Carlos Edmundo de Ory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Carlos Edmundo de Ory

Activités Poète
Naissance 27 avril 1923
Cadix, Drapeau de l'Espagne Espagne
Décès 11 novembre 2010 (à 87 ans)
Thézy-Glimont, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Castillan, français
Genres Poésie

Carlos Edmundo de Ory, né le 27 avril 1923 à Cadix (Espagne) et mort le 11 novembre 2010 (à 87 ans) à Thézy-Glimont près d'Amiens (France)[1], est un poète, essayiste et traducteur espagnol, fils du poète moderniste Eduardo de Ory (es).

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est après avoir quitté sa ville natale de Cádiz pour Madrid en 1942 qu'il crée son œuvre la plus personnelle. Il fonde alors, avec Eduardo Briones Chicharro et Silvano Sernesi, le « Postisme ». Une sélection de poèmes de cette période paraît en 1945 avec le titre Versos de pronto.

En 1951, une nouvelle étape de sa poésie avec la publication du manifeste introréaliste. Il préconisa la création d'un art manifestant la réalité intérieure de l'homme, exprimée dans un langage qui émerge de l'invention mystérieuse d'états de la conscience. En 1955, il s'installe en France. En 1957 naît sa fille unique Solveig de Ory. En 1968 il crée l'APO (Atelier de Poésie Ouverte à la Maison de la Culture d'Amiens). Et c'est ainsi qu'a commencé la troisième phase, dans laquelle l'œuvre poétique est conçue comme création collective. Il a également écrit plusieurs livres de nouvelles en prose, réunies en 2001 sous le nom Contes sans fées (Cuentos sin hadas) et la nouvelle Mephiboseph en Onou.

Comme il l'a dit après la publication de son anthologie Música de lobo (2003), son travail a deux thèmes principaux :

« La seule chose qui me fascine, c'est l'amour et la douleur. En tant qu'homme, je dois dire que tout se résume à ceci, à l'amour des êtres humains, à la nature, la musique, la poésie ; et dans la douleur de la vision révélée par les vers d'Alfonsina Storni : « Foule de couleur / millions de circoncis / maisons de cinquante étages / et la douleur, la douleur, la douleur... » Parce que les années passent et quand on arrive à mon âge, on porte le grand poids d'un abécédaire de plus en plus vaste de morts très chers. »

À noter qu'Ory a attribué par erreur la citation à Alfonsina Storni : c'est en effet un poème de Rubén Darío reflétant leurs impressions de la ville de New York, où l'on pouvait lire : « Maisons de cinquante étages, la couleur de la servitude, des millions de circoncis, des machines, des journaux, des publicités et de la douleur, la douleur, la douleur ! »

En 2006 il reçoit le titre honorifique de « Fils préféré de l'Andalousie », décerné par le gouvernement d'Andalousie.

Le 6 novembre 2007 il laisse un message dans un coffre de la Caisse des Lettres de l'Institut Cervantes à Madrid qui ne sera ouvert qu'en 2022.

Il meurt de leucémie à Thézy-Glimont, où il résidait, le 11 novembre 2010 à l'âge de 87 ans[2]. Ses archives ont fait l'objet d'une donation de la part de son épouse Laure Lachéroy de Ory à la ville de Cadix, dans une fondation[3] qui porte son nom. Elles sont composées de 8 394 livres et revues, 235 œuvres d'art et divers effets personnels : des affiches et des dessins aux collections d'art africain en passant par des livres hérités de son père[4],[5].

Œuvre[modifier | modifier le code]

En espagnol[modifier | modifier le code]

  • Los sonetos, 1963
  • Aerolitos, 1965
  • Esa joya absoluta que es Poesía, 1945-1969
  • Música de Lobo, 1970
  • Técnica y llanto, 1971
  • Lee sin temor, 1976
  • La flauta prohibida, 1979
  • Metanoia, 1978
  • Energeia, 1978
  • Soneto vivo, 1988
  • Melos melancolía, 1999
  • Las patitas de la sombra, 2000

En français[modifier | modifier le code]

Textes parus dans la revue Réalités Secrètes[6], « Cahiers de Littérature » / « Cahiers trimestriels » dirigés par Marcel Béalu et René Rougerie.

  • L’attente, n° 3, novembre 1956.
  • Récits, n° 4, juin 1957.
  • Les trois clefs, n° 8-9, septembre 1960.
  • Aphorismes, n° 11, 1961.
  • Aérolithes, n° 14, juin 1962.
  • Le fou absolu, n° 17, octobre 1963.
  • Semblables, n° 22, mars 1965.
  • La parabole du sac, n° 26, avril 1966.
  • Aérolithes 2, n° 28-29, décembre 1966.

Œuvres traduites[modifier | modifier le code]

Extraits:
Les oiseaux sont des pensées parfaites.
L'imagination, cette éponge de l'infini.

  • Son poème le plus célèbre, Fonemoramas, écrit en 1969, texte français de Denise de Ory :

Si canto soy un cantueso.
Si leo soy un león.
Si amo soy un amasijo.
Si emano soy una mano.
Si río soy un río de risa.
Si lucho soy un serrucho.
Si fumo me fumo hasta el humo.
Si me hundo me Carlos Edmundo.

— Carlos Edmundo de Ory

« Si je chante je suis une plante.

Si je lis je suis au lit.
Si j'aime je suis bohème.
Si j'émane je suis en panne.
Si je ris je suis frit.
Si je lutte je suis une flute.
Si je fume je me consume.

Si je me confonds je me Charles Edmond. »
  • Poésie espagnole contemporaine : Tome 2, édition bilingue français-espagnol [7]
  • Federico Garcia Lorca par Carlos Edmundo de Ory, Éditions Universitaires[8]

Mise en musique[modifier | modifier le code]

Poèmes de Carlos Edmundo de Ory chantés par Luis Eduardo Aute et Fernando Polavieja : El desenterrador de vivos[9]

Fondation Ory à Cadix[modifier | modifier le code]

L'ensemble de l'œuvre de Carlos Edmundo de Ory ainsi que la totalité de sa bibliothèque, de ses manuscrits et objets d'art constituant son legs à sa ville natale est conservée à la Fondation Ory à Cadix[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Manuel de la Fuente, « Muere Carlos Edmundo de Ory, genio secreto e insobornable de nuestra poesía », sur abc.es,‎ 2010 (consulté le 12 mars 2014)
  2. (es) Javier Rodríguez Marcos, « Muere el poeta Carlos Edmundo de Ory », sur elpais.com,‎ 2010 (consulté le 12 mars 2014)
  3. (es) Fondation Ory
  4. a et b (es) José A. López, T. Almendros, María E. Selva, F. Melero, A. Rivera y F.J. Franco, « La herencia de los genios », sur diariodejerez.es,‎ 2014 (consulté le 12 mars 2014)
  5. a et b (es) Ana María Fopiani, « La herencia artística de Carlos Edmundo de Ory, en Cádiz », sur elmundo.es,‎ 2011 (consulté le 12 mars 2014)
  6. « Réalités Secrètes (1955-1971 / 1993) », sur revues-litteraires.com,‎ 2010 (consulté le 12 mars 2014)
  7. Éditeur : Le Taillis Pré - Édition bilingue (1 mai 2006) (ISBN 978-2-87450-004-6)
  8. Éditions Universitaires - Collection : Classiques Du XXÈme Siècle, 1967
  9. Galaxia Gutenberg, 2007 (ISBN 9788481096491)

Liens externes[modifier | modifier le code]