Harry Belafonte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Harry Belafonte (2011)

Harold George Belafonte Jr., nom originel Belafonete, surnommé Harry Belafonte, né le 1er mars 1927 à Harlem dans la ville de New York, est un chanteur et acteur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2010). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Né le 1er mars 1927 à Harlem, quartier noir de New York, Harold George (dit Harry) Belafonte Jr. passe sa prime jeunesse et sa scolarité en Jamaïque, l’île natale de sa mère, y baignant dans le folklore caribéen, véritable réservoir culturel, où il puise souvent l'inspiration exotique originale caractérisant sa carrière artistique.

S’étant libéré de ses obligations militaires dans l'US Navy, il retourne à New York où il exerçe divers petits boulots (dont portier adjoint dans un magasin de vêtements). Mais c’est seulement en pénétrant le monde du spectacle, lorsqu’on lui offre deux places pour le Théâtre Noir Américain où se jouait Home is the Hunter, qu’il découvre sa vocation de comédien.

Harry Belafonte chantant (1954)

Il intégre un cours d’art dramatique, « The Dramatic Workshop of the School of Social Research » que dirigeait Erwin Piscator, le fameux réalisateur allemand. Il y fait ses classes en compagnie de Marlon Brando et Tony Curtis, s’ancrant définitivement dans le monde artistique.

Monty Kaye, le promoteur réputé du Royal Roost, ayant souvent apprécié ses talents de chanteur, l'aide lorsque sa bourse d'État rrive à expiration en l’engageant dans son fameux club de jazz comme chanteur intermittent. Le public lui manifeste un intérêt bienveillant, même s'il était plus familier avec les orchestres habituels, ceux de Charlie Parker, Miles Davis, Max Roach et Tommy Potter.

Une succession de prestations dans divers night clubs le mene à Broadway où sa première comédie musicale John Murray Anderson's Almanac fait sensation et, pour cette première prestation sur Broadway, le jeune chanteur obtient le Tony Award pour sa performance.

Quelques mois plus tard, il signe pour ce qui devait être un long et fructueux contrat avec la RCA Victor. En 1955, son troisième album, Calypso, est le premier album a atteindre le million d'exemplaires vendus. Il gagne le surnom de « King of Calypso » (« roi de la Calypso »).

Dans sa carrière cinématographique, on peut remarquer d'excellents films dont le fond traduit parfois ses préoccupations concernant l'égalité entre tous les êtres humains, comme dans Bright Road, Le Coup de l'escalier ou plus récemment White Man's Burden.

En 1989, ses chansons Banana Boat Song ainsi que Jump in the Line sont utilisés dans le film Beetlejuice de Tim Burton.

Depuis très longtemps[Quand ?], on entend des versions toujours renouvelées de sa chanson Try to Remember dans la publicité des cafés Carte Noire. En 2009, sa chanson Jump in the line est reprise pour la publicité de la marque Axe.

Engagements[modifier | modifier le code]

Parallèlement à sa carrière artistique, Harry Belafonte consacre sa vie à plusieurs causes humanitaires et pacifiques. En 1960, J.F. Kennedy, alors président des États-Unis, le nomme consultant culturel dans le « Corps pour la Paix ». Il est le premier membre du show business à exercer cette fonction, et s'y dévoue durant cinq ans.

Mais c'est dans la lutte pour l'égalité des droits civiques aux États-Unis qu'il s'investit le plus énergiquement. Sa quête fervente et tenace pour une justice égalitaire et équitable ne le décourage jamais. Au début des années 1950, il fait la connaissance du jeune docteur Martin Luther King, lors du passage historique de celui-ci à New York. Dès ce jour, jusqu'à l'assassinat du leader noir, Harry et Martin développèrent une fidèle et profonde amitié, qui resta l'une des plus précieuses expériences de la vie de Harry Belafonte.

En 1985, profondément touché et perturbé par la guerre et la famine qui touchent une partie de l'Afrique, et influencé par le travail accompli par Mohammed Amin et Bob Geldof, il contribue à lancer la campagne caritative We Are the World. En 1987, il accepte le poste d'ambassadeur de l'Unicef. Il est le second américain après Danny Kaye à se consacrer à la charge de secourir la détresse des enfants du monde, y entraînant d'autres personnalités du spectacle.

Dans les années 2000, il poursuivit son engagement dans toutes les causes consacrées aux droits de l'homme, focalisant son action en particulier sur les États-Unis et l'Afrique du Sud. La relation amicale qu'il entretient avec Nelson Mandela lui donne la satisfaction de recevoir le leader sud-africain lors de sa visite mémorable aux États-Unis.

En 2013, son engagement en tant que militant des droits de l'homme lui vaut de recevoir le Prix de l'Ambassadeur de la Conscience par Amnesty International, prix qu'il partage avec Malala Yousafzai, l'adolescente pakistanaise qui milite pour le droit à l'éducation des filles en Afghanistan. Il a déclaré à cette occasion : « Je me sens particulièrement honoré de recevoir ce prix parce que j'ai la chance de le partager avec Malala YousafZai, une véritable héroïne de notre temps ».

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Island in the sun (1957)
  • Mark Twain (1954)
  • Belafonte (1956)
  • Calypso (1956)
  • An Evening with Belafonte (1956)
  • Belafonte Sings of the Caribbean (1957)
  • To Wish You a Merry Christmas (1958)
  • Love Is a Gentle Thing (1959)
  • Porgy and Bess (1959)
  • Belafonte at Carnegie Hall (1959)
  • My Lord What a Mornin' (1960)
  • Belafonte Sings the Blues (1960)
  • Swing Dat Hammer (1960)
  • Belafonte Returns to Carnegie Hall (1960)
  • Jump Up Calypso (1961)
  • Midnight Special (1962)
  • The Many Moods of Belafonte (1962)
  • Streets I Have Walked (1963)
  • Belafonte at the Greek Theater (1963)
  • Blues, Ballads, and Boasters (1964)
  • Belafonte/Makeba (1965)
  • An Evening with Belafonte/Mouskouri (1966)
  • In My Quiet Room (1966)
  • Calypso in Brass (1966)
  • Belafonte on Campus (1967)
  • Harry Belafonte Sings of Love (1968)
  • Homeward Bound (1970)
  • By Request (1970)
  • This Is Harry Belafonte (1970)
  • Warm Touch (1971)
  • Calypso Carnival (1971)
  • Belafonte Live (1972)
  • Play Me (1973)
  • Harry (1973)
  • Abraham, Martin and John (1974)
  • Paradise in Gazankulu (1988)
  • Belafonte '89 (1989)
  • An Evening with Harry Belafonte and Friends (1997)
  • Live Europe (concert enregistré à l'Arena de Leipzig le 22 mars 2003, jamais édité en CD ni DVD ) (2003)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme producteur[modifier | modifier le code]

Comme compositeur[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Sing Your Song, film sur Harry Belafonte réalisé par Susanne Rostock.