José Arribas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Arribas
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance
Lieu Bilbao (Espagne)
Décès
Poste Milieu de terrain
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1948-1952 Drapeau : France Le Mans UC - (-)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1952-1954 Drapeau : France US Saint-Malo
1954-1960 Drapeau : France Noyen-sur-Sarthe
1960-1976 Drapeau : France FC Nantes
1966 Drapeau : France France 4
1976-1977 Drapeau : France Olympique de Marseille
1978-1982 Drapeau : France Lille OSC
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

José Arribas, né le à Bilbao et mort le , est un footballeur et entraîneur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il s'exile en France à l'âge de 14 ans, suite à la guerre civile qui éclate en Espagne. Il arrive à Nantes, après que les ports de La Rochelle et de Bordeaux refusent de laisser accoster le rafiot dans lequel Arribas était embarqué.

Il devient alors joueur de l'US Le Mans. Il fait partie de l'effectif de la « période faste » du club. Il côtoie les internationaux Belges et forge sa technique et son tempérament. Comme bon nombre, il quitte le club après la guerre, à la suite de la refonte du championnat et de l'imposition de l'USM en seconde division.

Commençant sa carrière d'entraineur à Saint-Malo. Il se fait connaitre du monde du football par ses expérimentations de nouvelles tactiques, comme en 1958 où il essaye la fameuse 4-2-4 brésilienne avec l'équipe de Noyen-sur-Sarthe.

Dans ce petit village, il devient aussi cafetier pour gagner sa vie. Il amène la petite équipe de Noyen-sur-Sarthe en Division d'honneur.

Il est aussi connu en tant que technicien hors pair lors de son arrivée à Nantes, et est à l'origine du célèbre jeu à la nantaise qu'Arribas résume en trois mots : vitesse, technique et intelligence. De fait, Arribas s'inspire de Bill Shankly, en poste au Liverpool FC depuis 1959. Les deux clubs s'affrontent d'ailleurs en amical dès 1960.

Arribas reste seize années en poste à Nantes qu'il a notamment contribué à faire monter parmi l'élite, et malgré les titres de champion de France gagnés, il est toujours discuté par les dirigeants et les supporters. Ces derniers sifflent régulièrement leurs joueurs tandis les dirigeants nantais ne proposent qu'un renouvellement de contrat d'un an pour Arribas.

Arribas préfère partir pour Marseille en 1976. Il laisse toutefois un héritage considérable avec deux générations de joueurs, futurs entraineurs pour certains, formés au « jeu à la nantaise ».

La revue Football 65 a dit de lui « Arribas a façonné l'équipe de Nantes à son image : celle de la loyauté, de la correction, de l'amour de l'offensive, du beau jeu et de la modestie, armes qui lui ont permis de sortir de l'ombre et de se faire une place de choix dans le Football français »[réf. nécessaire].

Arribas accepte l'intérim de sélectionneur des Bleus (avec Jean Snella) après la coupe du monde 1966. Il exerce ce poste pour quatre matches (2 victoires et 2 défaites)[1].

Arribas meurt le 28 septembre 1989 des suites de longues maladies.

Le centre sportif de la Jonelière, siège social, centre d'entraînement et de formation du FCN, porte son nom.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Champion de France 1965, 1966, 1973 avec le FC Nantes
  • Statistiques :
    • Division 2 : 1960-1963/1977-1978, soit 4 saisons : 142 matchs (77 vict. 38 déf. 27 nuls)
    • Division 1 : 1963-1977/1978-1982, soit 18 saisons : 654 matchs (275 vict. 196 déf. 183 nuls)

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Paul Hurseau/Jacques Verhaeghe : Les immortels du football nordiste. Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire 2003 ISBN 2-84253-867-6
  • L'Équipe : FC Nantes Atlantique. Un club à la Une. L'Équipe, Issy-les-Moulineaux 2005 ISBN 2-915535-04-3

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de José Arribas sur footballdatabase.eu (consulté le 24 avril 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]