Tindouf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tindouf
Le mouggar dans les années 1970.
Le mouggar dans les années 1970.
Noms
Nom algérien تندوف
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Tindouf
Daïra Tindouf (chef-lieu)
Président de l'APC Abdelkader Torki
2007-2012
Code postal 37000
Code ONS 3701
Démographie
Population 45 966 hab. (2008[1])
Densité 0,66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 27° 40′ 00″ N 8° 09′ 00″ O / 27.666667, -8.1527° 40′ 00″ Nord 8° 09′ 00″ Ouest / 27.666667, -8.15  
Altitude 433 m
Superficie 70 009 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Tindouf.
Localisation de la commune dans la wilaya de Tindouf.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Tindouf

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Tindouf

Tindouf (en arabe : تندوف) est une commune de la wilaya de Tindouf, dont elle est le chef-lieu, située à 1 460 km au sud-ouest d'Alger. En 2008, sa population est de 45 966 habitants, auxquels s'ajoutent 90 000 réfugiés sahraouis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Tindouf est située à l’extrême pointe sud-ouest de l’Algérie, dans la région naturelle de la Saoura, à la limite avec le Maroc (à l'ouest), le territoire non autonome du Sahara occidental (au sud-ouest) et la Mauritanie (au sud).

Le territoire de la commune est délimité :

Communes limitrophes de Tindouf
Maroc Oum el Assel Oum el Assel
Maroc
Sahara occidental
Tindouf Reggane (Adrar)
Mauritanie Mauritanie Reggane (Adrar)
Mauritanie

La ville de Tindouf est située à 720 km au sud-ouest de Béchar, à 770 km à l'ouest d'Adrar, à 1 475 km au nord-ouest de Tamanrasset et à 1 460 km au sud-ouest de la capitale Alger ; elle est également situé à 50 km à l'est des frontières avec le Sahara occidental et le Maroc et à 65 km au nord de la frontière avec la Mauritanie.

Les coordonnées géographiques de la commune au point central de son chef-lieu valent respectivement 27° 40′ 00″ Nord et 8° 09′ 00″ Ouest.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La ville de Tindouf est située à l’extrême ouest de la région désertique de la Saoura, au sud de la hamada du Draâ et au nord-ouest de l'Erg Iguidi.

Climat[modifier | modifier le code]

Tindouf a un climat désertique chaud (Classification de Köppen BWh) typique du Sahara avec des étés très longs et extrêmement chauds et des hivers courts et modérément chauds. Le climat y est largement hyper-aride et extrêmement sec toute l'année puisque les précipitation annuelles moyennes sont environ de 27 mm. La sécheresse y est encore plus accentuée durant l'été où l'on enregistre 0 mm de précipitations entre mai et juillet. A des occasions exceptionnelles, des orges violents peuvent se produire à cause de masses d'air plus frais venant du nord qui rencontre les masses d'air brûlant venues directement du désert surchauffé pendant la journée. En été, la chaleur est extrême et prend un caractère persistant : les températures moyennes maximales sont supérieures à 45 °C en juillet (le mois le plus chaud) mais tournent plutôt autour de 50 °C entre juin et septembre. Les températures sont très agréables et élevées en hiver mais seulement la journée car dans les étendues désertiques, il n'y a rien pour retenir la chaleur et températures minimales moyennes avoisinent 5 °C. Le ciel est dégagé et clair toute l'année et les journées couvertes restent très rares, si existantes. La température moyenne journalière annuelle avoisine 25 °C à Tindouf.

Données climatiques à Tindouf.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 5,2 6,9 11,8 13,3 19,4 24,6 27,9 27,2 22,5 16,9 11,2 5,8 16,06
Température moyenne (°C) 13,5 16,3 21 22,8 28,6 33,8 36,6 35,7 31,7 25,8 18,7 13,8 24,75
Température maximale moyenne (°C) 21,7 25,6 28,3 32,2 37,7 42,9 45,2 44,1 40,8 34,7 26,1 21,8 33,43
Précipitations (mm) 3 5 2 1 0 0 0 1 6 2 3 4 27
Source : Weatherbase, statistiques sur 15 ans[2].


Transports[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un aéroport, situé à 7 km au nord-ouest de la ville. Des vols opérés par la compagnie Air Algérie relient Tindouf aux villes d'Alger, Constantine et Oran.

Une route quasi rectiligne d’une longueur de 800 km la relie à Béchar située au nord-est.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Outre son chef-lieu Tindouf-ville, la commune de Tindouf est composée des localités suivantes : Garet Djebilet, Aouinet Bélagraa, Chénachène et Oum El Achar[3].

La localité de Garet Djebilet (ou Gara Djebilet), une quarantaine d'âmes en 2008[4], est située à proximité de la frontière avec la Mauritanie, à 200 kilomètres au sud-est de Tindouf-ville, à proximité d'un important gisement de fer[5] ; on y trouve également un aérodrome, Gara Djebilet, (code IATA : GBB).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Mohand-Akli Haddadou, le nom Tindouf est issu de Tidaf, mot d'origine berbère signifiant le « surveillant », la « sentinelle », ayant en définitive le sens de tour de guet, de belvédère[6].

D'autres significations du toponyme Tindouf, lui donnant toutes — au moins en partie — une origine berbère, ont été avancées. Selon A. Coÿne, le nom de Tindouf serait constitué d'un premier composant touareg, Tin, signifiant « celle de », et d'un deuxième composant, Douf, issu de l'arabe Oudef et signifiant « pré, champ, parterre », le nom complet signifiant alors « celle de la pièce de terre »[7] ; Louis Rinn rattache pour sa part le deuxième composant au mot Oudhef, signifiant « placer, caser, allouer », le toponyme signifiant dans ce cas « l'emplacement », » l'attribution » ou « le lot »[7]. Selon l'historien et géographe andalou Al-Bakri, Tindouf dériverait de Tendefes, mot désignant des puits éphémères creusés par les voyageurs[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'oasis de Tindouf telle que vue en 1880 par l'explorateur germano-autrichien Oskar Lenz[9].

Tindouf est édifiée en 1852 par le cheikh Mrabet Ould Belamech, de la tribu des Tadjakant, sur l'emplacement d'un ancien ksar du XVIe siècle[10],[11].

Avantagé par la position géographique de la ville — à l'intersection des routes caravanières reliant Guelmim dans la region de l'Oued Noun, Akka ou Agadir, dans le Sud marocain, Atar en Mauritanie, Dakar au Sénégal, Tombouctou au Mali, la Saguiet-el-Hamra dans le Sahara occidental ou le Touat dans le Sud algérien[12],[13] — et la notoriété de sa confrérie religieuse, un important commerce caravanier se développe et amène la prospérité à Tindouf, qui compte jusqu'à « un millier d'habitants, sans compter les esclaves »[11]. La concentration de chameaux peut y atteindre à certaines occasions plusieurs milliers de têtes. Il s'y échange de l'or, du cuivre, de l'ivoire, des cuirs, de l'encens ou des cotonnades, mais également des esclaves Bambara, destinés au Sultan du Maroc[10],[11],[13].

La prise par la France de Tombouctou en 1894 va ouvrir les portes de cette importante ville aux marchandises plus abordables débarquées aux ports de Saint-Louis et de Dakar, et mettre ainsi fin, lentement mais sûrement, à la prééminence du marché de Tindouf, qui s'appauvrit inéluctablement[14]. Les Tadjakant sont par ailleurs depuis longtemps en conflit latent avec la grande tribu nomade des Reguibat. Aidés de la tribu des Beraber, ils s'attaquent cette même année 1894 à une famille Reguibat de « noble lignée », ce qui relance les hostilités entre les deux tribus ; la riposte des Reguibat, exaspérée par le désir de vengeance, sera déterminée[14].

En 1896[15], les Reguibat — aidés par leurs alliés de la tribu des Aït Oussa — lancent une expédition de 1 200 hommes contre Tindouf et réussissent, après une bataille de 7 jours, à forcer les défenses de la ville, la piller et décimer ses défenseurs[14],[16]. La ville connait dès lors le déclin : en 1915, il n'y subsiste que quelques familles, dont les tentatives de relever l'oasis de ses ruines vont se révéler vaines, au point qu'en 1918, leur chef est contraint de solliciter l'aide des forces françaises[10],[11]. Deux expéditions militaires de reconnaissance y sont envoyées en 1925 et en 1928 ; lors de la deuxième expédition, le capitaine français Ressot n'y trouve plus qu'une oasis dévastée, dont le total d'habitants ne dépasse pas la centaine[16]. Le déclin continue et la cité ne compte plus qu'une seule âme lorsqu'elle est définitivement occupée le 31 mai 1934, au nom de la France, par le colonel Trinquet, agissant sous les ordres du général Giraud[10],[11],[16]. Trois mois plus tard, 35 personnes, représentant 16 familles, sont réinstallées dans la cité[10],[11].

Une fois occupée, Tindouf est d'abord rattachée à la commune indigène de Béni-Abbès (dans le Territoire de Aïn Safra), avant de devenir en 1935 le centre administratif de la commune indigène de la Saoura, puis quatorze ans plus tard, en vertu de l'arrêté préfectoral du 5 septembre 1949, le chef-lieu de l'annexe de Tindouf ; enfin, le 9 décembre 1956, est créée la commune de Tindouf : de catégorie C, son conseil municipal de 15 membres est présidé par un fonctionnaire nommé par le Préfet. Le 7 août 1957, le nouveau département de la Saoura est créé, dont Tindouf est l'un des nouveaux arrondissements[17],[18],[19],[20].

Cependant, dès 1955, Tindouf est au centre des revendications territoriales marocaines visant l'accomplissement du « Grand Maroc »[21]. Le 7 juillet 1962, quelques jours après la proclamation de l'indépendance de l'Algérie, survenue le 3 juillet 1962, la presse marocaine fait état de l'arrivée à Rabat d'une délégation de représentants des tribus de Tindouf, venus présenter au roi du Maroc « un document le reconnaissant comme leur chef spirituel et temporel »[22],[23],[24]. En préliminaire de la guerre des Sables, des incidents éclatent le 2 octobre à Tindouf, après que l'officier de l'armée algérienne commandant la place de Tindouf ait ordonné au caïd Ould Salik d'amener le drapeau marocain déployé au-dessus de la casbah, et de remettre les armes dont il dispose. Une bataille s'engage entre l'armée et des hommes des tribus Tadjakant et Reguibat[25],[26], faisant de nombreuses victimes ; le nombre de morts varie selon les sources entre une douzaine de personnes[24] et 130 « Marocains »[25].

Le statut administratif de Tindouf est conservé tel quel après l'indépendance de l'Algérie en 1962. Il est modifié une première fois le 2 juillet 1974 avec le redécoupage administratif qui rattache la daïra (sous-préfecture) de Tindouf à la nouvelle wilaya (préfecture) de Béchar[27], puis une deuxième fois, le 3 avril 1984, la commune devenant le chef-lieu de la nouvelle wilaya de Tindouf[28].

La controverse sur l'appartenance de Tindouf a certes pris officiellement fin avec la signature, le 15 juin 1972, d'un accord frontalier algéro-marocain[29], ratifié en 1973 par l'Algérie[30] et en 1992 par le Maroc[31], et consacrant l'appartenance à l'Algérie de Tindouf, mais selon Olivier Vergniot[16], « Nationalismes obligent, le débat sur l'appartenance de Tindouf reste une question épineuse. Il s'agit le plus souvent de délivrer un certificat de conformité à l'une ou l'autre thèse en présence, en passant soit par le miroir déformant du « bon droit » historique, soit par celui du respect juridique pointilleux ».

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2010, la population de Tindouf est estimée à 47 965 habitants[32].

Évolution démographique de Tindouf.
1977 1987 2006 2008 2010
6 044 13 084 44 058 45 966 47 965


Depuis la fin de l'année 1975, Tindouf accueille des réfugiés du Sahara occidental, en attendant le règlement du conflit avec le Royaume du Maroc (90 000 personnes recensées par le HCR en janvier 2012[33], 165 000 selon le gouvernement algérien[33]).

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Tindouf en 2008 en pourcentage[34].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,15 
85 ans et +
0,10 
0,20 
80 à 84 ans
0,12 
0,34 
75 à 79 ans
0,24 
0,46 
70 à 74 ans
0,29 
0,72 
65 à 69 ans
0,61 
0,95 
60 à 64 ans
0,71 
1,39 
55 à 59 ans
1,30 
1,62 
50 à 54 ans
1,52 
2,34 
45 à 49 ans
2,23 
3,22 
40 à 44 ans
2,67 
3,53 
35 à 39 ans
3,24 
4,01 
30 à 34 ans
4,02 
4,89 
25 à 29 ans
5,21 
5,01 
20 à 24 ans
5,27 
5,38 
15 à 19 ans
5,08 
5,20 
10 à 14 ans
5,17 
4,99 
5 à 9 ans
5,31 
6,28 
0 à 4 ans
6,17 
0,09 
nd
0,00 
Pyramide des âges de la wilaya de Tindouf en 2008 en pourcentage[35].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,15 
85 ans et +
0,10 
0,21 
80 à 84 ans
0,12 
0,35 
75 à 79 ans
0,25 
0,47 
70 à 74 ans
0,29 
0,74 
65 à 69 ans
0,62 
0,94 
60 à 64 ans
0,70 
1,37 
55 à 59 ans
1,30 
1,61 
50 à 54 ans
1,51 
2,34 
45 à 49 ans
2,18 
3,22 
40 à 44 ans
2,69 
3,53 
35 à 39 ans
3,20 
4,00 
30 à 34 ans
3,99 
4,91 
25 à 29 ans
5,18 
4,99 
20 à 24 ans
5,31 
5,33 
15 à 19 ans
5,06 
5,21 
10 à 14 ans
5,14 
5,05 
5 à 9 ans
5,31 
6,34 
0 à 4 ans
6,20 
0,09 
nd
0,00 

Culture, patrimoine et tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et festivités[modifier | modifier le code]

Le désert entre Tindouf et Tifariti (Sahara occidental).

Une grande foire traditionnelle, le mouggar, est organisée à Tindouf tous les ans au mois de mai[36].

Patrimoine archéologique[modifier | modifier le code]

Chondrite ordinaire (NWA 869) découverte dans un champ de météorites dans les environs de Tindouf.

L'ensemble du territoire de la commune de Tindouf est inclus dans le Parc naturel de Tindouf dédié à la préservation des sites et des monuments historiques et culturels, créé en 2008 et couvrant tout le territoire de la wilaya de Tindouf[37]. Le patrimoine archéologique de la commune comprend notamment les gravures rupestres, tombes géantes, tumulus, menhirs et mégalithes de la région de Lakhal, au sud-est de la commune[37],[38].

Des météorites de type chondrite ordinaire, d'une masse totale de 1 550 kg ont été découvertes en 1997 dans les environs de Tindouf[39].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

La casbah de Belaâmach a fait l'objet d'un classement, en 1999, au titre du patrimoine national en tant que centre urbain vivant[40].

Tourisme[modifier | modifier le code]

De par son histoire, et sa localisation (ville très difficilement accessible), la ville n’offre pas actuellement d’intérêts touristiques majeurs a contrario des autres grandes cités du Sahara algérien. La ville ne se visite pas facilement, une présence militaire importante en dissuade l’accès, seules quelques ONG y ont parfois accès.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En plus de celui de Gara Djebilet, Tindouf compte un autre important gisement de fer, situé au lieu-dit Mechri Abdelaziz, à 400 kilomètres à l'est de la ville[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Tindouf : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. « Tindouf, Algeria », sur www.weatherbase.com (consulté le 17 mars 2011).
  3. « Décret no 84-365 du 1er novembre 1984 fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes », Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, no 67,‎ 19 décembre 1984, p. 1562 (lire en ligne).
  4. M. Milagh, « Tindouf : Les conditions de vie s’améliorent à Gara Djebilet », El Watan, no 5494,‎ 29 novembre 2008, p. 11 (ISSN 1111-0333, lire en ligne).
  5. a et b (en) « Exploitation of iron ore deposit "Gara Djebilet and Abdelaziz Mechri": Technical paper on gara djebilet and mechri abdelazizi deposits », Ministère de l'énergie et des Mines — Agence nationale du patrimoine minier,‎ 2005.
  6. Mohand-Akli Haddadou, Dictionnaire toponymique et historique de l'Algérie, Tizi Ouzou, Éditions Achab,‎ 2012 (ISBN 9789947972250), p. 531.
  7. a et b A. Coÿne, « Le Sahara de l'Ouest : Étude géographique sur l'Adr'ar et une partie du Sahara occidental », Revue africaine, no 33,‎ 1889, p. 23 (lire en ligne).
  8. Mohammed Boudali, « La festivité de Maârouf Sid Ahmed Reguibi : Lorsque Tindouf dévoile ses atouts touristiques », Tourisme Magazine, no 18,‎ mai-juin 2009, p. 27 (lire en ligne).
  9. Oskar Lenz (trad. Pierre Lehautcourt), Timbouctou : voyage au Maroc, au Sahara et au Soudan, t. 2,‎ 1886-1887 (lire en ligne).
  10. a, b, c, d et e Attilio Gaudio, Populations du Sahara occidental : histoire, vie et culture, Karthala éditions,‎ 1993 (lire en ligne), p. 136.
  11. a, b, c, d, e et f Marcel Laugel, Sur le vif : dépêches oubliées, de la Mauritanie au Yémen, L'Harmattan,‎ 2008 (lire en ligne), p. 16.
  12. Attilio Gaudio (1993), op. cit., p. 144.
  13. a et b Camille Douls, Voyages dans le Sahara occidental et le sud marocain, Rouen, E. Cagniard,‎ 1888 (lire en ligne), p. 24.
  14. a, b et c Sophie Caratini, Les Rgaybāt : (1610-1934), t. 1 : Des chameliers à la conquête d'un territoire, L'Hamattan,‎ 1989 (ISBN 2738400140, lire en ligne), p. 102-103.
  15. Marcel Laugel (2008) et Attilio Gaudio (1993), op. cit., p. 136, situent cet événement en mai 1894.
  16. a, b, c et d Olivier Vergniot, « Tindouf, un point d'équivoque (1912-1934) », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, Éditions Édisud, vol. 41,‎ 1986, p. 119-135 (lire en ligne).
  17. Marcel Laugel (2008), op. cit., p. 52.
  18. Députés de l'Algérie – Saoura sur Politiquemania.
  19. Départements d'Algérie entre 1848 et 1962 sur Bab-el-Oued Story.
  20. Les départements d'Algérie sur le Site sur la Population et les Limites Administratives de la France.
  21. Jean-Marc Delaunay, Aux vents des puissances, Presses Sorbonne Nouvelle,‎ 2009 (lire en ligne), p. 124-127.
  22. Édouard Méric, « Le conflit algéro-marocain », Revue française de science politique, vol. 15, no 4,‎ 1965, p. 743-752 (lire en ligne).
  23. E. Ponyanne, « Les Marocains embarrassés », France-Soir,‎ 7 juillet 1962, p. 5.
  24. a et b (en) Virginia McLean Thompson et Richard Adloff, The western Saharans : background to conflict, Taylor & Francis,‎ 1980 (ISBN 0389201480, lire en ligne), p. 230.
  25. a et b « Selon les journaux de Rabat : 130 Marocains auraient été tués lors des incidents de Tindouf », Le Figaro,‎ 17 octobre 1962, p. 9.
  26. Selon É. Méric (1965), op. cit., ces hommes seraient « les représentants locaux du gouvernement marocain ».
  27. « Ordonnance no 74-69 », Journal officiel de la République algérienne, no 55,‎ 9 juillet 1974, p. 608 (lire en ligne).
  28. « Décret no 84-79 », Journal officiel de la République algérienne, no 14,‎ 3 avril 1984, p. 295 (lire en ligne).
  29. Convention relative au tracé de la frontière d'État établie entre le Royaume du Maroc et la République Algérienne Démocratique et Populaire (avec cartes), sur le site de l'ONU.
  30. « Ordonnance no 73-20 », Journal officiel de la République Algérienne, vol. 12,‎ 15 juin 1973, p. 546-548 (lire en ligne).
  31. « Dahir no 1-89-48 », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, vol. 81, no 4157,‎ 1er juillet 1992, p. 282-284 (ISSN 0851-1217, lire en ligne).
  32. (en) Tindouf in the World Gazetteer.
  33. a et b (en) United Nations High Commissioner for Refugees, « Appel global 2012-2013 du HCR - Algérie », sur UNHCR (consulté le 6 mai 2013).
  34. Tindouf — Population résidente par age, par sexe et par commune. Consulté le 10 juin 2011.
  35. Wilaya de Tindouf — Population résidente par age et par sexe. Consulté le 10 juin 2011.
  36. Jean-Paul Labourdette, Marie-Hélène Martin, Algérie, Petit Futé, 2009, p. 374, (ISBN 9782746921962).
  37. a et b M. Milagh, « Patrimoine national », El Watan, no 5415,‎ 26 août 2008, p. 9 (ISSN 1111-0333, lire en ligne).
  38. M. Milagh, « Les mille et une merveilles de Tindouf : Un musée à ciel ouvert sombre dans l'oubli », El Watan, no 5371,‎ 6 juillet 2008, p. 12 (ISSN 1111-0333, lire en ligne).
  39. (en) « Tindouf — Meteoritical Bulletin Database — The Meteoritical Society »,‎ 2007.
  40. Liste des sites et monuments classés sur le site du Ministère de la culture.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]