Tamanrasset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tamanrasset
Marché de la ville
Marché de la ville
Noms
Nom algérien تمنراست
Nom touareg Tamanrasset in Tifinagh.svg
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Tamanrasset
(chef-lieu)
Daïra Tamanrasset
Code ONS 1101
Démographie
Population 92 635 hab. (2008[1])
Densité 2,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 22° 47′ 13″ N 5° 31′ 38″ E / 22.786944, 5.52722222° 47′ 13″ Nord 5° 31′ 38″ Est / 22.786944, 5.527222  
Altitude 1 400 m
Superficie 37 713 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Tamanrasset.
Localisation de la commune dans la wilaya de Tamanrasset.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Tamanrasset

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Tamanrasset
Liens
Site de la commune (fr)

Tamanrasset ou Tamanghasset (en arabe : تمنراست, en tifinagh : Tamanrasset in Tifinagh.svg), également appelée Tamenghest (en berbère) et Fort Laperrine lors de la colonisation française, est une commune de la wilaya de Tamanrasset, dont elle est le chef-lieu, située à l'extrême sud de l'Algérie, à 1 900 km au sud d'Alger, à 450 km à vol d'oiseau au sud-ouest de Djanet et à environ 400 km au nord de la frontière malienne.

Cette ville est notamment connue pour avoir été le lieu de résidence du pèlerin du désert Charles de Foucauld.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Tamanrasset est au sud de l'Algérie, dans la chaîne montagneuse du Hoggar à 1 400 m d'altitude. Cette ville se situe en plein cœur du désert du Sahara.

Climat[modifier | modifier le code]

Tamanrasset possède climat désertique chaud (Classification de Köppen BWh) typique du Hoggar, massif montagneux situé au Sahara avec des étés longs et très chauds et hivers courts et modérément chauds. L'altitude élevée (1 400 m) modère beaucoup les températures maximales moyennes rencontrées tout au long de l'année et est responsables de précipitations légèrement plus abondantes qu'aux environs à basse altitude. Néanmoins, le climat y est considéré comme extrêmement chaud et sec pour une telle altitude. Le climat y est hyper-aride et extrêmement sec toute l'année puisque les précipitation annuelles moyennes sont environ de 43 mm. En été, la chaleur, bien que très modérée, est très forte et prend un caractère persistant : les températures moyennes maximales sont supérieures à 35 °C en juillet (le mois le plus chaud) mais tournent plutôt autour de 40 °C entre juin et septembre. Les températures sont très agréables et élevées en hiver mais seulement la journée car dans les étendues désertiques, il n'y a rien pour retenir la chaleur et températures minimales moyennes avoisinent 5 °C. Le ciel est dégagé et clair toute l'année et les journées couvertes restent très rares, si existantes. La température moyenne journalière annuelle avoisine 22 °C à Tamanrasset. L'humidité relative y est exceptionnellement faible toute l'année avec une moyenne annuelle d'environ 23 %.

Données climatiques à Tamanrasset, altitude : 1 400 m.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 5,3 7,9 11 15,5 19,8 22,6 22,7 22,2 20,5 16,6 10,8 6,8 14,86
Température moyenne (°C) 12,8 15,3 18,2 22,5 26,4 29 28,9 28,5 27,7 23,2 17,5 13,9 21,82
Température maximale moyenne (°C) 20,3 22,6 25,4 29,5 33 35,4 35,2 34,8 33,9 29,9 24,3 21 28,78
Précipitations (mm) 1,3 1,3 2,6 1,8 6,2 3,9 4,8 5,6 8,3 3,2 2,1 1,8 42,9
Humidité relative (%) 24,1 22,2 19,3 19,2 19,8 20 20,2 21,8 24 27,9 28,1 27,3 22,82
Source : Climatemps[2].


Transports[modifier | modifier le code]

Aéroport de Tamanrasset

Tamanrasset dispose d'un aéroport international, situé à 6 km au nord-ouest de la ville.

La ville constitue également une étape sur la route transsaharienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • IVe et IIIe millénaire av. J.-C. : occupation humaine, attestée par les peintures rupestres du Hoggar.
  • Jusqu'au XXe siècle, lieu-dit d'indigènes Zeribas.
  • 1902 : Bataille de Tit
  • 1905 arrivée du Père Charles de Foucauld qui se fixe sur la rive gauche de l'Oued où il construit une petite maison en pierres et terre dans le territoire du pays des Kel Ahaggar.
  • V. 1915 « Tam » (appellation généralisée aujourd'hui par les gens qui l'habitent ou qui y viennent) prend la dimension d'un petit village d'une centaine d'habitants.
  • 1916 mort du Père de Foucauld, assassiné lors de la prise de la ville par des troupes senoussies.
  • 1919 la présence française s'affirme avec l'installation de services administratifs et la construction d'une caserne.
  • 1960 Premier essai nucléaire français, Gerboise bleue, dont les retombées radioactives atteindront Tam dès le lendemain.
  • 1961 Tam devient sous-préfecture du département « Territoire des Oasis dans le Sahara », promotion due au Centre expérimental nucléaire français.
  • 1967 la France abandonne ses expériences nucléaires au Sahara selon les Accords d’Evian.
  • 1970 période de sécheresse généralisée dans tout le Sahara et abords : désertification qui apporte à la ville un flux de réfugiés.
  • 1974 Tam est nommée capitale de province (wilaya) avec 30000 habitants. Le tourisme apparaît et se développe rapidement.
  • 1992 apparition du terrorisme qui annihile le tourisme[réf. nécessaire].
  • 2013 Les effets des essais nucléaires français continuent de provoquer des pathologies caractéristiques des irradiations[3].
  • 2014 Selon l’Association des victimes des essais nucléaires à In Eker (Aven), plus de 500 victimes de la radioactivité ont été recensées dans la wilaya de Tamanrasset[4], et 20 cancéreux, femmes, hommes et enfants, sont morts en juillet 2014 à Tamanrasset. Selon une étude réalisée par des experts, 21% des femmes de la région sont atteintes de cancer du sein et 10% du cancer de la thyroïde[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2008, la population de Tamanrasset est de 92 635 habitants[6].

Économie[modifier | modifier le code]

Depuis l'année 2000, la sécurité étant de retour, le tourisme est redevenu florissant. L'activité commerciale de la ville est animée, en particulier dans ses marchés.

Tamanrasset s'est également affirmée comme une ville charnière entre le nord méditerranéen moderniste, le Sahara des caravanes et l'Afrique noire. En cela, elle est également une plaque tournante de l'immigration subsaharienne vers l'Europe.

Culture[modifier | modifier le code]

Du 14 au 19 février 2012, Tamanrasset accueille le troisième Festival International des Arts de l'Ahaggar, Tin Hinan, Abalessa[7] placé sous le thème de "la relation entre le patrimoine et les médias", réflexion sur les origines et les modes de fabrication des clichés persistants qui entourent le Sahara, ses habitants et son patrimoine culturel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Tamanrasset : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. « Tamanrasset climate »
  3. La menace radioactive pèse encore sur Tamanrasset - Liberté Algérie, 5 mai 2013
  4. Les victimes des essais nucléaires de Tamanrasset interpellent l’ONU - Presse dz, 4 janvier 2014
  5. L’AVEN s’alarme des décès causés par le cancer à Tamanrasset - El Watan, 30 août 2014
  6. Données 2008. (en)Données démographiques sur Geohive.
  7. Le Quotidien d'Oran, quotidien, 14 février 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

(fr) Portail de la ville de Tamanrasset