Béni Abbès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beni et Abbes.
Béni Abbès
Image illustrative de l'article Béni Abbès
Blason de Béni Abbès
Noms
Nom algérien بني عباس
Nom amazigh ⴰⵢⵜ ⴰⴱⴱⴰⵙ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Saoura
Wilaya Béchar
Daïra Béni Abbès
Président de l'APC Kebir Nadjib
2012 - 2017
Code postal 08300
Code ONS 0807
Démographie
Gentilé Abbabsi(a) ou abbassi(a)
Population 11 416 hab.
Densité 1,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 30° 05′ N 2° 06′ O / 30.08, -2.130° 05′ Nord 2° 06′ Ouest / 30.08, -2.1  
Altitude Min. 459 m – Max. 499 m
Superficie 10 040 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Béchar.
Localisation de la commune dans la wilaya de Béchar.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Béni Abbès

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Béni Abbès

Béni Abbès est une commune de la wilaya de Béchar, situé 250 km au sud-ouest de Béchar et à 1 200 km au sud-ouest d'Alger.

Pôle touristique aux portes du Grand Erg Occidental, la ville est également surnommée la Perle de la Saoura ou l'Oasis blanche.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Béni Abbès est situé au centre de la wilaya de Béchar.

Communes limitrophes de Béni Abbès
Igli Igli, Taghit Tamtert
Tabelbala Béni Abbès Tamtert
Tabelbala Kerzaz Tamtert

Relief[modifier | modifier le code]

Béni Abbès est bâtie sur une colline rocheuse sur la rive gauche de l'oued Saoura. La ville est bordée au nord, à l'est et à l'ouest par le Grand Erg Occidental et au sud et au sud-ouest par la vallée de la Saoura[1]. À 50 km au sud, se trouvent les chaînes d'Ougarta (à côté de l'oasis d'Ougarta)[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Béni Abbès bénéficie d'un climat désertique chaud (classification de Köppen BWh) typique du Sahara avec des étés très longs et extrêmement chauds et des hivers courts et très doux. Le climat y est largement hyper-aride et extrêmement sec toute l'année puisque les précipitation annuelles moyennes sont environ de 36 mm. La sécheresse y est encore plus accentuée durant l'été, où l'on enregistre 0 mm de précipitations entre juin et août. A des occasions exceptionnelles, des orages violents peuvent se produire à cause de masses d'air plus frais venant du nord qui rencontrent les masses d'air brûlant venues directement du désert surchauffé pendant la journée. En été, la chaleur est extrême et prend un caractère persistant : les températures moyennes maximales sont supérieures à 44 °C en juillet (le mois le plus chaud) mais tournent plutôt autour de 45 °C entre juin et septembre. Les températures sont agréables et modérément élevées en hiver mais seulement la journée car dans les étendues désertiques, il n'y a rien pour retenir la chaleur et les températures minimales moyennes avoisinent 4 °C. Le ciel est dégagé et clair toute l'année et les journées couvertes restent très rares, si existantes. La température moyenne journalière annuelle avoisine 24,3 °C à Béni Abbès.

Données climatiques à Béni Abbès.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 4,3 7,6 11,3 15 20 24,6 27,9 27,6 23,5 18,8 10,4 5,2 16,35
Température moyenne (°C) 11 14,4 19,3 24 28,6 33 36 35,7 32,1 27,2 18,5 12 24,3
Température maximale moyenne (°C) 17,7 21,2 27,3 33 37,1 41,4 44,1 43,7 40,6 35,5 26,6 18,8 32,25
Précipitations (mm) 3,1 1,9 1,6 2,4 2,3 0,4 0,5 1,1 1,9 8,6 6,7 6,1 36,6
Source : The Weatherbase, statistiques[3].


Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vue sur l'Oued Saoura avec le quartier du Safat et la palmeraie.

La question de l’approvisionnement en eau a toujours joué un rôle capital car l’eau disponible a toujours été de quantité insuffisante et provient en totalité de la source de Ain Sidi Othman (débit estimé d’environ 24 l/s), appartenant à la population autochtone en vertu des contrats coutumiers. Selon l’historique de la ville, l’eau de la source était répartie sur 40 parts héritées à ce jour[1].

Un contrat d’accord verbal entre la population et les autorités françaises pendant l’époque coloniale permit le transfert d’une petite quantité d’eau auparavant utilisée dans l’agriculture à l’utilisation urbaine (l’école, l’infirmerie…)[Note 1], bientôt ce taux va se multiplier, surtout après l’indépendance à la suite de l’exode rural et la crise démographique de la ville. La baisse continue de la quantité d’eau réservée à l’agriculture pousse les agriculteurs de la palmeraie à porter plainte auprès des autorités locales afin de recouvrer leurs droits et ce depuis le début des années 1960.

Pour résoudre ce problème, la municipalité prit l’initiative de creuser des puits pour répondre aux besoins d’approvisionnement en eau potable de la ville, chose non concrétisée. Après cet échec, il a été décidé d’attribuer l’un des puits (riches en chlore) à l’irrigation.

Un projet de gestion intégrée des ressources en eau a été lancé à Béni Abbès en coordination avec les Allemands (GTZ)[4] afin de fournir l’eau potable 24 heures sur 24, construction d’un réseau d’assainissement et une station d’épuration des eaux usées.

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

Lors du découpage administratif de 1984, la commune de Béni Abbès est constituée des localités suivantes[5] : Béni Abbès, Zeghamra et Lougarta.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune de Béni Abbès est traversée par la route nationale 6 (RN 6), dite « route des Oasis », qui relie la ville de Sig, située au nord-ouest de l'Algérie, à la ville de Timiaouine, située à l’extrême sud de l'Algérie à la frontière avec le Mali, via Béchar et Adrar.

La gare routière couvre la totalité des besoins de déplacement des habitants avec des lignes locales vers Bechar, Igli, El ouata, Kerzaz et Oulad khodeir, et une ligne extra wilaya vers Adrar.

L'ouverture d'une nouvelle route reliant Béni Abbès à El Ouata. Ce projet a coûté la somme de 30 033 900 DA[6], soit approximativement 300 000 euros.

Béni Abbès dispose aussi d'un aérodrome datant de l'époque coloniale.

La réalisation d'une voie ferrée entre Béni Abbès et Bechar est en cours d'étude[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Béni Abbès en arabe est Bani Abbàs (بني عباس), « Les enfants d'Abbàs ». C. Rames explique que l'origine de l'appellation vient du nom des premiers occupants de la ville : « Quarante ans après la mort de Sidi Othman, dans la lointaine Seguiet El Harnra (Sahara-Occidental), un certain El Mahdi Ben Youssef, de la tribu des Béni Abbès »[8].

En 1662, El ayachi écrit dans son manuscrit Arrihla al ayachia : « Puis nous sommes entrés dans les villages de Bani al abbàs... »[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Gravures du Sud-oranais (Algérie)

Le territoire de Béni Abbès était habité durant la préhistoire[10] comme l'attestent les gravures rupestres de la région de Marhouma[11],[12].

Les gravures rupestres de la région remontent au néolithique. Moins célèbres que les peintures rupestres du Tassili, elles font cependant l'objet d'études dès 1863.

Le panneau idéologique de Marhouma est une scène d'une complexité remarquable :

« Un orant portant sur la tête un disque barré et relié à un mammifère, entouré d'un animal blessé surmonté par un jeune et d'un homme serpentiforme. »

Les participants constituent une chaîne fermée ; la prière de l'orant établit un lien entre l'animal sacré, le chasseur, que le trait serpentiforme charge de signification, et le gibier[13].

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Paléographie (Tifinagh) à l'entrée de la grotte de la louve

Peu de textes sont disponibles sur cette époque de l'histoire de Béni Abbès. En revanche, on dispose de certains éléments archéologiques et toponymiques :

  • Paléographie à l'entrée de Ghar diba (en arabe : غار الذيبة), la « grotte de la louve ».
  • Les appellations berbère des lieux, palmeraies, montagnes et ksour avoisinants. Ces toponymes sont antérieurs à l'arrivée des Arabes et à l'islamisation.
  • Les vestiges de certains ksour dits habités par des berbères christianisés : Maurice Cortier explique dans son livre D'une rive à l'autre du Sahara : « Il existe près de Tamtert une ruine curieuse et d'origine inconnue; on l'appelle la « kasbah des chrétiens ». Par son antiquité elle serait sans nul doute intéressante à fouiller. En face s'ouvrent, parmi les roches, des cavernes profondes dont le percement ou l'utilisation semble remonter au delà des juifs et des berbères. »[14].

Période des dynasties musulmanes berbères et arabes[modifier | modifier le code]

Les premiers habitants[Quand ?] appartiennent à la tribu des Beni Hassane. Ils construisent deux ksour, Ghar diba et Haresse el-Lil (gardien de nuit). Ils quittent ensuite les lieux pour Seguia el Hamra et la Mauritanie au XIIe siècle[15].

L'histoire de la fondation de l'actuel Béni Abbès débute[Quand ?] avec la légende de Sidi Othmane dit « El gherib » et son compagnon Sid Enoun. À la suite de la bénédiction du lieu par Sidi Othmane, l'eau jaillit et le pays n'est plus un désert, la végétation se développe et la vallée se garnit de roseaux, d'arbres et de pâturages[16].

Quarante ans après la mort de Sidi Othmane, Mehdi Ben Youssef, descendant des Beniabbes (premiers occupants de la ville), s'installe avec Ali Ben Moumen de la tribu Arib avec qui il a apporté des palmiers de l'oued Draa. Ils fondent le ksar des Oulad Mehdi, qu'habitent Youssef et Saïd, fils de Mehdi Ben Youssef, et Mohamed, fils d'Ali Ben Moumen[8].

La région a vécu dans la paix et la prospérité de l'agriculture et du commerce, ce qui lui a apporté un grand nombre d'immigrants de diverses régions[8].
Deux frères quittent ensemble[Quand ?] El Maïz à Figuig (dans l'actuel Maroc) en direction de l'est. Ali Ben Yahia, accompagné par Khalfi ben Abdel-Wassàa, s'installe à Béni Abbès et son frère fonde une confrérie dans la région de Charouine (Gourara)[17]. Ali Ben Yahia, agriculteur expérimenté, fonde le ksar des Ouled Rahou, qu'habitent Moulay et Rahou, ses enfants[8].

Au XIVe siècle, Moussa Ben Ali vient de Tamantit[8] ou du Gourara pour s'installer à Béni Abbès. Très probablement, il venait de Tamantit, mais sa tribu avant de s'installer à Tamantit provenait du Gourara[18].

Période ottomane[modifier | modifier le code]

En 1593, Abu Mahali (en arabe أحمد بن عبد الله بن قاضي) s'installe à Béni Abbès. El ayachi, dans son manuscrit Arrihla al ayachia, le décrit ainsi en 1662 : « personnage qui jadis se mit en état de révolte ouverte, et dont la sédition avait commencé dans ce bourg. Aujourd'hui encore sa maison est connue et on la montre aux voyageurs»[18].

Une entrée du vieux ksar de Béni Abbès

Le développement et la prospérité continus de la région lui apportent également des ennemis, dont les Ghenanma. Une longue période de razzia pousse les Abbabsa à porter plainte contre les Ghenanma auprès du roi de Fès. Des soldats du Makhzen dits Mkhaznia quittent Fès en direction de Béni Abbès et passent en chemin par Zaouiet Men-Laikhaf au Tafilalet, où un marabout nommé Mohamed Ben-Abdeslam les rejoint[8]. À l'arrivée à Béni Abbès, les Mkhaznia battent les Ghenanma. Les Abbabsa, vivant alors dans des ksour séparés, demandent à Mohamed Ben-Abdeslam de s'installer avec eux pour l'étude du Coran. Il accepte à condition qu'ils construisent un nouveau ksar très bien fortifié au sein de la palmeraie, chose que les Abbabsa acceptent en laissant le choix de l'emplacement au marabout[8].

En 1605, Mohamed Ben-Abdeslam fonde, au sein de la palmeraie, le nouveau ksar sous le nom de Béni Abbès[Note 2].

Un peu plus tard, de Tamantit vient Taleb Belkacem Ben-Abdelah pour s'installer à Béni Abbès[8].

L'association des descendants de ces personnes avec les haratines forme la population dite Ababsa. Une autre population, dite Ghenanma (Ouled Hamou), vit dans un ksar indépendant.

Période de la colonisation française[modifier | modifier le code]

Occupation française[modifier | modifier le code]

Béni Abbès a été occupée par les Français le 1er mars 1901, le général Risbourg (chef de corps de la division d'Oran qui est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui fit notamment partie du 19e corps d'armée basé en Algérie.) l'a visitée le 2 mars de la même année[19].

La loi du 30 mars 1902 stipule la création de cinq compagnies sahariennes commandées par des officiers des Affaires indigènes. La compagnie de la Saoura à Béni-Abbès était forte de six officiers et de deux cent deux sous-officiers et méharistes, répartis en un peloton de commandement et trois pelotons méharistes[20].

En 1904, deux compagnies sahariennes se créent, l'une à Beni-Abbès, l'autre à Colomb-Béchar. Ces aménagements étaient destinés à l'organisation défensive des confins algéro-marocains[20].

Séjour de Charles de Foucauld[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chapelle de Charles de Foucauld.

Au mois d'octobre 1901, le « Père de Foucauld » s'installe à Béni Abbès. Il édifie avec l'aide des soldats présents une « Khaoua » (fraternité)[A 1], composée d'une chambre d'hôte, d'une chapelle, et de trois hectares de potager[A 2], achetés grâce à l'aide de Marie de Bondy. La chapelle est terminée le 1er décembre 1901. Sa vie s'organise autour d'une règle stricte : 5 heures de sommeil, 6 heures de travail manuel entrecoupé de longs temps de prières[B 1]. Il est cependant très vite débordé par les longs moments qu'il prend pour écouter les pauvres et les militaires qui viennent le voir[A 3],[B 2]. Il décrit à Gabriel Tourdes son état d'âme : « vivant du travail de mes mains, inconnu de tous et pauvre et jouissant profondément de l'obscurité, du silence, de la pauvreté, de l'imitation de Jésus. L'imitation est inséparable de l'amour. Quiconque aime veut imiter, c'est le secret de ma vie. Prêtre depuis le mois de juin dernier, je me suis senti appelé aussitôt à aller aux brebis perdues, aux âmes les plus abandonnées, afin d'accomplir envers elles le devoir de l'amour. Je suis heureux, très heureux, bien que je ne cherche en rien le bonheur »[A 3].

Région où se situe Béni-Abbès

Le 9 janvier 1902, il rachète la liberté d'un premier esclave qu'il appelle Joseph du Sacré-Cœur. Une partie de l'année 1902 est consacrée à un échange de correspondance avec Mgr Guérin, préfet apostolique du Sahara, au sujet de sa lutte contre l'esclavage dans le Hoggar. L'année suivante, il songe à accomplir des voyages au Maroc et à y installer une fraternité. Il voudrait être rejoint par des compagnons auxquels il demanderait trois choses : « être prêts à avoir la tête coupée - être prêts à mourir de faim - à lui obéir malgré son indignité ».

Le 27 mai 1903 Charles de Foucauld reçoit la visite de Mgr Guérin[A 4]. Charles cherche un compagnon en vue de l'évangélisation et demande à aller vers le Sud afin de préparer celle-ci[A 5]. Le commandant François-Henry Laperrine s'intéresse à la présence de Charles de Foucauld et cherche à le faire venir dans sa tournée d'approvisionnement vers le sud[A 6],[F 1]. Charles s'y montre d'autant plus favorable que François-Henry Laperrine semble vouloir utiliser des méthodes beaucoup moins violentes que ses prédécesseurs[F 2]. Le 18 juin 1903 Charles demande à Mgr Guérin l'autorisation d'accompagner Laperrine, mais la rébellion des tribus contre la présence coloniale rend impossible cette démarche. Apprenant l'ouverture de ce conflit, Charles part toutefois le 2 septembre 1903 dans le Sud afin de secourir les blessés des combats de Taghit et d'El-Moungar[F 3]. Il revient et rédige une petite introduction au catéchisme qu'il intitule L'Évangile présenté aux pauvres nègres du Sahara. Quelque temps plus tard, François-Henry Laperrine lui demande de venir avec lui lors de la prochaine tournée d'approvisionnement dans le Sud. L'abbé Henri Huvelin lui écrit d'« aller où vous pousse l'Esprit »[A 7].

Charles part en tournée d'approvisionnement le 13 janvier 1904, en direction du sud, vers le Hoggar[F 3],[B 3]. Le 1er février 1904 lui et ses compagnons arrivent à l'oasis Adrar où ils rejoignent le commandant Laperrine[F 4]. La tournée se poursuit vers Akabli. Charles note alors tous les lieux possibles d'installation[F 3]. Il collecte des informations sur la langue touarègue auprès des populations du sud du Sahara central[A 8] et y commence la traduction des Évangiles afin de pouvoir la transmettre aux Touaregs[B 4].

Il découvre l'attitude de certains militaires coloniaux qui le déçoit[A 8],[B 5],[B 6]. Arrivée non loin de la frontière algérienne en cours de stabilisation, la tournée d'approvisionnement doit faire demi-tour et rejoindre Tit[A 9]. Charles souhaite s'y installer mais le commandant Laperrine refuse. La tournée s'achève à Ain Salah en septembre. Charles rejoint Mgr Guérin le 22 septembre 1904 et il rentre à Béni-Abbès le 24 janvier 1905[A 10].

Intrigué par Charles de Foucauld, le général Hubert Lyautey, nommé en Algérie, décide de lui rendre visite à Béni-Abbès le 28 janvier 1905[A 11]. De cette rencontre naît une amitié réciproque[F 5] et une certaine admiration de Lyautey pour Charles[B 7]. Charles rédige au cours de cette période les Méditations sur les Saints Évangiles[B 7]. Au mois d'avril 1905, le commandant Laperrine prie Charles de Foucauld de repartir avec lui dans une tournée dans le Hoggar. Après avoir demandé conseil à Mgr Guérin et l'abbé Huvelin, il participe à nouveau aux tournées d'approvisionnement[F 6],[A 12]. Il part le 8 juin 1905, continue sa vie de prière tout en apprenant le tamahaq. Le 25 juin 1905 ils rencontrent l'amenokal (chef de tribu) Moussa Ag Amastan, qui décide de faire alliance avec l'autorité française[B 8]. Charles de Foucauld et Moussa Ag Amastan se découvrent et semblent s'apprécier mutuellement. De leur rencontre naît une amitié profonde[F 7]. Le Touareg autorise Charles de Foucauld à s'installer dans le Hoggar[A 13], ce que fait ce dernier en se dirigeant vers Tamanrasset[A 14].

Mouvement national de libération[modifier | modifier le code]

Dans la région de la Saoura, Béni Abbès a toujours été un centre important du mouvement national. C'est en 1921 que Saadoune, né à Béni Abbès émigre en France où il milite a l'Étoile nord-africaine (E.N.A) puis est désigné le 2 juillet 1926 comme membre du comité central du parti[21].

Depuis la fin des années 1930, Béni Abbès était le lieu d'exil de plusieurs personnalités politiques et historiques algériennes telles que Ferhat Abbas, Mohammed Memchaoui[22], cheikh Abdelkader El Yadjouri et cheikh Sliman Boudjnah.

À la fin de 1947, Cheikh Touhami, militant du MTLD[23] vient de Béchar à Béni Abbès pour fonder un bureau pour son parti politique. Le Bureau politique du MTLD à Béni Abbès reste en service jusqu'en 1954, date à laquelle la majorité des militants rejoignent le FLN[24].

Guerre d'indépendance[modifier | modifier le code]

Le 11 novembre 1955, l'autorité française découvre les noms des personnes impliquées dans la lutte, les membres sont emprisonnés à Béni Abbès, les responsables transférés à Bechar ou jugés et transférés à la prison de Serkadji. Après la libération des membres, ils continuent la lutte avec Trabelsi Boufeldja, qui a échappé à la détention, et Taleb-Zian, le secrétaire de Mohammed Yacoub[24].

Un moudjahid, Chikimi Mebrok, fait exploser une bombe[Quand ?] au milieu d'un groupe de soldats français en représailles aux actions de la France dans la région. Il est arrêté et exécuté quelques minutes après[24].

En conséquence, les recrues de la région au sein de l'armée française fuient pour rejoindre l'Armée de libération nationale (ALN) en deux groupes ; le premier, dirigé par Alla Ben-Lhachemi, réussit à s'échapper en possession d'une quantité d'armes et de munitions, le deuxième, dirigé par Sellam Ali, est arrêté à Bechar[24].

La base militaire de l'ALN à Hassi Ali est réorganisée[précision nécessaire] sous la direction de Alhadj chebir qui a fui l'armée française[24],[25].

En octobre 1957, les habitants du ksar de la palmeraie sont expulsés par les troupes françaises à cause des activités des moudjahidines et doivent construire un nouveau ksar[26].

Après 1960, la ville connaît plusieurs visites de Mohamed Chérif Messaadia, chargé avec d'autres officiers sous le commandement de Abdelaziz Bouteflika dit Si Abdelkader El Mali, d'ouvrir le front du Mali pour organiser des opérations militaires contre les intérêts français et lutter contre la stratégie française de la sécession du Sahara par rapport au reste de l'Algérie[27],[28].

Les membres de l'ALN dans la région participent à divers combats contre les troupes françaises.

Mouvement scientifique[modifier | modifier le code]

Le géologue franco-russe Nicolas Menchikoff (environ 1900- 1992[29]) commence ses recherches dans la région pendant les années 1920. En 1942, intervient la création du C.R.S. (Centre de recherche sahariennes) à Béni Abbès dont il devient directeur[30] pour plusieurs années.

En 1946, en association avec le gouvernement général de l'Algérie, le BRP (Bureau de recherche de pétrole) crée la Société nationale de recherche et d'exploitation de pétrole en Algérie (S.N. REPAL), dont le siège est à Hydra, dans les hauts d'Alger. Avec la création de cette société, la recherche géologique débute en 1948, en association avec la CFP (Compagnie française des pétroles) dans la région de Béni Abbès, Timimoun et In-Salah mais sans aucun résultat.

En 1972, la gestion du centre de recherches sahariennes fondé par le CNRS actuel (Centre national de recherche sur les zones arides) est transmise des autorités françaises aux autorités algériennes et dépend depuis de l'Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediene (Bab Ezzouar, Alger).

Après l'indépendance[modifier | modifier le code]

La déclaration de l'indépendance algérienne le 5 juillet 1962 voit le lever du drapeau algérien à Béni Abbès tout en préservant les forces françaises dans la ville selon les accords d'Évian et le respect du cessez-le-feu[31],[32]. Une délégation des moudjahidines est fondée à Béni Abbès avec Alla Ben-Lhachemi comme responsable politique et des responsables militaires[24].

Entre 1961 et 1965, l'Organisme saharien inscrit son action dans le prolongement de celui de l’O.C.R.S. et construit 1 000 km supplémentaires de routes, notamment sur les segments suivants : Béni-Abbès – Adrar, Touggourt – El-Oued, In-Amenas – El-Adeb[33].

En octobre 1962, s'installe à Colomb-Béchar le 2e REI (Régiment Étranger d'Infanterie) à la disposition du commandement des sites militaires au Sahara (arme nucléaire et installations spatiales d'Hammaguir)[31].

La gestion politique de la ville est bien algérienne et le premier maire nommé est Ben Said Mokhtar, qui reste en poste jusqu'à 1967, date des premières élections des assemblées populaires communales.

En 1963, est créé le CP de Béni-Abbès et celui de Tabelbala à partir du régiment à Colomb-Béchar[31]. En 1967, la France évacue quatre installations militaires françaises restées actives au Sahara après l'indépendance, à l'exception de B2-Namous. À la suite de cela, les troupes de Béni Abbès sont retirées elles aussi.

De décembre 1967 à 1971, la ville est gouvernée par Mohamed Mammar[34]. Plusieurs projets sont à son honneur : hôtel rym, daira; cem, justice, logements, bain-maure, etc.[pas clair]

De 1976 à 1981, la ville est administrée par Guesmia Boudjemmâa[35],[36]. Sous son administration, la ville voit la construction du pont à l'entrée de la ville et la mise en service des antennes pour la réception des programmes télévisés.

Démographie, population et langue[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

La population de Béni Abbès a été formée, au cours de l'histoire, d'un métissage de différentes tribus de provenance diverses. Cette particularité persiste de nos jours où la population, constituée de différentes ethnies, vit en harmonie. On distingue quatre ethnies principales :

  • arabe : elle constitue la majeure partie de la population et en proviennent les tribus fondatrices (Oulade Mehdi, Ouled Rahou ...), Châamba et Ghenanma et d'autres moins importantes ;
  • arabophone : elle représente une partie importante de la population, c'est un groupe d'origine africaine autochtone islamo-arabisé ;
  • berbère : une minorité constituée d'immigrants des petites villes avoisinantes, Igli et Mazzer.
  • touareg : une minorité qui vient de l'extrême-sud algérien, qui a des caractères spécifiques et dont les hommes occupent les emplois de bouchers et de forgerons.

Au début du XXe siècle, la population de Béni Abbès n'atteint pas mille habitants mais juste après l'indépendance, elle s'accroît considérablement.

Année 1866 1906 1941 1998 2001 2005 2009
Population 600[37] 620[38] 10 152 12 000 11 450[39] 11 416

Langue[modifier | modifier le code]

Presque tous les auteurs occidentaux ayant abordé le sujet de Béni Abbès disent que les ababsas parlent berbère, entre autres Henri Poisson de La Martinière (1897), Charles de Foucauld (1901-1905) et C. Ramès (1941). René Pottier (1947) partage la population de Béni Abbès en trois communautés selon la langue parlée[40] :

  • une communauté qui parle arabe, habite le vieux ksar de la palmeraie et maîtrise aussi la langue berbère, d'où le développement du gbouri qui est un arabe dialectal local. L'explorateur Allemand Gerhard Rohlf (1866) explique dans son livre Voyages et explorations au Sahara : « L'idiome employé est le chellah ; cependant tous comprennent et parlent l'arabe. »[41]
  • une communauté qui parle berbère et habite le ksar de Ksiba ;
  • une communauté qui parle bambara, hétérogène et qui ne vit pas dans un ksar en particulier. Les membres de cette communauté ont une peau plus brune que ceux des autres communautés.

Aujourd'hui, dans la vie courante, les ababsa parlent en général un arabe dialectal, le gbouri, proche de l’arabe classique de par son vocabulaire. Le gbouri a conservé plusieurs mots et structures syntaxiques berbères et a emprunté certains termes au français.

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Carte des départements français d'Algérie (9A~9R) et départements du Sahara 8A (Oasis) - 8B (Saoura) en 1960.

Juste après l'occupation française de la région et dans le cadre des territoires du Sud, Béni-Abbès est devenue commune indigène dans le territoire de Ain Sefra qui exista entre 1902 et 1957[42],[43],[44],[45]. Tindouf, une fois occupée, est rattachée à la commune indigène de Béni-Abbès jusqu'à 1935.

Après le remplacement des territoires du Sud par les départements français du Sahara en 1957, elle est devenue un arrondissement dans le département de la Saoura dont la préfecture se situait à Colomb-Béchar[46].

À l'indépendance algérienne, Béni Abbès était une daïra (arrondissement) du département de la Saoura avec Colomb-Béchar, Adrar, El Abiodh Sidi Cheikh, Timimoun et Tindouf[47] et ce jusqu'à 1974 où le découpage administratif divisa le département en deux wilayas : Adrar contenant la daïra de Timimoun et Béchar avec El Abiodh Sidi Cheikh, Béni Abbès et Tindouf.

Après le nouveau découpage administratif de 1984 qui donne a Tindouf et El-Bayadh le titre de wilaya, Béni Abbès reste une daïra. Ce n'est qu'en 2009 qu'elle est mise sur la liste des nouvelles wilayas déléguées.

Liste des maires de Béni Abbès[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2012 en cours Nadjib Kebir FLN enseignant du secondaire
Les données manquantes sont à compléter.

Éducation et centres de recherches[modifier | modifier le code]

Béni Abbès comporte deux C.E.M (collèges), un lycée, nommé d'après le médecin et botaniste Ibn al-Baitar, un centre de formation professionnelle et des classes de formation paramédicale. La ville ne comporte pas d'établissement d'études supérieures.

Le CNRZA (station Béni-Abbés) est la seule station de recherche à Béni Abbès. Elle abrite un musée (collections d'ethnographie locale, de géologie, de préhistoire et de zoologie), un jardin zoologique (très peu d'animaux encore présents mais parmi ceux-ci une tortue terrestre de grande taille), un jardin botanique et un laboratoire de recherche en biologie.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme est le principal secteur économique de la ville. On peut distinguer plusieurs types de tourisme[48] :

Muraille de Chine du carbonifère (Orthocères)
  • saharien : randonnées à dos de chameau, visite du Grand Erg Occidental et nombreuses possibilités d'excursions et de balades ;
  • religieux : la fête du Mouloud ;
  • culturel : festival musical et autres manifestations culturelles ;
  • scientifique : chercheurs qui fréquentent le CNRZA ;
  • solidaire ;
  • volontaire : chantiers de volontariat et réhabilitation des sites.

Les ksour : Béni Abbès regroupe sept ksour, dont certains sont encore habités. Le plus beau est le ksar placé au cœur de la palmeraie (type de localisation unique au Sahara), inhabité depuis 1957 et en cours de restauration, classé patrimoine architectural national[49].

La palmeraie : magnifique et en forme de scorpion[50], dont la queue est dominée par une grande dune rouge (la plus haute du Grand Erg occidental).

La piscine municipale est alimentée par une source d'eau pure sortant à 24°C (chaude l'hiver, rafraîchissante l'été).

Muraille de Chine du carbonifère : à 30 km de Béni Abbès, sur le côté gauche de la route vers El Ouata se trouvent le gisement des Orthocères (fossiles de mollusques et poissons)[51].

Industrie[modifier | modifier le code]

Hormis la centrale de production électrique, d'une capacité de 4×5 MW-TG (2008)[52], la ville ne dispose pas de tissu industriel, d'où le taux élevé de chômage qui atteint les 60 % de la population en âge de travailler.

La centrale électrique a alimenté tous les villages situés entre Igli et Bent-Cherk jusqu'en 2010, date à laquelle les villages situés entre Kerzzaz et Bent-Cherk le sont par la centrale de Charouine. Le taux d’électrification est estimé à 95 %. La région n’est pas encore alimentée en gaz de ville. Toutefois, un projet de 17 milliards de DA pour réaliser un gazoduc de plus de 300 kilomètres approvisionnant en gaz de ville les daïras de Béni-Abbes, Bechar, Kenadza, Abadla, Taghit et Beni Ounif a été lancé en 2010[53].

Une limonaderie (usine d'eau gazeuse), actuellement inactive, était en fonctionnement au cours des années 1980 en tant qu'entreprise d'État, puis, entre 1998 et 2001, en tant qu'entreprise privée.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Partie de la palmeraie de Béni Abbès touchée par la fusariose

Avec ses 40 ha, la palmeraie de Béni Abbès n'assure pas l'autosuffisance alimentaire d'une population de 13 000 habitants, d'autant plus que la plupart des parcelles sont abandonnées à cause des pratiques patrimoniales (parcelles partagées entre les enfants et devenant trop petites), du manque d'eau et de la rentabilité plus élevée du travail dans d'autres secteurs.

La superficie agricole utile est de 415 ha, répartie sur plusieurs localités de la commune, dont Jouiffa qui a la plus grande superficie, estimée à 120 ha. Seules 5 % des parcelles sont électrifiées, Ain Seguia, Ouarourout, Zghamra, etc. Il y a 250 fellahs, dont beaucoup ont abandonné leurs champs à cause de la rareté de l’eau[1].

La palmeraie de Béni Abbès est touchée pour la première fois par la fusariose en 1908[54], maladie apparue en 1870 dans le sud marocain[54]. Une souche de Fusarium oxysporum est isolée en 1998 des sols de la palmeraie de Béni Abbès[55].

Ressources minérales[modifier | modifier le code]

Le territoire de Béni Abbès renferme de nombreuses ressources minérales, notamment le sable[56], utile pour la production de la brique silici-calcaire et du verre creux. Les autres minéraux se concentrent surtout dans les zones montagneuses d'Ougarta : une photo satellite des chaînes d'Ougarta montre d’importantes zones minières qui contiennent des gisements de minerais d’or, d’argent, de cuivre, de fer, de manganèse, de baryum, d’arsenic, du tungstène, du strontium et une association de plomb qui se mélange à du zinc[57].

Vie quoitidenne[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Le musée de Béni-Abbés[58] est incorporé au Centre national de recherche sur les zones arides. Il a été créé en raison de la richesse de cette région qui renferme des trésors importants dans un rayon de 50 kilomètres seulement dans les domaines de la géologie, de la flore et de la faune. Il comporte sept sections centrées sur Béni Abbès et sa région : préhistoire, vieux Béni Abbès, histoire naturelle, archéologie, entomologie, flore et faune.

Musique[modifier | modifier le code]

Les chants traditionnels de Béni Abbès tels qu'El Maya et El Hadra accompagnés de la percussion du Kallal et Tara, chantent la poésie arabe locale dans des rythmes différents (folklore).

  • El Maya : ce folklore est un symbole des ababsa, joué par un groupe de chanteurs et de percussionnistes équipés d'instruments musicaux (Kallal et Tara). Ces chants traditionnels sont influencés par le ghazal et parfois par El Madih nabawi (Éloge du prophète).
  • El Hadra : chant traditionnel strict pour El Madih nabawi du prophète Mahomet et Ahl al-Bayt.

Festivals et évènements[modifier | modifier le code]

Une soirée des nuits de la Saoura aux dunes

Béni Abbès a accueilli et accueille différents événements culturels :

Fêtes annuelles[modifier | modifier le code]

Chaque année à Béni Abbès, a lieu la fête du Mouloud (naissance du prophète de l'islam Mahomet). C'est l'occasion de la présentation des nouveau-nés de l'année écoulée, et d'un grand défilé en musique avec les anciens fusils, en commémoration de la paix entre les tribus et de la fondation du ksar de la palmeraie[71],[72].

Les ababsa utilisent comme toutes les musulmans le calendrier lunaire pour déterminer les événements religieux, locaux et locaux-religieus (Aïd el-Fitr, Aïd el-Kabir, Achoura, Arafa, etc.), mais en donnant à chaque mois une appellation spéciale comme indiqué ci-dessous[71].

mois en arabe appellation locale (m)
Mouharram (en arabe: محرم) Achour (عاشور)
Safar (en arabe: صفر) Tabea ʻĀshwr (تابع عاشور)
Rabia al awal (en arabe: ربيع الأول) El-Mouloud (المولود)
Rabia ath-thani (en arabe: ربيع الثاني) Tab'eo lawel (تابعو لول)
Joumada al oula (en arabe: جمادى الأول) Tab'eo jawége (تابعو الجاوج)
Joumada ath-thania(en arabe: جمادى الثاني) Tab'eo Talet (تابعو تالت)
Rajab(en arabe: رجب) ch-har al-Lah (شهر الله)
Chaabane(en arabe: شعبان) Chaabane (شعبان)
Ramadan(en arabe: رمضان) Remdan (رمضان)
Chawwal(en arabe: شوال) El-Aïd Sghir (العيد الصغير)
Dhou al qi`da(en arabe: ذو القعدة) Bin-Laïad (بين لعياد)
Dhou al-hijja(en arabe: ذو الحجة) El-Aïd al-Kbīr (العيد لكبير)

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La gastronomie abbassienne est riche des différentes cultures qui se mélangent, elle est fortement imprégnée des traditions culinaires marocaines et est riche en spécificités locales, marquées par des plats traditionnels variés, parmi lesquels :

  • le khobz lebsal (en arabe خبز البصل : « pain d'oignon ») est un pain non levé fait à base d'oignon (il n'a pas gonflé sous l'effet du levain ou de la levure). Après la préparation de la pâte faite d'un mélange d'eau et de farine, on farcit la pâte d'une sauce préparée avec des oignons, de la tomate, du piment piquant (facultatif) et de l'huile (huile d'olive de préférence).
  • le ṭaʿām (en arabe طعام : «Couscous») est un plat populaire dans de nombreux pays, mais il a une méthode de préparation typique de Béni Abbès, ce qui fait de lui le premier plat d'hospitalité.
  • Erkkik (en arabe الرقيق) désigne des feuilles de pâte préparées a l'aide d'un plateau spécial (tadjine en arabe طاجين), laissées à sécher un certain temps. Ces feuilles séchées sont disposées en morceaux dans une assiette puis mouillées avec une sauce spécialement préparée.

Mouvement associatif[modifier | modifier le code]

La création d'associations à Béni-Abbès débute avec la loi du 4 décembre 1990 qui les autorise. Elles se sont engagées dans le domaine des échanges, dans les chantiers de jeunes et les chantiers de volontariat (l'ADESF et l'association Ouarourout)[73], dans la défense de l’environnement (l'association ASPEZA, dans « l'éducation pour le développement durable » (pour former des citoyens capables d'affronter les défis actuels et à venir et la préservation de l'environnement des zones arides),dans l'entretien et le renouveau du patrimoine culturel, notamment musical (association El maya, hillal la Saoura), la promotion de l’artisanat, la pratique du ski sur sable, l'organisation de courses de chameaux (association el khayma)[74].

Vie sportive[modifier | modifier le code]

Les sports les plus pratiqués à Béni Abbès sont le football, le handball et l'athlétisme. D'autres sports sont également pratiqués tels que le ski sur sable, le volley-ball et la natation.

Béni Abbès avait un club de football à la fin des années 1950, l'un des plus anciens clubs de la région.

Les athlètes les plus connus qui font remonter leurs origines à Béni Abbès sont :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Béni Abbès est jumelée avec les villes suivantes :

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Faune et flore[modifier | modifier le code]

L'écosystème saharien occupe tout le territoire de Béni Abbès. Bien que la flore et la faune ne soient pas aussi étendues que dans d'autres parties de l'Algérie, une grande variété de plantes et d'animaux s'y trouvent. Le plus surprenant est la gamme de flore et de faune qui a réussi à survivre dans le désert et le climat aride.

La végétation de Béni Abbès est essentiellement de type désertique. Les rares précipitations influent sur le développement végétal des différents types de terrains du secteur : hamada (désert rocheux), erg et oued.

Des arbres d'acacias et des herbes sauvages sont dispersés sur la Hamada et en montagne, surtout au voisinage de Zeghamra. Certaines herbes sauvages de la région sont médicinales et traditionnellement utilisées par les habitants pour traiter plusieurs maladies. Ces herbes sont entre autres ouezouaza (Santolina rosmarinifolea), gartofa (Santolina chamaycyparissus)[77]'[78] et shih (Artemisia herba-alba). La terfesse (Terfé ziacées) est un champignon utilisé dans la gastronomie abbassienne[79].

Au niveau de l'erg, se développe une plante fixatrice des dunes, rtéme (Retama raetam)[80]. La plante prédominante de l'oued est le Fnine (Tamaris), plante résistante aux sols salins.

De nombreuses espèces animales des régions sahariennes sont signalées à Béni Abbès.

Les mammifères les plus importants à signaler sont les gazelles dorcas (Gazella dorcas) et leptocère ou Rym (Gazella leptoceros)[81], très menacées par la chasse non contrôlée. Le chat des sables (Felis margarita), la hyène rayée (Hyaena hyaena) et le fennec (Vulpes zerda) sont rarement observés.

On peut compter parmi les reptiles qui existent dans la région le poisson de sable (Scincus scincus), le dob (Uromastyx) et d'autres espèces. On compte aussi, parmi les rongeurs, Psammomys obesus, Gerbillus Pyramidum et le mérion de Libye (Meriones libycus).

Parmi les oiseaux rencontrés à Béni Abbès, on note le moineau domestique (bou-ali), le moineau espagnol (bou-tkélém)[82] et des rapaces tels que el-béz (Accipiter gentilis)[83], le faucon lanier (skàr)[84] et la chevêche d'Athéna (el-bouma)[85].

Ces dernières décennies voire centaines d'années, on a signalé l'extinction de plusieurs espèces animales, en raison de la sécheresse et du manque des proies, l'autruche (Al-naàme)[86],[87] et le guépard par exemple[88].

Paysage urbain[modifier | modifier le code]

Si les quartiers historiques (Safat, Tlayat, Souiguiat) mêlent les architectures musulmanes et locales, le plateau, avec ses immeubles et son front d'oued, est représentatif de l'architecture française et moderne.

Le siège de la daïra et la maison Citroën qui dominent la falaise sont les représentants type de l'architecture française de l'époque coloniale. On peut ajouter à ce type architectural le siège du Centre de recherche dans les zones arides, l'ancienne infirmerie et le quartier des colons dit «Karté».

Les quartiers historiques gardent leur architecture ancienne même si la superficie des logements a changé. La façon de construire et les matériaux de construction sont restés presque les mêmes[26] jusqu'à récemment, quand ont été introduits de nouveaux matériaux tels que le ciment et la brique. À Safat se trouve la plus ancienne mosquée de la nouvelle ville qui date de 1957 (celle du ksar date de 1605).

Un quartier voisin du Souiguiat a été construit et habité par les Juifs, du début du XXe siècle jusqu'à l'indépendance de l'Algérie. Ces juifs, amenés par les autorités françaises, bénéficiaient du décret du 24 octobre 1870 donnant la citoyenneté française aux 37 000 juifs d'Algérie.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Mosquée du vieux ksar (1605)
Mosquée Ibn Badis (vers 1990)

Béni Abbès compte des édifices pour l'islam et le catholicisme. En revanche, elle ne comporte pas de synagogue. L'édifice religieux le plus ancien est la mosquée du vieux Ksar, qui remonte au début du dix-septième siècle (1605). Il y a ensuite la chapelle de Charles de Foucauld, qui date de (1901)[89]. Tous les autres édifices sont des mosquées ou des écoles coraniques fondées à l'époque postérieure à l'abondance[pas clair] du vieux ksar en 1957.

Les saints patrons et les mausolées[modifier | modifier le code]

Béni Abbès compte plusieurs saints patrons (Aoulia Allah Salihin), auxquels sont dédiés des mausolées (Goubba). On compte une dizaine de tombes de saints[90] mais seuls deux ont un mausolée. Il y a deux saints patrons pour l'ensemble des Abbabsa :

  • Sidi Othman dit El Ghrib : venu d'Égypte, fondateur de Béni Abbès et créateur de sa source selon la tradition orale. Sa tombe se situe dans le cimetière qui porte son nom.
  • Sidi Mohammed Ben-Abdeslam : il a unifié les tribus et fondé le ksar de la palmeraie, sa tombe est dans la mosquée du vieux ksar.

Les deux mausolées qui existent à Béni Abbès sont dédiés à :

  • Sidi El Hadj Mhamed Ben Ahmed : saint patron des Ouled Ali Ben Moussa. Son mausolée est à l'entrée de la ville sur la rive droite de l'oued Saoura, dans un ancien cimetière.
  • Sidi Mohamed Ben Abbou : saint patron des Oulad Mehdi, son mausolée est dans le cimetière et sur le plateau qui portent son nom.

Les autres saints sont des saints tribaux référencés dans la liste déroulante suivante :

Cimetières[modifier | modifier le code]

Le cimetière de Sidi Othman est un nom commun à deux cimetières à la fois, le lieu d’enterrement actuel de la ville et le lieu d’enterrement du saint Sidi Othman el-Gharib qui est considéré comme le plus ancien de la ville (pas d'information sur les lieux d’enterrement des Beni Hassane).

Les anciens cimetières datent de l'époque antérieure à la fondation du vieux ksar : le cimetière de Sidi Mohamed Ben Abbou, le cimetière de Sidi Ali Ben Yahia et le cimetière de Sidi El Hadj Mhamed Ben Ahmed.

Béni Abbès avait des cimetières pour l'enterrement des juifs et des chrétiens, un cimetière des chrétiens sur le plateau (à côté de l'actuelle polyclinique) et l'autre à côté de la chapelle de Charles de Foucauld, en plus d'un cimetière pour l'enterrement des juifs[évasif].

Il existe également un tout récent cimetière réservé aux martyrs de la guerre d'Algérie, à l'entrée de la ville sur le côté gauche de la route.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les Français persuadent la population autochtone que l'utilisation de l'eau à des fins urbaines est dans leur intérêt (l'école est fréquentée par leurs enfants et la clinique traite leurs patients).
  2. Date approximative, seules la date de la mort du cheikh Karzaz Sidi Ahmed Ben-Moussa (1603) et l'arrivée de Ibn Abi-Mahali (1593) sont connues.

Références[modifier | modifier le code]

Principales sources utilisées
  1. p. 172
  2. p. 174
  3. a et b p. 173
  4. p. 186
  5. p. 191
  6. p. 196
  7. p. 198
  8. a et b p. 204
  9. p. 203
  10. p. 205
  11. p. 208
  12. p. 210
  13. p. 213
  14. p. 215
  1. p. 249
  2. p. 251
  3. p. 273
  4. p. 278
  5. p. 274
  6. p. 277
  7. a et b p. 283
  8. p. 287 et 212
  1. p. 193
  2. p. 195
  3. a, b et c p. 199
  4. p. 218
  5. p. 222
  6. p. 224
  7. p. 226
Autres sources
  1. a, b et c L’eau dans l’oasis de Béni Abbès : un patrimoine essentiel (Vallée de la Saoura, Sud Ouest algérien).
  2. Les monts d'Ougarta d'après Spot 1 Par André Simonin et Denise Hilt.
  3. « Weather Statistics: Beni Abbes, Algeria », sur www.weatherbase.com (consulté le 17 mars 2011).
  4. Gestion intégrée des ressources en eau dans les oasis .
  5. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Béchar, page 1490.
  6. LIBERTE Amar Ghoul à Béchar L’aérodrome de Beni Abbès pour plus de touristes.
  7. Transports : Lancement prochain de l’étude du projet de voie ferrée Ghardaïa- El Menéa-Timimoun.
  8. a, b, c, d, e, f, g et h C. Ramès, Béni-Abbés (Sahara oranais) : Étude historique, géographique et médicale,‎ 1941, 77 p. (lire en ligne)
  9. (ar) forum Ahl alhadith lien pour télécharger Arrihla al ayachia.
  10. le livre : Le Petit Futé Algérie Par Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Marie-Hélène Martin
  11. Bulletin de la Société préhistorique française Année 1956 Volume 53 Numéro 11-12 pp. 722-723
  12. Jean Chavaillon, Nicole Chavaillon, Bulletin de la Société préhistorique française, année 1962, volume 59, numéro 7-8 pp. 440-444.
  13. Dialogues d'histoire ancienne : 1981, volume 7, Centre de recherches d'histoire ancienne.
  14. Maurice Cortier, D'une rive à l'autre du Sahara,‎ 1908, 416 p. (présentation en ligne, lire en ligne)
  15. (it) « Africa: rivista trimestrale di studi e documentazione, Volume 40, Istituto italo-africano, Associazione fra le Imprese Italiane in Affrica Edizioni africane, 1985 », sur books.google.com (consulté le 29 août 2010)
  16. Horizons La légende de la source Béni Abbès.
  17. MISSIONS AU SAHARA (SAHARA ALGERIEN) E.-F. GAUTIER Chargé de Cours à l'École supérieure des Lettres d'Alger Digitized by the Internet Archive in 2010 with funding from University of Ottawa 208 SAHARA ALGÉRIEN
  18. a et b Les Oasis Du Gourara (Sahara Algerien) II. Fondation Des Ksour Ms17 Par Rachid Bellil.
  19. La pénétration française en Afrique: ses caractéristiques et ses résultats archive.org.
  20. a et b Pierre Gourinard, Dossier: l'Armée d'Afrique Les troupes sahariennes
  21. Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens Par Benjamin Stora page 65
  22. Dictionnaire Biographique de Militants Nationalistes Algeriens Par Benjamin Stora page 294
  23. Benjamin Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, p. 254
  24. a, b, c, d, e et f documents de la délégation des moudjahidines de Béni Abbès
  25. Documents de la subdivision des moudjahidines d'El Ouata.
  26. a et b Béni-Abbés habitat traditionnel et habitat nouveau. Étude sur l’évolution des formes architecturales traditionnelles Gianfranco Amadeo, Federico Cresti, Hayʼah al-Waṭanīyah lil-Baḥth al-ʻIlmī (Algeria).
  27. Histoire d'Algérie 1830-1962 Mohamed Cherif Messaadia
  28. Présidence de la république Algérienne Abdelaziz Bouteflika
  29. TRAVAUX DU COMITÉ FRANÇAIS D'HISTOIRE DE LA GÉOLOGIE - Troisième série - T. XVI (2002) André Combaz Les premières découvertes de pétrole au Sahara dans les années 1950 : le témoignage d’un acteur.
  30. UN SIÈCLE D'ÉCOLOGIE AU LABORATOIRE DE L'INSTITUT CATHOLIQUE DE PARIS par PIERRE BORDET
  31. a, b et c 2° Régiment étranger d'infanterie Algérie (1962-1967) Le régiment des sites sahariens...
  32. Le centre algérien B-2 Namous menace la sécurité du Maghreb. La France joue au fournisseur. Aujourd'hui les masques tombent.
  33. L’action publique et les réseaux de transport au Sahara algérien, étapes d’une intégration territoriale pour un développement régional.
  34. Journal officiel de la Republique Algérienne, Ministère de l'intérieur, 4 janvier 1972, page 4.
  35. Journal officiel de la Republique Algérienne ARRETES. DECISIONS ET CIRCULAIRES, 3 mars 1985, page 174.
  36. Journal officiel de la Republique Algérienne, 16 juillet 1986, page 175.
  37. Nouvelles annales des voyages, Part 2;Part 1866
  38. Capitaine Bérenger, Notice sur la région de Béni Abbès, L. Fouque, 1906
  39. a et b La salle pédagogique de Béni-Abbès et sa station de lagunage expérimentale : un enjeu pour le développement d’une oasis en Algérie
  40. Histoire du Sahara René Pottier 1947, 334 Pages
  41. Voyages et explorations au Sahara par Friederich Gerhard Rohlfs, Centre d'études sur l'histoire du Sahara -2001- 367 pages
  42. Marcel Laugel, Sur le vif: dépêches oubliées, de la Mauritanie au Yémen. Éditions L'Harmattan, 2008.
  43. Députés de l'Algérie – Saoura sur Politiquemania
  44. Départements d'Algérie entre 1848 et 1962 sur Bab-el-Oued Story
  45. Les départements d'Algérie sur le Site sur la Population et les Limites Administratives de la France
  46. le site du SPLAF départements de l'Algérie française de 1848 à 1962
  47. Journal officiel de la Republique Algérienne 1963
  48. Journal Liberté Béni-Abbés : la Perle de la Saoura en quête de son aura perdue (page 9)
  49. La ribune 3 KSOUR DE LA SAOURA PROPOSÉS AU CLASSEMENT DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL NATIONAL Des efforts insuffisants pour un patrimoine inestimable Mardi 5 janvier 2010 page 15
  50. CIRCUIT ACCOMPAGNÉ ALGERIE Sur la route des oasis (M’Zab, Gourara, Saoura)
  51. International Network in Environmental Education Algérie - Classe verte dans le désert 1er 2004, par Farida Khammar, Thérèse Gernigon-Spychalowicz (Date de rédaction antérieure : 1er 1996).
  52. Conférence Stratégique Internationale sur les perspectives d'investissement dans le secteur Hydrocarbures en Algérie, Les projets dans le domaine de la production d'électricité.
  53. Transaction d'Algérie BECHAR 17 milliards de DA pour la réalisation du gazoduc.
  54. a et b L'eau et les hommes au Maghreb: contribution à une politique de l'eau en ... Par Jean-Jacques Pérennès
  55. ESSAI DE LUTTE in vitro PAR LE GLYPHOSATE CONTRE DES CHAMPIGNONS TELLURIQUES PHYTOPATHOGENES : FUSARIUM ET PYTHIUM.
  56. WILAYA de bechar POTENTIALITES D’INVESTISSEMENT.
  57. David Beylard, L’inventaire des gisements de matières premières de l’Algérie, Genève : « L’Algérie, qui couvre 2 381 741 km2, peut être divisée en cinq grandes régions géologiques, de par leur étendue et le contenu de leurs gisements ».
  58. BÉCHAR ET LA RÉGION DE LA SAOURA. Le musée de Béni Abbès à Béchar : un patrimoine à l'état d'abandon.
  59. VITAMINEDZ Béni-Abbès, la perle de la Saoura.
  60. artnet Andre Hebuterne Beni Abbès.
  61. the water channel Beni Abbes - la science de l'eau.
  62. ALLOCINE.COM Un Thé au Sahara.
  63. Bilan de la tournée du cirque cambodgien Phare Ponleu Selpak en Algérie du 24 mai au 2 juin 2005.
  64. marathons 8ème édition du marathon des dunes : De Djanet à Beni Abbès.
  65. UABTinfo Béni Abbès et le Pr. Jean Fabre.
  66. (ar) Sawt el-Ahrar journal Hakim Dekkar assure que djouha contient 15 épisodes et que le tournage serait à Béchar.
  67. El Moudjahid 4e colloque international d’anthropologie et de musique, 22-04-2013.
  68. site officiel de Nuits Métis
  69. nuits-metis LES NUITS DE LA SAOURA 5ème édition du 28/12 au 31/12 2009.
  70. FRANCOMIX Festival Les Nuits de la Saoura 2007 à Beni Abbés.
  71. a et b Université de Liège Langue arabe et études islamiques «Notes de sociologie et de linguistique sur Béni Abbès», dans Travaux de l'Institut de Recherches Sahariennes, XIII, Alger, 1955, p. 151-174.
  72. lecourrier-dalgerie Baroud et madih pour célébrer le Mawlid à Béchar Messaoud Ahmed 22 jan, 2013
  73. site officiel de l'association Ouarourout
  74. Gloobal: Association El Khaima
  75. portail du tourisme et de l'artisanat algérien Rabah Madjer et Nahida Touhami ambassadeurs de l’environnement
  76. site/spip.php?article2541 Discours du 14 juillet - Consulat Général de France à Oran Un jumelage depuis 2006 entre la ville de Septèmes-Les-Vallons et l’APC de Béni-Abbès.
  77. Movimondo CATALOGUE DES PLANTES POTENTIELLES POUR LA CONCEPTION DE TISANES, réalisé par Prof. EL Rhaffari Lhoussaine FSTE (Faculté des Sciences et Techniques d’Errachidia) - Équipe Environnement et Santé.
  78. Movimondo Plantes aromatiques et médicinales du haut Atlas oriental.
  79. Liste des plantes de Taghit.
  80. Sahara-Nature Retama raetam.
  81. Consulat d'Algérie à métz LA GAZELLE "RYM" DU SAHARA MENACEE DE DISPARITION.
  82. Oiseaux d'Algérie par Paul Isenmann et Aissa Moali.
  83. Oiseaux.net Autour des palombes Accipiter gentilis - Northern Goshawk.
  84. Oiseaux.net Faucon lanier Falco biarmicus - Lanner Falcon.
  85. Oiseaux.net Chevêche d'Athéna Athene noctua - Little Owl.
  86. Oiseaux.net Autruche d'Afrique Struthio camelus - Common Ostrich
  87. Oiseaux.net Autruche d'Afrique Struthio camelus - Common Ostrich (localisation)
  88. Données préliminaires sur la distribution du guépard �(Acinonyx jubatus) dans �le Sud Ouest algérien.
  89. Alain Vircondelet, Charles de Foucauld, comme un agneau parmi des loups, Le Rocher (éditions), Monaco, septembre 1997, 364 p.
  90. Archives de l'Institut Pasteur d'Algérie, volumes 18 à 19, Institut Pasteur d'Algérie, 1940.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]