Tremblement de terre de Lisbonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tremblement de terre de Lisbonne
Date 1er novembre 1755 à 9 h 40
Magnitude 9Mw
Épicentre 36° N 11° O / 36, -11 ()36° Nord 11° Ouest / 36, -11 ()  
Hauteur maximale du tsunami 5 à 15 m m
Régions affectées Drapeau du Portugal Portugal
Drapeau du Maroc Maroc
Drapeau de l'Espagne Espagne
Victimes entre 50 000 et 100 000 morts.

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Tremblement de terre de Lisbonne

Le tremblement de terre de Lisbonne a eu lieu à Lisbonne (Portugal) le 1er novembre 1755 à h 40[1] du matin. Selon les sources[2], on dénombre entre 50 000 et 70 000 victimes. La secousse fut suivie par un tsunami et des incendies, qui détruisirent la ville de Lisbonne dans sa quasi-totalité. Ce séisme, le premier à avoir fait l'objet d'études scientifiques poussées, entraîna la naissance de la sismologie moderne.

Ce séisme n'ayant pas été enregistré grâce à des sismographes, sa magnitude et son épicentre ont été calculés de manière indirecte, en fonction du contexte géologique et de la répartition des destructions. Les sismologues estiment sa magnitude entre 8,5 et 9 sur l'échelle de Richter[3],[4].

Son épicentre exact reste discuté, mais se situait dans l'océan Atlantique, probablement à environ 200 km au sud-ouest du cap Saint-Vincent[5]. D'après les études paléosismologiques, le temps de récurrence d'un tel séisme est de l'ordre de 1500 à 2000 ans. La catastrophe intensifia les tensions politiques au Portugal et perturba profondément les ambitions coloniales du pays au XVIIIe siècle. Cet événement, intervenant en pleine période des Lumières, fut par ailleurs amplement discuté par les philosophes européens et inspira de nombreux développements sur le thème de la théodicée ou du sublime.

Le séisme[modifier | modifier le code]

Le tremblement de terre frappa au matin de la fête catholique de la Toussaint, le 1er novembre. Des sources contemporaines indiquent que trois secousses distinctes se produisirent sur une durée d'une dizaine de minutes, causant de larges fissures (jusqu'à 5 mètres) et dévastant la ville. Les survivants se ruèrent vers l’espace ouvert et supposé sûr que constituaient les quais du port, et y assistèrent à un reflux de la mer comme ils n'en avaient jamais vu, laissant à nu des fonds marins où s'échouèrent et se disloquèrent des navires perdant leurs marchandises. Plusieurs dizaines de minutes après le séisme, un énorme tsunami avec des vagues d'une hauteur de 5 à 15 mètres submergea le port et le centre-ville avant d’atteindre le fleuve du Tage. Il fut suivi de deux nouvelles vagues. Les zones épargnées par le tsunami furent quant à elles touchées par des incendies (les chutes de cheminées favorisant l'éparpillement des feux domestiques) qui firent rage pendant cinq jours.

Calculs du temps horaire mis par les tsunamis à travers l'Atlantique le 1er novembre 1755
Cette eau-forte de 1755 montre les ruines de Lisbonne en flammes et un tsunami submergeant les navires du port.

Lisbonne ne fut pas la seule ville portugaise affectée par la catastrophe : les destructions touchèrent tout le sud du pays, en particulier l’Algarve. Les secousses du séisme furent ressenties partout en Europe, jusqu’en Finlande. D’autres tsunamis atteignant des hauteurs de vingt mètres frappèrent les côtes de l’Afrique du Nord[6], ou traversèrent l’océan Atlantique jusqu'à la Martinique et à la Barbade où ils atteignent respectivement des hauteurs de 1,80 et 1,50 m[7]. La vague atteint 3,08 m à Penzance en Cornouaille[7].

Sur les 275 000 habitants de Lisbonne, environ 60 000 trouvèrent la mort[2]. Autres régions grandement affectées, l'Andalousie et la Galice dont les ports principaux (Cadix, Seville, La Corogne) furent tellement détruits que le commerce maritime mondial s'en trouvera bouleversé, le trafic avec les Amériques s'opérant dorénavant avec les ports d'Europe du Nord (France, Pays Bas, Grande Bretagne). Ceci eut pour conséquence la perte de la suprématie maritime de l'Espagne en Atlantique. Enfin, 10 000 autres personnes perdirent la vie de l’autre côté de la mer Méditerranée, au Maroc notamment, où les villes de Tanger, Fès, Meknès, Marrakech ainsi que les côtes marocaines furent ravagées. 85 % des bâtiments de Lisbonne furent détruits, y compris les plus célèbres de ses palais et bibliothèques, brillants exemples d’une architecture manuéline du XVIe siècle typiquement portugaise. Plusieurs bâtiments relativement épargnés par le séisme furent détruits par les incendies qui s’ensuivirent. Un opéra flambant neuf, baptisé du nom prémonitoire d’Opéra Phoenix, fut réduit en cendres. Le Palais Royal, juste au bord du Tage et à l’emplacement actuel de la place Terreiro do Paço, fut également détruit : à l’intérieur, les 70 000 volumes de la bibliothèque royale furent perdus, tout comme des centaines d’œuvres d’art incluant des peintures de Titien, Rubens et du Corrège. Des archives royales extrêmement précieuses disparurent, et avec elles le compte-rendu détaillé des grandes explorations réalisées par Vasco de Gama et d’autres navigateurs.

Le tremblement de terre eut par ailleurs raison des principaux édifices religieux de Lisbonne, en particulier la cathédrale de Santa Maria, les basiliques de São Paulo, Santa Catarina, São Vicente de Fora, et enfin l’église de la Miséricorde. L’hôpital royal de Tous les Saints, le plus grand hôpital du monde à l’époque, fut consumé par le feu avec plusieurs centaines de ses patients. La tombe du héros national Nuno Álvares Pereira fut aussi perdue, et les visiteurs actuels de Lisbonne peuvent toujours se promener sur les ruines du couvent des Carmes, qui furent préservées pour rappeler la catastrophe aux lisboètes.

De nombreux animaux pressentirent le danger et prirent la fuite vers les reliefs avant l’arrivée des eaux. Le séisme de Lisbonne est le premier cas historique où un tel comportement est dûment observé et étudié.

Les causes géologiques du tremblement de terre et de l’activité sismique de la région continuent à être débattues par les scientifiques de notre époque[8], qui manquent de données de qualité en sus des récits historiques. Des géologues ont émis l’hypothèse que la faille qui aurait joué lors de cette secousse se trouverait dans le golfe de Cadix. Dans cette région, la plaque tectonique africaine pousse la plaque eurasiatique vers le nord-ouest à la vitesse de 4 mm par an. Une partie de la plaque africaine océanique plonge en effet, par un mécanisme de subduction, sous le bloc continental d'Alboran, une micro plaque installée entre les plaques africaine et eurasiatique.

Entre 10 et 40 km de profondeur, les tensions s'accumulent au point de friction entre les deux plaques pour se relâcher et provoquer un gros séisme analogue à celui de 1755 tous les 1500-2000 ans. Ce n'est pas le seul scénario de la catastrophe. Des sismologues évoquent aussi une faille située sous la vallée du Tage, ou encore l'existence d'un haut-fond — appelé le Marquis de Pombal — situé en mer au sud-ouest du Portugal. Enfin une dernière hypothèse a été soulevée, celle mettant en cause un autre haut-fond, le banc de Gorringe, situé à l'aplomb de la limite des plaques Eurasie et Afrique. La comparaison avec un séisme analogue en 1969 (Mw = 7,3) pourrait aussi montrer qu'il s'agit d'un système compressif (avec une composante décrochante).

Les conséquences immédiates[modifier | modifier le code]

La famille royale échappa sans dommage à la catastrophe. Le roi Joseph Ier et sa cour s’étaient absentés de la ville après avoir assisté à une messe au lever du soleil, en raison du souhait d’une des filles du roi qui désirait passer des vacances hors de la capitale. Après la catastrophe, Joseph se mit à nourrir une peur incontrôlable à l’idée de vivre entre des murs, et la cour s’installa dans un gigantesque complexe de tentes et de pavillons sur les collines d’Ajuda, à l’époque encore en bordure de Lisbonne. La claustrophobie du roi ne s’apaisa jamais, et ce n’est qu’après sa mort que sa fille Marie Ire entama la construction de l’actuel palais royal d'Ajuda, sur l’ancien site des tentes.

Les ruines de Lisbonne : les survivants habitèrent pour un temps dans des tentes en bordure de la ville, comme le montre cette gravure allemande de 1755.
Détail : des exécutions suivirent le séisme. Au moins 34 pilleurs furent pendus, dans le plus complet désordre. Afin de dissuader le pillage, le roi ordonna l’édification d’échafauds en plusieurs endroits de la ville.

Tout comme le roi, le Premier ministre Sebastião de Melo (le futur marquis de Pombal) survécut au tremblement de terre. On lui attribue la citation suivante : « Maintenant ? Enterrez les morts et nourrissez les vivants ». Avec le pragmatisme qui caractérisait ses méthodes de gouvernement, il organisa immédiatement les secours et la reconstruction. Il envoya en ville des équipes de lutte contre le feu afin d’éteindre les flammes au plus vite, et chargea d’autres personnes de rassembler les milliers de cadavres. On ne disposait que de peu de temps pour cette tâche macabre avant de possibles épidémies. Contrairement à la coutume, et malgré les souhaits exprimés par les représentants de l’Église, de nombreux corps furent embarqués sur des barques et immergés au large des bouches du Tage. Pour empêcher les désordres en ville, et notamment pour dissuader d’éventuels pilleurs, des potences furent érigées aux endroits les plus visibles : au moins 34 personnes furent exécutées. L’armée portugaise fut mobilisée pour entourer la ville et bloquer la fuite des habitants en état de travailler, afin de les obliger à dégager les ruines.

Peu après le début de la crise, le Premier ministre et le roi engagèrent des architectes et des ingénieurs, et moins d’une année plus tard, Lisbonne était déjà dégagée de ses ruines et en cours de reconstruction. Le roi tint à profiter de cette occasion pour édifier une ville nouvelle et parfaitement ordonnée : les grandes places et les avenues larges devaient caractériser la nouvelle Lisbonne. À quelqu’un qui l’interrogeait sur l’utilité de rues aussi spacieuses, le marquis de Pombal répondit qu’« un jour, elles seront petites ». Le trafic chaotique de la Lisbonne du XXIe siècle ne peut que lui donner raison.

Les bâtiments construits sous l’égide de Pombal comptent parmi les premiers exemples de constructions anti-sismiques au monde. De petits modèles en bois furent construits pour procéder à des tests, et des tremblements de terre furent simulés en faisant défiler des troupes autour. Le nouveau centre-ville de Lisbonne, connu désormais sous le nom de « centre pombalin » (Baixa Pombalina), est aujourd’hui l’une des attractions touristiques les plus prisées de la ville. Des quartiers d’autres villes portugaises furent aussi reconstruits selon les principes de Pombal, comme la Vila Real de Santo António dans l’Algarve.

Implications politiques et philosophiques[modifier | modifier le code]

Le tremblement de terre secoua bien plus que des villes et des bâtiments. Lisbonne était (et reste) la capitale d’un pays profondément catholique, qui était réputé pour la foi de ses habitants et la vigueur de l’évangélisation dans ses colonies. La catastrophe survint de plus le jour d’une fête catholique essentielle et détruisit la plupart des églises les plus importantes. La théologie et la philosophie du XVIIIe siècle pouvaient difficilement expliquer une telle manifestation de colère divine.

Le tremblement de terre eut une forte influence sur de nombreux penseurs européens de l’époque des Lumières. Plusieurs d’entre eux mentionnèrent ou firent allusion à cet événement dans leurs écrits, notamment Voltaire dans Candide ou dans son Poème sur le désastre de Lisbonne. Le caractère arbitraire avec lequel les personnes mouraient ou survivaient fut souligné par Voltaire dans la critique du « meilleur des mondes possibles » qui l’opposait à Leibniz. Comme l’a écrit Theodor Adorno en 1966, « le tremblement de terre de Lisbonne suffit à guérir Voltaire de la théodicée de Leibniz » (Dialectiques Négatives, 361). Une violente controverse s'est d'ailleurs déroulée entre Voltaire et Rousseau au sujet de l'optimisme et de la question du mal sur la Terre, un thème qui suscitait de nombreux débats entre théologiens, philosophes et savants au XVIIIe siècle. D’autres auteurs du XXe siècle, à la suite d’Adorno, ont rapproché cette catastrophe de l’Holocauste, en ce sens que les deux événements ont eu un impact suffisamment bouleversant pour transformer la culture et la philosophie européennes.

Le concept philosophique du sublime, bien qu’il soit apparu avant 1755, a été développé et fortement valorisé par Emmanuel Kant, qui a tenté de saisir toutes les implications du séisme de Lisbonne. Le jeune Kant, fasciné par la catastrophe, collecta toutes les informations qui lui étaient accessibles et les utilisa pour formuler dans trois textes successifs une théorie sur la cause des séismes. Sa théorie, qui reposait sur le mouvement de gigantesques cavernes souterraines remplies de gaz chauds, fut démentie par la science moderne, mais représentait néanmoins la première tentative d’expliquer un tremblement de terre par des facteurs naturels et non surnaturels. Selon Walter Benjamin, le petit livre de Kant sur les séismes « représente probablement les débuts de la géographie scientifique en Allemagne, et très certainement ceux de la sismologie ».

Werner Hamacher a même avancé que le tremblement de terre a eu un impact sur le vocabulaire philosophique, fragilisant la métaphore traditionnelle du « fondement » des théories : « Sous l’influence du tremblement de terre de Lisbonne, qui a touché l’esprit européen à une époque des plus sensibles, la métaphore du fondement a complètement perdu son apparente innocence ; elle n’était désormais plus une simple figure de style ». Hamacher affirme que les certitudes bien fondées de René Descartes ont commencé à être ébranlées à la suite du séisme.

Pour la vie politique interne du Portugal, le tremblement de terre fut dévastateur. Le Premier ministre du roi était un favori, mais l’aristocratie le méprisait pour ses origines de simple écuyer de campagne (son titre de marquis de Pombal ne lui est octroyé qu’en 1770). Le Premier ministre, en retour, détestait les nobles de souche, qu’il considérait comme corrompus et incapables de la moindre action. Avant le 1er novembre 1755, la lutte pour le pouvoir et les faveurs du roi était constante, mais la très grande compétence dont fit preuve le marquis après la catastrophe eut pour effet de couper les vieilles factions aristocratiques du pouvoir. Une opposition silencieuse et rancunière commença à se former à l’encontre du roi Joseph Ier, qui atteint son paroxysme lors d’une tentative d’assassinat du roi, suivie de l’élimination du puissant duc d'Aveiro et de la famille Tavora (voir « Histoire du Portugal »).

La naissance de la sismologie[modifier | modifier le code]

L’action du Premier ministre ne se limita pas aux questions pratiques de la reconstruction. Le marquis ordonna également qu’un questionnaire soit envoyé à toutes les paroisses du pays à propos du séisme et de ses effets. Y figuraient entre autres les questions suivantes :

  • Combien de temps a duré le tremblement de terre ?
  • Combien de répliques ont été ressenties ?
  • Quel type de dommage a été causé ?
  • Les animaux ont-ils eu un comportement étrange ? (cette question anticipait sur les études réalisées pendant les années 1960 par des sismologues chinois)
  • Qu’est-il arrivé aux puits et aux points d’eau ?

Les réponses à ces questions, ainsi qu’à d’autres, sont toujours conservées dans la tour de Tombo, le centre des archives nationales. En étudiant et en recoupant les comptes-rendus des différents prêtres, les chercheurs modernes ont été en mesure de reconstituer la catastrophe d’un point de vue scientifique, ce qui eut été impossible sans l’enquête menée par le marquis de Pombal. Ce dernier, par conséquent, est souvent considéré comme un précurseur de la sismologie contemporaine.

Ce séisme du 1er novembre 1755 a eu une importance capitale pour la sismologie. Il a donné l’occasion à Kant d’écrire une monographie à son sujet et de mener une longue réflexion sur les causes des séismes « Les tremblements de terre nous révèlent que, vers la surface, la terre est creusée de cavernes, et que, sous nos pieds, des galeries de mine secrètes courent de toutes parts en de multiples dédales. Ceci sera sans aucun doute établi par les progrès dans l'histoire des tremblements de terre. […] Les cavités contiennent toutes un feu ardent, ou du moins une matière combustible qui n'a besoin que d'une légère stimulation pour faire rage avec furie alentour et ébranler ou même fendre le sol au-dessus. »

Le séisme a également provoqué de nombreuses publications, ainsi que des sermons et poèmes (Poème sur le désastre de Lisbonne, de Voltaire et la réaction de Jean-Jacques Rousseau à ce poème, Lettre sur la providence). De nombreux scientifiques proposèrent ou adaptèrent des théories (Tobias Mayer, astronome allemand, Johan Friedrich Jacobi, mathématicien allemand, Johann Gottlob Kruger, médecin et philosophe allemand, John Michell, géologue et astronome britannique).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'heure précise est difficile à estimer car les témoignages varient et la position de la faille responsable de ce séisme est encore aujourd'hui un sujet de débat. h 40 est l'heure la plus citée et provient de l'analyse faite par von Hans Woerle dans Der Erschutterungsbezirk des grossen Erdbedens zu Lissabon, livre de 150 pages publié à Munich en 1900. Elle est reprise par Harry Fielding Reid en 1914 dans son article : « The lisbon earthquake of november 1, 1755 », Bull. Seism. Soc. Am., no 4, p. 53-80
  2. a et b Le nombre de victimes est très variable selon les sources. Tokuji Utsu cite deux valeurs probables : 55 000 ou 62 000, « A list of deadly earthquakes in the world : 1500-2000 », dans International Handbook of earthquake and engineering seismology,  éd. W. H. K. Lee, H. Kanamori, P. C. Jennings et C. Kisslinger, Academic Press, Amsterdam, 2002 (ISBN 0-12-440652-1).
  3. J. M. Martinez-Solares, Los efectos en España del terremoto de Lisboa, Instituto Geografico Nacional, Madrid 2001.
  4. A. C. Johnston, « Seismic moment assessment of earthquakes in stable continental regions. III. New Madrid 1811–1812, Charleston 1886, and Lisbon 1755 », Geophys. J. Int., no 126, 1996, p. 314–344. A. Jhonston associe une erreur de 0,39 à cette estimation (tableau 8, page 336).
  5. M. A. Baptista, P. M. Miranda, J.M. Miranda and L. Mendes Victor, « Constrains on the source of the 1755 Lisbon tsunami inferred from numerical modelling of historical data », J. of Geodynamics, no 25 (2), Pergamon Press, 1998, p. 159–174.
  6. A. Levret, « The effects of the November 1, 1755 Lisbon Earthquake in Morocco », Tectonophysics, no 193, 1991, p. 83–94,.
  7. a et b National Oceanic and Amtospheric Organisation, National Geophysical Data Center, Tsunami Events Search : Lisbon : Tsunami Runups consulté le 16 Mars 2012
  8. N. Zitellini, L. A. Mendes Victor, J. D. Cordoba, et al., « Source of 1755 Lisbon Earthquake and tsunami Investigated », EOS, no 82, 2001, p. 26.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Joao F.B.D. Fonseca, « The source of the Lisbon Earthquake », Science, no 308, 2005.
  • Jean-Paul Poirier, Le tremblement de Terre de Lisbonne, éditions Odile Jacob, 2005 (ISBN 2-7381-1666-3).
  • (pt) (fr) Martins Oliveira, Histoire du Portugal, édition La Différence, 1994, traduit du portugais par Claire Cayron (ISBN 2-7291-1021-6).
  • Christiane Galus, « De nouvelles hypothèses sont avancées pour expliquer le tremblement de terre de Lisbonne », Le Monde, 2 novembre 2005.
  • Grégory Quenet, Les Tremblements de terre en France aux XVIIe et XVIIIe siècles – La naissance d'un risque,  éd. Champ Vallon, coll. « Époques », Seyssel, 2005, 586 p. (ISBN 2876734141 et 978-2876734142).

Littérature[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]