Angels in America

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Pour l'adaptation télévisuelle de HBO, voir Angels in America (mini-série)

Angels in America (Angels in America: A Gay Fantasia on National Themes) est une pièce de théâtre en deux parties de l'écrivain américain Tony Kushner.

Elle a été créée en 1991 et a connu de nombreuses adaptations, dont une mini-série, depuis éditée en DVD, et un opéra. Elle est considérée par de nombreux critiques comme étant une œuvre majeure de la fin du XXe siècle. Dès qu'elle fut produite, Tony Kushner devint un dramaturge reconnu, il a reçu le Prix Pulitzer de l'Œuvre Théâtrale en 1993 pour Le millénaire approche, et chacune des deux parties a reçu un Tony Award for Best Play, respectivement en 1993 et 1994.

Le titre original complet de la pièce est Angels in America : A Gay Fantasia on National Themes (littéralement, « Des Anges en Amérique : une fantaisie gay sur des thèmes nationaux »). Le titre original de la première partie est Millenium Approaches (Le millénaire approche), celui de la seconde partie est Perestroika.

Argument[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1980, sous les présidences de Ronald Reagan et George Bush, à New York, les vies de plusieurs personnes s'entrecroisent, liées par le contexte républicain, l'homosexualité, l'apparition du sida, leur questionnement du divin et leur expérience de la marginalité.

Au début du premier acte qui présente les personnages, Prior Walter est atteint du sida, ce que son compagnon, Louis Ironson, juif démocrate, a de plus en plus de mal à vivre. Dans le même temps, l'avocat mormon, républicain et homosexuel, Joe Pitt obtient une offre de promotion à Washington de son mentor, le maccarthiste Roy Cohn. Mais, Joe hésite car son épouse Harper noie une dépression dans le valium.

La pièce[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

La pièce fut créée en deux parties. Millenium Approaches est jouée pour la première fois en mai 1991 par l'Eureka Theater Company of San Francisco, dirigée par David Esbjornson. À ce moment-là, la seconde partie Perestroïka est encore en cours de développement. Elle est finalement jouée en novembre 1992 par le Mark Taper Forum, dirigé par Oskar Eustis et Tony Taccone. Angels in America dure ainsi environ sept heures.

En janvier 1992 pour la première partie et en novembre 2003 pour la seconde, ont lieu les premières européennes de la pièce à Londres.

De 1991 à 1993, Millenium Approaches a reçu plusieurs récompenses de théâtre aux États-Unis et en Angleterre.

Mise en scène[modifier | modifier le code]

La pièce alterne les scènes d' humour noir, de tragédie et de surnaturel. Les effets spéciaux peuvent requérir des moyens théâtraux conséquents (l'arrivée de l'Ange censé détruire le plafond, par exemple), mais Kushner insiste sur le fait qu'il faut que la machinerie du théâtre soit visible par les spectateurs: il ne doit pas y avoir de noirs entre deux scènes et ce sont les acteurs eux-mêmes qui doivent effectuer les changements de décor. Il s'agit du Verfremdungseffekt (effet de distanciation) de Bertolt Brecht, à réserver, selon lui, au théâtre épique, par opposition au théâtre d'identification. Il s'agit d'amener les spectateurs à avoir à tout moment conscience qu'ils sont en train d'assister à une pièce de théâtre, et donc de leur rappeler régulièrement que ce qui se déroule sur scène n'est pas le monde réel mais un artefact crée de toutes pièces.

L'une des nombreuses particularités de la pièce est que chacun des huit acteurs doit incarner plusieurs personnages secondaires. Par exemple, l'actrice jouant l'infirmière de Prior est également l'Ange de l'Amérique. Le genre des acteurs n'est pas systématiquement respecté, au contraire: à titre d'exemple, l'actrice jouant Hannah, la mère de Joe, incarne également le rabbin. Il s'agit d'une instance de « Genderfuck », c'est-à-dire une volonté délibérée, à visée généralement politique, de jouer avec la notion traditionnelle de genre, construit social censé être stable et précisément délimité alors qu'il n'en est rien. Kushner encourage généralement les compagnies qui jouent ses œuvres à faire preuve de créativité concernant le choix des acteurs, et notamment concernant la répartition des rôles masculins et féminins.

Des voyages fantastiques conduisent Harper et Mr. Lies en Antarctique et un autre personnage au Ciel. En plus de divers lieux anonymes de New York, des scènes ont lieu à San Francisco et au pied de la statue de l'ange Bethesda dans Central Park.

Résumé[modifier | modifier le code]

Après l'introduction des personnages et le départ de Louis qui continue à se tourmenter sur cette fuite, Prior affaibli par la maladie est visité par des fantômes et des anges, dont l'Ange de l'Amérique qui le proclame prophète. Joe essaie de concilier sa religion avec sa sexualité, ce qui conduit sa mère Hannah à venir à New York pour s'occuper de Harper. Roy Cohn voit l'apparition de la maladie honteuse et ordonne à son médecin de faire passer ça pour un cancer du foie, mais Roy au plus mal découvre que son infirmier, nommé Belize (ami de Prior), est noir et drag queen à ses heures. Surtout, Roy est visité par le fantôme de celle qu'il a aidé à faire condamner à mort, Ethel Rosenberg.

Le reste de la pièce confronte les personnages avec leurs démons (ou leurs anges) : Prior essaie de lutter contre la volonté de l'ange de faire de lui un prophète ; Louis et Joe ont une liaison grâce à laquelle ils tentent de fuir leurs anciens compagnons respectifs ; Hannah découvre les homosexuels et le sida en aidant Prior, jaloux de Joe ; enfin, Harper fait des allers-retours entre la réalité et son imagination grâce à Mr Lies, un agent de voyage fruit de son addiction au valium. À l'hôpital, Belize et le fantôme d'Ethel affrontent Roy qui s'acharne à obtenir de l'AZT encore expérimental et à conserver sa position au sein du barreau des avocats.

Références[modifier | modifier le code]

La pièce cumule les références :

  • à la religion, à la foi et au divin: la Bible (le combat de Jacob et de l'ange), le mormonisme (Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours), le judaïsme. Lorsque l'infirmière de Prior se met à parler en hébreu, elle récite la prière El Male Rahamim pour l’âme de Prior.
  • au théâtre et au cinéma américains. Un tramway nommé Désir, la pièce de Tennessee Williams portée à l'écran par Elia Kazan, est ainsi clairement citée à deux reprises, deux moments où Prior est sur son lit d'hôpital : « Oh Stella ! Stella for Star » lorsque Belize vient le réconforter ; « I always depended on the kindness of strangers » lorsque Hannah vient le voir. Lorsque Prior se réveille sur son lit d'hôpital après son séjour au paradis, il dit « I've had a remarkable dream. And you were there. And you. [...] And you », une allusion qui fait écho au film de 1939 Le Magicien d'Oz avec Judy Garland. L'enterrement d'un drag-queen mis en scène de façon flamboyante à l'Acte II scène 1 de Perestroika rappelle indéniablement l'une des premières scènes de Priscilla, folle du désert. Quand Prior raconte la manière dont il a essayé de retrouver son chat (Acte I scène 4 de Millenium Approaches), il rejoue une scène de Reviens petite Sheba.
  • à la société américaine des années 1980. Les personnages de Ethel Rosenberg et de Roy Cohn sont même empruntés aux personnages historiques correspondants. Avocat maccarthiste qui conduit l'interrogatoire de David Greenglass, Roy Cohn obtient de celui-ci qu'il reconnaisse la responsabilité de sa sœur, Ethel Rosenberg, dans une affaire d'espionnage pour le compte des soviétiques. Bien que rétracté, cet « aveu » sera déterminant dans la condamnation à mort des époux Ethel et Julius Rosenberg. Après avoir condamné publiquement l'homosexualité, Roy Cohn meurt du Sida en 1986, malgré les traitements qu'il reçoit en AZT (en soudoyant les chercheurs pour obtenir le vrai traitement et non le placebo ; et ce même s'il affirme publiquement jusqu'au bout qu'il s'agit d'un cancer du foie). Il est toutefois important de noter que dans les notes qui précèdent le texte de la pièce, Kushner a tenu à préciser que si Roy Cohn était bien un personnage ayant réellement vécu, le Roy Cohn de la pièce est une œuvre de fiction ; il notifie le lecteur qu'il a pris des libertés (« liberties have been taken »).

Adaptation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Angels in America (mini-série).

L'opéra[modifier | modifier le code]

La pièce a été adaptée en opéra par le compositeur hongrois Péter Eötvös, et créée au théâtre du Châtelet à Paris le . Le livret reprend les deux parties de la pièce, mais en les condensant pour tenir en deux heures et demie. Le compositeur explique : "J'ai moins mis l'accent sur la ligne politique que Kushner... Je me suis plutôt concentré sur les relations passionnées, sur le suspense particulièrement dramatique de ce texte merveilleux, sur l'état en permanence incertain des visions."

L'opéra a été diffusé sur la chaîne française Pink TV le 1er décembre 2004. Une version allemande a été créée en 2005. Une version filmée a été inscrite par le réseau de télévisions américain PBS à son programme culturel, Great Performances, pour la saison 2005-2006. L'opéra lui-même a eu sa première américaine en juin 2006 à Boston, dans le Massachusetts.

Sur une mise en scène de Philippe Calvario, les chanteurs d'opéra Barbara Hendricks (l'Ange de l'Amérique), Julia Migenes (Harper), Roberta Alexander, Topi Lehtipuu (Louis), Derek Lee Ragin (l'infirmier), Donald Maxwell (Roy), Omar Ebrahim (Joe) et Daniel Belcher (Prior) incarnent les personnages de Tony Kushner.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]