Béchar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Béchar
Oasis de Gourai à Béchar
Oasis de Gourai à Béchar
Noms
Nom algérien بشار
Nom touareg Sans titre 6.gif
Nom amazigh ⴱⴻⵛⵛⴰⵔ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Saoura
Wilaya Béchar
Daïra Béchar
Président de l'APC Hamlili Mohamed[1]
2012-2017
Code postal 08000
Code ONS 0801
Démographie
Gentilé Bécharien(ne)
Population 165 627 hab. (2008[2])
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 31° 37′ 00″ N 2° 13′ 00″ O / 31.6166, -2.216631° 37′ 00″ Nord 2° 13′ 00″ Ouest / 31.6166, -2.2166  
Altitude Max. 773 m
Superficie 5 050 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Béchar.
Localisation de la commune dans la wilaya de Béchar.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Béchar

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Béchar

Béchar (en tifinagh: Sans titre 6.gif, en arabe: بشار), anciennement Colomb-Béchar pendant la colonisation française, est une commune de la wilaya de Béchar dont elle est le chef-lieu, située à 1 150 km au sud-ouest de la capitale Alger, à 852 km au nord-est de Tindouf et à environ 80 km à l'est de la frontière marocaine. Béchar est la plus grande ville du sud-ouest algérien, sa population est de 171 724  habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Béchar est situé au nord de sa wilaya. Béchar se situe à la limite nord-ouest du Sahara algérien. On considère que la ville fait partie de la région de la Saoura.

Communes limitrophes de Béchar
Lahmar Mougheul Beni Ounif
Kenadsa Béchar Beni Ounif
Kenadsa Taghit Taghit

Relief[modifier | modifier le code]

Béchar est entourée de chaînes de montagnes :

Climat[modifier | modifier le code]

Données climatiques à Béchar.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1 4 8 12 16 21 25 25 20 13 7 2 13
Température moyenne (°C) 8 11 15 19 23 28 32 31 26 20 13 9 20
Température maximale moyenne (°C) 15 18 22 26 30 35 40 38 33 27 20 16 27
Précipitations (mm) 0 0 10 0 0 0 0 0 0 10 10 0 80
Source : Weatherbase, statistiques sur 26 ans[3].


Transport[modifier | modifier le code]

Béchar dispose d'un aéroport situé à 5 km au nord-ouest de la ville. Des vols opérés par la compagnie Air Algérie relient Ghardaïa à Alger et à Oran.

La commune de Béchar est traversée par la route nationale 6 (RN 6), dite « route des Oasis », qui relie la ville de Sig, située au nord-ouest de l'Algérie, à la ville de Timiaouine, située à l’extrême sud de l'Algérie à la frontière avec le Mali, via Béchar et Adrar.

Le 15 Juillet 2010, la ligne ferroviaire Oran-Béchar, longue de 700 km, a été inaugurée. Le voyage s'effectue en 10 heures. Cette ligne de train permettra au sud-ouest algérien un désenclavement et accentuera les échanges commerciaux entre le nord et le sud algérien.

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

En 1984, la commune de Béchar est constituée à partir des localités suivantes[4] :

  • Béchar-Centre
  • Debdaba
  • Béchar Djedid
  • Ouakda
  • Benzireg
  • Hassi Haouari
  • Zouzfana
  • Gharassa
  • Manouarar Nekheila

Un quartier s'appelle Mer Niger, du nom du Chemin de fer transsaharien[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de Colomb-Béchar par Alexandre Iacovleff

En 1902, lors de la colonisation, la ville est nommée Colomb-Béchar et fait partie des Territoires du Sud, subdivision de l'Algérie française entre 1902 et 1957. En 1958 elle fait partie du département de la Saoura. Après l'indépendance, elle prend le nom de Béchar[6].

Dans le but de sécuriser la zone frontalière algéro-marocaine, foyer d'agitation permanente, Lyautey installa de nouveaux postes destinés tant à assurer la sécurité de la région régulièrement menacée par les incursions des tribus hostiles à l'implantation française. Il établit ainsi une ligne de postes partant au sud de Béchar alors située dans les territoires non-délimités par les accords de Lalla Maghnia[7], il occupa en 1903 le Ksar de Béchar et le rebaptisa Colomb puis l'intégra aux départements français d’Algérie.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un camp de concentration vichyste est installé à Colomb-Béchar, où sont soumis au travail forcé des prisonniers républicains espagnols, communistes français, etc[8].

C’est à proximité de Béchar que le général Leclerc a trouvé la mort le 28 novembre 1947 dans le crash de son B-25 Mitchell, lors d’une tempête de sable au cours d’une tournée d’inspection. On suppose que l'appareil est tombé en vrille suite à un problème de centrage, la faible altitude ayant empêché tout rattrapage de la situation (un an plus tôt l'appareil avait connu le même problème en Égypte, mais le pilote avait eu le temps de redresser l'avion). Les 13 occupants de l'appareil sont tués sur le coup.

Elle devient une commune de plein exercice le 12 décembre 1958[9].

En 1963, après l’indépendance de l'Algérie, le Maroc revendique sans succès les provinces de Bechar et Tindouf, ce qui déclenche la guerre des sables entre les deux pays.[réf. nécessaire]

L'armée française avait installé une base militaire de lancement de fusées et de fusées-sondes appelée le Centre interarmées d'essais d'engins spéciaux. Il fut utilisé encore après l'indépendance de l'Algérie, jusqu'en 1967, selon les termes des accords d'Évian entre la France et l'Algérie[10].

Administration[modifier | modifier le code]

L'université de Béchar regroupe 13 spécialités dont les sciences technologiques, le droit, la gestion et les lettres arabes.

Économie[modifier | modifier le code]

Le développement rapide de Béchar est étroitement lié à la présence de l'armée algérienne notamment le long de la frontière marocaine.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

La ville de Béchar est jumelée avec deux villes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Déclaration du Président de l'APC de Béchar
  2. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Béchar, sur le site de l'ONS.
  3. « Béchar, Algeria », sur www.weatherbase.com (consulté le 14 avril 2011).
  4. [PDF]Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Béchar, page 1489.
  5. Les quartiers Ksar et Mer-Niger renouent avec le calme
  6. Atlas de l'Algérie 1830-1960, [Archives & Culture],‎ février 2011, 80 p. (ISBN 978-2-35077-157-1, présentation en ligne)
  7. TRAITE DE LALLA-MARNIA ( 18 mars 1845 )
  8. Evelyn Mesquida, La Nueve, 24 août 1944. Ces républicains espagnols qui ont libéré Paris, Paris, Le Cherche-Midi, 2011, collection « Documents ». ISBN 978-2-7491-2046-1, p. 219
  9. http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=19580101&numTexte=&pageDebut=11976&pageFin=#
  10. Interview de Pierre Messmer, ancien ministre français de la Défense par Vincent Jauvert, grand reporter, Nouvel Observateur nº 1720, semaine du jeudi 23 octobre 1997
  11. http://www.djazairess.com/fr/elwatan/49306
  12. http://www.djazairess.com/fr/lqo/5135797

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]