Oviedo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la ville d'Espagne. Pour la ville de Floride, voir Oviedo (Floride).
Oviedo
Uvieo ou Uviéu (ast)
Blason de Oviedo
Héraldique
Drapeau de Oviedo
Drapeau
Cathédrale.
Cathédrale.
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Asturies Asturies
Province Asturies Asturies
Comarque Oviedo
District judic. Oviedo (Concejo)
Budget 217 088 000 € (2007)
Maire
Mandat
Gabino de Lorenzo (PP)
2011-2015
Code postal 33001 à 33.013
Distance de Madrid 449 km
Démographie
Gentilé Ovetense(es)
Uvieín/a (ast.)
Carbayón/ona (pop.)
Population 220 644 hab. (2008)
Densité 1 180 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 00″ N 5° 50′ 00″ O / 43.366667, -5.83333343° 22′ 00″ Nord 5° 50′ 00″ Ouest / 43.366667, -5.833333  
Altitude 200 m
Superficie 18 700 ha = 187 km2
Rivière(s) Le Nalón, le Nora et le Trubia.
Divers
Site(s) touristique(s) Patrimoine classé par l’Unesco : Monuments d'Oviedo et du royaume des Asturies (1985 et 1998)
Saint patron San Salvador
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Asturies

Voir sur la carte administrative des Asturies
City locator 14.svg
Oviedo

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Oviedo

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Oviedo
Liens
Site web http://www.oviedo.es/

Oviedo (en asturien : Uviéu ou Uvieo) est une ville du nord de l'Espagne fondée au VIIIe siècle, capitale de la communauté autonome et de la province des Asturies (Principauté des Asturies). Son agglomération compte 220 074 habitants en 2007 (et 214 883 pour la ville [2006 - source INE[1]]). D'aventureux habitants d'Oviedo ont baptisé du même nom trois villes américaines au Paraguay, en République dominicaine et aux États-Unis d'Amérique. Sa devise est La muy noble, muy leal, benemérita, invicta, heroica y buena ciudad de Oviedo (que l'on peut traduire par « La très noble, très loyale, méritante, invaincue, héroïque et bonne ville d'Oviedo »).

Situation géographique[modifier | modifier le code]

La ville se trouve au centre des Asturies, entre 80 et 708 mètres d'altitude. Elle est bordée au nord par les communes de Las Regueras et Llanera ; au sud, par Santo Adriano, Ribera de Arriba et Mieres ; à l'ouest, par Grado ; à l'est, par Siero et Langreo.

Elle occupe une superficie de 181,6 km².

Histoire[modifier | modifier le code]

La légende prétend que le roi Fruela Ier des Asturies est sorti de chasse avec ses amis et qu'ils se sont arrêtés pour manger dans un lieu idyllique, approximativement à l'emplacement actuel de la ville d'Oviedo. Au cours de la conversation, la question « Dans quel lieu vas-tu construire la ville qui sera la cour ? » fut posée au roi, ce à quoi il répondit en latin : « Ubi edo » qui signifie « (Là) où je mange ».

La ville d'Oviedo fut construite sur une colline que les Romains appelaient Ovetao. Son fondateur a été le roi asturien Fruela, fils Alphonse Ier des Asturies, qui a régné de 757 à 768.

En 761, à peu de distance de la vieille civitas romaine de Lucus Asturum, les moines Maximum et son neveu Fromistano décidèrent de fonder une exploitation agricole à caractère monastique le long de la voie romaine qui unissait León à Pajares et Lugo de Llanera. Ultérieurement, ils érigèrent un ermitage en l'honneur du martyr San Vicente. Peu de temps après, deux douzaines de moines se joignirent au projet colonisateur, transformant le lieu en monastère, tel qu'il est écrit dans l'acte constitutif signé le 25 décembre 781. Son premier abbé, Fromistano obtint la protection du roi Fruela I, qui choisit le lieu comme résidence de sa femme, Munia, et dans lequel elle donna naissance à son fils, qui allait régner sous le nom d'Alphonse II « le Chaste ».

Alphonse II y transféra la capitale du royaume des Asturies et transforma Oviedo en siège épiscopal. Il l'a en outre fortifiée et dotée de palais, d'églises et d'autres édifices comme un aqueduc, aujourd'hui complètement disparu. Pendant son règne, on découvrit en 812 à Iria Flavia une tombe qu'on supposa être celle de l'apôtre Saint Jacques et le roi fut le premier visiteur de la tombe. Partant d'Oviedo, Alphonse II devint le pèlerin inaugurant le premier chemin de pèlerinage, le Camino primitivo.

Du fait de ses relations avec la cour de Charlemagne, un flux de pèlerins commença à s'établir : ils franchissaient les Pyrénées, passaient par Oviedo et, de là, allaient vers Compostelle. Par conséquent, le chemin nord, Camino del norte, est plus ancien que le Camino francés. Les premiers pèlerins passèrent par le nord car, plus au sud, le territoire récemment conquis par le roi n'était pas sûr en raison des fréquentes incursions des musulmans. Ce n'est qu'au cours des règnes suivants que les musulmans furent repoussés plus au sud, ce qui assura les territoires du plateau du Duero et que les rois catholiques créèrent une infrastructure pour les pèlerins, à l'intérieur de leurs royaumes, qui devint le camino francés, route alternative pour les pèlerins venant de l'Europe continentale.

En 1075, Alphonse VI de Castille, roi de Léon et de la Castille, fit un pèlerinage à Oviedo. Dans l'église de San Salvador, il ouvrit solennellement le coffre saint contenant plusieurs reliques qui avaient été cachées au mont Monsacro à la suite de l'invasion musulmane. À partir de cette époque, Oviedo et ses reliques furent internationalement connues, à tel point que les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle déviaient leur route vers León et allaient vers le nord pour faire une halte dans la ville asturienne et vénérer les reliques. L'ancien proverbe ¿Quien va a Santiago y no a San Salvador visita al siervo y deja al Señor? (« Celui qui va à Saint-Jacques et pas à San Salvador visite le serviteur et laisse le Seigneur ») souligne qu'Oviedo était une étape obligée sur le chemin de Compostelle.

En 1388, le roi Juan Ier fonda la Principauté des Asturies, inaugurée par son fils Enrique et qui, depuis lors, est considéré comme le successeur de la Couronne ; Oviedo se transforma alors en capitale de la Principauté. En même temps apparaissait l'Assemblée Générale de la Principauté, institution de droit public qui, comme l'assemblée du Conseil, fonctionna à titre permanent depuis le milieu du XVe siècle jusqu'à 1834, année où il fit place à la diputación provincial (conseil général).

Du fait d'un certain isolement, l'Époque moderne fut frappée par un marasme économique. À la fin du XVIIIe siècle la ville commença à connaître une vie culturelle plus intense, grâce à Feijoo. On créa la Sociedad Económica de Amigos del País (« Société économique d'amis du pays »), qui réussit à avoir un certain prestige culturel en plus d'une influence politique.

Au début du XIXe siècle, les habitants d'Oviedo ont été les premiers Espagnols à rejeter l'invasion française. Comme on peut le lire sur la plaque commémorative du premier centenaire, ils initièrent le soulèvement des Asturies pour défendre l'indépendance espagnole, le 9 mai 1808. Ce fut une confrontation entre les absolutistes (conseil municipal de la cathédrale) et les libéraux. Sous la pression populaire, la décision fut prise par l'Assemblée générale de la Principauté dans la nuit du 23 au 24 mai 1808. Les troupes françaises envahissantes furent rejetées, après avoir occupé la ville un an.

En 1934, des évènements violents se déroulèrent pendant la révolution du 6 octobre : les mineurs de la Cuenca, mécontents des conditions de vie misérable, causèrent la destruction d'une bonne partie de la ville. De nombreux bâtiments furent incendiés, tels l'université ou le théâtre Campoamor ; la chambre sainte de la cathédrale fut dynamitée. Le fonds bibliographique d'une valeur exceptionnelle de la bibliothèque universitaire put être récupéré.

Bâtiment Conseil de gouvernement de la Principauté des Asturies à Oviedo

La ville fut réoccupée le 12 octobre par les troupes du général Ochoa. Malgré les promesses faîtes aux insurgés lors de leur reddition, la répression de l'insurrection, confiée au général Francisco Franco, fut particulièrement brutale et sanglante[2].

En 1936, pendant la rébellion de l'armée qui entraîna la guerre d'Espagne, la ville, bien qu'encerclée par les troupes loyalistes, rejoignit le mouvement franquiste — alors sous le commandement du colonel Aranda — jusqu'à son occupation en octobre 1937 par les troupes nationalistes. La ville fut pratiquement réduite en cendres.

Cuisine[modifier | modifier le code]

Ce que les habitants appellent familialement carbayones est un gâteau typique de la ville appelé carbayón. Le carbayo est un chêne, arbre sacré pour anciens Asturiens et Cantabriens. « Carbayón » était le nom populaire d'un arbre centenaire situé dans la rue Uría, à la hauteur de la Promenade de Los Alamos, jusqu'à ce qu'en 1879 il soit coupé pour prolonger la rue Uría, l'artère actuelle la plus populaire et la plus importante. À titre de réparation, la commune a planté en 1950 un chêne près du théâtre Campoamor et une plaque commémorative a été déposée à l'emplacement du carbayón.

Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

La population d'Oviedo a augmenté pendant tout le XXe siècle jusqu'à la seconde moitié des années 1990 quand la population stagna au niveau national. Cette situation a changé au début du siècle suivant et, actuellement, la population de la commune croît à nouveau. Cette croissance résulte de la migration de population d'autres communes asturiennes et étrangères : la différence entre le taux de décès (11,77 %) et celui des naissances (6,91 %) a été négative en 2004.

Population de 1900-2004

Année 1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1981 1991 2001 2002 2003 2004
Population 48 103 53 269 69 375 75 463 82 548 106 002 127 058 154 117 190 123 204 276 201 005 202 938 207 699 207 699

Division administrative[modifier | modifier le code]

Paroisses administrative : la commune d'Oviedo se divise en 30 paroisses qui, au 1er juin 2005, se répartissent ainsi :

Paroisse Population Paroisse Population Paroisse Population
Agüeria 823 Loriana 271 Piedramuelle 531
Bendones 214 Manjoya 986 Pintoria 67
Box 1006 Manzaneda 205 Priorio 428
Brañes 77 Naranco 93 Puerto 228
Caces 289 Naves 98 San Claudio 2 512
Cruces 985 Nora 114 Santianes 90
Godos 760 Olloniego 1 170 Sograndio 392
Latores 696 Oviedo 198 369 Trubia 1 839
Lillo 354 Pando 129 Udrión 149
Limanes 836 Pereda 196 Villapérez 373

Art[modifier | modifier le code]

La cathédrale
  • La cathédrale San Salvador, construite de la fin du XIIIe siècle jusqu'à la moitié du XVIe siècle, sur un temple élevé au VIIIe siècle est la seule cathédrale gothique consacrée au Sauveur. Dans l'ensemble, elle est de style gothique tardif. Son unique tour est la plus importante d'Europe (suivie par celle de la cathédrale de Vienne) ;
  • La Cámara Santa d'Oviedo (Chambre Sainte) : située dans la cathédrale, figure sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. C'est l'un des premiers échantillons du style asturien. La Cámara Santa conserve les reliques de la ville comme la Cruz de los ÁngelesCroix des Anges, qui figure dans le blason de la province —, la Croix de la Victoire — qui figure dans le drapeau de la principauté —, le Coffret des agates et le Pañolón d'Oviedo — une relique sacrée, semblable au linceul du Christ ;
  • Le cloître du monastère de San Vicente, du VIIIe siècle : ce couvent fut le premier édifice construit lors de la fondation d'Oviedo. Dans son cloître est installé le musée archéologique ;
  • L'église Santa María del Naranco (Préroman), ancien édifice du complexe palatial du IXe siècle transformé en église, fait partie du patrimoine mondial de l'Unesco ;
  • L'église San Miguel de Lillo (préroman), avec chapelle du Xe siècle, fait partie du patrimoine mondial de l'Unesco ;
San Julián de Los Prados
  • L'église San Julián de los Prados (préroman), fait partie du patrimoine mondial de l'Unesco ;
  • La Foncalada, puits du IXe siècle: il s'agit du seul puits et de la seule construction civile du pré-roman qui soit conservé ; il fait partie du patrimoine mondial de l'Unesco ;
  • La chapelle de la Balesquida, construite au XIIIe siècle, a été reconstruite à plusieurs reprises au cours des XVIIe, XIXe, XXe siècles ; elle est consacrée à la Vierge de l'espoir ;
  • Le bâtiment de la mairie, construit au XVIIe siècle, est un bâtiment de trois étages dont l'arc central de l'étage inférieur était l'ancienne porte d'entrée dans la ville. La tour de l'horloge est particulièrement remarquable ;
  • Le couvent et l'église de Saint-Dominique de Guzmán, du XVIe siècle est l'une des constructions situées hors des murs de la ville ;
  • Le Fontán, ensemble de constructions qui forment une place à arcade de plan rectangulaire, date des XVIIe et XVIIIe siècles. Construit sur une mare, il a dû être reconstruit à la fin du XXe siècle. Il accueille le Marché du Fontán qui a lieu les jeudis, samedis et dimanches matins ;
  • La maison des Llanes a l'une des plus belles façades baroques des Asturies, construites au XVIIIe siècle;
  • La maison du doyen Payarinos, bâtiment de style éclectique du XXe siècle, accueille le Conservatoire de musique Eduardo Martínez Torner ;
  • L'hospice provincial, du XVIIIe siècle possède une façade de style baroque achevée par un grand blason et une chapelle octogonale. Après la guerre civile, il a été réhabilité et abrite actuellement l'hôtel le plus prestigieux d'Oviedo.
  • Le siège social de la Caja de Ahoro de Asturias (Cajastur), Plaza de la Escandalera, avec l'édifice de l'Horloge construit en 1960.

Culture[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musée archéologique des Asturies : installé dans le cloître du couvent de San Vicente, son fonds comprend des pièces de la période paléolithique, diverses collections numismatiques et ethnographiques, deux salles consacrées à la période romane, deux autres à l'art pré-roman et une autre à l'art gothique. La cellule du père Feijoo y est exposée ;
  • Musée des Beaux-Arts des Asturies : inauguré en 1980 dans le Palais de Velarde, cet immeuble contigu à la façade arrière du précédent maintient une collection d'œuvres d'artistes asturiens comme Carreño Mirador, Evaristo Valle, Nicanor Piñole, Vaquero Palacios, ainsi que d'autres artistes contemporains ;
  • Musée diocésain d'Oviedo: ouvert en 1990, il contient les restes archéologiques de la cathédrale, des objets en or et en argent, des peintures, des pièces d'ivoire, des sculptures en bois et les archives de la cathédrale ;
  • Tabularium artis asturiensis : ce musée privé a été fondé en 1947 par Joaquin Pommeraies, chroniqueur officiel des Asturies. Son fonds comprend des pièces d'art asturien.

Théâtres[modifier | modifier le code]

Le théâtre Campoamor
  • Théâtre Campoamor : ce bâtiment de style néoclassique du XIXe siècle est le siège de la remise du prix Prince des Asturies ;
  • Théâtre philharmonique ;
  • Auditorium Prince Felipe ;
  • Palais des congrès Princesa Letizia : cet ouvrage de l'architecte Santiago Calatrava est en construction.

Fondations[modifier | modifier le code]

  • Fondation Premios Príncipe de Asturias ;
  • Fondation Gustavo Bueno.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Festivités locales[modifier | modifier le code]

  • San Mateo (21 septembre) : festivités pendant lesquelles la ville est remplie de buvettes et au cours desquelles sont donnés des concerts pendant dix jours ; les festivités finissent avec des feux d'artifice et une reconstitution de la procession du Christ des Chaînes ;
  • Mardi du champ (martes de campo) ou La Balesquida : festivité qui a lieu le premier mardi après la Pentecôte, avec repas champêtre durant lequel on consomme des culinos de cidre, des pâtés maison et, surtout, le bollu preñáu. Populairement connu comme « Jour du Bollu » (Día'l bollu) ;
  • Foire de l'Ascension : festivités consacrées aux champs.

Zones commerciales[modifier | modifier le code]

La plus importante zone commerciale d'Oviedo est sans doute la rue Uría, axe le long duquel se sont installés les sièges des banques, des compagnies d'assurances, ainsi que les grands magasins (El Corte Inglés, Zara, etc.) et des boutiques.

Parcs et Jardins[modifier | modifier le code]

La ville d'Oviedo est parsemée d'espaces verts :

  • Domaine San Francisco : situé en plein centre d'Oviedo, à côté de la rue Uría, ce parc boisé faisait partie du couvent de San Francisco.
  • Campillín : cet espace vert à côté de l'église de Saint-Domingue a été créé après la Guerre d'Espagne, le quartier ayant été complètement rasé ;
  • Le parc d'hiver : situé sur une bande de terre coincée entre l'autorail de León et le périphérique, il dispose de nombreux équipements sportifs ;
  • Le parc de la purification Tomás est situé au pied du Monte Naranco ;
  • Le parc de l'ouest est situé à proximité du nouveau stade Carlos Tartiere et du Hermanos Llana ;
  • Le parc de Santullanó est situé à côté de l'autoroute d'Avilés à Gijón et aux alentours de San Julian des Prés.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Tous les 19 octobre, la tradition est de célébrer le désarmement — une festivité dont l'origine est assez polémique — en mangeant de la morue aux pois chiches. Les autres plats typiques sont la carne gobernada et le merlu au cidre. Le jour de San Mateo, patron de la ville, on mange les paxarines sur la place de la cathédrale. Parmi les desserts, notons les carbayones, qui portent le nom des habitants de la ville. Comme dans toutes les Asturies, le cidre est la boisson reine.

Vie nocturne[modifier | modifier le code]

  • Cidreries : bien qu'on en trouve dans tous les quartiers de la ville, les cidreries se concentrent dans la rue Gascona et ses alentours. En plus des restaurants, on y pratique des activités en rapport avec ce marché, comme des concours, la semaine du Cidre, etc. Une autre zone comprenant de nombreux restaurants est Valentín Masip et la Place Pedro Miñor ;
  • Pubs : la movida se concentre à Oviedo dans la vielle ville, en particulier dans la rue Mon, Oscura, mais également rue San Isidoro et dans la Corrada del Obispo. La zone de Jovellanos, à côté de Gascona, est fréquentée par un public plus âgé ;
  • Discothèques : elles sont concentrées rue du Rosal et plusieurs établissements sont dispersés dans la ville.

Moyens de communication[modifier | modifier le code]

  • Périodiques : La Voz de Asturias (La voix des Asturies), La Nueva España (La nouvelle Espagne) ;
  • Stations de radio : Radio Asturias-Cadena SER, COPE Asturias, Onda Cero Asturias, RPA-Radio del Principado de Asturias ;
  • Chaînes de télévision : TPA-Televisión del Principado de Asturias, TeleAsturias, Oviedo TV.

Personnages connus[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Instituto Nacional de Estadística - Institut national de la statistique espagnol
  2. Antony Beevor, La Guerre d'Espagne, Calmann-Lévy / Le Livre de poche, 2006, p. 75: "Depuis le 10 octobre, légionnaires et regulares avaient envahi les villages miniers, qu'ils traitaient en territoire ennemi, se livrant au pillage, au viol et au meurtre, et exécutant généralement les prisonniers sur le champ. Les forces de l'ordre lancèrent une campagne de répression sauvage dans toute la région, recourant à la torture ainsi qu'à l'assassinat de sang-froid. (...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]