Archie Shepp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Archie Shepp

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Archie Shepp en concert à Plougonven (France) en 1982

Informations générales
Naissance 24 mai 1937
Fort Lauderdale (Floride Floride)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Jazz, free jazz, blues
Instruments Saxophone ténor, saxophone soprano, piano
Labels Impulse!
Site officiel archieshepp.com

Archie Shepp, né le 24 mai 1937 en Floride, est un saxophoniste de jazz américain. Il joue principalement du saxophone ténor mais aussi du saxophone soprano, de la clarinette et du piano ; il est également chanteur, compositeur de jazz et dramaturge. Il est surtout connu pour ses prises de position afrocentriques dans les années 1960, dénonçant les injustices subies par les Afro-Américains, au sein du New York Contemporary Five ainsi que par des collaborations diverses avec Horace Parlan, et ses contemporains du New Thing, principalement Cecil Taylor et John Coltrane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Archie Shepp est né le 24 mai 1937 dans la ville de Fort Lauderdale, située dans l'État de Floride aux États-Unis mais il grandit à Philadelphie (Pennsylvanie) où il étudie le piano, la clarinette et le saxophone alto avant de se diriger vers le saxophone ténor et il joue régulièrement du saxophone soprano. Il sort diplômé d'art dramatique du Goddard College (en) en 1959 mais s'oriente ensuite vers la musique[1].

Archie Shepp se produit à la fin des années 1950 à Paris, notamment au célèbre club de jazz Le Chat qui pêche. À ses débuts en 1960, il est, avec Cecil Taylor, l'un des fondateurs du free jazz avec des disques révoltés (Fire Music, Mama Too Tight). Il dirige ensuite l'Attica Blues, big band au début des années 1970, empreint de soul et de blues, styles qui influenceront toute son œuvre jusqu'à aujourd'hui.

Il a enregistré avec Cecil Taylor (Shepp apparaît sur Air, The World Of Cecil Taylor et Cell Walk For Celeste, trois albums significatifs de Taylor), John Coltrane, John Tchicai, Chico Hamilton, Sunny Murray, Philly Joe Jones, Mal Waldron, Max Roach, Chet Baker, Ron Carter, Don Cherry, Paul Bley, Lester Bowie, Anthony Braxton, Richard Davis, Wayne Dockery, Jimmy Garrison, Michel Marre, Roy Haynes, Billy Higgins, Freddie Hubbard, Elvin Jones, Bobby Hutcherson, Steve Lacy, Abbey Lincoln, McCoy Tyner, Cedar Walton, Ted Curson, Frank Zappa, Dave Burell, Horace Parlan, Jimmy Lyons, Jeanne Lee, Bill Dixon, Reggie Workman, Charles Pasi et Tchangodei[2].

À partir de la fin des années 1960, il se tourne aussi vers l'enseignement, d'abord au SUNY puis dans les années 1970 jusqu'au début des années 2000, il enseigne l'histoire de la musique à l'Université du Massachusetts situé sur le campus d'Amherst[1],[3].

Depuis quelques années, Archie Shepp donne de nombreux concerts dans le monde entier avec son quartet composé de Wayne Dockery à la basse, Tom McClung au piano et Steve McCraven à la batterie.

En 2001, il apparaît sur le titre qui clôt l'album de Brigitte Fontaine, Kékéland. En 2006, Archie Shepp apparaît sur deux morceaux de Identité en crescendo, le second album de Rocé, chanteur de rap français amoureux du free jazz. En novembre 2007, au New Morning, Archie Shepp fait une nouvelle expérience avec Raghunath Manet, joueur de Veena (musique indienne) et chorégraphe de Bharata Natyam (danse indienne). Le 29 novembre 2007, il joue au Tryptique à Paris, dans le cadre de sa collaboration pour le film 24 Mesures, premier long-métrage de Jalil Lespert, avec Benoît Magimel.

Après avoir été accueilli à la Fondation Cartier pour l'art contemporain en avril 2006 au cours du cycle thématique « Nuits noires » des Soirées nomades, Archie Shepp est revenu sur scène pour fêter ses 70 ans en mai 2007, lors d'un spectacle intitulé Born Free, axé autour de la musique africaine-américaine et incluant la présence d'invités comme Rocé ou Cheick Tidiane Seck. Cette formation continue toujours de tourner sous le nom de Born Free, même si quelques musiciens ont changé.

En septembre 2009, il publie dans la revue artistique L'Écho d'Orphée, un poème inédit écrit en 1966 à San Francisco Revolution (to Mama Rose dans son cercueil). En 2009, il reçoit le grade de « docteur honoris causa » de l'Université de Liège[4]. Archie Shepp est président d'honneur du festival Jazz à Porquerolles.

En 2013, il est l'invité du projet Shakespeare songs de Guillaume de Chassy et Christophe Marguet[5].

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Archie Shepp lors d'un concert à Varsovie (été 2008).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Ron Wynn & Scott Yanow, « Archie Shepp - Biography », sur allmusic.com (consulté en aout 2010).
  2. Discographie d'Archie Shepp.
  3. (en) « Archie Shepp », sur allaboutjazz.com (consulté en aout 2010).
  4. http://www.ulg.ac.be/cms/c_268662/fr/seance-de-rentree-academique-2009
  5. « “Shakespeare songs” Marguet-de Chassy-Sheppard », sur pannonica.com,‎ 2013 (consulté le 31 décembre 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :