Huelva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Huelva
Blason de Huelva
Héraldique
Drapeau de Huelva
Drapeau
Huelva : la Cathédrale
Huelva : la Cathédrale
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Andalousie Andalousie
Province Province de Huelva Province de Huelva
Comarque Comarca Metropolitana de Huelva
District judic. Huelva (Municipio)
Maire
Mandat
Pedro Rodríguez González (PP)
2011-2015
Code postal 21.001 à 21.007 et 21.070, 21.071, 21.080
Distance de Madrid 618 km
Démographie
Gentilé Onubense
Population 149 310 hab. (2010)
Densité 987 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 15′ 00″ N 6° 57′ 00″ O / 37.25, -6.95 ()37° 15′ 00″ Nord 6° 57′ 00″ Ouest / 37.25, -6.95 ()  
Altitude 54 m
Superficie 15 133 ha = 151,33 km2
Rivière(s) Le Río Tinto et l'Odiel
Bordée par l'océan Atlantique
Divers
Saint patron Saint Sébastien (20 janvier)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Huelva

Voir sur la carte administrative de Huelva
City locator 14.svg
Huelva

Géolocalisation sur la carte : Andalousie

Voir sur la carte administrative d'Andalousie
City locator 14.svg
Huelva

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Huelva

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Huelva
Liens
Site web http://www.huelva.es/

Huelva est une ville située à l'extrême sud-ouest de l'Espagne, dans la communauté autonome d'Andalousie. Elle est la capitale d'une province qui porte son nom. À l'est, à 90 kilomètres, se trouve la ville de Séville, à l'ouest, à 50 kilomètres, la frontière du Portugal, au sud, l'océan Atlantique. En tant que capitale de province, Huelva accueille les principales structures de service public de niveau régional et national.

C'est depuis un village très proche, Palos de la Frontera, que Christophe Colomb s'embarqua lors de son premier voyage pour ce qu'il pensait être les Indes. La ville entretient de par cette implication dans la découverte des Amériques une grande sympathie pour ce continent.

Huelva fut un point de rencontre de différentes cultures et civilisations. En 2006 on y découvre des vestiges datant de 2 500 à 3 000 ans av.J.-C, antérieurs aux vestiges tartessiens, les plus anciens connus jusqu'ici. Les historiens s'accordent pour dater vers 1 000 ans av.J.-C. la création par les phéniciens du noyau urbain, avec le nom de Onoba, à proximité d'une enclave tartessiene. Ceci en fait la zone de peuplement la plus continue de la péninsule.

La ville possède de nos jours un important pôle industriel : industries chimiques, raffineries de pétrole, métallurgie du cuivre, transformation de la cellulose et centrales thermiques. Bien que cela ait permis le développement économique certains dénoncent la dégradation du milieu environnemental du fait de cette concentration. Le secteur tertiaire et la pêche industrielle sont également considérables. Elle exploite sa situation au bord de l'océan Atlantique, dans le golfe de Cadiz, par une flotte de pêche et une des plus grandes flottes de bateaux réfrigérants du pays.

Monument à Colomb, Huelva (Espagne) offert par la Columbus Memorial Fund des États-Unis au peuple espagnol, en 1924. Auteur: Gertrude V. Whitney

Toponymie[modifier | modifier le code]

Quartier anglais (Quartier Reine Victoria).

Le noyau urbain change plusieurs fois de nom au long de son histoire. Il est ainsi fréquent de se référer à la cité sous son nom phénicien : Ὄνοβα (Onoba ou Onuba), venant de Onos Baal, c'est-à-dire Forteresse de Baal, dieu du soleil et du feu. Ce toponyme est utilisé par différentes entreprises et institutions de la ville au XX siècle et il a servi pour définir le gentilé des citadins et des habitants de la région : onubenses. Antérieurement d'autres noms apparaissent tels que Olba et Erbi selon Schulten[1].

La ville prend un nouveau nom avec l'arrivée des arabes dans la zone et quoique différents toponymes ont été étudiés tel que Gaelbah ou Umba, Welba est le plus consensuel. La présence chrétienne postérieure latinise lentement ce nom en celui actuel : Huelva.

Géographie[modifier | modifier le code]

Emplacement[modifier | modifier le code]

Huelva est située à la confluence de deux cours d'eau, le río Tinto et le río Odiel, dans la zone dite tierra llana - terre plate - appartenant au bassin du Guadiana. Elle est séparée de quelques kilomètres de l'océan Atlantique par un aber, la ría de Huelva, et de petites îles.

Relief[modifier | modifier le code]

Des marais, l'aber, quelques îles (Saltés, de Enmedio, Bacuta, del Burro...) délimitent la ville au sud et constituent, aux portes du noyau urbain, un paysage naturel surprenant. Des monticules, dénommés localement cabezos forment à 54 mètres les formations géologiques les plus élevées. Des terrains plats entourent ces cabezos, et sont encore parfois occupés par une végétation de type méditerranéen.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat Huelva

Le climat est de type méditerranéen, avec une influence atlantique. Son régime de température est de type maritime. La température moyenne annuelle est de 18,2 °C, une des plus élevées d'Europe. L'ensoleillement est de 2 984 heures par an.

Juillet est le mois le plus chaud, la température a dépassé les 40 °C en plusieurs occasions. Février est le mois le plus froid avec des minimales généralement de 7 °C et des maximales de 17 °C.

Relevé météorologique de Huelva
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 6,6 7,7 9 10,7 13,4 16,6 19,2 19,3 17,7 14,2 10,4 8,1 12,7
Température maximale moyenne (°C) 16,3 17,6 20,3 21,4 24,1 27,8 31,6 31,8 29,3 24,7 20,2 17 23,5
Précipitations (mm) 73 43 36 46 30 9 3 4 21 56 74 95 490
Nombre de jours avec précipitations 7 6 5 6 4 1 0 0 2 5 6 8
Source : Le climat à Huelva (en °C et mm, moyennes mensuelles) [1]


Démographie[modifier | modifier le code]

La Punta del Sebo des décennies avant l'implantation du pôle économique.

Huelva compte 149 310 habitantes (INE 2010). La ville connut une explosion démographique lors de l'exploitation des mines de la province au XIXe siècle, puis lors de la construction du pôle industriel dans les années 1960. En 1787 la ville comptait 5 377 habitants et soixante-dix ans plus tard, en 1857, 8 519. À partir de 1887 la croissance démographique accélère, la population atteint 18 195 personnes. Dès lors cette augmentation reste significative, de 21 359 le premier an du XXe siècle, elle atteint 56 427 habitants quarante ans plus tard. En 1960 il existe 74 384 onubenses et dix ans après, avec le pôle industriel alors en fonctionnement, ils sont 96 689 pour arriver à 144 479 en 1991.

Quelques étapes historiques.[modifier | modifier le code]

  • VIIIe siècle av. J.-C. : de nombreux vestiges témoignent d'une civilisation de type « tartessien » (voir Tartessos) qui prospère grâce au commerce de minerai avec les Phéniciens et au VIIe siècle av. J.-C. avec les Grecs.
  • 713 : conquête musulmane, la ville est nommée Welba, ce qui est proche phonétiquement de « Huelva ».
  • 1262 : conquête au détriment des Musulmans.
  • 3 août 1492 : départ de Christophe Colomb depuis le port de Palos de la Frontera.
  • 1873 : l'exploitation des mines du Riotinto, acquise par une compagnie anglaise, déclenche un fort développement de la ville grâce à la construction de voies ferrées, l'affluence de nombreux ouvriers et familles anglaises.

Sports[modifier | modifier le code]

Une des premières photographies connues du Recreativo (1906) représente la sélection de la première équipe andalouse qui participa à une coupe d'Espagne.

Différents sports, presque inconnus alors en Espagne, furent importés dans la ville avec la présence allemande et surtout anglo-saxonne à la fin du XIXe siècle et début XXe siècle.

Des jeux comme le football, le tennis et aussi le cricket étaient pratiqués tant par les populations étrangères des entreprises minières et portuaires comme par les citadins d'origines[2].

En 1889 apparait le dénommé Huelva Recreation Club pour la pratique de divers sport, en particulier le football. Actuellement les clubs professionnels et amateurs sont diversifiés et participent au niveau local et national dans de nombreux sports. L'entreprise Municipal Huelva Deporte entretient les installations sportives.

Football[modifier | modifier le code]

Le principal club de la ville est le Real Club Recreativo de Huelva. Fondé en 1889, il est connu comme le plus vieux club de football espagnol, surnommé du diminutif Recre. Il accède pour la troisième fois de son histoire à la première division lors de la saison 2005/2006 en tant que champion de la division d'argent du football espagnol. Son stade est le Nuevo Colombino.

Le Sporting Club de Huelva est une équipe féminine de football qui participe à la Superliga de España. Certains quartiers de la ville possèdent des clubs amateurs ou semi-professionnels (La Orden, Santa Marta ...)

Autres sports et manifestations sportives[modifier | modifier le code]

La tradition sportive de la ville apparaît clairement par l'existence de nombreux clubs tel que le Club Baloncesto Ciudad de Huelva SAD pour le basketball, le Real Club Recreativo de Tenis de Huelva (le plus vieux club de tennis d'Espagne, fondé en 1890), le Real Club Marítimo de Huelva pour la voile, le Club Rugby Tartessos Huelva, le Aguas de Huelva de Voley, le Club Rítmico Colombino de gimnasia rítmica pour la gymnastique rythmique, le Club Esgrima Huelva pour l'escrime, le Huelva Sailors de Fútbol Americano le football américain, le IES La Orden Club de bádminton pour le badminton et qui participe au plus haut niveau national, et le Club Deportivo Masterhuelva, troisième meilleur club de natation andalou.

Pour les manifestations sportives organisées par la ville on trouve le Trophée Colombien de football, le Meeting Ibero-américain d'athlétisme qui se dispute annuellement depuis l'organisation dans la ville du XI championnat Ibero-américain d'athlétisme et la Coupe de Tennis de sa majesté le Roi.

Personnages illustres[modifier | modifier le code]

Artistes[modifier | modifier le code]

  • Daniel Vázquez Díaz de Nerva (1882-1969). Peintre de renommée internationale, trouva dans le cubisme son mode d'expression idéal. Quelques-unes de ses œuvres sont exposées au musée « Vázquez Díaz » de « Nerva ». Ses œuvres les plus connues sont des portraits d'artistes et intellectuels du XXe siècle ainsi que des fresques peintes au monastère de La Rábida en 1930.
  • Antonio León Ortega, Ayamonte (Huelva) (1907-1991). Sculpteur qui est formé à Madrid et il crée un style propre dans l'imagerie andalouse dans la deuxième moitié du XXe siècle.
  • Gertrude Vanderbilt Whitney, femme sculpteur américain, auteur du « monument à la foi en la découverte », c'est-à-dire la statue de Christophe Colomb. Elle fut nommée « fille adoptive » de la ville.
  • Juan Ramón Jiménez, de Moguer (1881-1958). Poète et Prix Nobel de Littérature en 1956.
  • Chanteurs flamenco : Arcángel, Los hermanos Toronjo, Paco Isidro, Los marismeños, Perlita de Huelva, Rocío Màrquez

Guitariste Flamenco : El niño Miguel, Jose luis Rodriguez, Juan Carlos Romero, Rafael Riqueni

Personnages historiques[modifier | modifier le code]

  • Antonio Jacobo del Barco, Ecclésiastique et scientifique du XVIII siècle, il décrivit le tremblement de terre de Lisbonne.
  • Al-Bakrī (أبوعبيد عبد الله البكري), géographe, botaniste et historien hispano-arabe. Il naquit à Huelva, fils du gouverneur de la province. Al-Bakri passa toute sa vie en Al-Andalus dans les villes de Cordoue, Almérie et Séville et ne visita jamais les lieux sur lesquels il écrivit.
  • Guillermo Sundheim, entrepreneur allemand à l'origine de l'installation de la société « Rio Tinto Company Limited » dans la province de Huelva accélerant ainsi le développement économique de la ville. Il est aussi à l'origine de la création du club de football le « Recreativo de Huelva ».

Jumelages[modifier | modifier le code]

Huelva participe activement au jumelage de cités qui favorisent les échanges culturels, amicaux et humains entre différentes régions du monde. Elle est jumelée aux cités suivantes :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Schulten, Adolf. Tartessos. Contribución a la historia más antigua de Occidente. Edition Almuzara. ISBN 84-88586-66-3
  2. Historia del Fútbol en Huelva y su provincia D. José González Pérez (edition 1929). Archive Municipal de Huelva)