Ghardaïa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ghardaïa
Vue générale de Ghardaïa (Tagherdayt).
Vue générale de Ghardaïa (Tagherdayt).
Noms
Nom algérien tagherdait غرداية
Nom amazigh ⵜⴰⵖⵔⴷⴰⵢⵜ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Ghardaïa
Daïra Ghardaïa
Code postal 47000
Code ONS 4701
Démographie
Population 93 423 hab. (2008[1])
Densité 305 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 29′ 00″ N 3° 41′ 00″ E / 32.483333, 3.68333332° 29′ 00″ Nord 3° 41′ 00″ Est / 32.483333, 3.683333  
Superficie 306 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Ghardaïa.
Localisation de la commune dans la wilaya de Ghardaïa.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Ghardaïa

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Ghardaïa
Liens
Site de la commune http://www.wilayadeghardaia.org

Ghardaïa (en tamazight: Taɣerdayt, s'écrit en tifinagh : ⵜⴰⵖⵔⴷⴰⵢⵜ, en arabe : غرداية) est une commune de la wilaya de Ghardaïa en Algérie, dont elle est le chef-lieu, située à 600 km au sud d'Alger, elle est la capitale de la Vallée du Mzab. Ghardaïa fait partie du patrimoine mondial et elle est considérée comme site touristique d'importance majeure en Algérie, de par son architecture et son histoire[2],[3]. La ville comprend une communauté mozabite importante[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Ghardaïa est situé au Nord de la wilaya de Ghardaïa, à 600 km au sud d'Alger, à 190 km au sud de Laghouat et à 190 km à l'ouest de Ouargla.

Communes limitrophes de Ghardaïa
Berriane
Dhayet Bendhahoua
Berriane Berriane
Dhayet Bendhahoua Ghardaïa Bounoura
Bounoura Bounoura Bounoura

Transport[modifier | modifier le code]

Ghardaïa dispose d'un aéroport situé à 19 km au sud-est de la ville. Des vols opérés par la compagnie Air Algérie relient Ghardaïa à la capitale algérienne, Alger, et aux villes du Sud algérien : Illizi, Djanet et Tamanrasset.

Agglomérations secondaires[modifier | modifier le code]

Mélika[modifier | modifier le code]

Mélika de sa nomination originale « Atemlichet », « At Tamelichet » (« la reine ». L'oasis, considérée comme une ville sainte, renferme le tombeau de Sidi Aïssa et de sa famille.

Béni Isguen[modifier | modifier le code]

Béni Isguen de sa nomination originale « At Isgen », « At Izgen » ou « At Isjen ». Le site fut maintes fois peint par Maurice Bouviolle appelé "le chantre du M'Zab" (École d'Alger).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ghardaïa tire son nom du mot amazighe tagherdayt. Aujourd'hui capitale du Mzab. Sa date de fondation est 1048[5] ou 1053[6]. C'est une cité (Aγerm) de type ksourien. Son architecture traditionnelle a largement inspiré l'œuvre de Le Corbusier.

Le toponyme « Ghardaïa », comme d’ailleurs ceux de la région amazighe du Mzab (Tajnint « El Atteuf », At Mlikch « Melika », At Izğen « Beni Isguen », At Bunur « Bounoura », Bergan « Berriane » et Zagrara « Guerrara »), n’est en effet, depuis la période coloniale française, que la déformation de la forme amazighe authentique « Taγerdayt » que l’on doit pas confondre avec taγerdat/taγerdayt, féminin de « aγerda = souris ». Ces ressemblances existent bel et bien en langue amazighe, dans toutes ses variantes.

Ce toponyme « Taγerdayt » que porte la métropole de la région du Mzab, pour des raisons qu’il serait long d’évoquer ici, a bien entendu une forme et un sens en rapport avec la langue de l’établissement humain qui l’occupe depuis la nuit des temps. Le toponyme serait depuis toujours[réf. nécessaire] prononcé « Taγerdayt » par toutes les populations amazighophones de ladite région en disant exclusivement : ad z'wiγ γel Tγerdayt (je me rends à Taγerdayt), usiγ-d s Tγerdayt (je suis venu de Taγerdayt), etc ...

Selon une hypothèse solide à laquelle est parvenu H. DABOUZ, le toponyme Taγerdayt, signifiant « cuvette/dépression » se décompose comme suit : • « ta---t » (indices du féminin singulier, en tamazight) • gher (découlant de iger/ager signifiant champ) • adday (partie inférieure, bas, dessous).

Ce qui va en harmonie avec la topographie et le sens de « cuvette/dépression ». Par ailleurs, en tamazight d’Adrar Nfusa, en Libye, le mot Taγerdayt est bien attesté. Il donne le sens de « terre située au bord de l’oued ».

Panorama de Ghardaïa.

Histoire[modifier | modifier le code]

Voir Mzab

Au début d'octobre 2008, la ville a connu la plus grande inondation depuis 50 ans. Plusieurs dizaines de victimes, des blessés et des centaines de maisons détruites[7].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à Ghardaïa[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Ghardaia : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. UNESCO
  3. El watan
  4. En Algérie, Ghardaïa enflammée par les violences communautaires, Le Monde.fr, 19 février 2014
  5. http://www.opvm.dz/public/opvm/catalogue/index/id/dc673ccd14b3f39992e5e70652d70fef Office de protection et de promotion de la vallée du M'Zab
  6. http://www.monographie.caci.dz/index.php?option=com_content&view=article&id=77 Chambre algérienne de commerce et d'industrie
  7. Liberté Algérie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site officiel de la wilaya de Ghardaïa

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. et P. Donnadieu / H. et J.-M. Didillon (avec la participation de l'Atelier d'Études et de Restauration de la Vallée du M'Zab, Alain Dromigny, Ronald Filson et Leo Van Looy), Pierre Mardaga éditeur, Bruxelles, Liège/Bruxelles, 1986, 254 p. (ISBN 2-87009-O86-2[à vérifier : isbn invalide])
  • André Ravéreau, Le M'Zab, une leçon d'architecture, Éditions Actes Sud, Arles, 2003, (ISBN 2-7427-4270-0)
  • André Ravéreau, L'atelier du désert, Parenthèses, Marseille, 2004, (ISBN 2-86364-120-4) et (ISBN 978-2-86364-120-0)