Relizane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relizane
Relizane : la mosquée Ennour
Relizane : la mosquée Ennour
Noms
Nom algérien غاليزان
Nom kabyle Iɣil Izza
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Oranie
Wilaya Wilaya de Relizane
Daïra Relizane
Président de l'APC Ouagouag Medjaded (FLN)
2007-2012
Code postal 48000
Code ONS 4801
Démographie
Population 130 094 hab. (2008[1])
Densité 1 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 44′ 00″ N 0° 33′ 00″ E / 35.733333, 0.55 ()35° 44′ 00″ Nord 0° 33′ 00″ Est / 35.733333, 0.55 ()  
Altitude Min. 50 m – Max. 250 m
Superficie 110,82 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Relizane
Localisation de la commune dans la wilaya de Relizane

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Relizane

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Relizane

Relizane (arabe: غليزان, du berbere Ighil izan, en tifinagh : ⵉⵖⵉⵍ ⵉⵣⴰⵏ), est une commune de la wilaya de Relizane en Algérie. En 2008, sa population est de 130 094 habitants, dont 109 689 résidant dans la ville de Relizane, chef-lieu éponyme de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Relizane
Belassel Bouzegza Belassel Bouzegza Oued Djemaa
El Matmar Relizane Zemmoura
Ben Daoud Sidi M'Hamed Benaouda Dar Ben Abdellah

Lieux-dits, quartiers et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune compte une agglomération secondaire, Bermadia (ou Adda Benaouda).

Transport[modifier | modifier le code]

L'Autoroute Est-Ouest passe à 6 km nord de la ville au niveau de la commune de Belassel depuis le 15 août 2009. La RN4 traverse la commune d'est en ouest. Deux routes nationales y démarent, la RN7 vers le sud-ouest en direction de Mascara et la RN23 vers le sud-est en direction de Tiaret.

Un train par jour permet de rejoindre Alger en moins de 4 heures à 13h54[2].

La ville abrite un petit aérodrome en cours de réhabilitation.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Relizane forme francisée de Ighil Izane dérivé du tamazight "Ighil" qui veut dire bras et "izza" qui veut dire grillé. Ighil Izane est donc le "Col grillé par le soleil"[3]. C'est un lieu-dit au temps des Turcs qui y fondèrent un bordj, d'où le nom de Bordj Ighil Izane pour contrôler la route d'Oran et en même temps contenir les tribus des Beni Rached ainsi que les tribus berbères des Flitta.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Antiquité[modifier | modifier le code]

L’histoire de la région remonte à l’époque des royaumes des Numides qui se situe entre 203 et 213 avant J.C. La région tire son nom d'un cours d'eau appelé Mina. La région de la Mina connait sous la domination romaine qui a duré près de cinq siècles, son apogée dans le développement agricole et commercial en raison de la fertilité de ses terres et de la richesse de son sol. Relizane est fondée sur l’emplacement de l’antique Castellum romain de Mina.

Islamisation[modifier | modifier le code]

L’islam fait son apparition dans la région de l’Ouest en 681, en 719-720 les tribus de Relizane sont toutes converties à l’islam avec l’arrivée de Moussa-Ibn-Nassir.

La colonisation française[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, l’agriculture est très souvent menacée par de fréquentes sécheresses. Ce n’est en 1852 que les troupes françaises occupent Relizane, le centre de population est créé par décret impérial le 27 février 1857, il est élevé au rang de commune de plein exercice le 5 février 1871.

En 1844, le génie français répare l’ancien barrage (les anciens ouvrages hydrauliques rétablis en partie au XVIIIe siècle). En 1853, les premiers Européens s’installent dans la plaine et cultivent de petites superficies en blé et en orge plus quelques surfaces de tabac vite abandonnées (le paludisme décime à l’époque des populations entières). Mais la création de Relizane n’est décidée qu'en janvier 1857. Depuis, certaines maisons construites après le chemin de fer Alger-Oran lui donnent un visage nouveau. Entre temps la population européenne augmente. Les Français viennent du Midi (Gard) et les Espagnols de Valence, d’Alicante, de Murcie, d’Almeria. Une vingtaine de fermes faisaient la culture du coton. La ville connaît alors un développement prodigieux, mais les maladies, la sécheresse, les récoltes insuffisantes freinent tout progrès. Ajoutons à la catastrophe naturelle, les évènements qui ont précédé le voyage impérial[Quoi ?] et dont les séquelles[Lesquelles ?] firent la raison principale de l’incident[Lequel ?] de mai 1865. Dans le Sud oranais éclate la révolte des Ouled Sidi cheikh, révolte due au mécontentement depuis 1860. Les désillusions et promesses[Lesquelles ?] non tenues par l’occupant sont à l’origine d’une des plus grandes insurrections[Laquelle ?] qui allaient durer jusqu’en 1896.

Un camp de travail est utilisé pour emprisonner les réfugiés républicains espagnols à la fin de la guerre civile espagnole (voir Retirada)[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1987 1998 2008
83 864 111 186 130 094


Sports[modifier | modifier le code]

La commune compte un club de football appelé le RC Relizane (3e division) fondé en 1935 qui évolue au stade Tahar Zoughari.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Relizane : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. http://www.sntf.dz/index.php?gd=349&ga=69&dd=20120409&h1=0005&h2=2355&option=com_sntf&view=train&lang=fr
  3. « Le long rêve de liberté de Relizane », sur Djazairess, un article de Kaddour M´Hamsadji paru dans L'expression le 28 octobre 2010 sur le livre d'Abdellah Righi, Relizane (1954-1962), Alger, Casbah-Editions,‎ 2009, 574 p.
  4. Evelyn Mesquida, La Nueve, 24 août 1944. Ces républicains espagnols qui ont libéré Paris, Paris, Le Cherche-Midi, 2011, collection « Documents ». ISBN 978-2-7491-2046-1, p. 47