Rivaldo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rivaldo
Rivaldo.jpg
Biographie
Nom Rivaldo Vitor Borba Ferreira
Nationalité Drapeau du Brésil Brésil
Nat. sportive Drapeau du Brésil Brésil
Naissance 19 avril 1972 (42 ans)
Lieu Paulista (Pernambouc) (Brésil)
Taille 1,87 m (6 2)
Période pro. 1991-2014
Poste Milieu offensif/Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1989-1990 Drapeau : Brésil Paulistano
1990 Drapeau : Brésil Santa Cruz FC
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1990-1992 Drapeau : Brésil Santa Cruz FC 26 (16)
1992-1993 Drapeau : Brésil Mogi Mirim 31 (13)
1993-1994 Drapeau : Brésil SC Corinthians 22 (11)
1994-1996 Drapeau : Brésil SE Palmeiras 97 (60)
1996-1997 Drapeau : Espagne La Corogne 46 (22)
1997-2002 Drapeau : Espagne FC Barcelone 235 (130)
2002-2003 Drapeau : Italie AC Milan 40 (8)
2003-2004 Drapeau : Brésil Cruzeiro EC 10 (2)
2004-2007 Drapeau : Grèce Olympiakos 94 (41)
2007-2008 Drapeau : Grèce AEK Athènes 44 (15)
2008-2011 Drapeau : Ouzbékistan FC Bunyodkor 77 (42)
2011 Drapeau : Brésil Mogi Mirim 0 (0)
2011-2012 Drapeau : Brésil São Paulo FC 46 (7)
2012 Drapeau : Angola Kabuscorp 21 (11)
2013 Drapeau : Brésil São Caetano 19 (2)
2014 Drapeau : Brésil Mogi Mirim 4 (0)
1994-2014 Total 812 (380)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1992-1993 Drapeau : Brésil Brésil U20 09 00(1)
1996 Drapeau : Brésil Bré. Olympique 05 00(0)
1993-2003 Drapeau : Brésil Brésil 74 0(34)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Rivaldo Vitor Borba Ferreira dit Rivaldo, né le 19 avril 1972 à Paulista (Pernambouc), Brésil, est un footballeur brésilien ayant évolué au poste d'attaquant dans de nombreux clubs dont le FC Barcelone et l'AC Milan. Avec l'équipe du Brésil, il remporte la Coupe du monde en 2002. Il reçoit le Ballon d'or en 1999.

Ayant mis un terme à sa carrière de footballeur en 2014, il est actuellement le président de Mogi Mirim.

Rivaldo est reconnu comme étant l'un des 125 plus grands joueurs du monde (Classement établi par Pelé, pour les 100 ans de la FIFA).

Rivaldo est un des rares joueurs ayant évolué sur quatre continents différents, tout comme Kazuyoshi Miura qui lui aussi à joué sur quatre continents différents (l'Australie est le principal pays de l'Océanie mais est membre de la Confédération asiatique de football), il a joué dans quatre confédérations différentes que sont l'UEFA, la CONMEBOL, la CAF et l'AFC.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts au Brésil[modifier | modifier le code]

D'extraction modeste, Rivaldo n'est pas considéré, à l'inverse des Pelé et autre Ronaldo, à proprement parler comme une superstar en devenir dès le début de sa carrière. Élevé au sérail du Paulistano Pernambouc, Rivaldo commence sa carrière à 16 ans avec le club de Santa Cruz où il signe son premier contrat professionnel.

Après un nouveau transfert à Mogi-Mirim, il appose en 1993 sa signature sur un contrat le liant au club mythique des Corinthians de São Paulo, sous les couleurs duquel il marque onze buts en 19 rencontres. À peine un an plus tard, il est transféré au Palmeiras, avec lequel il devient champion du Brésil en 1994. Rivaldo est né le 19 avril 1972 à Jardin Paulista, un quartier des environs de Recife, dans l'État de Pernambuco, situé au Nord-Est du pays, à des milliers de kilomètres du lieu de prédestination des grandes légendes footballistiques brésiliennes. Issu d'une famille plongée dans la pauvreté la plus absolue, il est le troisième enfant de la famille composé de deux frères Ricardo et Rinaldo et de deux sœurs Cristiana et Soraya. Il est le Fils de Romildo et Marlucia.

Rivaldo grandit dans la favela sordide de Beberibe. Pour survivre, il essaye de gagner quelques sous en vendant à la plage des bracelets, des souvenirs, des gourmandises ou en allant au marché pour charger les dépenses des gens. Il marchait déchaussé ou avec le pied entouré dans les morceaux d'une pantoufle. La malnutrition lui a fait perdre toutes ses dents. Aujourd'hui, elles sont remplacées par des artificielles. Rivaldo n'aime pas parler de tout cela, non pas qu'il ait honte de sa dentition ou de ses origines, mais plutôt en raison des souvenirs trop cruels : "Si tu n'as pas vécu là-bas, et n'a pas vécu ce que j'y ai vécu, alors jamais tu ne comprendras".

Ses rares moments de bonheur étaient lorsqu'il jouait au football. En jouant il oubliait la faim. Sur la plage, il s'est imaginé être Zico. C'est là que ses jambes se sont développées, solides et arquées. Rivaldo aime le football et frappe comme un sourd contre un mur qui finira par s'écrouler sur lui. On lui posera seize points de suture. Quand il commence à jouer en club, il marche 15 kilomètres pour aller s'entraîner et 15 encore pour revenir. Le jeune Rivaldo n'avait malheureusement pas assez d'argent pour prendre le bus. D'ailleurs la première fois qu'il enfile des chaussures à crampons, il a déjà 16 ans.

Le père de Rivaldo croyait beaucoup en les capacités de son fils. Lui et son père était très proche : "Il n'arrêtait pas de nous dire que l'un des trois frères serait un jour professionnel". Au Brésil, être footballeur de première division est, pour la majorité, le seul moyen d'échapper à la pauvreté. Et Romildo, comme tant d'autres pères et parents, croyait en cela.

Cependant, alors qu'il avait 16 ans, la vie frappa cruellement Rivaldo. Un vendredi de janvier 1989, le père de Rivaldo meurt accidentellement, renversé par l'autobus de la ligne 37 dans les rues de Recife. Le jeune Rivaldo a attendu son père toute la nuit. Le matin suivant, la radio de la ville a communiqué le malheur à la famille. Ses jambes arquées se sont affaissées. Rivaldo a du mal à digérer le drame et veut même arrêter le football. L'obstination de sa mère le pousse à rejouer au foot peu de semaines après l'enterrement de son père. "Tu ne dois pas laisser tomber. Tu dois réaliser le rêve de ton père" suppliait sa mère. Heureusement Rivaldo l'écouta. "Quand j'étais enfant, jamais il ne se séparait de moi, dans la rue, à la plage. Et aujourd’hui, je joue en sa mémoire".

Son enfance difficile a presque ruiné le rêve de Rivaldo, celui d'être un jour un joueur pro. En effet, il avait un physique insuffisant car mal nourri, sa musculature était sous-développée pour sa taille ce qui faisait de lui un joueur en dessous de la moyenne. Malgré ce physique désavantageux, il s'en allait seul plier le sort de dizaines d'improbables rencontres en multipliant les arabesques dessinées sur le sable fin de la baie d'Arruda. On le surnommait "Garroto", l'assommeur en rapport à sa capacité à asséner le coup fatal à un match.

Il est un miraculé de la vie et du football. Sa vie n'a pas été facile mais il a su rester simple et humble. Rivaldo sait ce qu'il doit à la vie. D'ailleurs il a toujours participé à des actions de solidarité pour aider les plus démunis ."Beaucoup de personnes vivent dans la pauvreté et par mon nom et ma position, je dois leur tendre la main".

Envol pour l'Europe et l'Espagne[modifier | modifier le code]

Après les Jeux olympiques d'Atlanta, Rivaldo traverse l'Atlantique pour intégrer le Deportivo La Corogne en 1996. Il marque à 21 reprises lors de sa première saison,avant d'être transféré au Barça.

Au Barça, la consécration mondiale[modifier | modifier le code]

Après une saison à peine passée en Galice, le FC Barcelone s'assure, pour la somme de 24 millions d'euros, les services de Rivaldo en remplacement de Ronaldo parti à l'Inter de Milan. C'est au Barça que Rivaldo s'épanouit pour devenir un des meilleurs joueurs du monde.

À Barcelone, il prend une envergure mondiale et remporte de nombreux succès, dont deux titres de champion d'Espagne auxquels s'ajoutent des distinctions individuelles prestigieuses comme le Ballon d'or et le Meilleur footballeur de l'année FIFA.

Lors de la dernière journée du championnat 2000-2001, Rivaldo marque face à Valence CF un but extraordinaire à la dernière minute d'un retourné depuis le bord de la surface de réparation qui donne à Barcelone la qualification pour la Ligue des champions.

Avec 130 buts inscrits sous les couleurs blaugrana, il est le cinquième meilleur buteur de l'histoire du club derrière Samuel Eto'o qui a marqué quelques 152 buts durant son passage au FCB.

Passage à Milan[modifier | modifier le code]

Après la Coupe du monde 2002, Rivaldo signe en grandes pompes au Milan AC. Il est présenté à San Siro avant le match de tour préliminaire de Ligue des champions entre le Milan AC et le Slovan Liberec. Son année à Milan est difficile, puisqu'il ne parvient pas à être aussi décisif qu'à Barcelone. Il parvient toutefois à enrichir son palmarès d'une Ligue des champions (dont il ne dispute pas la finale).

Pige à la maison[modifier | modifier le code]

À la suite de cette saison délicate en Lombardie, Rivaldo quitte déjà Milanello. Il effectue un court passage au Cruzeiro ponctué de 2 buts en 11 rencontres.

Exil en Grèce[modifier | modifier le code]

il rejoint la Grèce et Olympiakos où il dispute trois saisons pleines pour un total de 39 buts en 87 rencontres. En 2007-2008 il dispute une dernière saison en Grèce à l'AEK Athènes où il trouvera le chemin des filets à 24 reprises en 52 matchs.

La période ouzbèke[modifier | modifier le code]

En 2008, Rivaldo signe un contrat de 2ans avec le club ouzbek de FC Bunyodkor pour un montant de 20M €. Il y inscrit 33 buts en 53 matchs, avant de quitter le club à l'été 2011.

Joueur-Président au Brésil[modifier | modifier le code]

Rivaldo, sans club depuis son départ d'Ouzbékistan, a annoncé qu'il allait reprendre la compétition en 2011 en participant au championnat de São Paulo au sein du club Mogi Mirim. « Après avoir réglé plusieurs problèmes, j'ai décidé de jouer en 2011 pour Mogi Mirim, club dont je suis président », a expliqué Rivaldo, 38 ans, sur Twitter[1].

Regain de forme à Sao Paulo[modifier | modifier le code]

En janvier 2011 et après 5 matches seulement avec Mogi Mirim comme entraineur-joueur, il s'engage au São Paulo FC jusqu'en décembre 2012, il y a joué de façon très honorable et a fait partie des meilleurs joueurs du championnat.

Nouveau départ pour l'Angola[modifier | modifier le code]

Le 12 janvier 2012, Rivaldo continue son tour du monde et part en Angola pour s'engager avec Kabuscorp[2]. Le 29 juillet 2012, Rivaldo s'offre son premier triplé en terre angolaise, le tout en 26 minutes, face à Bravos do Maquis. Le troisième but prouve que le Brésilien a encore des jambes à 40 ans passés puisqu'il est parti du milieu de terrain avant de se débarrasser de deux défenseurs pour battre le gardien adverse pour la troisième fois de la soirée. Grâce à ce triplé, Kabuscorp s'impose 4-1 et permet à Rivaldo de prendre la tête du classement des buteurs avec 10 buts [3].

Le 5 novembre 2012, au terme de son contrat, il annonce qu'il quitte le club sans préciser s'il met un terme à sa carrière[4]. En neuf mois, il aura joué 21 matches et inscrit 11 buts.

Un ultime défi en D2 brésilienne[modifier | modifier le code]

Le 17 janvier 2013, Rivaldo s'engage, à 40 ans, en faveur de São Caetano, club de D2 brésilienne.

Le 10 février 2013, Pour son premier match sous les couleurs de São Caetano, Rivaldo inscit à 40 ans un but de la tête contre le SC Corinthians. Le score final du match sera de 2-2.

En Novembre 2013, le Ballon d'Or 1999 résilie son contrat en raison de douleurs au genou.

Retour dans son club[modifier | modifier le code]

A 41 ans, Rivaldo revient dans le club de Mogi Mirim dont il est le Président. Pour son premier match, les siens s'inclinent 0-4. Le 19 février 2014, il accomplit un de ses rêves : jouer professionnellement avec son fils Rivaldinho lors d'un match du championnat Paulista contre Piracicaba[5].

Rivaldo met un terme à sa carrière de footballeur le 15 mars 2014 à l'âge de 41 ans et onze mois[6].

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Cependant, les choses n'ont pas toujours été faciles pour lui en équipe nationale. Rivaldo dispute son premier match international en décembre 1993 mais, à sa grande déception, il n'est sélectionné ni pour la Coupe du monde de football de la FIFA, États-Unis 1994, ni pour la Copa América un an après (compétition qu'il remportera néanmoins quatre ans plus tard en 1999).

Rivaldo revient dans le giron des auriverde à l'occasion du tournoi olympique d'Atlanta en 1996. Malheureusement, son séjour aux États-Unis est tout sauf mémorable. Le Brésil mord la poussière en demi-finale (3-4) face au Nigeria, futur champion olympique, et Rivaldo est désigné avec d'autres comme bouc-émissaire.

Il connaît alors une longue traversée du désert en équipe nationale et n'est rappelé dans la seleção qu'en décembre 1997. Il est l'un des joueurs les plus en vue lors de la Coupe du monde de la FIFA, France 1998. Malgré la lourde défaite du Brésil en finale face aux Bleus (0-3), Rivaldo est, à l'instar des autres grands joueurs de la compétition, nommé pour la All-Star Team de la FIFA, clouant ainsi le bec à ses détracteurs. 4 ans plus tard, lors de la Coupe du monde FIFA, Corée du Sud/Japon 2002, il devient champion du monde avec le Brésil aux dépens de l'Allemagne (2-0) en inscrivant notamment 5 buts et terminant ainsi second meilleur buteur de la compétition au même titre que l'allemand Miroslav Klose, et derrière Ronaldo avec ses 8 réalisations.

Les caractéristiques de Rivaldo[modifier | modifier le code]

Rivaldo est sans conteste un joueur très doué sur le terrain et disposant d'une clairvoyance remarquable, mais on le dit aussi trop amoureux de la balle et trop individualiste. Il est capable de tirer en puissance sans grand élan notamment sur les coups de pieds arrêtés ou dans les actions de jeu aux abords des surfaces adverses. Il est en outre doué d'un instinct lui permettant de marquer des buts remarquables, tel que le retourné qu'il inscrit sous les couleurs de Barcelone face au Valence CF à la 88ème minute du dernier match de la saison 2000-2001 de Liga qualifiant ainsi le FC Barcelone pour le tour préliminaire de la Ligue des champions.

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

En mars 2013, Rivaldo affirme son souhait d'entraîner le FC Barcelone, club qui lui est particulièrement cher : « J'ai une affection spéciale pour la ville de Barcelone et pour le Barça. Le président Sandro Rosell est un grand ami. Si l'opportunité d'entraîner Barcelone se présente, j'en serais enchanté. »[7]

Clubs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

SC Corinthians[modifier | modifier le code]

SE Palmeiras[modifier | modifier le code]

Deportivo La Corogne[modifier | modifier le code]

FC Barcelone[modifier | modifier le code]

AC Milan[modifier | modifier le code]

Cruzeiro EC[modifier | modifier le code]

Olympiakos[modifier | modifier le code]

FC Bunyodkor[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

  • Première sélection : Mexique - Brésil (0-1) le 16 décembre 1993
  • 73 sélections, 33 buts
Club Saison Championnat Coupe National Total
Matchs Buts Matchs Buts Matchs Buts Matchs Buts
Santa Cruz 1991-1992 4 6 18 8 4 2 22 16
Total 4 6 18 8 4 2 22 16
Mogi Mirim 1992 30 10 - - - - 30 10
Total 30 10 - - - - 30 10
Corinthians 1993 19 11 - - - - 19 11
1994 22 6 - - - - 22 6
Total 41 17 - - - - 41 17
Palmeiras 1994 29 13 - - - - 29 13
1995 45 17 - - - - 45 17
1996 30 23 - - - - 30 23
Total 104 53 - - - - 104 53
Deportivo La Corogne 1996–97 41 21 5 1 - - 46 22
Total 41 21 5 1 - - 46 22
FC Barcelone 1997–98 34 19 9 8 8 0 51 28
1998–99 37 24 5 2 6 3 48 29
1999-00 31 12 5 1 14 10 50 23
2000–01 35 23 5 2 13 11 53 36
2001–02 20 8 0 0 13 6 33 14
Total 157 86 24 13 54 30 235 130
Milan 2002–03 22 5 ? ? 13 2 35 7
2003–04 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 22 5 ? ? 13 2 35 7
Cruzeiro 2004 2 1 - - - - 2 1
Total 2 1 - - - - 2 1
Olympiakos 2004–05 23 12 ? ? 6 1 29 13
2005–06 22 7 ? ? 5 2 27 9
2006–07 25 17 ? ? 6 0 31 17
Total 70 36 ? ? 17 3 87 39
AEK Athènes 2007–08 29 8 ? ? 2 1 31 9
Total 29 8 ? ? 2 1 31 9
Bunyodkor 2008 12 7 ? ? 4 1 16 8
2009 30 20 ? ? 9 1 39 21
2010 11 6 ? ? 2 2 13 8
Total 53 33 ? ? 15 4 68? 37
São Paulo 2011 30 5 4 0 3 1 37 6
Total 30 5 4 0 3 1 37 6
Kabuscorp 2012 21 11 - - - - 21 11
Total 21 11 - - - - 21 11
São Caetano 2013 7 0 10 2 2 0 19 2
Total 7 0 10 2 2 0 19 2
Mogi Mirim 2014 0 0 4 0 - - 4 0
Total 0 0 4 0 - - 4 0
Total en carrière 576 274 29 14 104 41 708 328

Buts Internationaux[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rivaldo revient au pays L'Équipe.fr, 19 novembre 2010
  2. Rivaldo vers l'Angola !
  3. Coup du chapeau pour Rivaldo sur francefootball.fr
  4. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Rivaldo-quitte-kabuscorp/324645
  5. Rivaldo joue avec son fils Rivaldinho, sport.es, 19 février 2014
  6. Rivaldo met un terme à sa carrière, mundodeportivo.com, 15 mars 2014
  7. Rivaldo voudrait entraîner le FC Barcelone, sport.es, 16 mars 2013