Tipaza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tipaza
Tipaza vue du Chenoua
Tipaza vue du Chenoua
Noms
Nom algérien تيبازة
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Tipaza
Daïra Tipaza (chef-lieu)
Président de l'APC Malik Boudjouher
2012-2017
Code postal 42000
Code ONS 4201
Démographie
Population 25 225 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 35′ 31″ N 2° 26′ 58″ E / 36.591859, 2.449436 ()36° 35′ 31″ Nord 2° 26′ 58″ Est / 36.591859, 2.449436 ()  
Localisation
Localisation de commune dans la wilaya de Tipaza
Localisation de commune dans la wilaya de Tipaza

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Tipaza

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Tipaza

Tipaza ou Tipasa (en arabe : تيبازة, en tifinagh : ⵜⵉⴱⴰⵣⴰ), est une ville berbère côtière et une commune algérienne de la wilaya de Tipaza dont elle est le chef-lieu, située à 50 km à l'ouest d'Alger.

Tipaza est à l’origine une fondation punique en Afrique du Nord. Comme toutes les villes du bassin méditerranéen, Tipasa est devenue romaine – dans la province romaine de Maurétanie césarienne- puis chrétienne.

La présence de la mer, des reliefs du Chenoua et de la Dahra donnent un paysage particulier et un intérêt touristique. De nombreux vestiges puniques, romains, chrétiens et africains attestent de la richesse de l'histoire de cette colonie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se situe au nord de la wilaya de Tipaza.

Communes limitrophes de Tipaza
Cherchell Mer Méditerranée Mer Méditerranée
Nador Tipaza Aïn Tagourait
Nador Hadjout Sidi Rached

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

Lors de sa création en 1984[2], la commune de Tipaza est constituée des domaines et localités suivants :

  • Belj
  • Benaouda
  • Chenoua Plage
  • Domaine de Benkheira (en partie)
  • Domaine de Si Tayeb
  • Domaines de Belloundja Rabta, Abelhak, Ezzouaoui, Esserhane, Si Djillali Berkane
  • Ettouil
  • Guebli
  • Mansour
  • Oued Merzoug
  • Ouzakou
  • Tikarouchine
  • Tipaza Esserhane

Histoire[modifier | modifier le code]

Localisation de Tipasa dans l'Afrique romaine

Les Phéniciens y ont fondé un comptoir vers le Ve siècle av. J.-C. : c'est de cette origine que la ville tire son nom qui signifie « lieu de passage » ou « escale ». Mais le plus plausible, Tipasa est la déformation du mot berbère "Tafsa" qui signifie le grès ou la pierre calcaire, toujours en usage dans beaucoup de régions du Maghreb.

La ville connaît son essor sous le roi numide Juba II et devient avec Caesaria (actuelle Cherchell) l'un des foyers de la culture gréco-romaine en Afrique du Nord. Tipasa avait alors le type de la ville punique car elle se situait dans l'aire d'influence de Carthage.

À la fin de la troisième punique et le siège de Carthage en 146 av. J.-C., Rome annexe la Maurétanie (Maghreb d'aujourd'hui).

Sous l'empereur romain Claude Ier, en 39, Tipasa prend le statut de municipe latin et se dote d'une muraille longue de plus de deux kilomètres. Hadrien éleva par la suite Tipasa au rang de colonie honoraire. À la fin du IIe siècle, la ville connaît son apogée avec une population qui s'élève, selon les estimations de Stéphane Gsell, à 20 000 habitants.

Au deuxième siècle, cette cité romanisée s’agrandit vers l’ouest aux dépens d’une ancienne nécropole punique. Bien qu’elle fût entourée d’une longue muraille de 2 km, cela n’a pas empêché sa destruction en l’an 430 par les Vandales menés par Genséric.

Tipasa a, en tant que port, une importance moindre que Caesarea. Son trafic maritime étant réduit au cabotage. Le site archéologique de Tipasa contient divers vestiges, dont les restes d'une basilique. Son théâtre avait une taille honorable.

La mairie de Tipaza

Population[modifier | modifier le code]

La population de Tipaza est essentiellement constituée de chenouis berbères parlant le dialecte chenoui qui est une langue proche du berbère rifain et chaoui.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine archéologique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tipasa de Maurétanie.
Ruines romaines de Tipaza

À l'inverse de Timgad et Djémila dont les ruines apparaissent compactes et facilement lisibles, Tipasa offre à décrire un site éclaté. Ceci est dû au fait que tout n'a pas été dégagé et qu'une bonne partie de la ville, explorée en 1891 par Stéphane Gsell[3] est encore sous les sédiments.

En l'état actuel, les ruines se présentent en deux grands ensembles. Le premier, situé en dehors des murs, à l'entrée de la ville actuelle, à droite de la route qui vient d'Alger, correspond à une grande nécropole avec la basilique funéraire de Sainte Salsa. Le second, c'est le parc archéologique, situé à la sortie ouest de la ville moderne, qui regroupe la majorité des monuments mis au jour.

Entre les deux, près du port, le musée.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Émetteur[modifier | modifier le code]

L'émetteur de Tipaza est un émetteur grandes ondes qui transmet sur la fréquence 252 kHz un programme en langue française en direction de l'Europe. Cette émission peut être très bien reçue la nuit, en Europe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Tipaza, sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Tipaza, page 1571.
  3. Toutain Jules. Fouilles de M. Gsell à Tipasa : Basilique de Sainte Salsa. In: Mélanges d'archéologie et d'histoire T. 11, 1891. pp. 179-185.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]