Paul Nicolas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicolas.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Nicolas (homonymie).
Portrait de Paul Nicolas

Paul Georges Maxime Nicolas (4 novembre 1899 à Paris 11e en France[1] - 3 mars 1959 près de Gy-l'Évêque en France) était un joueur de football français.

Attaquant complet, Paul Nicolas s'est fait connaître par sa forte personnalité sur le terrain, puis dans ses activités de dirigeant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Nicolas perd sa mère à l'âge de 3 ans, puis son père en 1914. Élevé par celle qui allait devenir sa belle-mère avec son frère Henri, il fait la majorité de ses études au lycée de Beauvais[réf. nécessaire].

En 1916, Paul Nicolas montre de remarquables qualités de footballeur et un caractère de forte trempe. De son poste arrière où il joue, il marque de nombreux buts qui lui permettent de se faire remarquer par M. Fort, président du Gallia Club Paris, qui l'engage comme avant-centre.

En 1920, alors qu'il est à l'armée, un capitaine lui demande de figurer dans l'équipe du Red Star[2]. C'est sous ces couleurs qu'il connaît ses plus belles heures de joueur, remportant notamment quatre fois la coupe de France (1921, 1922, 1923, 1928), ce qui en a fait un des plus grands palmarès français de l'époque. Il termine sa carrière à l'Amiens AC, sans connaître le championnat de France professionnel, lancé en 1932.

Considéré comme l'un des meilleurs[2] avant-centres français de l'entre-deux-guerres, il est sélectionné 35 fois et marque 20 buts en équipe de France, dont il fut également le capitaine à partir de 1925[3]. Il participe à trois Jeux olympiques[2] (1920, 1924, 1928, en compagnie notamment de Jules Dewaquez), mais pas à la première coupe du monde en 1930.

Doté d'une forte personnalité, il devient le président du Groupement des clubs autorisés, et le responsable de l'équipe de France (entraînée par Albert Batteux et Jean Snella) lors de la Coupe du monde de 1958 en Suède, que l'équipe de France termine à la 3e place.

Il se tue en voiture en mars 1959, au retour du match France-Belgique.


Carrière[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 11/4507/1899, avec mention marginale du décès (consulté le 29 juillet 2012)
  2. a, b et c C’était un 3 mars. 1959 : Paul Nicolas au bout du chemin, Le républicain lorrain]
  3. Galerie des grands joueurs du Red Star 93

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]