Larache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Larache
العرائش
El Araïch
Image illustrative de l'article Larache
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Tanger-Tétouan
Province Larache
Maire Mohamed Aït Si Mbarek (PJD) (2009)
Démographie
Population 107 371 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 35° 11′ 00″ N 6° 09′ 00″ O / 35.183333, -6.1535° 11′ 00″ Nord 6° 09′ 00″ Ouest / 35.183333, -6.15  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Larache

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Larache

Larache (en arabe : العرائش) est une ville marocaine, chef-lieu de la province de Larache, dans la région de Tanger-Tétouan. Elle est connue sous le nom antique de Lixus.

Larache se modernise à une allure rapide. Elle se situe au nord du Maroc à peu près à 86 kilomètres de Tanger.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une vue du port de Larache vers 1670.

Près de Larache se situent les ruines de Lixus, port carthaginois et romain, sur l'autre rive du fleuve Loukkos. À la fin du Moyen Âge, Larache fut fondée à la suite de la conquête arabe[réf. nécessaire].

Des documents portugais du XVe siècle citent Larache comme le port majeur du Maroc[réf. nécessaire]. Mais en 1491 les Portugais de Assilah et Tanger dépeuplèrent la ville, qui reste vide jusqu'à être reprise par le sultan de Fès[réf. nécessaire], Mohamed es Said ech Sheik, qui bâtit une forteresse au-dessous du fleuve Loukkos et fortifia le port.

Pendant longtemps, les tentatives de conquête par les Portugais, les Espagnols et les Français échouèrent. La Kasbah, bâtie en 1491, devint une forteresse des pirates. Enfin, les Espagnols prirent la ville en 1610, en la tenant jusqu'au 1689, toutefois seulement en gérant le port[réf. nécessaire]. Moulay Ismail la reprit en 1689. En 1765, la ville subit une importante attaque française avec une tentative de débarquement.

De 1911 à 1956, Larache fit encore partie du Maroc espagnol

Situation géographique[modifier | modifier le code]

La Province de Larache a été créée le 14 octobre 1985, elle fait partie de la région administrative de Tanger-Tétouan.

La Province de Larache est limitée, au Nord par la Province de Tétouan et la Province de Tanger-Asila, au Sud par la Province de Kenitra, à l'Est par la Province de Chefchaouen et à l'Ouest par l'Océan Atlantique.

La ville de Larache est desservie par l'autoroute A1 (Reliant Tanger à Rabat) et de ce fait, est située à environ 79 km de l'aéroport international Ibn Battouta de Tanger et à 168 km de la capitale Rabat[1].

Du point de vue relief, on distingue dans la Province de Larache :

  • une zone montagneuse qui constitue le prolongement Ouest de la chaîne Rifaine, et de Tanger-Tétouan située principalement au niveau des communes rurales de Béni-Arous, Zaaroura, Tazrout et Béni-Gorfet.
  • des collines marneuses entourant une plaine basse et marécageuse.
  • le long de la côte, un cordon de dunes fixées constitue les plateaux du R'mel.
  • dans l’intérieur et au sud, des plaines dont l'altitude varie entre 3 et 8 m

Climat[modifier | modifier le code]

La Province de Larache bénéficie d’un climat océanique caractérisé par l’alternance d’une saison humide et fraîche d’octobre à avril et d’une saison très chaude de juin à septembre. peu

La pluviométrie moyenne annuelle varie entre 800 et 1000 mm et elle est concentrée dans sa quasi-totalité entre octobre et juin.

Quant aux températures, elles varient entre 10°C en période froide et 40°C en période chaude (la température dépasse rarement cette dernière sauf si le vent vient de l' est ou du sud ).

Le réseau hydrographique de la Province comprend l’Oued Loukkos et ses affluents, la nappe du R’mel, le Barrage Oued El Makhazine, le Barrage de garde de Loukkos, trois lacs collinaires, ainsi que de nombreuses sources d’eau

Superficie[modifier | modifier le code]

La Province de Larache couvre une superficie d’environ 2 783 km².

Aujourd'hui de nombreux quartiers ont fait apparition en périphérie de la ville. Le plus grand en construction à l'heure actuelle, est sans doute le quartier de Almaghrib Aljadid (en français Le nouveau Maroc).

Population de la province[modifier | modifier le code]

Selon le Recensement général de la population et de l'habitat de 2004, la population de la province est de 472 386 habitants, dont 219 577 dans les communes et centres urbains et 252 809 dans les communes rurales. Ainsi, le taux d'urbanisation s'est-il situé à 46,5 %.

Le nombre de ménages recensés s'est élevé à 89 944 dont 46 848 ménages urbains et 43 096 ménages ruraux. Les ménages citadins représentent ainsi 52,08 % de l'ensemble des ménages de la province.

Quant à la densité moyenne, elle est de 170 hab./km².

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Le découpage communal et administratif de la Province est composé de :

  • 2 communes urbaines : Larache et Ksar El Kébir
  • 17 communes rurales
  • 2 pachaliks :
    • Larache avec 7 arrondissements
    • Ksar El Kébir avec 4 arrondissements
  • 3 cercles : Larache avec 3 caïdats

Lieux à visiter[modifier | modifier le code]

L'endroit le plus animé est situé autour de la place centrale ou place de la Libération (ex: plaza de Espana) de style arabo-andalou, bordée de nombreux cafés en terrasses.

Sur cette place, la porte Bab el medina délimite l'une des entrées dans l'ancienne médina.

À l'intérieur de l'ancienne médina :

  • le souk Esseghir (Petit Souk),
  • le marché aux légumes installé en permanence,
  • les dédales de ruelles qui descendent jusqu'au port,
  • les passages, les maisons aux portes colorées...
  • l'ancien hôpital militaire
  • le conservatoire de musique
  • le port de pêche (en contrebas de l'ancienne médina)

Dans le centre, l'architecture andalouse est souvent présente, entre autres le marché central couvert récemment rénové (à 200 m de la place centrale).

Une pinède est à 500 m de la place centrale et s'étend sur des kilomètres le long de l'océan.

Dans le cimetière espagnol, au bout de la corniche, se trouve la tombe de Jean Genet (1910-1986).

D'autres forêts de pins, eucalyptus ou chênes-liège sont à proximité de Larache.

La plage[modifier | modifier le code]

La plage, située sur l'autre rive du fleuve, est accessible soit à pied (300 m de la place centrale) avec traversée en barque, soit en voiture ou en bus en contournant le fleuve (10 km).

Il y a deux plages délimitées par une jetée : l'une avec vagues qui s'étend très loin, et l'autre, plus proche du bras de mer, plus calme, parfaite pour nager.

Les associations locales[modifier | modifier le code]

La ville de Larache reste très ouverte à la culture espagnole. La province de Larache compte des centaines d'associations dans divers secteurs d'activités : développement, culture, environnement, sociales, associations de quartiers. La ville de Larache à elle seule compte plus de trois cents associations, mais on ne peut citer qu'une dizaine d'associations actives telles que La Fondation Lixus des Arts et du Développement Durable (FLADD), l´Association des Écrivains Marocains en Langue Espagnole (AEMLE), l'Association DECOL, l'Association ECODEL, Acharif al-Idrissi, Larache al-Mada, Arrisala, la Troupe de Théâtre Lixa, Association Jeunesse Scolaire Larache, Association Éducation développement A.T.T, Espace des Jeunes sans Frontière J.E.S.A.F, Union National des Étudiants marocains, Asociacion Alkazabah por el medio ambiente desarrollo y cooperacion, etc.

Personnalités célèbres (nées, décédées, ayant vécu) à Larache[modifier | modifier le code]

  • Marthe Franceschini Femme légitime et première sultane de Sidi Mohammed ben Abdallah décédé à Larache
  • Jean Genet (écrivain français enseveli au vieux cimetière espagnol de Larache).
  • Une branche de la famille d'Orléans s'installe à Larache en 1910 en la personne de Jean d'Orléans, duc de Guise, mort à Larache. Il exploite un domaine agricole dans le voisinage. La famille réside de manière intermittente à Larache ; la duchesse de Guise termine son existence à Larache et y meurt en 1961 ; leurs enfants, dont le « comte de Paris », y ont passé une partie de leur enfance ou de leur jeunesse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir site internet : http://maps.google.fr

Jumelage[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :