Aïn Témouchent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aïn Témouchent
Vieille ville d'Aïn Témouchent vue depuis le Nord-Est
Vieille ville d'Aïn Témouchent vue depuis le Nord-Est
Noms
Nom algérien عـيـن تـمـوشـنـت
Nom amazigh ⵉⵏ ⵜⵉⵎⵓⵛⴻⵏⵜ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Aïn Témouchent
Daïra Aïn Témouchent
Président de l'APC Boudia Kribiche (FLN)
2012-2017
Code postal 46000
Code ONS 4601
Démographie
Gentilé Témouchentois(e)
Population 75 558 hab. (31/12/2010 - estimation[1])
Densité 957 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 17′ 22″ N 1° 08′ 28″ O / 35.28954, -1.14099 ()35° 17′ 22″ Nord 1° 08′ 28″ Ouest / 35.28954, -1.14099 ()  
Superficie 78,93 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya d'Aïn Témouchent.
Localisation de la commune dans la wilaya d'Aïn Témouchent.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Aïn Témouchent

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Aïn Témouchent
Liens
Site de la commune http://temouchent-info.com/information/historique

Aïn Témouchent, "perle de l'Oranie" dite aussi "la Florissante", est une commune de la wilaya d'Aïn Témouchent dont elle est le chef-lieu, située à 72 km au sud-ouest d’Oran, à 63 km à l'ouest de Sidi Bel Abbes et à 69 km au nord/nord-est de Tlemcen.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Aïn Témouchent, située à l'extrémité occidentale de la haute plaine du sahel oranais, dont le fond en cuvette est occupé par la grande sebkha d'Oran[2], se trouve à 504 km à l'ouest d'Alger. Le site, à mi-étape entre Oran et Tlemcen, a commandé l'édification d'une redoute militaire en 1843, qui fut le noyau de l'actuelle ville d'Aïn-Témouchent[3].

La ville occupe une situation privilégiée en raison de sa proximité de trois grandes villes de l'ouest de l'Algérie : Oran, Sidi Bel Abbes et Tlemcen. Grâce à cette position de carrefour, au terroir fertile qui l'entoure, la ville, créée en 1851[4] comme un simple centre de population de 228 feux près du poste militaire, a pu se développer rapidement, devenant le centre économique de la petite région nommée Bled-Kerkour, ou Témouchentois, puis une sous-préfecture en 1955[5], et un chef-lieu de wilaya en 1983.

Communes limitrophes d’Aïn Témouchent
Sidi Ben Adda Chaabat El Leham Chaabat El Leham
Aïn Tolba Aïn Témouchent Chentouf
Aïn Kihal Aghlal ; Aïn Kihal Aghlal

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le centre primitif d'Aïn Témouchent est situé à une altitude moyenne de 250 mètres, sur un plateau dominant le confluent de l'oued Sénane et de l'oued Témouchent. Le plateau culmine au sud, séparé du lit des deux oueds par une pente rapide, et s'abaisse doucement vers le nord. La petite région qui entoure la ville est accidentée, entrecoupée de mamelons et de ravins profonds, et le terroir y est essentiellement volcanique[6].

Transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

C'est une ville dite coloniale par son tracé et son architecture de type français, doublée de la ville nouvelle comme ci après indiqué, mais aux origines très anciennes puisque Phenicienne, Romaine et Berbere (l'antique Albulae siège au IIIe siècle d'un Évêché), puis arabe depuis le VIIIe siècle de l'ère chrétienne.

Lieux-dits et quartiers[modifier | modifier le code]

La ville moderne est typiquement européenne. Elle se composait avant l'indépendance, en 1962, du centre-ville avec quartiers résidentiels de villas opulentes pour les colons et d'immeubles ultra-modernes pour la classe moyenne. Les quartiers musulmans occupent pour leur part la périphérie de la ville comme Sidi Saïd ou Dyar El Mahabba. Un peu à l'écart sur la route d'Oran, se trouve le douar Gueraba (anciennement appelé village nègre)et rebaptisé plus tard cité Moulay Mustapha du nom d'un saint homme du sérail. Aujourd'hui la ville a connu un grand développement urbain qui s'est fait au détriment de terres agricoles et de vignobles, et s'étend bien au-delà de ses frontières anciennes avec de nouveaux quartiers comme "Villas Castors" du côté de la gare ferroviaire et vers la sortie de Sidi Ben Adda ( ex- Trois Marabouts).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu tire son nom de l'arabe aïn (« source »), et du berbère tuccent (« la chacale »)[7], ce qui donne « la Source de la chacale » ; en latin, on l'appelait Albulae, mais son nom ancien avant l'occupation Romaine était Sufat (origine Phénicienne). La "ville" fut créée en l'an 119 sous le règne de l'empereur romain Hadrien (création d'un poste militaire du nom de Proesidium-Sufative sur ordre du procurateur Seius Avitus[8]).

Histoire[modifier | modifier le code]

De l'antiquité à 1830[modifier | modifier le code]

Sufat[modifier | modifier le code]

De 1600 à 1200 ans avant J.C, des commerçants phéniciens transitaient et séjournaient sur le littoral temouchentois, spécialement dans la région de Béni Saf, en particulier sur l'île de Rachgoun (anciennement dénommée Cap d'Accra), où l'on retrouvera par ailleurs leurs traces et aussi à Sufat, village bâti sur les rives de l'Oued Senane, au niveau de l'actuelle cité des Jardins d'Aïn Témouchent. Vers la fin du Ier siècle après J.C, les romains arrivent à Sufat; ils s'y installent durablement et bâtissent des fortifications militaires pour se prémunir contre tout assaillant extérieur ;le poste militaire, compris dans la première rocade protectrice du tell au IIe siècle[9] est nommé Proesidium Sufative[note 1], et ne cessera de se développer pour devenir la cité romaine d'Albulae (qui veut dire ville blanche).

Albulae[modifier | modifier le code]

L'Itinéraire antique dit " d'Antonin" signale une station "Ad Albulas" à 30 milles de la station "Ad Rubras" et à 13 milles de la station "Ad Dracones"(Hamam-bou-Hadjar)[10]. Dans une liste d'évêques catholiques de la Maurétanie Césarienne, en 482, est mentionné Tacanus d'Albula [11] . Il fut convoqué à Carthage en 484 par le roi Vandale Hunéric avec les autres évêques d'Afrique, et se vit signifier une condamnation à l'exil pour avoir combattu l'Arianisme [12]. Albulae a pu être identifiée vers 1890 comme étant située à l'emplacement d'Aïn-Témouchent grâce à une inscription épigraphique, datable de l'an 300[13], trouvée dans les ruines romaines qui furent depuis recouvertes par les constructions de la ville d'Aïn-Témouchent.

Un plan de ces ruines a été levé en 1858[note 2]: il témoigne que la ville romaine était de la taille d'un village, comportant deux cimetières, l'un au nord, et l'autre au sud[note 3]. Les observations sur le terrain ont conduit à l'hypothèse que la ville fut détruite par un tremblement de terre suivi d'un incendie, probablement vers le 7° siècle. Les inscriptions épigraphiques retrouvées datent de 119 (date de fondation du poste militaire nommé Proesidium sufative, renommé Albulae au 3° siècle) à 544, dates extrêmes[14] .

Csar Ibn Senane[modifier | modifier le code]

Après l'installation de l'Islam en Afrique du nord, les écrits des auteurs arabes situent un Casr Sinan ou Csar ibn Senane à l'emplacement d'Aïn Témouchent. Le noyau initial de la ville actuelle domine le confluent des oueds Senane et Témouchent, le premier nommé tirant son nom, ou ayant donné son nom au Csar en question.

El Bekri (1014/1094) le mentionne plusieurs fois dans sa description de l'Afrique du Nord. -Venant d'Oran, en passant par Tensalmet, on arrive à "Djeraoua Lazizou (que l'on situe rive gauche de l'Oued el Mellah) lieu de marché qui doit son établissement à Obeidoun Ibn Sinan l'Azdadjien (du nom de la tribu berbère des Azdadja[15]). De là, on arrive à CASR IBN SINAN "le château d'Ibn Sinan[16]". - Ce csar se trouvait à une courte distance d'une ville proche de la mer: "À l'orient d'Archgoul (Rachgoune) est située ASLEN, autre ville forte, dont l'origine remonte à une haute antiquité. Elle est entourée d'une muraille de pierre et renferme une mosquée et un bazar. Les habitants appartiennent à la tribu des Maghila. Elle domine une rivière qui se jette dans la mer, à l'est de la place, et qui sert à l'arrosage de leurs jardins et arbres fruitiers. La muraille d'Aslen est dégradée et ruinée de tous les côtés par le courant d'une rivière. Abd-er-Rahman, le souverain espagnol, s'en rendit maître, et son ministre Mohammed ibn Abi Amer el Mansour y envoya Homeid ibn Yezel[note 4] qui la rebâtit à nouveau.. D'Aslen à CASR IBN SINAN "le château d'Ibn Sinan", il y a une petite journée de marche[17]." - Venant de Tlemcen, on passe à Tafda "grande ville renfermant une nombreuse population, et située sur deux rivières ... Ensuite on arrive au Casr ou "château" d'Ibn Senane l'Azdadjien, autour duquel on voit beaucoup de jardins arrosés par la rivière Kedal[18]."

Quant à Al Idrissi (ca1100/ca1165), plus sobre: "Sortant de Tlemsan, il y a une station jusqu'à Ausabe, et de là jusqu'à Casr (ou " Maisons de ") Sinan, il y a pareillement une station[19]."(Nubiens. p 80).

Aïn Témouchent[modifier | modifier le code]

Carte politique du nord du Maghreb central en 1600.

Au 14° siècle, des tribus du groupe des Beni Ameur, d'ascendance Hilalienne, sont installées entre plaine de Zeidour, oued Isser et oued el Mellah, dans la région d'Aïn-Témouchent[note 5]. Au siècle précédent, elles avaient été attirées dans le petit désert au sud de Tlemcen par Yaghmoracen, souverain de cette ville[20].

Une agglomération s'est-elle maintenue à l'emplacement du Casr d'Ibn Sinan jusqu'à l'arrivée des français ? Un auteur comme Antoine Carillo l'affirme[21] . Il est cependant permis d'en douter, pour au moins deux raisons: - vers 1730, le Dr Thomas Shaw visite la région, et parvient aux ruines de "Sinan": "Trente deux milles au Nord-Nord-Est de Tlemsan, on trouve des vestiges de la grande ville de Sinan. Elle était habitée du temps d'Edrissi, qui la place à deux stations de Tlem-san[22]". Chose curieuse, il semble que le dr Shaw, d'habitude si apte à reconnaître des ruines romaines, confonde les ruines d'Albulae avec celles du Csar d'Ibn Sinan. En tout cas, il ne mentionne pas d'agglomération "en dur" habitée en ce lieu. - le 1° décembre 1836, une colonne commandée par le Général de Létang, de retour d'une mission d'approvisionnement du mechouar de Tlemcen, bivouaque au lieu d'Aïn-Témouchent, sur la rive droite de l'oued du même nom[23]. Les Beni Ameur faisant partie de la confédération de tribus qui ont proclamé Abd el-Kader leur sultan, il parait douteux que l'armée aurait bivouaqué près d'une agglomération de leur dépendance.

Il est donc très vraisemblable que le nom d'Aïn-Témouchent était attaché à un lieu-dit, remarquable en cela qu'il avait une source.

Quant à la ville d'Aslen, elle a aussi attiré, vers 1730, l'attention de Shaw, qui la nomme Trans-rant: " "Après avoir laissé la rivière Tafna et l'île Acra au Sud-Sud-Ouest, on vient à une petite baye qu'on appelle communément le port d'Im-mi-sea. Il y a une tradition selon les Arabes, que c'était ici le port de Trans-rant, qui n'est plus qu'un tas de décombres à 2 milles de la mer, dans la plaine de Zi-doure. Auprès de cette ville ruinée coule un petit ruisseau, qui, après avoir arrosé le pays des Welled-Halfa, se jette dans ce port. Il faut que l'un ou l'autre de ces lieux soit l'ancienne Camareta, placée dans "L'itinéraire" à égale distance, et du Portus Sigensis '(embouchure de la Tafna)' et du Flumen Salsum (Oued el Mellah) [24]".

En 1518, c'est dans les environs d'Aïn Témouchent, au gué de l'Oued el Mellah, que les Espagnols installés depuis 1509 à Oran, aidés de leurs alliès provisoires, les Beni Ameur, rattraperont et tueront le Bab-Aroudj (Baba-Oruç), frère aîné des célèbres Barberousse, qu'ils poursuivaient depuis Tlemcen[25].

Les Beni-Ameur restèrent longtemps indépendants du pouvoir turc de la Régence, jusqu'en l'année 1805. Ils subirent cette année-là, par le bey Mohammed Mekallech, une sévère défaite au pied du Tessalah[26], et durent se soumettre à l'impôt.

Dans son récit de voyage, vers 1730, le Dr Shaw nous nomme les tribus de la confédération des Beni Ameur vivant dans les "plaines de Zeidour" (comme il nomme le pays entre Oued Isser, et oued el Mellah): Ce charmant pays est arrosé d'un grand nombre de sources et de ruisseaux, et habité par deux tribus Arabes, qui se nomment les Welled Zeire et les Halfa[22]. Ce sont ces mêmes Ouled Zeir et Ouled Khalfa que les Français rencontreront dans le témouchentois un siècle plus tard.

La colonisation française[modifier | modifier le code]

Le temps des militaires[modifier | modifier le code]

Localisation des tribus autour d'Aïn Témouchent vers 1845, d'après Carette et Warnier.

Après la prise d'Alger par le France, le 5 juillet 1830, l'effondrement du pouvoir turc dans le beylik de l'ouest ouvre une période d'anarchie, et quelques tribus, dont les Beni Amer, pallient ce désordre en élisant pour leur chef et émir Hadj Abd el-Kader dans la plaine d'Eghriss près de Mascara, le 21 novembre 1832. L'un des enjeux était la guerre sainte contre les Français, et lorsqu'en 1834, Abd el Kader fait la paix par le traité Desmichels, les Beni Amer prétendent se soustraire à son autorité en ne payant plus l'impôt, et subissent une razzia punitive des Douairs. Ils vont dès lors suivre la fortune de l'émir, qui les ménage, reconstituant leur unité que les Turcs avaient brisée, en les organisant en un seul aghalik. Cette alliance leur est d'abord favorable, la guerre épargnant leur territoire, mais à la reprise des hostilités après la rupture du traité de la Tafna, les Ouled Zeir et les Ouled Khalfa se trouvent en première ligne, et font leur soumission à la France en 1842, à l'exception de quelques tentes des Ouled Zeir qui suivent Abd el Kader sur les confins marocains[27].

En 1843, le 81e régiment de ligne établit un poste fortifié à Aïn-Témouchent, situé à mi-étape entre Oran et Tlemcen. La reprise des hostilités en 1845 va concerner la région d'Aïn Témouchent par deux épisodes militaires bien contradictoires:

  • Le 28 septembre 1845, quelques jours après la défaite du colonel de Montagnac à Sidi Brahim, une colonne de 200 hommes envoyée de Tlemcen pour renforcer le camp d'Aïn Témouchent et l'approvisionner en munitions, encerclée par les cavaliers d'Abd el Kader, se rend sans combat, près des marabouts de Sidi Moussa, quelques kilomètres au sud d'Aïn-Témouchent[28]. Les prisonniers sont conduits au Maroc et y rejoignent les rescapés de la bataille de Sidi-Brahim. La plupart des hommes de troupe rescapés (260) sont assassinés sur ordre de Moustapha Ben Tamy, khalifa et beau-frère de l'émir, la nuit du 25 avril 1846[29].
  • Le lendemain, Abd el Kader tente d'obtenir la reddition de la redoute d'Aïn Témouchent, mais la ruse du capitaine Safrané, qui commande le poste, ou d'autres motifs de ne pas persister dans son projet, lui font lever le camp[note 6]. Safrané, qui ne dispose que de 65 hommes du 15° léger et 14 civils, et 60 cartouches par homme, fait braquer des charrues simulant une artillerie[30]. Une plaque en marbre en conservait le souvenir à Aïn Témouchent[31].

Le temps des civils[modifier | modifier le code]

Blason d'Aïn Témouchent pendant la colonisation française: D'azur à quatre pals d'argent, à un casque romain du même liseré d'or brochant sur le tout, au chef cousu d'azur chargé d'un pal d'or surchargé d'une croix latine alésée du champ, adextré d'un croissant surmonté d'une étoile vidée chargée en son cœur d'une étoile plus petite, et senestré d'une étoile vidée de six rais, le tout d'or.

Puisque cette ville a connu et a hébergé de grands hommes tels que l'émir Abd El-Kader, Rabah Bitat, le cheikh El Bachir El Ibrahimi, le colonel Otmane, et les martyrs Larbi Bendjerid, Ahmed Ammour, les frères Benfissa, Salah Chouiref, etc.

Après son allocution radio-télévisée du 4 novembre 1960, où il annonce son choix pour une « Algérie algérienne », et laisse échapper une phrase sur « ...la République algérienne, laquelle existera un jour »[32], le général de Gaulle entreprend un voyage de six jours en Algérie pour préparer le référendum sur l'autodétermination prévu pour janvier 1961. Son voyage, qui doit s'effectuer uniquement dans de petites villes, commence le 9 décembre 1960 à Aïn-Témouchent: l'accueil des Européens est très bruyamment hostile, aux cris de « A bas de Gaulle », « Algérie française », l'unique banderole « Vive de Gaulle » tendue à travers la rue par le conseil municipal est arrachée, et devant les clameurs de la foule, de Gaulle ne peut que s'entretenir à la mairie avec le conseil municipal, puis avec 140 officiers en service dans la région. Au sortir de la mairie, il franchit avec ses garde du corps les premiers rangs de la foule hostile pour atteindre, derrière, le groupe des musulmans qui l'acclament aux cris de « Vive de Gaulle » et « Vive l'Algérie algérienne ». Cette première rencontre donna la tonalité de tout ce voyage: hostilité des Français d'Algérie, qui avait été symbolisée par la rupture du maréchal Juin avec de Gaulle dès le 5 novembre, et main tendue aux musulmans. Le voyage fut écourté d'une journée en raison des dérapages de manifestations de masse musulmanes favorables à l'indépendance que le contexte du voyage avait permises à Alger et dans d'autres grandes villes dès le 11 décembre[33].

L'équipe de football d'Aïn Temouchent remporta la même année la Coupe d'Algérie. La ville a été reconnue comme ayant été un exemple plus ou moins réussi de transmission pacifique de l'autorité militaro-administrative française à l'autorité publique algérienne en juillet 1962 (l'on n'eut à déplorer que 2 morts civils, "un européen et un algérien"). En 1955, la ville comptait 25 250 habitants dont deux-cinquièmes d'européens[34]. Avant le départ des Européens en 1962-1963, Ain Témouchent connu pour son agriculture diverse et diversifiée, fournissait à la France et à la Russie, 55 % de sa production vinicole.Cette production est désormais insignifiante.

Durant la colonisation française, les colons détenaient dans l'arrondissement d’Aïn Temouchent 65 % des terres agricoles sur 1100 exploitations (dont 89 % du vignoble), et les Musulmans 35 % sur 4270 exploitations (dont 11 % du vignoble)[35].

Temps présent[modifier | modifier le code]

En 1999, un tremblement de terre - 5,8/10 sur l'échelle de Richter - a détruit une bonne partie de la vieille ville. Un prêt de 83,5 millions de US dollars consenti par la banque mondiale au gouvernement algérien, a permis la reconstruction rapide de la ville, parmi les mieux aménagées d'Algérie : une ville nouvelle, un hôpital, un jardin public d'un hectare, ont été réalisés et inaugurés en décembre 2003.

Histoire administrative[modifier | modifier le code]

La ville d'Aïn-Témouchent a été, de 1874 à 1956, le chef-lieu de deux collectivités territoriales distinctes : la commune de plein exercice d'Aïn-Témouchent, et la commune mixte d'Aïn-Témouchent. Cette originalité trouve son explication dans l'histoire de l'occupation de cette petite région. Aïn Témouchent est fondé comme poste militaire en 1843, et le territoire qui l'entoure est administré militairement depuis le poste, où réside l'officier chargé des affaires arabes.

Lors de l'extension du territoire civil du département d'Oran en 1860, qui prend en compte la multiplication des centres de colonisation dans la province d'Oran, il est créé un district d'Aïn Témouchent administré par un commissaire civil, mais le décret qui l'établit[36] réserve expressément l'administration des tribus et fractions de tribus y résidant aux militaires. Puis, en 1865, à l'occasion d'une nouvelle délimitation « du territoire civil de la province d'Oran formant le département d'Oran »[37], les territoires occupés par les Ouled Zeir, les Ouled Khalfa et une fraction des Douairs sont distraits de la circonscription du district d'Aïn-Témouchent, et restent administrés par l'autorité militaire.

Ces deux fractions de territoire seront à l'origine de la commune de plein exercice et de la commune mixte d'Aïn-Témouchent.

La commune de plein exercice d'Aïn-Témouchent[modifier | modifier le code]

Le district d'Aïn Témouchent, tel qu'il était délimité en 1865, est érigé en commune de plein exercice du nom d'Aïn Témouchent le 27 janvier 1869, sur un territoire de 16 407 hectares, et comprend: Aïn Témouchent (centre de population fondé en 1851), et trois annexes constituées de la section de commune d'Aïn Khial et El Bridge, de la section de commune de Rio-Salado, Terga et Er-Rahel, et de la section de commune de Aïn el Arba et M'leta.

Les sections étant érigées à leur tour en communes de plein exercice, respectivement Aïn el Arba en 1870, Rio-Salado en 1884 et Aïn Khial en 1887, la commune d'Aïn Témouchent se trouve réduite à un territoire de 3 741 hectares.

Ce territoire va s'accroître au cours du XXe siècle, par plusieurs agrandissements au détriment de la commune mixte (surface totale de 7600 hectares en 1952)[38].

En 1963, une réforme administrative réduit le nombre de communes d'Algérie de 1485 à 676[39], et la commune d'Aïn Témouchent s'agrandit pour quelques années du territoire de la commune de Chentouf[40].

L'ancienne sous-préfecture, en 2009.

La commune accède en 1955 au rang de sous- préfecture[41] , et en 1984 devient chef-lieu de wilaya.

La commune mixte d'Aïn Témouchent[modifier | modifier le code]

La IIIe république va manifester une extrême méfiance à l'égard de l'administration militaire, et organiser, au moins dans la zone tellienne, les territoires miltaires en communes mixtes, administrées directement par un corps d'administrateurs civils, fonctionnaires dépendant du préfet ou du sous-préfet.

La commune mixte d'Aïn Témouchent est instituée par arrêté du 23 septembre 1874 et comprend à l'origine les deux centres de population européenne de Chabat el Leham et Hammam bou Hadjar et les dix douars de Sidi bou Amoud, Sidi ben Adda, Sidi Daho, Aoubellil, Aghlal, Souf el Tell, Oued Berkèche, Oued Sebbah, Bou Hadjar et Sidi Bakhti, sur un territoire d'environ 167 000 hectares. Au cours de son histoire, d'autres centres de population, et de nouvelles communes de plein exercice, se créeront en son sein, des fractions de douar, ou des douars entiers seront absorbés par les communes voisines, et elle sera dissoute en 1956 comme les autres communes mixtes, pour laisser place à des communes de droit commun. Les communes issues de son ancien territoire sont comprises dans la wilaya d'Aïn Témouchent, à l'exception de Sidi Daho des Zairs, passé dès le début du XXe siècle dans l'orbite de Sidi bel Abbès.

D'après Louis Rinn, les populations de cette commune mixte sont à l'origine trois tribus dépendant de l'aghalik des Douairs: Ouled Bouameur à Bou Hadjar, Ghamra à Sidi Bakhti, Douair à Oued Sebbah[42], et trois tribus de la « confédération » des Beni Amer: Ouled Abdallah à Oued Berkèche, Ouled Khalfa à Sidi ben Adda et Sidi bou Amoud, Ouled Zeïr à Souf el Tell, Aghlal, Aoubellil et Sidi Daho[43].

Démographie[modifier | modifier le code]

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Aïn Témouchent est le chef-lieu de la wilaya d'Aïn Témouchent, c'est un centre administratif et commercial de moyenne importance avec une couverture universitaire et d'enseignement très développée.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Elle possède, à moins de douze kilomètres, plusieurs stations balnéaires tel que Rachgoun (centre de vacances), Plages de Madrid, Beni Saf, Terga, Sassel, Oued El Hallouf, Sebiates, Bouzedjar. Magnifique côte sur la Méditerranée étendue sur 80 km (prolongement de la côte oranaise).

Des sources thermales (Hammam Bouhadjar et son complexe hôtelier et Thermal, zone anciennement volcanique).

Enfin, cette région offre de beaux paysages alternant les plaines, les plateaux pierreux, les hautes collines, des montagnes, des vallées (Bassin de la Tafna et d'El Malah ex-Rio Salado qui a gardé tout son charme, etc.) et la mer.

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Antiquités témouchentoises[modifier | modifier le code]

Chapiteau du temple de la déesse Maura conservé au musée d'Oran.

Les éléments antiques les plus importants retrouvés à Aïn-Témouchent sont conservés au musée Ahmed Zabana d'Oran (ex Demaeght). Il convient de signaler deux chapiteaux assez rustiques, dits de la déesse Maura, découverts en 1893 dans le terrain où fut exhumé, en 1888, le document épigraphique commémorant la restauration en 300, sous les règnes des empereurs Dioclétien et Maximien, du temple de la déesse Maura à Albulae[44]. Ce document avait permis de situer formellement Albulae à Aïn-Témouchent.

Une stèle chrétienne du Ve siècle provenant d'Albulae a servi de première pierre à la construction de la chapelle de Santa Cruz à Oran (3 mai 1959)[45].

Un musée régional, portant sur les périodes numide et romaine, est en projet, et devrait regrouper les antiquités provenant de la région qui sont dispersées dans d'autres musées[46].

Patrimoine onomastique[modifier | modifier le code]

Le nom antique d'Aïn Témouchent est conservé dans la tradition catholique: un siège titulaire attribué à un évêque sans diocèse porte le nom d'Albulae[47]. Son titulaire actuel est l'évêque auxiliaire de Curitiba, au Brésil[48].

Personnalités liées à Aïn Témouchent[modifier | modifier le code]

  • Hadj Khaled Belbey (1850-1914) poète en el melhoun, né à Oued-Sebbah (commune mixte d'Aïn-Témouchent), mort le à Aïn-Témouchent (acte décès N°95/14) association culturelle "Racines" - Ain Témouchent.
  • Pierre Marodon (1873-1949), réalisateur, mort à Aïn-Témouchent
  • René Enjalbert (1890-1976), député, sénateur, né à Aïn-Témouchent.
  • Louis Miquel (1913-1987), architecte, élève de Le Corbusier, décorateur pour André Malraux et Albert Camus "le temps du mépris" & "Caligula", érigera la stèle Albert Camus à Tipasa en 1961, né à Aïn-Témouchent[note 7].
  • André Chouraqui (1917-2007), écrivain, traducteur de la Bible, né à Aïn-Témouchent
  • Bachir Benkada, boxeur, champion d'Oranie en 1944/45, vice champion d'Afrique du Nord en 1944[49]. Né dans le Témouchentois vers 1923, mort à Aïn Témouchent le 11/08/2007[50].
  • Bellemou Messaoud (1947- ), trompettiste, il permit la modernisation de la musique Raï, né à Aïn-Témouchent.
  • Christian Lopez (1953), footballeur, né à Aïn-Témouchent
  • Cheb Nasro (1969), chanteur de raï, né à Aïn-Témouchent.
  • Hamid Merakchi (1976), footballeur international, né à Aïn-Témouchent.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Le colonel Othmane,responsable militaire durant la guerre de libération nationale.
  • Bendjerid Larbi,Chouiref Salah,Ammour Ahmed" le1er guillotiné dans la l algerie le 18 juin a oran ",les Benfissa,Maghni-sandid fatna,Boussaid Aichaet les 7 BEKHITE : Martyrs de la révolution algérienne.
  • Sikki Omar : football.
  • Harrache ou L'harague: coureur durant la période 1945-1965
  • Haouari Kebdani (1951-2008) : footballeur CRT (Chabab Riadhi de Temouchent).
  • Houria AMAR BEKADA (1986-2010): Journaliste reporter Radio Ain Temouchent
  • HADJOUTI AHMED BOXEUR champion d'AFRIQUE
  • BEKHITE HAMIDA BASKETTEUR DE CRBT (1966-1979) N 11

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'inscription trouvée à Témouchent confirmant la construction de ce poste mentionne l'empereur Hadrien; elle est datable de 119 - Antoine Carillo, op.cit., p.39
  2. Revue africaine N°18 - août 1859 - Plan de Noël, sergent du génie inséré entre les pages 424 et 425 de l'article Timici colonia (Aïn-Témouchent de l'ouest) (pp.420-435) de Léon Fey et Noël Lire en ligne - À l'époque l'identification des ruines d'Aïn Témouchent avec l'antique Albulae n'avait pas été faite, et l'on conjecturait que ces ruines étaient celles de l'antique Timici.
  3. La faible importance de la ville, et surtout l'absence de trace de fortifications, fit douter pour la première fois que Timici ait été situé à Témouchent - cf. article Léon Fey dans la Revue Africaine déjà citée, page 424
  4. Ibn Khaldoun cite Hamid-ibn-Yezel-el-Miknaçi,envoyé comme général au Maghreb par En-Nacer (Abd el-Rahman III) en 339(951) - Histoire des berbères - trad. du baron de Slane - Alger 1854 - tome 2 p.148
  5. Ibn Khaldoun(1332-1406) "Quant aux Beni Amer[-Ibn-Zoghba] ils occupent le pays qui s'étend depuis Teçala et Meléta jusqu'au Zidour, et de là, à Guedara, montagne qui domine Oran" - Histoire des Berbères - trad. baron de Slane - Alger 1852 - tome 1, p.101
  6. Pellissier de Reynaud, dans ses Annales algériennes en dit simplement (édition de 1854, tome II, p.187): « ...Aïn-Témouchent, qu'Abd-el-Kader avait fait sommer, mais qu'il n'avait pas attaqué »
  7. [PDF]Notices biographiques et œuvres, par Cité de l'architecture et du patrimoine. D'après L'Algérie et la France, R.Laffont 2009, p.602, sa famille s'était installée en Algérie depuis 1837. D'après Antoine Carillo, opus cité, p.136, l'aïeul Jaime Miquel, venant d'Alicante, s'installa d'abord à Saint-Denis-du-Sig, puis près du camp d'Aïn-Témouchent en 1848, au lieu-dit Aïn-Toudjani, où il fut d'abord jardinier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de la wilaya d'Aïn Témouchent
  2. Aïn Témouchent à travers l'histoire, par Antoine Carrillo, Oran 1954 - p.6
  3. Ibid.,p.7
  4. Décret du Président de la République du 26 décembre 1851 Dictionnaire de la législation algérienne 1830-1860 - page 669
  5. Décret n°55-1148 du 28 août 1955 PORTANT CREATION DE NEUF ARRONDISSEMENTS NOUVEAUX DANS LES DEPARTEMENTS D'ALGER, D'ORAN ET DE CONSTANTINE En ligne sur le site Légifrance
  6. Aïn-Témouchent, terre d'Algérie, par Antoine Carillo 1957 (repris dans l'annuaire 1990 de l'Amicale témouchentoise)
  7. Foudil Cheriguen, Toponymie algérienne des lieux habités (les noms composés), Alger 1993, p.79
  8. Aïn Témouchent à travers l'histoire, opus cité - pp.38-39
  9. Gilbert Meynier, L'Algérie des origines, La Découverte, Paris, 2007, p.78 (ISBN 978-2-7071-5937-3)
  10. Recherche des antiquités dans le nord de l'Afrique - Paris 1890 - Appendice 2 "Itinéraire d'Antonin" - p.243
  11. Mgr Toulotte - Géographie de l'Afrique chrétienne- Montreuil sur Mer 1894 - p.262
  12. ibid. p.34
  13. ibid. p.33
  14. Antoine Carillo - AÏn-Témouchent à travers l'histoire - Oran 1954 (source nommée ci-dessous A) p.39 & p.67
  15. Ibn Khaldoun- Histoire des Berbères - trad. baron de Slane - Alger 1852 - tome 1 p.282 & suiv. Chapitre sur les Azdadja
  16. El Bekri - Description de l'Afrique septentrionale - Trad. Mac Guckin de Slane- Paris 1859 - p.168
  17. ibid. El Bekri p.183 & 184
  18. ibid. El Bekri p.318 & 319
  19. Thomas Shaw - Voyages dans plusieurs provinces de la Barbarie et du levant - La Haye 1743 - tome 1 (source nommée ci-dessous B)- El Idrissi cité en note de la page 65
  20. ibid. p.91
  21. ibid. source A p.88 & 103
  22. a et b ibid. source B p.65
  23. Arsène Berteuil - L'Algérie Française - Paris 1856 - p.40
  24. ibid. source B p.27 & 28
  25. ibid. source A p.86 et source B (citant Diego de Haedo, et Marmol) p.66
  26. ibid. source A p.87, et - Walsin Esterhazy - De la domination turque dans l'ancienne régence d'Alger - Paris 1840 - p.207
  27. Pierre Boyer, Historique des Béni Amer d'Oranie, des origines au Senatus Consulte.. In: Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, N°24, 1977, pp. 59-60
  28. Défense du lieutenant Marin devant le conseil d'enquête de Perpignan le 4 septembre 1847, Paris, 1847
  29. Maurice de Bongrain "Les captifs de la Deira d'Abd el Kader" Paris 1864
  30. Capitaine Blanc, Généraux et soldats d'Afrique, éd. Plon 1885, p.231
  31. Général Bourelly, La France militaire monumentale, Paris, sans date, p.150
  32. Pierre-Albert Lambert, Les jeux sont faits, dans Historia magazine La guerre d'Algérie N°319, 1973, pp. 2498-2500
  33. Pierre-Albert Lambert, Un voyage mouvementé, dans Historia magazine La guerre d'Algérie N°325. pp.2561-2569
  34. Carillo, opus cité, p.157
  35. Michel Launay, Paysans algériens, Paris, Le Seuil, 1962, tableau p. 68.
  36. Décret impérial du 11 janvier 1860
  37. Décret impérial des 1er et 30 avril 1865
  38. Carrillo, opus cité, p. 171
  39. Ahmed Mahiou, Les collectivités locales en Algérie, p.287 Lire en ligne
  40. Cf. Tableaux des communes d'Algérie par département, Journal Officiel de la République algérienne du 7 décembre 1965, p.1101 ; Lire en ligne
  41. Décret 55-1148 du 28 août 1955
  42. Louis Rinn, Le royaume d'Alger sous le dernier Bey, in Revue africaine 1897, pp. 349-350
  43. L. Rinn, opus cité, Revue africaine 1898, pp.11 et 18
  44. Bulletin de la Société de Géographie et d'Archéologie de la Province d'Oran -Tome XIII° 1893 - p.243
  45. Jacques Gandini "Églises d'Oranie" -éd.Gandini 1992 - p.82 & 83
  46. El Watan, Un musée pour les périodes numide et romaine, 14 août 2011, Accès en ligne.
  47. (en) Le siège titulaire d'Albulae sur le site catholic-hierarchy
  48. Joao Carlos Seneme sur (en) catholic-hierarchy
  49. Les anciennes gloires de la wilaya d'Aïn Témouchent", Site officiel de la wilaya
  50. Hadj Benkada Bachir dit «Kiki» s’est éteint. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Portail sur la ville de Ain Témouchent

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ain Temouchent de ma jeunesse, Louis Abadie, Éditions Gandini, Nice décembre 2004
  • Ain Temouchent la florissante, revue PNHA N°30, Éditions du Grand Sud 34070 Montpellier.
  • Ain Temouchent à travers l'histoire, Antoine Carillo (ancien maire-adjoint d'Ain Temouchent), Éditions Plazza 1954
  • Roger Mas, Sous-Préfet d'Aïn Témouchent (La source des chacals) 1962-1963, Paris, L'Harmattan,‎ 2001 (ISBN 2-7475-1511-7)
  • M. Koenig "Mémoires", Cahiers du Centre Fédéral (48 rue de la Bruyère 75009 Paris), et, James Marange " De jules Ferry à Ivan Illich".
  • Pierre Boyer. Historique des Béni Amer d'Oranie, des origines au Senatus Consulte.. In: Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, N°24, 1977. pp. 39–85.En ligne
  • André Chouraqui, Histoire des Juifs d'Afrique du Nord,1985, et, L'amour fort comme la mort 1990.
  • Jeannine Verdès-Leroux, Les Français d'Algérie de 1830 a aujourd'hui une page d'histoire déchirée, Éditions Fayard, 2001