Carl Sternheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Carl Sternheim

Description de cette image, également commentée ci-après

Lithographie d'Ernst Ludwig Kirchner représentant Carl Sternheim en 1916

Naissance
Leipzig Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Décès
Bruxelles Drapeau de la Belgique Belgique
Activité principale
Dramaturge, écrivain
Auteur
Langue d’écriture allemand

Œuvres principales

Die Hose (1911)

Carl Sternheim, né le à Leipzig et mort le à Bruxelles en Belgique, est un écrivain et auteur de pièces de théâtre allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Carl Sternheim est le fils d'un banquier et grandit à Hanovre puis Berlin. Il étudie la philosophie, la psychologie et le droit à Munich, Göttingen, Leipzig et Berlin. Il écrit déjà ses premières pièces. En 1903 il vit à Munich, où il publie à la revue Hyperion (1908-1910) avec Franz Blei. En 1907, il épouse en second mariage Thea Bauer (Thea Sternheim). Un riche héritage lui permet de se bâtir un manoir, Bellemaison[1].

Scandale et succès[modifier | modifier le code]

Entre 1911 et 1916, il écrit de nombreuses pièces de théâtre qui forment le cycle Aus dem bürgerlichen Heldenleben (De la vie héroïque bourgeoise). La première de ces pièces, Die Hose, provoque un scandale et le rend célèbre. A partir de 1912, il vit principalement à Bruxelles. En 1927, il divorce et se remarie avec Pamela, la fille de Frank Wedekind[1].

Il vit à Bruxelles durant la Seconde Guerre mondiale, où il décède en 1942.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Prose[modifier | modifier le code]

  • 1914, Busekow, nouvelle, Der jüngste Tag, Kurt Wolff Verlag
  • 1915, Napoleon, nouvelle, Der jüngste Tag, Kurt Wolff Verlag
  • 1916, Schuhlin, nouvelle, Der jüngste Tag, Kurt Wolff Verlag
  • 1916, Meta, nouvelle, Der jüngste Tag, Kurt Wolff Verlag
  • 1915, Mädchen, recueil de nouvelles, Leipzig, Kurt Wolff Verlag
  • 1917, Posinsky, récit, Berlin, Heinrich Hochstim Verlag
  • 1918, Ulrike, nouvelle, Der jüngste Tag, Kurt Wolff Verlag
  • 1918, Chronik, recueil de nouvelles, Leipzig, Kurt Wolff Verlag
  • 1919, Europa, roman, deux volumes, Munich, Musarion Verlag
  • 1920, Berlin oder Juste Milieu, Kurt Wolff Verlag
  • 1921, Fairfax, nouvelle, Ernst Rowohlt Verlag
  • 1924, Gauguin und Van Gogh, nouvelle, Berlin, Die Schmiede
  • 1936, Vorkriegseuropa im Gleichnis meines Lebens, Amsterdam, Querido Verlag

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Heinz Schöffler 1970, pp. 1734-1738.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (de) Heinz Schöffler, 1970, Der jüngste Tag. Die Bücherei einer Epoche, Francfort, Verlag Heinrich Scheffler.

Liens externes[modifier | modifier le code]