Maria Casarès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maria Casarès

Naissance
La Corogne, Galice (Espagne)
Décès (à 74 ans)
Alloue, France
Profession actrice
Films notables Les Enfants du paradis,
La Chartreuse de Parme,
Orphée,
Les Dames du Bois de Boulogne

Maria Casarès, née María Victoria Casares Pérez le à La Corogne (Espagne) et morte le à Alloue (France), est une actrice française de cinéma et de théâtre, d'origine galicienne (Espagne).

Elle compte parmi les grandes tragédiennes françaises ; elle est apparue dans des classiques du cinéma — dont Les Enfants du paradis — notamment durant les années 1940 et 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Maria Casarès, née le à La Corogne (Espagne) est la fille de Santiago Casares Quiroga, né à La Corogne en 1884 et mort à Paris en 1950, avocat de profession mais littéraire dans l'âme (il écrit ses plaidoiries en vers) et Premier ministre de la Seconde République espagnole, contraint de démissionner le lors de l'éclatement de l'insurrection militaire. Sa mère est Gloria Pérez, décédée à Paris en 1945. Elle n'est pas une enfant désirée et déclare bien plus tard avec humour : « Quand mes parents m'ont eue, ce fut par distraction ou par maladresse »[1]. Elle a une demi-sœur, Esther Casarès, née d'une première union de son père. Ses parents adoptent également un garçon pendant la guerre civile, Enrique.

Elle est scolarisée au collège de la Corogne. En 1931, la famille déménage pour Madrid. Dans son nouvel établissement, elle commence à faire du théâtre. En raison de la guerre d'Espagne, ils quittent le pays et arrivent à Paris le 20 novembre 1936, la veille de l'anniversaire de Maria (le père de Maria est francophile). Ils logent à l'hôtel Paris-New-York, rue de Vaugirard (aujourd'hui disparu). Elle étudie au lycée Victor-Duruy, où elle apprend notamment le français. Elle y rencontre l'acteur de nationalité espagnole Pierre Alcover ainsi que son épouse, sociétaire de la Comédie-Française, Colonna Romano. Celui-ci aide la famille Casarès et pousse Maria à faire du théâtre.

Elle échoue une première fois à intégrer le Conservatoire national supérieur d'art dramatique en raison de son accent trop prononcé. Pendant la Seconde Guerre mondiale, son père part pour l'Angleterre ; elle et sa mère se rendent dans les Landes avant de revenir à Paris dans un appartement au coin de l'impasse de l'Enfant-Jésus et de la rue de Vaugirard. À force de travail, elle réitère et intègre le prestigieux établissement en présentant Hermione et Eriphile, après avoir fréquenté les Cours Simon mais échoué aux épreuves du deuxième tour du baccalauréat. Elle a pour professeure Béatrix Dussane et se lie avec Alice Sapritch. Elle en sort avec un premier accessit de tragédie et un second prix de comédie. Elle est remarquée par Jean Marchat et Marcel Herrand qui montent pour elle de 1942 à 1944 Deirdre des douleurs de Synge, Le Voyage de Thésée de Georges Neveux, Solness le constructeur d'Henrik Ibsen et Le Malentendu d’Albert Camus.

Carrière théâtrale et cinématographique[modifier | modifier le code]

André Barsacq lui fait jouer Roméo et Jeannette de Jean Anouilh avec, pour la première fois, Jean Vilar au Théâtre de l'Atelier en 1946. De 1952 à 1954, elle est engagée comme pensionnaire de la Comédie-Française où elle joue notamment dans des mises en scène de Julien Bertheau, Jean Meyer ou encore Jacques Copeau. Elle intègre ensuite le TNP de Jean Vilar (1954-1959), et devient ainsi l'une des premières comédiennes à donner au Festival d'Avignon ses lettres de noblesse. Elle participe à certaines créations du théâtre contemporain à l'instar de Paravents de Genet, en 1966, ou Quai Ouest, de Koltès, en 1986[2].

La quasi-totalité de sa filmographie est constituée de films français. Certains vont jusqu'à la qualifier de « monstre sacré », expression habituellement réservée à des acteurs ayant une plus grande notoriété que la sienne. Plus objectivement, les cinéphiles s'accordent « en général » à retenir en priorité les quatre rôles marquants tenus dans les années 1940 : Les Enfants du paradis, Les Dames du Bois de Boulogne, La Chartreuse de Parme et Orphée. Au cinéma, elle déclare pourtant préférer le théâtre : « Spectatrice pourtant passionnée et émerveillée devant les acteurs de cinéma qui ont su créer à travers leurs films des figures presque mythiques, peut-être parce que je porte en moi une autre forme de narcissisme, je n'ai jamais pu de l'autre côté de la caméra m'attacher à une telle quête »[1].

Chevalier de la Légion d'Honneur, Commandeur des Arts et lettres, Maria Casarès obtient le Molière en 1989, pour son rôle dans Hécube d'Euripide. Elle décède d'un cancer le .

Notoriété[modifier | modifier le code]

Maria Casarès est considérée comme l'une des plus grandes tragédiennes françaises de la seconde moitié du XXe siècle. Ses prestations au Festival d'Avignon, pour le rôle de Lady Macbeth notamment, restent une référence. Galicienne de naissance et espagnole de nationalité, elle est une des comédiennes de théâtre les plus marquantes des années 1950 et 1960, passant du drame shakespearien à la primesauterie de Marivaux et d'Albert Camus à Tchekhov.

Claude Jade raconte : « En 1980, je jouais Junie dans Britannicus. Maria était Agrippine. Elle fut étonnante. D'un bout de la pièce à l'autre, elle était habitée, frémissante. Sa manière de dire les alexandrins tenait de l'incantation. Elle cassait les vers avec une violence contenue qui éclatait comme une coulée de lave brûlante. Elle était en larmes, les yeux étincelants, la bouche tremblante. Elle se donnait corps et âme. Quelle actrice unique ! »[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Maria Casarès rencontre Albert Camus lors d'une représentation de Le Malentendu, en 1944, où elle joue Martha. La guerre et Francine Faure, la compagne de ce dernier, les séparent : à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ils rompent. Ils se retrouvent par hasard en 1948 et entretiennent une liaison secrète passionnée qui ne prend fin qu'avec le décès accidentel de l'écrivain, en 1960.

Après la mort d'Albert Camus, pour tenter de la détourner de son profond chagrin, les amis proches de Maria Casarès - parmi lesquels André Schlesser - l'incitent à s'acheter une maison (elle qui ne possédait rien en France).

Le , Maria Casarès et André Schlesser achètent - une partie chacun - le manoir, les dépendances et les terres de la Vergne, situés sur la commune d'Alloue (Charente) [4].

Elle épouse le 27 juin 1978 cet ami de longue date, André Schlesser, décédé à Saint-Paul-de-Vence le 15 février 1985.

Après la mort d'André, ses enfants Anne et Gilles Schlesser lèguent à Maria Casarès la partie du domaine de La Vergne qui appartenait à leur père[5].

Elle repose à côté de son mari dans le cimetière de cette commune. Pour remercier la France d'avoir été une terre d'asile, Maria Casarès, sans descendance, fait don à la commune d'Alloue du domaine et du manoir de La Vergne - qui, désormais, lui appartiennent donc en entier - situés sur la rive droite de la Charente, en amont du village. Le lieu est depuis un lieu de rencontre et de conférence ayant pris le nom de « La Maison du Comédien - Maria Casarès ». Le comédien François Marthouret est actuellement le président de l'association.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Voxographie[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Précédé par Molière de la comédienne Suivi par
Jeanne Moreau pour Le récit de la servante Zerline
Maria Casarès pour Hécube
1989
Denise Gence pour Avant la retraite

Postérité[modifier | modifier le code]

Plusieurs établissements scolaires français ont été nommés d'après Maria Casarès :

Une salle du Nouveau théâtre de Montreuil (Seine-Saint-Denis) a également été nommée d'après Maria Casarès[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maria Casarès, Résidente privilégiée, Fayard, 1980
  • Javier Figuero et Marie-Hélène Carbonel, Maria Casarès : L'étrangère, Fayard, 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Maria CASARES, biographie et filmographie illustrées
  2. « Maria Casares », sur boomer-cafe.net (consulté le 9 juin 2012)
  3. Claude Jade dans son livre Baisers envolés.
  4. Conservation des Hypothèques d'Angoulême
  5. Legs enregistré le 26 septembre 1985 auprès de Maître Boursier, notaire à Confolens, Charente (vol. 2111, no 9 - source : Service de la Publicité Foncière - ex-Conservation des Hypothèques - Angoulême 2, 1 rue de la Combe, CS72513 Soyaux, 16025 Angoulême cedex).
  6. « Accueil », sur lyc-maria-casares.ac-aix-marseille.fr (consulté le 9 juin 2012)
  7. « Accueil », sur collegecasares.free.fr (consulté le 9 juin 2012)
  8. « École élémentaire Maria Casarès », sur ville-saint-denis.fr (consulté le 9 juin 2012)
  9. « Nouveau théâtre de Montreuil, CDN - Salle Maria Casarès », sur destinationmontreuil.fr (consulté le 9 juin 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]