Isabelle Carré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carré (homonymie).

Isabelle Carré

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Isabelle Carré en 2011 au festival du film de Cabourg

Naissance 28 mai 1971 (43 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de France Française
Profession actrice
Films notables Les Enfants du marais
Se souvenir des belles choses
Entre ses mains
Les Émotifs anonymes
Du vent dans mes mollets

Isabelle Carré est une actrice française, née le 28 mai 1971 dans le 12e arrondissement de Paris. Elle a obtenu le César de la meilleure actrice en 2003 pour son rôle dans Se souvenir des belles choses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Isabelle Carré est l'unique fille d'une fratrie de trois enfants. D'un père styliste (ayant fondé une agence de design travaillant notamment pour les stylos Waterman ou pour Pierre Cardin) et d'une mère secrétaire de direction (issue de l'ex-aristocratie vendéenne, elle vit depuis de sa sculpture), elle passe son enfance dans le 7e arrondissement de Paris avec ses deux frères (Vincent et l'aîné Benoit Carré, chanteur de Lilicub)[1].

Isabelle Carré quitte ses parents à l’âge de 15 ans, à la suite de leur séparation, pour vivre seule. Rêvant d’une carrière de danseuse, elle y renonce rapidement pour se réorienter vers la comédie. Elle suit alors de nombreux cours d'art dramatique à l'American Center, au cours Florent et au Studio Pygmalion, tout en suivant sa scolarité au lycée Victor-Duruy. Elle voue une admiration sans limite à Romy Schneider et joue ses premiers petits rôles au cinéma dans le film Romuald et Juliette de Coline Serreau en 1988.

Après son bac B obtenu en 1989, elle intègre l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT) jusqu’en 1990. De son côté, son frère Benoit Carré entame sa carrière d'artiste chanteur avec son groupe Lilicub.

Elle commence rapidement une importante carrière théâtrale et cinématographique, alternant films grand public, films d'auteur, téléfilms et pièces de théâtre.

En août 2006, elle épouse le producteur de cinéma Bruno Pesery, avec qui elle a eu un fils (Antoine, né le 11 octobre 2008) et deux filles (Madeleine, née en mars 2010 et Clara, née en décembre 2012)[réf. insuffisante][2].

Débuts[modifier | modifier le code]

Isabelle Carré au Festival de Cannes 1997.

En 1992, elle décroche son premier grand rôle au cinéma dans le film Beau fixe de Christian Vincent pour lequel elle est nommée au César du meilleur espoir féminin. Elle enchaîne dans le film à grand succès Le Hussard sur le toit de Jean-Paul Rappeneau, pour lequel elle est encore nommée au César du meilleur espoir féminin, puis dans Beaumarchais, l'insolent en 1995 d’Édouard Molinaro.

En 1997, elle réalise une exceptionnelle performance d'actrice dans La Femme défendue de Philippe Harel où elle est filmée sous tous les angles, et occupe l'écran durant tout le film. Cette prestation lui vaut le prix Romy-Schneider (espoir du cinéma français) et une troisième nomination au César du meilleur espoir féminin. Elle remporte la même année le prestigieux prix Gérard Philipe.

En 2000, Clément Sibony charme Isabelle Carré dans L'Envol (2000), puis joue le jeune étudiant en médecine fou amoureux d'une Audrey Tautou érotomane dans À la folie... pas du tout, succès de la jeune réalisatrice bordelaise Lætitia Colombani, et dans lequel Isabelle Carré joue la compagne avocate de Samuel Le Bihan.

Consécration[modifier | modifier le code]

Portrait d'Isabelle Carré par le Studio Harcourt en 1998.

En 2003, elle reçoit le César de la meilleure actrice pour le film Se souvenir des belles choses de Zabou Breitman, où elle joue le rôle d’une jeune femme atteinte de la maladie d'Alzheimer.

En 2004, elle remporte le Molière de la meilleure comédienne pour son rôle dans la pièce de Roland Topor L'hiver sous la table mise en scène par Zabou Breitman.

En 2006, elle est nommée pour le César de la meilleure actrice pour le film Entre ses mains de Anne Fontaine, où elle joue aux côtés de Benoît Poelvoorde. Elle joue également de nouveau au théâtre dans Blanc d'Emmanuelle Marie sous la direction de Zabou Breitman, aux côtés de Léa Drucker qui interprète sa sœur au milieu d'une scène du Théâtre de la Madeleine transformée en un champ de blé entourant une maison campagnarde grâce au décor transcendant de Jean-Marc Stehlé, et baigné de la musique d'une violoncelliste scandant le récit en contrepoint.

En 2007, elle joue dans Anna M., réalisé par Michel Spinosa avec Gilbert Melki et Anne Consigny. Le film révèle un côté plus sombre. Après À la folie... pas du tout, c'est la deuxième fois qu'elle joue dans un film qui traite le sujet de l'érotomanie.

Influence[modifier | modifier le code]

Isabelle Carré est ambassadrice de l'association Un enfant par la main[3] depuis 1999, une des marraines[4] de l'association La chaîne de l'espoir[5] et de l'association Vaincre la mucoviscidose (VLM)[6], depuis 2005, en compagnie de François Cluzet.

Isabelle Carré faisait en 2005 partie des 50 trentenaires les plus influents en France selon le Figaro Magazine (octobre 2005) aux côtés notamment de Virginie Calmels, Jean d'Arthuys, Marc-Olivier Fogiel, Hedi Slimane, Guillaume Klossa ou encore Matthieu Pigasse.

Filmographie[modifier | modifier le code]

NB : Il existe une comédienne homonyme, qui a tourné notamment Paulette, la pauvre petite milliardaire (1985).

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Clip[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Vidéo-clip de la chanson J'ai peur des filles de Benoit Carré (ex Lilicub)

Théâtre[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Livres audio[modifier | modifier le code]

Isabelle Carré prête sa voix pour plusieurs livres audio :

Chanson[modifier | modifier le code]

  • En 2013, Isabelle chante en duo avec son frère Benoit Carré le titre En commun sur l'album Celibatorium.

Distinctions[modifier | modifier le code]

César du cinéma[modifier | modifier le code]

Année Récompense Film Résultat
1993 Meilleur espoir féminin Beau fixe Nommée
1996 Le Hussard sur le toit Nommée
1998 La Femme défendue Nommée
2003 Meilleure actrice Se souvenir des belles choses Lauréate
2004 Les Sentiments Nommée
2006 Entre ses mains Nommée
2008 Anna M. Nommée
2011 Les Émotifs anonymes Nommée

Nuit des Molières[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :