Une vie de chat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une vie de chat

alt=Description de l'image UneVieDeChat.jpg.
Réalisation Alain Gagnol
et Jean-Loup Felicioli
Scénario Alain Gagnol
Sociétés de production Folimage
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre aventure
Sortie 2010
Durée 70 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Une vie de chat est un long métrage d'animation franco-belge réalisé par Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli, produit par le studio Folimage, et sorti en salles en France le 15 décembre 2010. C'est un polar réalisé en dessin animé traditionnel en deux dimensions.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un chat mène une double vie secrète : il passe ses journées avec Zoé, la fille de Jeanne, commissaire de police, mais la nuit il accompagne un voleur, Nico, sur les toits de Paris. Alors que la mère de Zoé enquête sur les cambriolages nocturnes, un autre truand, Victor Costa, kidnappe la fillette.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution (voix)[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le budget du film s'élève à environ quatre millions d'euros[1]. Une petite partie de l'animation a été fabriquée dans les studios belges l'Enclume et Suivez mon regard[réf. nécessaire].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Le film reçoit un accueil globalement favorable de la part des critiques de presse[2].

Parmi les critiques les plus favorables, celle du quotidien Le Parisien[3], qui donne au film la note maximale, voit dans l'intrigue un mélange des genres réussi entre un film d'aventure humoristique pour enfants et un polar à l'intrigue réaliste qui contient des allusions aux classiques du genre (Les Affranchis de Martin Scorcese, les dialogues à la Audiard), et juge très réussi l'univers graphique du film. Dans Le Monde[4], Isabelle Régnier estime qu'en termes de graphismes et d'animation le film « frappe par sa souplesse gracile, la vivacité féline de ses dessins, l'harmonie bondissante de la musique et des couleurs », tandis que le scénario « surprend par la manière dont, en à peine une heure et dix minutes, il condense une intrigue de polar bigarrée et une chronique sociale touchante. » Elle apprécie également le « burlesque potache » des voix des personnages et des gags. Le Figaroscope[5] donne au film la note maximale et parle d'une « belle réussite. » Dans L'Humanité[6], Jean Roy est particulièrement convaincu par les graphismes, les voix et la musique. Dans les Cahiers du cinéma[7], Thierry Méranger signe une critique favorable où il juge la 2D « très réussie ». Le magazine de cinéma Positif[7] juge le film « maîtrisé de bout en bout malgré des moyens modestes » et y voit la promesse d'autres belles réalisations.

Parmi les critiques en demi-teinte, François-Guillaume Lorrain, dans Le Point[8], signe une critique globalement favorable où il apprécie le fait que « grâce à Une vie de chat, les enfants vont pouvoir être initiés sans douleur aux charmes du polar », grâce au scénario « bien ficelé » et à la musique « remarquable ». Il indique toutefois que « l'animation du studio français Folimages peut sembler très classique par rapport aux géants américains » mais juge en définitive que « ce style se prête justement bien au classicisme du genre. » Dans Le Journal du dimanche[9], Stéphanie Belpêche voit dans l'intrigue captivante, ainsi que dans l'atmosphère et la musique envoûtante, les points forts du film, bien que selon elle « la trame reste classique », et elle n'est pas convaincue par « le graphisme minimaliste de la 2D. » À l'inverse, dans le magazine de cinéma Première[10], Christophe Narbonne, qui donne au film deux étoiles sur quatre, n'est pas convaincu par le scénario, qu'il juge « roboratif », et les relations entre Jeanne et Zoé (la mère et la fille) lui semblent artificielles et sans surprise, mais il estime en revanche que le film est « une réussite complète », « avec ses visages à la Modigliani, ses corps façon Botero et ses couleurs inspirées de Matisse » ; il le rapproche de l'ambition visuelle d'un autre film du même studio, le court métrage L'Enfant au grelot de Jacques-Rémy Girerd. Même avis dans L'Express[11], où Eric Liboit voit dans Une vie de chat « une histoire policière animée au joli graphisme mais au scénario un chouia banal. »

Ailleurs dans le monde[modifier | modifier le code]

En Belgique, le journal Les Échos[12] donne une critique en demi-teinte du film, qui, « ponctué de jolies trouvailles, [...] n’échappe toutefois pas à quelques longueurs. »

Aux États-Unis, lors de la projection du film à New York dans le cadre du New York International Children’s Film Festival, le New York Times en fait une critique élogieuse : estimant que le film constitue l'un des moments forts du festival, Mike Hale le juge superbement dessiné et le rapproche, pour son scénario, des films à suspense d'Alfred Hitchcock ou de Roman Polanski[13].

Box office[modifier | modifier le code]

À sa sortie en France, le film rassemble 100 469 entrées en première semaine, puis 71 039 en deuxième semaine et 58 003 en troisième semaine, soit 229 511 entrées au cours de ses trois premières semaines d'exploitation[14].

Récompense et nominations[modifier | modifier le code]

Le film est finaliste pour deux prix en 2011 : le Meilleur film d'animation aux César du cinéma et le Film d'animation européen de l'année aux Prix du cinéma européen. La même année, il est retenu en sélection officielle dans deux festivals importants : le Festival International du Film de Berlin, La Berlinale 2011 et le Festival international du film d'animation d'Annecy.

Début 2012, Une vie de chat fait partie des finalistes pour l'Oscar du Meilleur film d'animation 2012 lors de la 84e cérémonie des Oscars[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Une vie de chat », l'autre perle française nominée aux Oscars, article de Louis Lepron le 14 février 2012. Page consultée le 12 janvier 2013.
  2. Le site AlloCiné confère au film une note moyenne de 3,6 sur 5 basée sur vingt critiques de presse, parmi lesquelles une donne au film la note de 5/5, douze la note de 4/5, cinq la note de 3/5 et deux une note de 2/5. Page des critiques de presse du film sur AlloCiné. Page consultée le 19 février 2012.
  3. « Une vie de chat : chat alors, un polar pour enfants ! », article paru dans Le Parisien le 15 décembre 2010. Page consultée le 19 février 2012.
  4. « Une vie de chat : la double vie de Mistigri », article d'Isabelle Régnier dans Le Monde le 14 décembre 2010. Page consultée le 19 février 2012.
  5. Une Vie de chat, brève d'Emmanuèle Frois dans Le Figaroscope le 15 décembre 2012. Page consultée le 19 février 2012.
  6. Chat plaira aux petits et aux grands, article de Jean Roy dans L'Humanité le 15 décembre 2010.
  7. a et b Page des critiques de presse du film sur AlloCiné. Page consultée le 19 février 2012.
  8. Une vie de chat, un polar BD pour les enfants, article de François-Guillaume Lorrain dans Le Point le 13 décembre 2010. Page consultée le 19 février 2012.
  9. Une vie de chat, critique de Stéphanie Belpêche dans Le Journal du dimanche le 14 décembre 2010. Page consultée le 19 février 2012.
  10. Une vie de chat, critique de Christophe Narbonne dans Première en décembre 2010. Page consultée le 19 février 2012.
  11. Une vie de chat critique d'Eric Libiot dans L'Express le 15 décembre 2010. Page consultée le 19 février 2012.
  12. « Un dessin animé français qui a de la patte… de chat », article dans Les Échos le 18 décembre 2010. Page consultée le 19 février 2012.
  13. « A 3-Week World Tour for (but Not Only) Kids », article de Mike Hale dans le New York Times le 3 mars 2011 : « That is the case with Alain Gagnol and Jean-Loup Felicioli’s film A Cat in Paris, a gorgeous hand-drawn feature that is one of the highlights of this festival. A caper featuring a cat, a cat burglar and a girl whose mother is a revenge-obsessed cop, it’s like an animated children’s version of an Alfred Hitchcock or Roman Polanski thriller set on the rooftops of Paris. A Cat in Paris, recommended for ages 6 and older, is simultaneously more childlike — in its straightforward storytelling and its lack of adult-pacifying pop culture jokiness — and more nerve-racking than its big-budget American counterparts. Without being too frightening, it projects a sense of danger, both physical and emotional, that is more engaging than the high-pitched thrills of the domestic films. » Page consultée le 10 février 2012.
  14. Box office français du film sur AlloCiné. Page consultée le 10 février 2012.
  15. « Nominees for the 84th Academy Awards » sur le site officiel des Oscars. Page consultée le 24 janvier 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]