New York Public Library

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
New York Public Library
Image illustrative de l'article New York Public Library
L'entrée de la NYPL.
Présentation
Coordonnées 40° 45′ 10″ N 73° 58′ 54″ O / 40.7527, -73.981840° 45′ 10″ Nord 73° 58′ 54″ Ouest / 40.7527, -73.9818  
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville New York
Adresse 5th Avenue 42nd Street
Fondation 1895
Informations
Site web www.nypl.org/
Nombre de livres 52 946 398

La New York Public Library (NYPL, bibliothèque publique de New York) est une bibliothèque publique située à New York. Avec près de 53 millions de documents, la New York Public Library est la seconde plus grande bibliothèque publique des États-Unis, derrière la Bibliothèque du Congrès. C'est une organisation à but non lucratif, gérée de façon indépendante avec des fonds à la fois publics et privés. La bibliothèque a des branches dans les arrondissements de Manhattan, du Bronx et de Staten Island ainsi que des liens avec des librairies professionnelles et académiques situées dans les environs citadins de l'État de New York. Les deux autres arrondissements de la ville de New York, Brooklyn et le Queens, sont servis respectivement par la Bibliothèque publique de Brooklyn et la Queens Library. Leurs succursales sont ouvertes au public et consistent en des bibliothèques scientifiques et des bibliothèques de prêts.

Les origines de la bibliothèque remontent au XIXe siècle, sa fondation comme ses racines sont la fusion de bibliothèques locales, de bibliothèques sociales pour les bibliophiles et les riches, et de la philanthropie des Américains les plus riches de leur époque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction et ouverture[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, la ville de New York disposait de deux grandes bibliothèques publiques :

  • L'Astor Library, créée grâce à un legs d'une valeur de 400 000 dollars, provenant de John Jacob Astor, (1763-1848) et qui avait ouvert ses portes en 1849 ;
  • La Lennox Library, créée par James Lennox (1800-1880), un collectionneur de livres, qui était située sur la 5e avenue, à l'emplacement actuel de la Frick Collection.
Intérieur de la NYPL.

En 1886, Samuel J. Tilden (1814-1886), fait un legs d'environ 2,4 millions de dollars pour créer une nouvelle bibliothèque. John Bigelow (1817 - 1911), un avocat new-yorkais, qui est l'exécuteur testamentaire de Samuel Tilden, combine un plan pour associer les ressources des bibliothèques Lennox et Astor (qui sont alors à court d'argent) avec le don de Samuel Tilden pour créer une fondation privée, le 23 mai 1895. La nouvelle bibliothèque fusionne également avec la New York Free Circulating Library en février 1901, et Andrew Carnegie offre 5,2 millions de dollars pour construire des succursales, à la condition que la ville de New York assure leur fonctionnement et leur maintenance. Ce genre de partenariat entre l'État et un philanthrope est caractéristique d'une certaine façon de faire très « américaine ». 2 509 « bibliothèques Carnegie » verront ainsi le jour entre 1883 et 1929, dont 1 689 aux États-Unis, 660 en Grande-Bretagne et en Irlande, 156 au Canada, le reste en Nouvelle-Zélande, dans les îles Caraïbes et dans les îles Fidji.

Le bâtiment principal est construit le long de la 5e avenue de Manhattan, entre la 40e et la 42e rue, et est ouvert au public le 24 mai 1911. Les fameux lions qui en gardent l'entrée sont sculptés par Edward Clark Potter. Dans les années 1930, ils sont surnommés « courage » et « patience » par le maire Fiorello LaGuardia.

Les premiers changements[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, le bâtiment principal est concentré sur la consultation sur place, l'activité de prêt étant transférée dans un autre bâtiment[1]. Dans les années 1980, la bibliothèque s'agrandit de plus de 10 000 m², par l'ajout de salles souterraines.

Les nouveaux projets[modifier | modifier le code]

Un nouvel agrandissement est envisagé en 2000 mais les attentats du 11 septembre 2001 en empêchent l'aboutissement et la bibliothèque connaît une période difficile[1]. Les derniers projets prévoient de réutiliser les galeries sous le parc voisin comme magasins et de retransformer les magasins existants en salles de lectures. Le coût est estimé à 1,2 milliard de dollars et le projet ne devrait pas voir le jour avant 2014[1].

En 2005 la New York Public Library ouvre un site d'archive numérique, la NYPL Digital Gallery[2].

Collections[modifier | modifier le code]

Actuellement, la bibliothèque publique de la ville de New York comporte 89 bibliothèques : 4 bibliothèques de recherche sans prêt, 4 bibliothèques de prêt principales, 1 bibliothèque pour les aveugles et personnes handicapées, et 77 bibliothèques locales dans les 3 quartiers desservis. Toutes sont gratuites.

En 2007, les collections de recherche comptaient près de 44 millions de documents, dont près de 16 millions de livres. Les bibliothèques locales comptaient plus de 7 millions de documents, dont plus de 4 millions de livres. Au total, les collections se montent à plus de 50 millions de documents, dont plus de 20 millions de livres, un nombre qui n'est dépassé que par la bibliothèque du Congrès et la British Library.

Succursales[modifier | modifier le code]

Le système de la New York Public Library maintient son engagement à être une bibliothèque de prêt au travers de ses succursales dans le Bronx, Manhattan et Staten Island, incluant la Mid-Manhattan Library, la Andrew Heiskell Braille and Talking Book Library, les collections de prêt de la Science, Industry and Business Library, et les collections de prêt de la Library for the Performing Arts. Les succursales forment la troisième plus grande bibliothèque des États-Unis[3]. Ces librairies de prêt mettent à la disposition du public une grande variété de collections, de programmes et de services, y compris la célèbre Picture Collection de la Mid-Manhattan Library et le Media Center de Donnell.

Les succursales sont au nombre de 82, dont 35 à Manhattan, 34 dans le Bronx, et 12 sur Staten Island.

Actuellement, la New York Public Library compte 87 bibliothèques: quatre libraries de recherche pour consultation, quatre principales librairies de prêt, une librairie pour aveugles et handicapés, et 77 succursales voisines dans les trois arrondissement desservis. Toutes les librairies de la NYPL peuvent être utilisées gratuitement par tous les visiteurs. En 2010, les collections pour consultation comptaient 44 507 623 éléments (livres, vidéos, cartes, etc.). Les succursales comptaient 8 438 775 éléments[4]. Au total, les collections comptent près de 53 millions d'éléments, un nombre seulement dépassé par la Library of Congress et la British Library.

Ensemble, les trois systèmes de librairies de la ville comptent 209 succursales et 63 millions d'éléments dans leurs collections[5].

Dans les arts[modifier | modifier le code]

  • La bibliothèque a été utilisée comme décor pour le film catastrophe Le Jour d'après, lors des scènes d'inondation de New York. C'est aussi le refuge des personnages de ce film.
  • Dans le film Le Secret de la planète des singes (deuxième volet de la saga La Planète des singes) le héros se retrouve face aux ruines de la bibliothèque.
  • Dans le film S.O.S. Fantômes, le lieux est hanté par le fantôme de l'ancienne bibliothécaire.
  • Dans le film Oblivion, Jack Harper (incarné par Tom Cruise) s'enfonce dans les ruines de la bibliothèque et y est attaqué par des « Chacals ». Il en rapporte un livre traitant de la Rome antique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Marie-Laure Le Foulon, « Place aux lecteurs », dans Livres Hebdo, no 755, novembre 2008, p. 62-63.
  2. (fr) « La NYPL Digital Gallery propose depuis quelques jours 250.000 images en téléchargement en provenance de ses collections - 6 mars 2005 », sur www.silicon.fr
  3. « American Library Association: The Nation's Largest Libraries » (consulté le March 17, 2009)
  4. 2010 Annual Report (PDF)
  5. Voir la boîte d'informations pour chaque système

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]