León (Espagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léon.
León
Blason de León
Héraldique
Drapeau de León
Drapeau
Cathédrale de León.
Cathédrale de León.
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Castille-et-León Castille-et-León
Province León Province de León
Comarque Tierra de León
District judic. León (Municipio)
Budget 202 226 987 € [1] (2006)
Maire
Mandat
Emilio Gutiérrez Fernández (PP)
2011- ...
Code postal 24.001 à 24.010
Distance de Madrid 330 km
Démographie
Gentilé Leonés/esa
Population 135 119 hab. (2008)
Densité 3 462 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 36′ 00″ N 5° 35′ 00″ O / 42.6, -5.58333342° 36′ 00″ Nord 5° 35′ 00″ Ouest / 42.6, -5.583333  
Altitude 838 m
Superficie 3 903 ha = 39,03 km2
Rivière(s) Le Bernesga et le Torío
Divers
Saint patron San Marcelo et la Virgen del Camino.
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Castille-et-León

Voir sur la carte administrative de Castille-et-León
City locator 14.svg
León

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
León

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
León
Liens
Site web www.aytoleon.es

León (en léonais Llión) est une ville espagnole de la comarque de Tierra de León. C'est la capitale de la province de León, dans la communauté autonome de Castille-et-León.

La graphie espagnole (sans accent aigu sur le « e » et avec un accent tonique sur le « o ») est attestée, en français, dans le Grand Larousse encyclopédique depuis les années 1960, sans doute pour éviter la confusion avec Léon (prénom, terroir breton, etc.). Le nom de la ville se rattacherait à sa fondation par la Legio VII Gemina.

Le Camino francés du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle passe par cette ville. Le Camino real y aboutit également.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville dériverait du terme latin legio et ferait donc référence à la légion romaine VI dite Victrix qui s'était installée à son actuel emplacement suite à la conquête romaine. Cette thèse, est communément acceptée, pour preuve le gentilé legionense couramment donné aux habitants de la ville. L'évolution de Legio à Llión s'explique facilement parce qu'en latin classique, les lettres g et i se prononcent « gui »[2], en évoluant par les formes historique de Leio ou Leionem.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Version de l'écu de la ville de León.

Les armoiries du León sont composées par un Écu d'argent sur lequel figure un lion rampant dit pourpre, plus exactement rouge, armé de Gueules et couronné d'or.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La ville de León est située approximativement au centre géographique de sa province.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

138 006 habitants en 2007 (64 391 hommes et 73 615 femmes)

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est méditerranéen continental, tandis que les étés sont adoucis par la proximité des monts Cantabriques.

Les températures sont plus fraîches, avec une moyenne annuelle de 10,9 ° C, des hivers froids (0°C - 4°C) et un gel très fréquent (74 jours de gel par an en moyenne). La neige tombe en moyenne 16 jours an, mais les fortes chutes sont rares. L'été est chaud, toutefois adouci par l'altitude de la ville (températures maximales d'environ 27°C).

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

La ville de León est divisée en différents quartiers :

  • Área 17
  • Armunia
  • Arturo Eyríes
  • Casco Antiguo
  • Cruce de Armunia
  • El Crucero
  • El Ejido
  • Ensanche
  • Eras de Renueva
  • La Asunción
  • La Chantría
  • La Inmaculada
  • La Lastra
  • La Palomera
  • La Sal
  • La Torre
  • La Vega
  • La Victoria
  • Las Ventas
  • Obra Sindical del Hogar
  • Oteruelo de la Valdocina
  • Paraíso-Cantinas
  • Patronato viviendas militares
  • Pinilla
  • Puente Castro
  • San Esteban
  • San Lorenzo
  • San Mamés
  • San Martín
  • San Pedro
  • Santa Ana
  • Santa Marina
  • Santa Olaja
  • Trobajo del Cerecedo

Histoire[modifier | modifier le code]

Canalisation découverte dans la zone extérieure du campement de la Legio VII Gemina.

La ville fut fondée en l'an 68 de l'ère chrétienne. Son nom vient du latin legio en relation avec la legio VII Gemina, légion romaine qui prit place dans l'actuel emprise de la ville afin d'assurer le contrôle et la sécurité du transport de l'or extrait de la province, spécialement à Las Médulas.

Un des centurions, San Marcelo, devait être martyrisé au IIIe siècle avec sa femme et ses fils.

León fut prise ensuite par les Wisigoths.

Elle fut conquise par les musulmans en 712. Désertée suite à l'invasion musulmane en 717, la ville garda néanmoins le nom de Legionis, qui donna León.

Vers 846, un groupe de mozárabes (chrétiens alors sous domination musulmane) tenta de reconquérir la ville, mais une attaque musulmane mit fin à cette initiative.

En 856, sous le règne d'Ordoño Ier d'Oviedo, une tentative de reconquête eut lieu, avec succès cette fois, et, plus tard, le roi Ordoño II en fit la capitale du royaume asturléonais en 914.

Au Xe siècle, sous le règne d'Alphonse III le Grand, avec l'expansion du territoire, le roi asturien et ses descendants bâtirent les murailles sur les ruines de fortifications romaines. León devint un royaume chrétien indépendant vers 910, lorsque les Asturies furent partagées entre les trois fils d'Alphonse III, après l'abdication de ce dernier.

Pillée par Almanzor vers 987, elle fut reconstruite et repeuplée par Alphonse V de León qui lui accorda la prérogative de 1017, ce qui permit, joint au courant de personnes, de cultures, d'arts et d'idées apporté par le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, la croissance et la divertification de la vie économique de la ville. De ce fait, des quartiers artisanaux et commerçants apparurent, dès le XIIIe siècle, et prirent part au gouvernement municipal.

Un document royal du XIe siècle cite la juderia de Puente Castro. L’aljamia, la communauté juive se trouvait en effet sur le coteau voisin. Elle fut supprimée au XIIe siècle.

Durant le bas Moyen Âge, la ville dut sa période de prospérité à l'élevage.

Au XVIe siècle débuta son déclin démographique et économique qui perdurera jusqu'au XIXe siècle.

En juillet 1936, elle rallia le soulèvement nationaliste contre la république.

Patrimoine et culture[modifier | modifier le code]

Le Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

León se trouve sur le Camino frances ; les pèlerins devaient honorer « le bienheureux Isidore, évêque, confesseur et docteur. ». C'était aussi une ville étape, ils trouvaient au monastère de San Marcos le gîte et le couvert.

Dans le Guide du Pèlerin d’Aymeri Picaud mentionne :

  • au CHAPITRE II, Les Étapes de Chemin de Saint-Jacques. [… … …] la huitième va de Sahagun à la ville de León, […]
  • au CHAPITRE III, Noms des Villes et Bourgs sur le Chemin de Saint-Jacques. […], la ville de León, résidence du roi et des cours, pleine de toutes sortes de félicités. […]
  • au CHAPITRE VI, Fleuves bons et mauvais que l’on rencontre sur le chemin de Saint-Jacques. Quant aux fleuves dont les eaux sont douces et saines à boire, voici comment on les appelle communément : […], le Torio qui coule à León au-dessous du camp des Juifs, le Bernesgua qui passe auprès de la même ville, de l'autre côté, c'est-à-dire vers Astorga ; […]
  • au CHAPITRE VIII, Corps saints qui reposent sur la route de Saint-Jacques et que les pèlerins doivent visiter. […] De là, il faut aller voir à Leòn le corps vénérable du bienheureux Isidore, évêque, confesseur et docteur, qui institua pour les clercs ecclésiastiques une très pieuse règle, imprégna de sa doctrine tout le peuple espagnol et honora la sainte Église tout entière par ses ouvrages féconds. […]

Monuments et sites remarquables[modifier | modifier le code]

Palais des Guzmanes et début de la Calle Ancha
Cathédrale de León,

Cette cathédrale de style gothique a été déclarée d’intérêt culturel en 1844. Elle fut bâtie sur les restes d’un palais qui fut lui-même construit à partir de bains thermiques romains du 2e siècle. La cathédrale est sans aucun doute surtout reconnue pour ses vitraux dont la majorité sont encore les originaux et datent du 13e-15e siècle.


Basilique de San Isidoro,

La basilique, construite sur le site d’un ancien temple romain, est surtout reconnue pour les tombes des rois de León, et ses peintures romanes. La tombe de Saint-Isidore attire aussi plusieurs visiteurs.


Hostal San Marcos de León

Anciennement un couvent, cet hôtel luxueux possède également une église et un musée. Avec sa façade plateresca hautement ornementée, il constitue l’un des monuments les plus importants de la renaissance en Espagne.


Casa Botines

De style néogothique, c'est une des rares œuvres de l'architecte Antoni Gaudí hors de Catalogne.


Palais des Guzmanes

Palais dessiné par l'architecte Rodrigo Gil de Hontañón. Il comporte une imposante cour intérieure de style plateresco. La structure antique conserve une grande partie de sa muraille médiévale et quelques vestiges de la première muraille romaine.


Quartier humide (Barrio Húmedo)

L’endroit où l’on fête et boit dans la ville.

Les murs ont été bâtis au premier siècle avant J-C, puis agrandis au 3e et 4e siècle après J-C.

Plaza del grano

(place aux grains).

MUSAC

Musée d’art contemporain qui a ouvert ses portes en 2005 fut conçu par l’architecte Mansilla+Tuñón et reçu le prix de l’union européenne de l’architecture contemporaine.

Musée de León

Contient des outils et objets d’art datant du temps de Romains jusqu’à nos jours.

Musée Sierra-Pambley

Une maison du siècle des Lumières.


Les processions de la Semaine Sainte[modifier | modifier le code]

Parmi toutes les manifestations folkloriques de León se remarque la semaine sainte, classée d'intérêt touristique international, durant laquelle de nombreuses processions parcourent le centre de la ville.

La rencontre de la Vierge et de St Jean
Le paso du mont des oliviers
Papones portant le paso

Contrairement à beaucoup d'autres villes, les pasos (chars) des processions sont portés à dos d'hommes (ou de femmes) à travers toute la ville, ce qui permet de faire danser les chars en rythme avec la musique (bailar el paso : danser le pas). Certains porteurs marchent pieds nus malgré le froid. L'exercice est épuisant, les plus gros pasos pesant plus d'une tonne. Les papones (pénitents dans le jargon léonais) doivent s'arrêter régulièrement pour reprendre leur souffle.

L'une des plus renommées est laProcession de la Rencontre, qui permet la rencontre de trois Pasos représentant saint Jean, la Vierge Marie et le Christ sur la plaza mayor (place de l'ancienne mairie). Une dizaine d'autres chars entourent les trois chars principaux.

Pendant que le paso de la vierge danse, le paso de Saint Jean s'incline. Les papones se mettent brièvement à genoux avant de se relever. C'est un passage délicat : le paso de Saint Jean est le plus lourd de tous (1500 kg), et les porteurs ont commencé la procession 4 à 5 heures plus tôt.

Certains pasos sont de véritables œuvres d'art, vieilles parfois de plusieurs siècles. Elles sont la propriété des confréries (hermandad) de la ville, qui les entretiennent, les décorent et les portent.

La procession païenne[modifier | modifier le code]

Associé à la semaine sainte, le jour du jeudi saint se produit la procession païenne de l'enterrement de Genarín, commémorant la mort d'un pauvre écrasé par le premier camion-benne à ordures de la ville de León. Cette procession consiste en un croisement dans lequel les prières sont remplacées par l'ingestion d'orujo (un alcool élaboré à partir de la peau des raisins).

La procession s'achève devant les murailles de León, en face du pont où est supposé s'être produit l'accident, avec le dépôt d'un fromage et d'une bouteille d'orujo.

Autres fêtes locales[modifier | modifier le code]

Hôtellerie[modifier | modifier le code]

L'hôtel San Marcos est un Parador 5 étoiles GL (Grand Luxe). Le bâtiment, classé monument historique, a été un hôpital, un monastère et une prison.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le restaurant Vivaldi est le premier restaurant de la ville à recevoir une étoile Michelin en 2003.

Personnalités célèbres en lien avec la ville[modifier | modifier le code]

León au cinéma[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Aéroport[modifier | modifier le code]

L’aéroport León (IATA : LEN) est situé à 6km du centre de la ville, dans la ville voisine de La Virgen Del Camino/Valvarde de la Virgen. En plus d’offrir plusieurs vols domestiques à travers le pays, il possède également une ligne directe avec Paris, France. Durant la saison estivale, le nombre de connections augmente.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un important club de handball, le CB Ademar León.

Arrivées du Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Mairie de León.
  2. La Crónica 16 de León, ed (1997). Historia de León, Prehistoria-Edad Antigua-Edad Media I, pag. 193. 84-920557-7-4.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Étape précédente
(7 km à pied)
Valdelafuente
(Valdefresno)
par l'Alto del Portillo (880 m)
et le Puente Castro sur le río Torío
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
08 Coquille.jpg
(311 km jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle)
Camino francés
Informations municipales et touristiques Toilettes publiques Hébergement avec accueil Restaurants Bars, Snacks, Petits-déjeuners Pharmacie Eglise(s)
Gare ferroviaire Autocars Taxis et transport de bagages Bureau de Poste Commerces Bureau de Police Banques et distributeurs de billets Bureau de Change
Étape suivante
(4,8 km à pied)
Trobajo del Camino
(San Andrés del Rabanedo)
par le Barrio de Pinilla