Helmut Rahn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Helmut Rahn
Anefo 911-5201 SC Enschede.jpg
Helmut Rahn (à droite) à la lutte avec Ockhuisen (1960).
Biographie
Nom Helmut Rahn
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Naissance 16 août 1929
Lieu Essen (Allemagne)
Décès (à 73 ans)
Lieu Essen (Allemagne)
Taille 1,78 m (5 10)
Période pro. 19511965
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1938–1946 Drapeau : République fédérale d'Allemagne SV Altenessen 1912
1946–1950 Drapeau : République fédérale d'Allemagne SC Oelde 1919
1950–1951 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Sportfreunde Katernberg
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1951–1959 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Rot-Weiss Essen
1959–1960 Drapeau : République fédérale d'Allemagne FC Cologne
1960–1963 Drapeau : Pays-Bas SC Enschede
1963–1965 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Meidericher SV
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1951–1960 Drapeau : Allemagne RFA 40 (21)[1]
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Helmut Rahn est un footballeur allemand, né le 16 août 1929 à Essen et mort le 14 août 2003 à Essen. Il a évolué au poste d'attaquant.

Vainqueur de la Coupe du monde en 1954, il est particulièrement célèbre pour avoir marqué le but donnant la victoire à la RFA lors de la finale contre la Hongrie. Il était surnommé « Der Boss » (« le patron »).

Il est le grand-oncle de Kevin-Prince Boateng, étant le frère de sa grand-mère maternelle. Jérôme Boateng, lui, n'ayant pas la même mère que Kevin-Prince Boateng, n'a aucun lien de parenté avec Helmut Rahn.

Carrière[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Helmut Rahn a exercé les métiers de mécanicien et de mineur avant de commencer sa carrière dans des clubs amateurs de sa région. Il est recruté par Rot-Weiss Essen en 1951. Le club remporte la coupe d'Allemagne en 1953, puis le championnat en 1955, et dispute la première édition de la coupe des clubs champions. Rahn est transféré au FC Cologne en 1959, puis évolue au SC Enschede, un club néerlandais, jusqu'en 1963. Il est vice-champion d'Allemagne en 1964 avec le Meidericher SV Duisburg, club dans lequel il termine sa carrière[2].

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Rahn effectue ses débuts en équipe nationale en 1951 dans un match opposant l'Allemagne à la Turquie. Il ne fait pas partie des joueurs sélectionnés pour disputer la coupe du monde 1954 et part en tournée en Uruguay avec son club. L'entraîneur Sepp Herberger le rappelle finalement peu avant le début de l'épreuve. Lors du premier tour, Rahn inscrit son premier but de la compétition face à la Hongrie ; l'Allemagne s'incline malgré tout sur le score de 8-3 devant l'équipe favorite du tournoi. Rahn inscrit le but vainqueur en quarts de finale face à la Yougoslavie, puis un doublé qui permet à l'Allemagne de s'imposer face à la Hongrie lors de la finale, disputée à Berne[3].

Arrêté en 1957 pour conduite en état d'ivresse, il conserve tout de même la confiance de Herberger, qui le sélectionne pour la coupe du monde 1958. Durant le tournoi, Rahn marque à six reprises et l'Allemagne atteint les demi-finales[3],[4]. Il inscrit le dernier de ses 21 buts en sélection lors d'un match amical face au Portugal disputé en 1960[1].

Impact sur le monde du football[modifier | modifier le code]

Statue d'Helmut Rahn à Essen.

Neuf ans après la fin de la 2e Guerre mondiale, la victoire en coupe du monde de football a contribué à redresser le moral du peuple allemand[2],[4]. Selon Franz Beckenbauer, qui a remporté l'épreuve en tant que joueur puis sélectionneur, le but vainqueur d'Helmut Rahn face à la Hongrie l'a fait entrer dans la légende : « Rahn était et demeure l'un des derniers joueurs légendaires. Il a marqué une génération entière. » (« Rahn was and is one of the last legends. He shaped an entire generation. »)[5]

Le rôle d'Helmut Rahn est interprété par l'acteur Sascha Göpel dans le film Le Miracle de Berne (Das Wunder von Bern), sorti en 2003, qui évoque la finale de la coupe du monde 1954[6].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]