médecin. Elle s'assit à quatre rangs de l'arrière du bus, dans la section réservée aux Noirs. Quand un couple blanc entra et chercha deux places, le conducteur demanda à Mme Morgan de se déplacer vers l'arrière, ce qu'elle refusa. Le bus stoppa dans le comté de Middlesex et le chauffeur demanda au shérif d'arrêter Irene Morgan. Elle déchira l'amende, repoussa le shérif et se battit avec l'agent de la compagnie des transports. Finalement, elle fut arrêtée pour avoir résisté et violé les lois ségrégationnistes.

Devant la Cour, elle plaida coupable de la première charge et fut condamnée à 100 $ d'amende, et non coupable de la seconde, pour laquelle elle fut néanmoins condamnée à 10 $ d'amende. Ses avocats firent appel de la seconde condamnation jusqu'à se retrouver devant la Cour suprême des États-Unis, qui par six voix contre une en 1946 jugea dans l'arrêt Irene Morgan v. Commonwealth of Virginia que la loi de la Virginie établissant une discrimination dans les bus inter-états était illégale.

Elle était défendue par Thurgood Marshall, du comité directeur du NAACP, qui devint plus tard lui-même le premier Noir juge à la Cour suprême. Ce jugement abolit les lois existantes sur les transports inter-étatiques. Marshall utilisa une stratégie innovante pour défendre sa cliente. Au lieu de se baser sur le principe d'égale protection (Equal Protection) du XIVe amendement de la Constitution américaine, il défendit avec succès le fait que cette discrimination violait les clauses du commerce inter-étatique de la Constitution.

« S'il vous arrive une chose injuste, la meilleure chose à faire pour la corriger est la meilleure chose que vous puissiez faire » dit Irene Morgan. « La meilleure chose pour moi était de me tourner vers la Cour suprême. »

Malgré ce jugement positif, les États du Sud refusèrent de se conformer à l'arrêt Morgan v. Virginia. Le cas d'Irene Morgan fut une source d'inspiration pour les premiers Freedom rides, durant lesquelles seize activistes des droits civiques empruntèrent des bus et des trains inter-étatiques pour défier la résistance des États à l'arrêt de la Cour. Les seize étaient des membres noirs et blancs du CORE (Congress of Racial Equality) et du FOR (Fellowship of Reconciliation). Les expéditions étaient appelées Journey of Reconciliation (voyage de la réconciliation). Ils durèrent deux semaines et se soldèrent par douze arrestations.

« Quand quelque chose est anormal, c'est anormal. Il faut la corriger » dira Morgan des années plus tard. Son histoire est rentrée dans les livres d'histoire, puis fut éclipsée par celle de Rosa Parks, dont l'action juridique fut dirigée directement contre les lois ségrégationnistes et le mouvement populaire plus impressionnant. Irene Morgan reçut à partir de la fin du XXe siècle de nombreux honneurs. En 2000, elle fut honorée par le comté de Gloucester lors de son 350e anniversaire. En 2001, l'ex-président Bill Clinton lui décerna la médaille présidentielle des citoyens (Presidential Citizen Medal).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]