Jean-Michel Basquiat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Michel Basquiat

Naissance
New York
Décès
New York
Nationalité américaine
Activités Peinture, graffiti, dessin
Mouvement artistique Néo-expressionnisme

Jean-Michel Basquiat, né à Brooklyn le et mort le à SoHo, est un artiste peintre américain d'origine haïtienne et portoricaine. Il devient très tôt un peintre d'avant-garde très populaire et pionnier de la mouvance « underground ». Son style est original, spontané, naïf et énergique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Basquiat nait à New York à Brooklyn le 22 décembre 1960. Sa mère Matilde est new-yorkaise d'origine portoricaine, et son père Gérard est d'origine haïtienne. Jean-Michel a deux jeunes sœurs : Lisane, née en 1964, et Jeanine née en 1967. Enfant précoce, Basquiat apprend à lire et à écrire à l'âge de quatre ans et parle couramment trois langues à l'âge de huit ans. Sa mère, qui est sensible à l'art, emmène régulièrement le jeune Jean-Michel au MoMA, et l'encourage à développer ses talents de dessinateur.

En septembre 1968, alors âgé de sept ans, Basquiat est percuté par une voiture alors qu'il joue dans la rue avec ses amis. Il est blessé au bras et souffre de lésions internes qui nécessitent l'ablation de la rate. Pendant sa convalescence à l'hôpital, sa mère lui fait cadeau d'un livre d'anatomie intitulé Henry Gray's Anatomy of the Human Body (ou plus communément Gray's Anatomy). Cet ouvrage influencera fortement l'artiste dans la première partie de son œuvre ; il s'en inspira aussi plus tard pour baptiser son groupe de musique Gray.

Ses parents se séparent la même année. Ses deux jeunes sœurs et lui partent vivre chez leur père pendant 5 ans, puis la famille déménage en 1974 à Porto Rico. Après deux ans à San Juan, ils regagnent New York. Jean-Michel a 15 ans. Basquiat est envoyé dans une école spécialisée dont la méthode d'enseignement s'appuie sur le précepte de l'apprentissage pratique. Il y rencontre Al Diaz, un graffeur avec qui il se liera d'une profonde amitié. En décembre 1976, il fugue dans Greenwich Village, errant une semaine autour du Washington Square Park, avant d'être arrêté et ramené à son père.

Basquiat abandonne l'école secondaire avant la fin de ses études, quitte la maison paternelle d'où il est définitivement banni, et part s'installer avec des amis. Il subvient à ses besoins en vendant des T-shirts et des cartes postales de sa fabrication dans la rue, et en travaillant dans une boutique de vêtements.

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

SAMO© color xerox work at A's, Arleen Schloss, New York City 1979

En 1976, Jean-Michel Basquiat et ses amis Al Diaz et Shannon Dawson commencent à graffer à proximité des galeries de Manhattan des messages qu'ils signent sous le pseudonyme de SAMO[1], pour « Same Old shit » (ce qui peut se traduire par « la même vieille merde »). À la même époque Keith Haring recouvre les murs de Radiant Babies[2]. SAMO intrigue et finit par se faire une réputation au sein de la scène d'art d'East Village. Il est invité à une émission de télévision de Glenn O'Brien, et un article lui est consacré en 1978 dans The Village Voice. Il continuera à graffer en solo jusqu'en 1979, signant la fin du projet par l'inscription SAMO IS DEAD sur les murs de SoHo. La même année, il fonde le groupe de noise rock Gray avec Shannon Dawson, Michael Holman, Nick Taylor, Wayne Clifford et Vincent Gallo.

En 1980, il joue son propre rôle dans le film indépendant Downtown 81[3] d'Edo Bertoglio, écrit et produit par Glenn O'Brien[4]. O'Brien présente Jean-Michel à Andy Warhol, avec qui il collaborera plus tard. En juin, Basquiat gagne en notoriété grâce à sa participation au Times Square Show, une exposition collective d'artistes commanditée par Colab and Fashion Moda[5]. La même année, la manifestation New York / New Wave le conduit à exposer auprès de Keith Haring, Andy Warhol et Robert Mapplethorpe. Encouragé par ce succès, il quitte le groupe Gray.

En 1981, René Ricard publie un article élogieux intitulé The Radiant Child (l'Enfant Radieux) dans le magazine Artforum, propulsant la carrière de Basquiat. Annina Nosei organise la première exposition personnelle de Jean-Michel Basquiat à New York.

La galeriste Annina Nosei lui propose de s'installer dans le sous-sol de la galerie, le finance pour qu'il achète des toiles grand format, et organise sa première exposition personnelle. Il collabore à l'exposition de groupe Transavanguardia Italia / America organisée par Achille Bonito Oliva, qui expose ses travaux aux côtés d'artistes néo-expressionnistes tels que Keith Haring et Barbara Kruger, Julian Schnabel, David Salle, Francesco Clemente et Enzo Cucchi. Basquiat quitte la Galerie Annina Nosei avec fracas à la fin de l'année, passe l'hiver dans un luxueux hôtel de Los Angeles et dépense d'importantes sommes d'argent en drogue.

Il participe en mars 1983 à la Biennale du Whitney Museum of American Art, devenant à 23 ans le plus jeune artiste jamais exposé dans cette exposition. Au mois d'août, il loue un atelier appartenant à Andy Warhol. Ce dernier lui suggère de suivre des cours de dessin anatomique à la New York Academy of Art, et lui recommande de placer son argent. En novembre, sous la direction de Bruno Bischofberger, marchand de Basquiat, débutent « les collaborations » qui réunissent Jean-Michel Basquiat, Andy Warhol et Francesco Clemente.

Début 1984 Basquiat part passer trois mois à Maui, à Hawaï où il lit et peint. Il expose à la Mary Boone Gallery à son retour, qui le présente au MoMA en mai, avec la collaboration de Bruno Bischofberger.

En 1985, Basquiat fait la couverture du The New York Times Magazine pour le numéro intitulé New Art, New Money: The Marketing of an American Artist (« Art nouveau, argent nouveau, le marketing d'un artiste américain »).

En octobre 1986, il se rend avec son amie Jennifer Goode pour la première fois en Afrique, à l'occasion de son exposition au Centre Culturel Français (10 au 31 octobre) à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Le projet a été initié par Bruno Bischofberger qui a fait intervenir Claudio Caratsch, son ami Ambassadeur de Suisse en Côte d’Ivoire, afin qu'il trouve un lieu adéquat. À l'invitation de Georges Courrèges, directeur du CCF, Philippe Briet a assuré l'installation de l'exposition consistant en 23 œuvres provenant de la collection personnelle de l'artiste, dont les maintenant célèbres tableaux Stardust (1983) et Sugar Ray Robinson (1982).

Profondément affecté par la disparition d'Andy Warhol le 22 février 1987, Basquiat commence à mener une existence recluse et produit peu.

En 1988, après une année et demie d'absence, Basquiat expose à nouveau. Malgré le succès de son exposition, il se rend à nouveau à Hawaï au mois de juillet, afin de se défaire de sa toxicomanie. Il rentre à New York le 2 août et déclare en avoir fini avec la drogue. Dix jours plus tard, Jean-Michel Basquiat est retrouvé mort dans son appartement de Great Jones Street d'une overdose d'héroïne et de cocaïne.

À 27 ans, Basquiat laisse derrière lui une œuvre de plus de 800 tableaux et 1 500 dessins.

Œuvre[modifier | modifier le code]

La carrière de Basquiat se divise en trois grandes périodes :

  • Pendant la première, de 1980 à fin 1982, il faisait de la peinture sur toile, représentant le plus souvent des personnages squelettiques et des visages ressemblant à des masques. Ceci montrait son obsession de la mortalité de l'Homme. Il peignait aussi des éléments tirés de sa vie dans la rue : voitures, bâtiments, policiers, jeux d'enfants, graffitis...
  • Une période intermédiaire de fin 1982 à 1985 présente des peintures sur panneaux de toutes matières et de toutes formes, et des tableaux individuels avec traverses intermédiaires visibles, une surface dense avec des écritures, des collages, et des représentations sans relation apparente les unes avec les autres. Ces travaux révèlent un fort intérêt pour l'identité noire et hispanique de Basquiat, son identification avec les personnages noirs historiques ou contemporains, et les événements qui leur sont liés.
  • La dernière période, débute vers 1986 et dure jusqu'à sa mort en 1988. Elle montre un nouveau genre de peinture figurative, dans un style différent avec des sources, des symboles et un contenu contrastant avec ses autres peintures.

Basquiat et Andy Warhol[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, Basquiat commence à exposer ses toiles à New York principalement, grâce à plusieurs galeristes. Ce qui est logique début des années 1980, c'est le désir d'attirer l'attention du grand Andy Warhol qui représente pour les jeunes artistes de l'époque une légende vivante. En 1983, il rencontre le célèbre Andy Warhol. Basquiat voulait devenir célèbre et a tout fait pour réussir. Andy Warhol était la clé de la stratégie de Basquiat. Il cherche à le rencontrer et « possède même une photo de lui au-dessus de son lit ». Il l'aborde tout d'abord dans un restaurant pour lui proposer ses cartes postales puis se rend dans l'atelier de l'artiste. Petit à petit, ils s'attachent très fortement et deviennent bons amis. Il commence à s'afficher dans des lieux publics à la mode. Ils finissent par créer plus d'une centaine de toiles ensemble. Basquiat représente d'ailleurs son ami sous la forme d'une banane, Brown Spots (Portraits of Andy Warhol as a Banana).

Ces deux artistes possèdent un style qui leur est propre et sont deux légendes de l'art contemporain. À deux, ils donnent le résultat d'une collaboration pleine de succès et d'originalité. Pour Warhol, Basquiat était « un miroir reflétant ce qu'il a été, ce qu'il est et aurait rêvé d'être. » La rencontre de Basquiat avec Andy Warhol fut donc marquante sur le plan artistique mais également personnel.

En 1985, ils réalisent ensemble des toiles qu'ils exposent à Zurich, mais qui sont très critiquées. Warhol serait accusé d'exploiter et de « manipuler » son ami. Ceci est censé marquer la fin de leur amitié sincère tant les critiques sont mauvaises. Basquiat ne se remettra jamais de la mort d'Andy Warhol en février 1987, ne lui survivant qu'un peu plus d'un an[6],[7].

Œuvres communes[modifier | modifier le code]

  • King of the Zulus , 1984-1985.
  • Monster Meat, Arm and Hammer, General Electric, Zenith, Eggs, Sweet Pungent, China, 1984-1985.
  • Felix the cat, 1984-1985 collection Amalia Dayan et Adam Lindemann, New York
  • 6.99, 1985 collection Bischofberger, Suisse
  • Untitled (Arm and Hammer II), 1985 collection Bischofberger, Suisse[8]

Expositions (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 1980 SAMO©, Arleen Schloss, New York
  • 1980 Times Square Show
  • 1981 New York–New Wave, Institute for Art and Urban Ressources, Long Island City, Queens / New York
  • 1981 Galleria Emilio Mazzoli, Modena
  • 1981 Annina Nosei GaIIery, New York
  • 1982 Larry Gagosian Gallery, Los Angeles
  • 1982 documenta 7, Kassel
  • 1982 Annina Nosei GaIlery, New York
  • 1982 Marlborough Gallery, New York
  • 1982 Galerie Bruno Bischofberger, Zürich
  • 1982 Fun Gallery, New York
  • 1982 New New York, Florida-State University Art Gallery, Tallaliasse, Florida
  • 1982 Metropolitan Museum & Art Center, Coral Gables, Florida
  • 1982 Body Language - Current Issues in Figuration, University Art Gallery, San Diego State University, San Diego, California
  • 1982 Avanguardia e Transavanguardia '68 - '77, Rome
  • 1982 Cinque Americani, Museo Civico, Modena
  • 1982 Drawings / Visions, NewYork, Janus GalIery, Los Angeles
  • 1982 Works on Paper, Larry Gagosian Gallery, Los Angeles
  • 1982 The Pressure to Point, Marlborough Gallery, New York
  • 1982 Transavanguardia Italia - America, Galleria Cicica, Modena
  • 1982 Still Modern After All These Years, Chrysler Museum, Norfolk, Virginia
  • 1982 New York Now, Kestnergesellschaft Hannover
  • 1983 Larry Gagosian Gallery, Los Angeles
  • 1983 Galerie Bruno Bischofberger, Zürich
  • 1983 Galerie Akira Ikeda, Tokyo
  • 1983 West Beach Café, Venice, Californie
  • 1983 New York Now, Kunstverein München; Musée Cantonal des Beaux-Arts, Lausanne; Kunstverein für die Rheinlande und Westfalen Düsseldorf
  • 1983 Whitney Biennale, Whitney Museum of American Art, New York
  • 1983 Back to the USA, Kunstmuseum Luzern
  • 1983 Artists, The Seibu Museum of Art, Tokyo
  • 1983 Written Imagery Unleashed in the Twentieth Century, Fine Arts Museum of Long Island, Hempstead, Long Island / New York
  • 1983 From the Streets, Greenville County Museum of Art, Greenville, South Carolina
  • 1983 Paintings, Mary Boone Gallery, New York
  • 1984 Mary Boone Gallery, New York
  • 1984 The Fruitmarket Gallery, Edinburgh
  • 1984 Institute of Contemporary Arts London
  • 1984 Painting and Sculpture Today, Indianapolis Museum of Art, Indianapolis, Indiana
  • 1984 American Neo-Expressionists, Aldri Museum of Contemporary Art, Ridgefield, Connecticut
  • 1984 New Art, Musée d'Art Contemporain, Montréal
  • 1984 Free Figuration France/USA Musée d’art moderne de la Ville de Paris
  • 1985 Galerie Bruno Bischofberger, Zürich
  • 1985 Museum Boijmans van Beuningen Rotterdam
  • 1985 Mary Boone / Michael Werner Gallery, New York
  • 1985 XIII BIENNALE DE PARIS - - Biennale de Paris, Paris
  • 1986 Larry Gagosian Gallery, Los Angeles
  • 1986 Galerie Bruno Bischofberger, Zürich (drawings)
  • 1986 Galerie Thaddaeus Ropac, Salzburg
  • 1986 Centre Culturel Français, Abidjan, Elfenbeinküste
  • 1986 Kestnergesellschaft, Hannover
  • 1986 Galerie Michael Werner, Köln
  • 1987 Daniel Templon, Paris
  • 1987 Akira Ikeda Gallery, Tokyo
  • 1988 Hans Mayer Gallery, Düsseldorf
  • 1988 Vrej Baghoomian, Inc., New York
  • 1988 Annina Nosei Gallery, New York
  • 1989 Paintings Drawings, Galerie Thaddaeus Ropac, Salzburg
  • 1992 Rétrospective, Musée Cantini, Marseille
  • 1992 Retrospektive Whitney Museum of American Art, New York
  • 1994 The Theater of Refusal: Black Art & Mainstream Criticism - Center for Art and Visual Culture, Baltimore, MD
  • 1996 23° Bienal de São Paulo - Bienal de Sao Paulo, São Paulo
  • 1996 Collaborations - Warhol, Basquiat, Clemente - Kunsthalle Fridericianum, Kassel
  • 1998 Poèmes à petite vitesse - Musée d'Art Contemporain Lyon, Lyon
  • 1999 The American Century - Art & Culture 1900-2000 Part II - Whitney Museum of American Art, New York City
  • 2000 Around 1984 - A Look at Art in the Eighties - MoMA PS1, New York City, NY
  • 2000 Painting the Century: 101 Portrait Masterpieces 1900–2000 National Portrait Gallery, London
  • 2001 One Planet Under a Grove: Hip Hop and Contemporary Art - Bronx Museum of the Arts, New York City, NY
  • 2003 American Figures. Between Pop Art and Trans-Avantgarde - Stella Art Foundation, Moscow
  • 2003 50th International Art Exhibition Venice Biennale / Biennale di Venezia - La Biennale di Venezia, Venice
  • 2005 Beautiful Losers - Contemporary Art and Street Culture - University of South Florida Contemporary Art Museum, Tampa, FL
  • 2005 Basquiat - Brooklyn Museum
  • 2005 El foc davall de les cendres (de Picasso a Basquiat)Institut Valencià d'Art Modern, Valencia
  • 2005 De Picasso a Basquiat - Musée Maillol - Fondation Dina Vierny, Paris
  • 2005 BIG BANG - Centre Georges-Pompidou - Musée National d'Art Moderne, Paris
  • 2005 my private Heroes - MARTa Herford, Herford
  • 2006 Basquiat - una antología para Puerto Rico - Museo de Arte de Puerto Rico, Santurce
  • 2006 Basquiat 1960-1988 - Basquiat Retrospective - Shanghai Duolun Museum of Modern Art, Shanghai
  • 2006 Radical NY! The Downtown show: the New York art scene, 1974-1984 and abstract expresionism: 1940-1960 - Austin Museum of Art - AMOA, Austin, TX
  • 2006 THE 1980s - A TOPOLOGY - Museu Serralves - Museu de Arte Contemporânea, Porto
  • 2006 The Downtown Show: The New York Art Scene, 1974–1984 - The Andy Warhol Museum, Pittsburg, PA
  • 2006 Sound & Vision - Museo della Città, Perugia
  • 2007 Schönwahnsinnig - Stiftung Schleswig-Holsteinische Landesmuseen - Schloss Gottorf, Schleswig
  • 2007 Crossing Currents - The Synergy of Jean-Michel Basquiat and Ouattara Watts - Hood Museum of Art, Hanover, NH
  • 2007 Jean-Michel Basquiat : Works on Paper - Van de Weghe Fine Art, New York City, NY
  • 2007 Basquiat in Cotonou - Fondation Zinsou, Cotonou
  • 2007 POP ART 1960's to 2000's - Musée d'art contemporain de Hiroshima
  • 2007 Von Klimt bis Krystufek - Museum der Moderne Salzburg, Rupertinum
  • 2007 Panic Attack! - Art in the Punk Years - Barbican Centre, London
  • 2012 Ménage à trois - Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland, Bonn
  • 2012 Meneer Delta - Museum Boijmans van Beuningen, Rotterdam
  • 2012 God Save the Queen: Punk in the Netherlands 1977-1984 - Centraal Museum, Utrecht

Rétrospectives[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Basquiat: To Repel Ghosts, Palazzo Ruspoli, Rome, 2 octobre 2008 - 1er février 2009[9]
  • Basquiat, Brooklyn Museum, 11 mars - 5 juin 2010[10].

Postérité[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Œuvres majeures[modifier | modifier le code]

  • Irony of Negro Policeman[13], 1981, collection privée
  • Profit I, 1982, collection privée
  • Per càpita, 1981, collection The Brant Foundation, États-Unis
  • Baby boom, 1982, collection The Brant Foundation, États-Unis
  • Slave Auction, 1982, MNAM/CCI Centre Pompidou
  • El gran espectaculo (history of black people), 1983, collection privée
  • Brown Spots (Portrait of Andy Warhol as a Banana), 1984, collection Bischofberger, Suisse

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]